Fatima Besnaci-Lancou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fatima Besnaci-Lancou

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fatima Besnaci-Lancou

Nom de naissance Fatima Besnaci
Activités Essayiste
Naissance 1954
à Novi (Algérie)
Langue d'écriture Français
Distinctions prix Seligmann

Œuvres principales

Fille de harki ,
Nos mères, paroles blessées - Une autre histoire de harkis,
Treize chibanis harki,
Les harkis dans la colonisation et ses suites,
Les harkis,
Des vies - 62 enfants de harkis racontent
Les harkis, histoire, mémoire et transmission.

Compléments

  • Ecriture de la mémoire de la population harki en France

Fatima Besnaci-Lancou, née en 1954 à Novi (nom actuel : Sidi Ghiles), près de Cherchell en Algérie, est une essayiste française engagée à propos de la mémoire des harkis, en particulier ceux installés en France après l'indépendance algérienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Fatima Besnaci-Lancou, née en Algérie en 1954, est l’aînée de huit frères et sœurs. Arrivée en France à l’âge de 8 ans, le 21 novembre 1962, elle a vécu quinze ans dans les camps de harkis, d’abord à Rivesaltes, puis à Bourg-Lastic, et enfin à Mouans-Sartoux, dans un hameau de forestage.

Fatima Besnaci-Lancou est mariée et mère de 2 enfants.

Diplomée de l'université Paris Sorbonne-Paris IV; son mémoire de master 2 porte sur le rôle du Comité international de la Croix-Rouge auprès des Harkis emprisonnés en Algérie après l'indépendance[1].

Activités[modifier | modifier le code]

Après avoir dirigé une maison d'édition, en 2000, elle a cofondé, en particulier avec Olivier Postel-Vinay, la société Arborescience.

Lorsque le 16 juin 2000, le président algérien Abdelaziz Bouteflika, en visite officielle en France, déclare : « les conditions ne sont pas encore venues pour des visites de harkis (…) C’est exactement comme si on demandait à un Français de la Résistance de serrer la main d’un collabo »[2], Fatima Besnaci-Lancou s’est mise à écrire Fille de harki, publié en 2003, d’abord dit-elle pour ses enfants qui devaient connaître l’histoire de leur mère[3].

Le 4 mars 2003, en s'appuyant sur le livre Fille de harki, l’historien et ancien dirigeant du FLN Mohammed Harbi publie un point de vue dans le quotidien Le Monde : « Dire enfin que la guerre est finie », afin d’expliquer que le drame algérien devait être vu dans sa complexité et non de manière manichéenne[4].

Le 10 janvier 2004, Fatima Besnaci-Lancou organise une manifestation avec, pour mot d’ordre, « la demande d’une reconnaissance de l'abandon dont les harkis ont été victimes, et de la discrimination dont ils sont encore aujourd'hui l'objet »[5]. Le soutien de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), du Mouvement contre le racisme et l’antisémitisme (MRAP) et de la LICRA lui vaut des critiques et des menaces de la part de personnes qui n’acceptent pas ce qu'elles considèrent comme un soutien tardif de ces organisations et y voient une tentative de récupération.

En 2004, elle fonde avec Hadjila Kemoum l’association Harkis et droits de l’Homme, dont l’objectif est de travailler sur la mémoire de la situation des harkis. Elle ouvre la signature d'un « manifeste pour la réappropriation des mémoires confisquées » afin de rapprocher les enfants de harkis et d’autres immigrés[6], qui se dresse contre la « simplification de l’histoire » qui a classé parmi les « bons «  et les « méchants » des gens qui « par choix, hasard ou nécessité », se sont retrouvés face à face durant la guerre d’Algérie[7]. Elle poursuit ce travail de rapprochement entre les Algériens, les immigrés et les harkis, notamment par le biais de rencontres, en particulier avec l’écrivain algérienne Maïssa Bey, tout en restant très critique et exigeante vis-à-vis de la situation faite aux harkis restés en Algérie ou des conditions d’accueil faites à d’anciens harkis vivant en France et souhaitant se rendre en Algérie. Elle publie en 2004, avec Yazid Sabeg, un article dans Le Figaro : «France Algérie : les voies de la réconciliation»[8], puis signe l’appel « France-Algérie : dépassons le contentieux historique » signé par des personnalités françaises et algériennes, paru dans Le Monde daté du 1er décembre 2007[9].

En 2005, elle reçoit le prix Seligmann contre le racisme et l’antisémitisme, (fondé par Françoise Seligmann) pour son livre Fille de harki. Le 28 février 2005, elle critique des aspects de la loi du 23 février 2005[10]. En décembre 2005, elle est nommée citoyenne d’honneur de la ville de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var).

En février 2006, elle organise un colloque à l’Assemblée nationale : « Les harkis dans la colonisation et ses suites ». En septembre 2006, elle regroupe des témoignages de femmes de harkis de la première génération, arrivées en France en 1962 avec leurs maris, dans le livre Nos mères, paroles blessées ; une autre histoire de harkis. En novembre suivant, elle publie des témoignages d’anciens harkis dans l’ouvrage Treize chibanis harkis.

En août 2008, elle publie dans la collection « Idées reçues », avec Abderahmen Moumen, Les harkis. En octobre 2008, elle organise, avec l’association Harkis et droits de l’Homme, une série de manifestations culturelles et scientifiques, expositions, films, théâtre, colloque international, débats, lectures… sous le titre générique de « Français et Algériens, art, mémoires, histoire » pour mettre en commun différentes mémoires[11].

Le 29 mai 2009, elle organise, avec le concours de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration (CNHI), de l'Institut national de recherche pédagogique (INRP), une journée d’études à destination des enseignants : « Enseigner l’histoire des harkis »[12].

