Vilhelm Kyhn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vilhelm Kyhn

Description de cette image, également commentée ci-après

Vilhelm Kyhn peint par son élève Anna Ancher peu avant sa mort en 1903

Naissance 30 mars 1819
Copenhague
Décès 11 mai 1903 (à 84 ans)
Frederiksberg
Nationalité Danoise
Activités peintre
Formation Académie royale des beaux-arts du Danemark
Élèves Anna Ancher, Johanne Krebs, Emilie Mundt, Marie Luplau, Emmy Thornam
Mouvement artistique Âge d'or danois
Influencé par Christoffer Wilhelm Eckersberg, J. L. Lund (en), Niels Lauritz Høyen (en), N. F. S. Grundtvig

Peter Vilhelm Carl Kyhn, (30 mars 181911 mai 1903) est un peintre de paysages danois qui appartient à la génération des peintres nationalistes romantiques immédiatement après l'Âge d'or danois et avant le Det Moderne Gennembrud (en). Même s'il a survécu à nombre de ses pairs artistiques durant plusieurs décennies, il est resté un traditionaliste et a exprimé de vives critiques concernant la plupart des nouvelles tendances de la peinture de son époque.

Kyhn a également joué un rôle comme éducateur, créant plusieurs écoles d'art alternatives, dont une école de peinture pour femmes où a entre autres étudié Anna Ancher.

Biographe[modifier | modifier le code]

Enfance et scolarité[modifier | modifier le code]

Kyhn est né à Copenhague de Carl Gottlieb Kyhn et Sara Marie. Son père ne veut pas qu'il devienne artiste et il commence par travailler dans des bureaux. Puis, comme compromis, il est autorisé à étudier la gravure sur cuivre avec Georg Hoffmann. Il apprend à faire des vignettes, une compétence qui lui sera utile plus tard quand il a apprendra à faire des gravures.

Il entre à l'Académie royale des beaux-arts du Danemark en 1836. Il entre à la School of Plaster Model Painting en 1840 et à la School of Model Painting en 1841, où il est influencé par le classicisme des enseignants Christoffer Wilhelm Eckersberg, père du Âge d'or danois, et J. L. Lund (en)[1]. Il est également influencé par Niels Lauritz Høyen (en), un autre professeur de l’académie ainsi qu'un important critique d'art et historien de l'art. N. F. S. Grundtvig fut également une grande source d'inspiration dans son virage vers le nationalisme romantique.

Jutland woodlands, peint par Kyhn en 1845 près de Silkeborg et exposé à Charlottenborg en 1845

Il remporte en 1843 la petite médaille d'argent pour un académie mais il allait se tourner vers la peinture de paysages. À cette époque les paysages danois commencent à être un domaine sérieux pour les artistes danois. Kyhn prend part au mouvement et expose son premier paysage, Et bornholmsk Strandparti (Une vue de la plage de Bornholm). Ce tableau a été acheté par la Collection Royale Danoise de Peinture, maintenant la Danish National Gallery, puis plus tard prêté à l'ARoS Aarhus Kunstmuseum.

En 1845, Kyhn remporte un prix lors du Neuhausenske Konkurs avec le tableau Landskab, hvori Foraaret karakteriseres (Paysage de printemps).

Voyage d'étude à l'étranger[modifier | modifier le code]

Jeune garçon assis sur un mur surplombant Capri, un des quelques tableaux que Kyhn peignit durant ses voyages

Après quelques années de travail assidu à peindre des paysages au Jutland et dans le Nord du Zealand, il commence à chercher une bourse de voyage ; il s'en voit attribuer une en 1848. Il repousse cependant son voyage jusqu’au printemps 1850 à cause des révolutions européennes de 1848 qui font du Danemark le 5 juin 1849 une monarchie constitutionnelle.

Il voyage aux Pays-Bas, en Belgique et à Paris au printemps 1850 et atteint l'Italie en septembre de la même année. L'année suivante il obtient une prolongation de sa bourse. Il a peint peu de paysages des pays qu'il a visité, et uniquement alors qu'il y était.

Peintures de paysages nationalistes romantiques[modifier | modifier le code]

De retour au Danemark en juin 1851, il recommence à peindre des paysages. Les tableaux que Niels Lauritz Høyen (en) acheta à Kyhn montrent un bon développement de son style. Sa technique de peinture de paysages s'améliore avec le temps comme par exemple dans la scène hivernale Kystparti ved Taarbæk (Vue de la côte près de Taarbæk") ou dans Udsigt over det flade Land ved Bjærgelide (Vue sur la plaine près de Bjærgelide) peints en 1858. Les plaines du Jutland dans ce tableau n'étaient pas un sujet populaire à cette époque. Il ouvrit la voie aux autres artistes pour peindre des paysages danois par excellence.

Vue sur le Fjord Vejle, 1854

Après 1863 il peint plusieurs scènes avec la lumière spéciale des soirées d'été du Danemark, par exemple l’atmosphérique Efter solnedgang i udkanten af en landsby (Après le coucher de soleil aux abords d'un village) peint en 1863 et Sildig Sommeraften ved Himmelbjærget ("Soirée de fin d'été près de Himmelbjerget) peint en 1874. Ces deux tableaux font partie des collections du National Museum of Art.

Il peint plusieurs paysages près de Silkeborg et passe ses étés à partir de 1873 à Himmelbjerg, un des lieux les plus hauts du Danemark. C'est probablement là que Kyhn commence à expérimenter la peinture sur le motif.

Œuvre graphique[modifier | modifier le code]

Il est l'une des forces motrices de la création de l'Union danoise Etchers (Den danske Radeerforening) en 1853. Il se marie avec Pauline Petrine Leisner le 11 septembre de la même année.

Opposition à l'internationalisme et conflits à l'Académie[modifier | modifier le code]

À partir des années 1850 il enseigne à l’École de Dessin et à l'École de Peinture. Il devient membre de l’Académie en 1870. Il a été membre du Comité de l'exposition à Charlottenborg de 1873 à 1888 et du Comité de l'exposition à l’exposition universelle de Paris en 1877-1878. Il voyage en Suède en 1866 et en 1874, en Norvège en 1873 et 1874 et à Skagen en 1877.

En tant qu'artiste nationaliste, les artistes blonds comme ils étaient appelés, il est exclu de l'Académie et ne peut plus vendre ses œuvres au Kunstforeningen (en) sur Gammel Strand (en).

En réaction et en opposition à l'internationalisme de plus en plus présent chez les jeunes artistes danois qui choisissent de se rendre en France dans le cadre de leurs études, et en opposition à l'effet de cet enseignement français sur l’art danois, Kyhn envoie une œuvre à Paris en 1876. Cette œuvre est une défense de l'art national danois et de l'école de peinture Eckersberg. Il voyage à Paris en 1878 où cet œuvre est exposée lors de l'Exposition Universelle. Il démissionne de l’Académie en 1882 en protestation d’œuvres de Peder Severin Krøyer et de Theodor Philipsen[2].

Son travail est exposé lors de la première exposition internationale d'art à Vienne, Autriche, en 1882. Kyhn est sélectionné comme membre de l'Assemblée plénière de l'Académie en 1887.

École alternatives de peinture[modifier | modifier le code]

Le peintre Vilhelm Kyhn fumant sa pipe, par Anna Ancher, son étudiante la plus connue de l'École de peinture pour femmes

Durant la période 1871-1879, l'atelier de Kyhn devient un lieu de rassemblement pour un groupe de jeunes artistes insatisfaits et d'étudiants de l'Académie appelés les Huleakademiet, ce qui conduit à la formation en 1882 de la Kunstnernes Frie Studieskoler[1].

Durant cette période, entre 1865 et 1895, il gère également la Tegneskolen for Kvinder (école de peinture pour femmes), les femmes n'avaient à l’époque pas accès à l’académie. Plus de soixante-quinze femmes furent formées par lui dont Anna Ancher, Johanne Krebs, Emilie Mundt, Marie Luplau et Emmy Thornam[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son fils Svend Carl, née en 1862, était un peintre de paysages et d'intérieurs prometteur mais il meurt en 1890. Sa femme meurt en 1894. Il reçoit la médaille de bronze lors de l’Exposition universelle de 1900 à Paris.

Il meurt à Frederiksberg le 11 mai 1903 à 84 ans[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Vilhelm Kyhn », Gyldendal (consulté le 02/08/2010)
  2. « Vilhelm Kyhn - guldalderens sidste forkæmper » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 02/05/2010
  3. « Anna Ancher & Co. », Sophienholm (consulté le 02/05/2010)

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]