William Bratton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bratton.
William Bratton en 2012.

William Joseph « Bill » Bratton, né le 6 octobre 1947 à Dorchester, est un responsable de la police américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été responsable du New York City Police Department (1994–1996), du Boston Police Department (1993-1994) et du Los Angeles Police Department (2002-2009). En 2014, il est de nouveau responsable du New York City Police Department à la demande du nouveau maire Bill de Blasio.

William Bratton est notable pour son travail à New York où, à partir de 1994 (nommé par le maire Rudolph Giuliani), en deux ans, il fait chuter la criminalité dans la ville, la divisant par deux[1]. À son arrivée, la violence était endémique et une partie des forces de police étaient corrompues. Il a notamment imaginé et mis en pratique la théorie de la « vitrine cassée », selon laquelle, « tout crime, même le plus insignifiant, doit être sanctionné de la manière la plus sévère qui soit pour un effet dissuasif maximum » et créé un programme informatique qui identifie des points sensibles où les patrouilles de police se font plus présentes ; il a notamment aidé à ce que Manhattan redevienne fréquentable, permettant le retour au tourisme de masse. À Los Angeles, il a aidé à réduire les violences policières, à nouer des liens avec les communautés ethniques et les associations ainsi qu'à réduire très fortement la criminalité[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Rikki Klieman, une juriste et actrice.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Bratton et Peter Knobler, Turnaround: How America's Top Cop Reversed the Crime Epidemic, New York, Random House, 1998. (ISBN 9780679452515)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Lauer, « Bill Bratton, le flic de choc qui a sauvé New York », lemonde.fr, 22 novembre 2013.
  2. Maurin Picard, « Bill Bratton, le "superflic" de New York », Le Figaro, encart « Culture », lundi 6 janvier 2014, page 39.