François de Montmorency

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir maison de Montmorency.
François de Montmorency
François de Montmorency
François de Montmorency

Titre Duc de Montmorency
Comte de Dammartin
Baron de Châteaubriant
Seigneur de Chantilly
Seigneur de l’Isle-Adam
Prédécesseur Anne de Montmorency
Successeur Henri Ier de Montmorency
Distinctions Cross of the Order of the Holy Spirit (heraldry).svg Ordre du Saint-Esprit[1]
Order of Saint Michael (heraldry).svg Chevalier de Saint-Michel
Autres fonctions Grand maître de France
1558-1559
Biographie
Dynastie Maison de Montmorency
Naissance
Chantilly (France)
Décès
Écouen (France)
Père Anne de Montmorency
Mère Madeleine de Savoie
Conjoint Diane de France

Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason Mathieu II de Montmorency.svg

François de Montmorency, duc de Montmorency (né à Chantilly, le — décédé à Écouen, le ) est un noble et militaire français, grand officier de la couronne.

Il fut grand maître de France, maréchal de France et gouverneur de Paris et d'Ile de France. Il était le fils aîné du connétable Anne de Montmorency et l'époux de Diane de France, fille légitimée du roi Henri II.

Biographie[modifier | modifier le code]

François de Montmorency, école française du XVIe siècle
François, duc de Montmorency, maréchal de France(1520-1578), François-Louis Dejuinne, 1835. Copie, d'après un original conservé au château de Beauregard, commandé par Louis-Philippe Ier pour le musée historique de Versailles en 1834

François était le fils aîné d'Anne de Montmorency, pair et connétable de France et de Madeleine de Savoie. Il est né le 17 juillet 1530 dans le château de son père, à Chantilly. Il fit ses premières armes au siège de Lenz en Piémont, en 1551. Il accompagna le roi Henri II sur la frontière d'Allemagne, assista à la prise de Damvillers et d'Ivoy, servit au siège de Metz, en 1552. Il participa à l'héroïque résistance de la ville de Thérouanne contre les assauts des troupes de Charles Quint : finalement, il dut se rendre et fut fait prisonnier le 30 mai 1553.

Sa captivité dura trois ans. À son retour, il fut fait chevalier de l'Ordre de Saint-Michel et pourvu du Gouvernement de Paris et de l'Île-de-France (1556). Il fut envoyé en Italie au secours du pape Paul IV et reprit aux Espagnols le port d'Ostie et quelques autres places aux environs de Rome. Il prit part à la malheureuse journée de Saint-Quentin le 10 août 1557, défendit la Picardie contre les Espagnols et assista au siège de Calais, en 1558.

Le roi l'envoya en ambassade auprès de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre pour recevoir d'elle l'engagement d'observer le traité de paix du Cateau-Cambrésis. À la mort du roi Henri II, il dut céder la charge de Grand maître, héritée de son père, au duc de Guise. Le roi lui donna alors le bâton de Maréchal de France (1559).

Il est marié contre son gré en 1557 à Diane de France, fille illégitime d'Henri II. François de Montmorency avait auparavant contracté un mariage demeuré secret[2], mais après avoir subi les foudres de la colère paternelle, il se soumit et épousa la princesse.

Pendant les guerres de religion, il se range du côté des catholiques libéraux favorables à l'application d'une politique de tolérance civile à l'égard des protestants. Il est lui-même très proche de ses cousins Châtillon passés à la Réforme protestante[3]. Il assista en 1560 aux États Généraux tenus à Orléans. Il participa au sein de l'armée royale à la bataille de Dreux le 19 décembre 1562, et à la prise du Havre. Il participa également le 10 novembre 1567 à la bataille de Saint-Denis où mourut son père.

Dans son gouvernement de la ville de Paris, il devint impopulaire par sa fermeté à appliquer les édits royaux et à faire interdire les armes à feu. Hostile à la maison des Guise, François affronte le cardinal de Lorraine lors d'une bataille de rue en 1565. Cette rivalité ne va cesser d'aller en s'accroissant.

En 1570, il a la tâche très difficile de faire respecter à Paris la Paix de Saint-Germain-en-Laye. En 1572, il est envoyé auprès de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre pour faire signer le traité d'alliance avec la France. C'est à cette occasion qu'il reçoit l'Ordre de la Jarretière. De retour en France, François est plus que jamais impopulaire. Son incapacité à maîtriser les mutins parisiens, le poussent finalement à abandonner son poste de gouverneur de la ville. Il quitte la ville quelques jours avant le massacre de la Saint-Barthélemy, laissant ainsi le champ libre au Guise et aux massacreurs. On dit que François faisait lui-même partie de la liste des chefs à exécuter durant le massacre. C'est lui qui fit faire discrètement décrocher le cadavre de Coligny, son cousin, du gibet de Montfaucon où il était suspendu.

En 1574, Charles IX le laisse revenir à la cour, mais un incident impliquant le duc de Guise le contraint de quitter à nouveau la cour. François de Montmorency est ensuite impliqué dans le complot des Malcontents, le « Tiers parti » du duc d'Alençon. Arrêté et enfermé à la Bastille avec le maréchal de Cossé, François de Montmorency n'est libéré qu'en octobre 1575. Le roi reconnaît son innocence par lettres patentes enregistrées au Parlement. François meurt au château d'Écouen le 6 mai 1579 et est inhumé en l’église de Saint-Martin de Montmorency.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le château d'Écouen, résidence principale des Ducs de Montmorency

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lorsqu’il est nommé en 1578, il n’a pas été reçu puisqu’il meurt entre temps.
  2. Le thème sera notamment développé sous l'angle romantique dans Les Pardaillan, un roman-feuilletonMichel Zévaco dépeint favorablement le personnage de François de Montmorency, le « L'Hospital d'épée » étant considéré anachroniquement comme un partisan de la tolérance religieuse, conformément à la sensibilité laïque de la Troisième République.
  3. Francis de Crue, Le Parti des Politiques au lendemain de la Saint-Barthélemy. La Molle et Coconat, Paris, Librairie Plon, 1892, p. 34.