Elle est membre du comité de parrainage de l’association « Les Marianne de la diversité », et membre de la commission « mémoire et histoire » du mémorial de Rivesaltes. Elle est rédactrice en chef de la revue de l’ONG PLAC 21[13].

La publication en 2010 du livre Les harkis, histoire, mémoire et transmission, en collaboration avec Benoit Falaize et Gilles Manceron, est jugée comme présentant les "dernières avancées historiographiques» sur le sujet"[14].

En décembre 2011, elle dirige le numéro 666 de la revue Les Temps Modernes, consacré aux harkis sous le titre « Harkis - 1962-2012, les mythes et les faits »[15].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Fatima Besnaci-Lancou, Fille de harki, Éditions de l’Atelier, (2003), 2005 (préface de Jean Daniel et Jean Lacouture, postface de Michel Tubiana), (ISBN 978-2-7082-3834-3)
  • Fatima Besnaci-Lancou, «Témoignage et regard d’écrivain», in Lila Ibrahim-Lamrous, Catherine Milkovitch-Rioux (dir.), Regards croisés sur la guerre d’Algérie», Presses Universitaires Blaise Pascal, collection « littératures, 2005, pp. 245–249
  • Fatima Besnaci-Lancou, Nos mères, paroles blessées - Une autre histoire de harkis, Éditions Zellige, 2006 (préface de Claude Liauzu), (ISBN 978-2-914773-07-2)
  • Fatima Besnaci-Lancou, Treize chibanis harki, éd. Tiresias, 2006 (préface de Gilles Manceron, postface d'Amar Assas), (ISBN 978-2-915293-39-5)
  • Fatima Besnaci-Lancou, Gilles Manceron (dir.), Les harkis dans la colonisation et ses suite, Éditions de l'Atelier, 2008, 224 p. (préface de Jean Lacouture), (ISBN 978-2-7082-3990-6).
  • Fatima Besnaci-Lancou, Abderahmen Moumen, Les harkis, Le Cavalier Bleu, collection « idées reçues », 2008, (ISBN 978-2-84670-208-9).
  • Le rapatriement vu par une femme de harki, témoignage recueilli par Fatima Besnaci-Lancou, in C. Harrir, J.J. Jordi, A. Perroy (dir.), Les valises sur le pont – La mémoire du rapatriement maritime d’Algérie – 1962, Marines éditions, 2009.
  • Fatima Besnaci-Lancou (dir.), Des vies - 62 enfants de harkis racontent, éd. de l'Atelier, 2010 (préface de Boris Cyrulnik), (ISBN 978-2-7082-4108-4).
  • Fatima Besnaci-Lancou, Benoit Falaize, Gilles Manceron (dir.), Les harkis, histoire, mémoire et transmission, Editions de l'Atelier, (préface de Philippe Joutard), 2010, (ISBN 9782708241176).
  • Fatima Besnaci-Lancou, Le chasseur de lapins, in Yahia Belaskri et Elisabeth Lesne (dir.), Algéries 50, Magellan, 2012.
  • Fatima Besnaci-Lancou, Le temps des revendications, 1973-1982, in Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Yvan Gastaud et Naïma Yahi (dir.), La France arabo-orientale - Treize siècle de présence, Paris, La Découverte, 2013.
  • Fatima Besnaci-Lancou, Des harkis envoyés à la mort. Le sort des prisonniers de l'Algérie indépendante (1962-1969), préface de Todd Shepard, Ivry-sur-Seine, éd. de l'Atelier, 2014, 224 p. (ISBN 978-2-7082-4245-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les harkis prisonniers de l’indépendance de l’Algérie - Le rôle du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), master 2 d’histoire contemporaine sous la direction du professeur Jean-Noël Luc, université Paris-Sorbonne, 2012, table des matières.
  2. Florence Beaugé, « Abdelaziz Bouteflika a quitté la France « les mains vides », mais “confiant” », Le Monde, 18 juin 2000
  3. "Fille de Harki", page 20.
  4. « Dire enfin que la guerre est finie » Mohammed Harbi, Le Monde, 4 mars 2003.
  5. Voir « La marche des harkis du 10 janvier 2004 »
  6. Manifeste pour la réappropriation des mémoires confisquées
  7. Cité par Philippe Bernard, « La LDH interpelle l’État sur sa responsabilité dans le sort des harkis », Le Monde, 24 septembre 2004.
  8. France-Algérie : les voies de la réconciliation
  9. France –Algérie : dépassons le contentieux historique, Le Monde, 1er décembre 2007 ( voir la liste des signataires).
  10. Communiqué de presse du 28 février 2005 dans un texte repris dans Claude Liauzu et Gilles Manceron (dir.), "La colonisation, la loi et l’histoire", Paris, Éditions Syllepse, 2006, 183 p.]
  11. Les journées d’octobre 2008 : « Français et Algériens : art, mémoires et histoire ».
  12. Programme de la journée d’études du 29 mai 2009.
  13. site de l’association PLAC 21.
  14. Raphaëlle Branche, Bilan historiographique de la guerre d'Algérie, des années 2000 à aujourd'hui, Etudes de l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), 2011, p. 3 : «L'association "Harkis et droits de l'Homme", présidée par une fille de harki, organise régulièrement des rencontres avec des scientifiques, dont elle publie les actes. Son dernier livre articule explicitement histoire, mémoire et transmission et offre aux lecteurs un tableau des dernières avancées historiographiques sur le sujet en abordant les points essentiels : l'engagement des harkis ; les tactiques et stratégies françaises dans le recours à ce type de force ; la question de leur abandon enfin».
  15. Voir l'article du site de l'association harkis et droits de l'Homme.