Dahlia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dahlia (homonymie).

Le genre Dahlia regroupe des plantes tubéreuses de la famille des Astéracées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le dahlia est originaire des régions chaudes du Mexique, d'Amérique centrale ainsi que de la Colombie. Les Aztèques l'appelaient Cocoxochitl (traduit approximativement en « canne d'eau » en raison de sa tige creuse) et utilisaient quotidiennement ses feuilles, pourtant amères, et leurs tubercules pour nourrir leurs animaux mais aussi pour leurs supposées vertus diurétiques ou anti-épileptiques. Décrit en 1570 par Francisco Hernández, les Aztèques le cultivent aussi comme plante ornementale[1]. Il est introduit en France en 1802 par le docteur Thibaud, botaniste lui même en poste à l'Ambassade de Madrid où son tubercule est préconisé comme féculent (au goût d'artichaut mais plus âcre et fibreux) pouvant remplacer la pomme de terre. Mais ses vertus alimentaires sont rapidement supplantées par ses valeurs décoratives lorsque les double fleurs de dahlia sont hybridées à partir de 1806 et que des espèces de Dahlias Cactus (issus de Dahlia juarezii appelé « Étoile du Diable » ou « Corne du Diable » aux fleurs aux ligules longues, effilées et contournées) sont importés du Mexique vers la Hollande en 1872 puis en France en 1876[2]. Aujourd'hui offert commercialement, pour ses qualités ornementales, le dahlia compte plus de quarante mille variétés hybrides (Dahlia × hortensis ou Dahlia × cultorum). Les fleurs, aux formes et aux dimensions variées, sont de tous les coloris, sauf le bleu.

Le nom du genre est donné par le directeur du jardin botanique de Madrid Antonio José Cavanilles en hommage au botaniste suédois Anders Dahl mort en 1789, l'année où Cavanilles devait recevoir la plante du Mexique. En 1791, Cavanilles réussit la première floraison européenne du dahlia[3]. Le genre Dahlia est nommé en Europe du Nord Guéorguina, en l'honneur de Georgi, depuis Carl Ludwig Willdenow.

Culture[modifier | modifier le code]

L'espèce la plus connue est le Dahlia pinnata largement cultivé et à l'origine de nombreux hybrides[3].

Prospère bien en zone climatique 7[4].

Le dahlia craint le gel. Dans de nombreuses régions, il faut donc déplanter les tubercules pour les mettre à l'abri l'hiver.

Le dahlia se multiplie par bouturage des premiers jets qui naissent lors de la plantation d'un tubercule en début d'année.

Santé[modifier | modifier le code]

Le dahlia est classé parmi les plantes provoquant des allergies. Les fleurs doubles produisent moins de pollen et sont donc préférables dans un jardin familial.

Classification des espèces[modifier | modifier le code]

section Pseudodendron[modifier | modifier le code]

Dahlia "cactus" dans un jardin
Dahlia pompon aux fleurs en forme de nid d’abeille
  • Dahlia excelsa
  • Dahlia imperialis
  • Dahlia tenuicaulis
  • Dahlia apiculata
  • Dahlia campanulata
  • Dahlia rustique

section Epiphytum[modifier | modifier le code]

  • Dahlia macdougallii

section Entemophyllon[modifier | modifier le code]

  • Dahlia scapigeroides
  • Dahlia foeniculifolia
  • Dahlia linearis
  • Dahlia rupicola
  • Dahlia dissecta
  • Dahlia congestifolia

section Dahlia[modifier | modifier le code]

Woodland Merinda Dahlia
  • Dahlia pinnata
  • Dahlia merckii
  • Dahlia apiculata
  • Dahlia cardiophylla
  • Dahlia purpusii
  • Dahlia sorensenii
  • Dahlia pteropoda
  • Dahlia brevis
  • Dahlia rudis
  • Dahlia moorei
  • Dahlia mollis
  • Dahlia hintonii
  • Dahlia atropurpurea
  • Dahlia australis
  • Dahlia sherffii
  • Dahlia scapigera
  • Dahlia barkerae
  • Dahlia tenuis
  • Dahlia coccinea
  • Dahlia tubulata
  • Dahlia parvibracteata
  • Dahlia hjertingii
  • Dahlia spectabilis
  • Dahlia cuspidata
  • Dahlia neglecta
  • Dahlia coccinea
  • Dahlia tubulata
  • Dahlia parvibracteata
  • Dahlia hjertingii
  • Dahlia spectabilis

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert L. Crowell, The Lore & Legends of Flowers, Crowell,‎ 1982, p. 72
  2. Claude Michel, Clin d'œil Aux Plantes, Old Royals Association,‎ 2002, p. 136
  3. a et b François Couplan, Les plantes et leurs noms : Histoires insolites, Editions Quae,‎ 2012 (lire en ligne), p. 181
  4. Allergy-Free GARDENING p.88, Ten Speed Press, 2000, ISBN 1-58008-166-5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :