Filmographie de Madonna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Article principal : Madonna.

Madonna

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Madonna à Londres en 2005 pour la promotion de son documentaire I'm Going to Tell You a Secret

Nom de naissance Madonna Louise Ciccone
Naissance 16 août 1958 (56 ans)
Bay City, Michigan, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Auteur-compositrice-interprète, actrice, productrice, réalisatrice
Films notables Comme actrice
Recherche Susan désespérément
Dick Tracy
Une équipe hors du commun
Evita
Comme réalisatrice
W./E. : Wallis et Édouard

L'artiste américaine Madonna a entamé sa carrière d'actrice dès 1979, avant même d'avoir enregistré son premier 45 tours, en jouant dans le film underground A Certain Sacrifice, qu'elle a tourné entre 1979 et 1981 lors de son arrivée à New York. Toutefois, c'est en 1985 que sa carrière d'actrice débute vraiment grâce au film Recherche Susan désespérément. Les critiques positives pour ses débuts dans ce qui est son premier film commercial la poussent à participer à plusieurs films, dont les films à succès Dick Tracy (1990), Une équipe hors du commun (1992) et Evita (1996), pour lequel elle reçoit un Golden Globe de la meilleure actrice en 1997.

Cependant, la plupart de ses films ont été des échecs critiques et commerciaux, lui rapportant 11 nominations pour les Razzie Awards entre 1987 et 2010, dont 9 récompenses, faisant d'elle l'actrice ayant reçu le plus de fois un Razzie Award[1]. Pour la critique de cinéma Stephanie Zacharek, « [Madonna] est raide, dépourvue de naturel. C'est pénible à regarder, car il semble évident qu'elle fait de son mieux »[a 1] et Samuel Blumenfeld, journaliste au Monde, ajoute que « Madonna n'a jamais été une comédienne, le label « actrice de composition » ne peut s'appliquer à celle qui n'aura jamais interprété d'autre rôle que le sien. »[b 1]

Non seulement actrice au cinéma, elle a joué dans trois pièces de théâtre, produit plusieurs films à travers sa société de production Maverick et réalisé deux films, Obscénité et Vertu en 2008 puis W./E. : Wallis & Édouard en 2011, pour lequel elle a gagné un Golden Globe de la meilleure chanson originale pour Masterpiece, ainsi que quelques spots publicitaires. Deux documentaires à succès ont suivi les coulisses de deux de ses tournées mondiales : In Bed with Madonna (1991) et I'm Going to Tell You a Secret (2005).

Madonna a également contribué à plusieurs bandes originales de films, avec notamment Crazy for You et Gambler (extraites de Vision Quest), Into the Groove (extraite de Recherche Susan désespérément), Live to Tell (extraite du film Comme un chien enragé), Who's That Girl (extraite du film éponyme), This Used to Be My Playground (extraite d'Une équipe hors du commun), I'll Remember (extraite du film Avec les félicitations du jury), Beautiful Stranger (extraite du film Austin Powers 2 : L'Espion qui m'a tirée) et Die Another Day pour le 20e James Bond, Meurs un autre jour.

Sa carrière d'actrice et de réalisatrice en parallèle de son succès musical[modifier | modifier le code]

Ses premiers pas au cinéma (1979-1985)[modifier | modifier le code]

Une femme blonde habillée d'une veste mauve, portant des lunettes de soleil et saluant la foule
Madonna à la Berlinale en 2008 pour la présentation de son film Obscénité et Vertu

En 1979, fraichement arrivée à New York, Madonna court les castings et auditionne notamment pour le rôle d'Ariel Moore dans Footlose et pour la série Fame, sans être retenue[a 2]. Peu de temps après, elle répond à l'annonce du réalisateur Stephen Jon Lewicki dans le magazine Backstage pour le film A Certain Sacrifice. Dans ce film tourné entre octobre 1979 et novembre 1981 pour des raisons budgétaires[a 3], et pour lequel elle est payée 100 $ (elle sera d'ailleurs la seule à recevoir un salaire)[a 4], Madonna interprète Bruna, une new-yorkaise au profil dominateur entourée de son petit ami Dashiel et de ses esclaves sexuels. Une fois devenue célèbre, le réalisateur décide de sortir le film, ce à quoi Madonna s'oppose : elle lui propose 10 000 $ pour racheter les droits du film, ce qu'il refuse, avant de le poursuivre pour en empêcher la sortie[a 5]. L'action en justice échoue[b 2], A Certain Sacrifice est finalement édité en 1985 et crée la polémique[a 6]. En parlant de Madonna, Stephen Jon Lewicki dira plus tard : « Cette femme a plus de sensualité dans l'oreille que la plupart des autres dans tout leur corps ! »[a 4]

En 1981, lorsque Camille Barbone décide de devenir son manager, cette dernière lui fait prendre des cours chez Mira Rostova, professeur d'art dramatique qui a notamment enseigné à Alec Baldwin, Roddy McDowall et Montgomery Clift. Madonna ne prend qu'une leçon qui se passe mal, jugeant l'exercice « trop dur » et le professeur « minable »[a 7]. Mira Rostova déclara à Camille Barbone, « Je doute que cette fille puisse être jamais prise au sérieux en tant que comédienne. Premièrement, parce qu'elle est vulgaire. Deuxièmement, parce qu'elle a déjà décidé qu'elle sait tout ce qu'il y a à savoir sur tout. Et troisièmement, parce qu'elle n'écoute personne, et que si elle n'écoute pas dès le début, elle n'écoutera jamais. »[a 8]

