Watts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Watts (homonymie).
Watts
Monument emblématique de Watts :Les Watts Towers, créés par Simon Rodia.
Monument emblématique de Watts :
Les Watts Towers, créés par Simon Rodia.
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Los Angeles (Comté de Los AngelesCalifornie)
Code ZIP 90002
Géographie
Coordonnées 33° 56′ 30″ N 118° 14′ 30″ O / 33.941667, -118.241667 ()33° 56′ 30″ Nord 118° 14′ 30″ Ouest / 33.941667, -118.241667 ()  
Superficie 500 ha = 5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Los Angeles

Voir sur la carte administrative de Grand Los Angeles
City locator 14.svg
Watts

Géolocalisation sur la carte : Californie

Voir sur la carte administrative de Californie
City locator 14.svg
Watts

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Watts

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Watts

Watts est un quartier de Los Angeles, il est situé dans le South Los Angeles. Historiquement, dans ce quartier vivaient majoritairement des Afro-américains. En 1965 et plus récemment en 1992, le quartier a été le théâtre d'importantes émeutes raciales.

Émeutes de 1965 et de 1992[modifier | modifier le code]

Suite à l'arrestation de 3 membres d'une famille noire à cause d'un minibus à la conduite erratique par la California Highway Patrol, de violentes émeutes éclatent dans ce quartier le 11 août 1965 faisant 34 morts, environ 1 100 blessés, 4 000 arrestations[1], 977 bâtiments détruits ou endommagés[2] et 35 millions de dollars de dégâts au bout de cinq jours de violences. Il y eut 43 autres émeutes dans le pays tout au long de l'année 1966[2].

En 1991, des policiers du LAPD passent à tabac un jeune afro-américain du nom de Rodney King. La scène est filmée par un habitant du quartier et sera diffusée sur les chaînes de télévision du monde entier. Après l'acquittement en 1992 des policiers auteurs des faits, la colère monte d'un cran et il s'ensuit des émeutes d'une rare violence, 38 personnes furent tuées et 4 000 arrêtées[3]. La communauté coréenne de la ville fut très durement prise à parti par des Afro-américains. Le gouverneur de Californie dut déployer la garde nationale renforcée ensuite par des unités de l'armée fédérale pour rétablir le calme.

Par la suite, les policiers seront rejugés et condamnés à 30 mois de prison.

Le quartier depuis la fin du siècle dernier[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui encore le quartier de Watts reste un des plus pauvres et dangereux des États-Unis où les gangs règnent en maîtres. Mais l'avenir de ce quartier n'est pas totalement gris. Les habitants et les autorités comptent sur la culture pour faire baisser la violence. Le taux de criminalité est de 236 crimes pour 10 000 habitants sur les six derniers mois de 2010[4]. Après les émeutes de 1992, un homme décida de créer un atelier de danse dans le quartier, Tommy le clown (Thomas Johnson de son vrai nom). Près de quinze ans après, son activité a pris une ampleur inattendue, la danse de Tommy, le Krump, est maintenant pratiquée par des centaines de personnes et commence à s'exporter dans le monde entier. Un film de David LaChapelle, Rize, est par ailleurs sorti en 2004, retraçant l'histoire de cette danse et du quartier de Watts.

Au début des années 1990 fut créé le Watts Neighborhood Council (« Conseil du Quartier de Watts »), un organisme communautaire autonome. Ce conseil, qui discute de la vie du quartier, fonctionne grâce à des subventions publiques[3].

Le Watts Towers Art Center est une institution indépendante qui reçoit des fonds des fondations, de l'université CalArts et même du prestigieux Getty Center[3]. Le centre culturel organise des concerts, des lectures de poèmes, des ateliers de graffiti pour occuper les jeunes.

Aujourd'hui, Watts n'est plus un ghetto noir mais plutôt un barrio où se concentrent les Hispaniques les plus pauvres : en 2005, ils représentent 65 % de la population totale[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Document[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.454
  2. a et b Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.95
  3. a, b, c et d Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.455
  4. http://projects.latimes.com/mapping-la/neighborhoods/neighborhood/watts/crime/