Celles (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Celles.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Celle, Selle et Selles.
Celles
Image illustrative de l'article Celles (Hérault)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Clermont-l'Hérault
Intercommunalité Communauté de communes Lodévois et Larzac
Maire
Mandat
Joëlle Goudal
2014-2020
Code postal 34700
Code commune 34072
Démographie
Gentilé Cellois
Population
municipale
25 hab. (2011)
Densité 3,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 41″ N 3° 20′ 27″ E / 43.6614, 3.340843° 39′ 41″ Nord 3° 20′ 27″ Est / 43.6614, 3.3408  
Altitude 100 m (min. : 89 m) (max. : 350 m)
Superficie 7,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Celles

Celles (en occitan Cèlas) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Village de Celles, Hérault, France

Cette commune se trouve au nord du lac du Salagou, barrage artificiel érigé et mis en eau entre 1965 et 1970. Le hameau ruiné fait actuellement l'objet d'une réflexion pour y développer un projet de réhabilitation (habitat et accueil de petites entreprises), fruit d'une étroite coopération entre la municipalité et le conseil général de l'Hérault. Le paysage est remarquable. Il associe la ruffe (terre rougeâtre) et les eaux tantôt bleues, tantôt grises du lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une partie de la commune depuis le sud.

Le village a été exproprié lors de la mise en eau du barrage du Salagou, à la fin des années 1960. L'ensemble des habitations a été acquis par le département de l'Hérault. À l'époque, il était prévu de réaliser le plan d'eau en deux étapes, d'abord à la cote 139, puis ultérieurement à la cote 150. Celles étant à 144 m d'altitude en moyenne aurait donc dû être submergée, d'où son maintien à l'état de ruines pendant longtemps.

En 1985, le hameau de Celles sert de cadre pour le tournage du film Zone rouge de Robert Enrico, avec Sabine Azéma et Richard Anconina dans les rôles principaux. C'est de ce tournage que date « l'effet incendie », visible sur les murs des maisons du village : dans le film, les autorités mettent sournoisement le feu au village afin d'effacer toutes traces de l'accident polluant. Les maisons ont donc été maquillées pour les besoins du scénario. En revanche, les services du département ont profité de l'occasion pour dynamiter une partie du hameau des Vailhés, dépendant de la commune et ayant subi le même sort, dont certaines maisons étaient devenues dangereuses du fait de leur état de dégradation. On voit dans le film des engins déblayer les ruines, qui sont celles des Vailhés, et non de Celles.

En 1990, le conseil municipal, espérant faire « bouger » le département pour revitaliser le village, a mis en demeure le conseil général, propriétaire des ruines, de les sécuriser au titre de la sécurité publique. Le résultat escompté - la remise en état des maisons - a en fait débouché sur une action de cristallisation du village : bétonnage des crêtes des murs et pose de grillages autour des maisons, rendant l'ensemble plus sinistre encore qu'auparavant ...

Ce n'est qu'en 1996 que le département a pris la décision officielle de maintenir définitivement la cote 139. Dès l'origine, une partie des anciens habitants s'est battue pour maintenir le statut de commune à Celles, et a régulièrement entretenu et rénové les bâtiments communaux, non expropriables.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 1995 Henri Goudal    
1995   Joëlle Goudal-Brandalac SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 25 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
116 92 116 100 104 107 115 120 106
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
114 112 111 103 88 95 101 97 85
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
83 85 102 69 77 71 64 63 63
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
50 29 5 10 14 20 25 28 22
2011 - - - - - - - -
25 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Celles, Notre-Dame-de- Clans

.

  • Le lac du Salagou, lieu de pêche ou de promenade.
  • Le hameau de Celles, inhabité et interdit aux visiteurs.
  • La chapelle Notre-Dame-des-Clans près du hameau des Vailhés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]