En septembre 1983, le manager de Madonna, Freddy DeMann, propose aux producteurs Peter Guber et Jon Peters de l'engager pour un petit rôle de chanteuse dans un bar pour leur prochain projet, un film intitulé Vision Quest réalisé par Harold Becker[a 9]. D'après Madonna, les producteurs ne tenaient pas à engager une actrice expérimentée pour ce rôle mais voulaient une véritable chanteuse avec beaucoup de personnalité[a 10]. Après une audition fructueuse[a 11], elle filme ses scènes en novembre 1983[a 12] durant lesquelles elle interprète les chansons Crazy for You et Gambler[a 13]. En 1984, Madonna est choisie par Susan Seidelman pour interpréter le rôle de Susan dans Recherche Susan désespérément aux côtés de Rosanna Arquette et Aidan Quinn. La réalisatrice la choisit parmi plusieurs candidates comme Ellen Barkin ou Melanie Griffith et dira plus tard : « [Madonna] n'était pas une actrice expérimentée mais il y avait quelque chose dans son attitude. Elle était incroyablement sûre d'elle, parfaite pour le personnage. Je me disais que si on arrivait à insuffler cet aspect de sa personnalité dans le rôle, ce serait formidable. […] J'avais confiance en ma capacité à capturer sa façon d'être sur la pellicule. Je me fichais de son CV. »[a 14] Le film sort en 1985 et récolte d'excellentes critiques, en particulier Madonna même si certains pensent qu'elle n'a fait que jouer son propre rôle[a 15],[b 3].

De Shanghai Surprise à Dick Tracy (1986-1990)[modifier | modifier le code]

« La musique était encore aussi importante pour moi, mais je m'étais toujours intéressée aux films, et la seule idée de passer le reste de mes jours à ne rien faire d'autre que des disques me faisait frissonner d'horreur. […] Judy Garland l'a fait. Et si la comédienne Sissy Spacek peut chanter du country, je me demande pourquoi je n'arriverais pas à devenir actrice… Je ne voyais pas en quoi les deux choses étaient si différentes. Après avoir terminé un album, il faut souvent attendre six mois, le temps de la promotion. Alors, pourquoi ne pas jouer la comédie pendant ce temps-là ? »

Madonna décrivant son intérêt pour la comédie[a 16]

Le succès de Recherche Susan désespérément pousse Madonna à vouloir poursuivre une carrière d'actrice en parallèle à son métier de chanteuse[a 17]. Parmi les propositions qu'on lui fait, elle refuse de jouer sous la direction de Prince dans son film Under the Cherry Moon[b 4] et retient le film Shanghai Surprise, produit par l'ex-Beatles George Harrison. Elle y interprète Gloria Tatlock, une missionnaire à la recherche d'une cargaison d'opium dans le Shanghai des années 1930 et qui doit s'associer à un vendeur de cravates américain qui connait la ville comme sa poche, Madonna imagine dans le rôle son nouveau mari le comédien Sean Penn[a 18]. En janvier 1986, les Penn s'envolent pour Hong-Kong et commencent le tournage, qui s'avèrera très difficile : d'après l'acteur Paul Freeman, qui interprétait le rôle de Walter Faraday dans le film, le réalisateur Jim Goddard se comportait de façon grossière avec Madonna en multipliant les blagues graveleuses et les sous-entendus[a 19] et la présence continue des paparazzi rendait Sean Penn fou de rage, qui ne supportait pas que l'on empiète sur sa vie privée[a 20]. De son côté, le frère de Madonna, Christopher Ciccone, qui a suivi sa sœur lors du tournage comme assistant, dresse un portrait moins flatteur : « Avant le début du tournage, Madonna est encore suspendue aux lèvres de Sean quand il la conseille sur son jeu d'actrice. Mais dès le premier tour de manivelle, elle abandonne son personnage de débutante et décide qu'elle a l'étoffe de Meryl Streep. […] Madonna croit être une actrice douée ; pour Sean, elle n'est rien de plus qu'une chanteuse. »[a 21] Signe de la mésentente entre les Penn et les tabloïds, ces derniers les affublent du surnom peu flatteur de « Poison Penn »[b 5] (les « Pennibles » en français[a 22]).

En août 1986, Madonna et Sean Penn font leurs débuts au théâtre dans la pièce Goose and Tom-Tom écrite par David Rabe[2]. Le couple interprète deux gangsters devant un public uniquement composé de célébrités comme Warren Beatty, Andy Warhol, Cher ou Liza Minnelli[a 23]. Les critiques sont mauvaises pour le couple[a 23]. Un mois plus tard, sort au cinéma Shanghai Surprise qui est un échec critique et commercial : Pete Travers de People décrit Madonna comme « […] une poupée Barbie sans vie qui ne peut pas dire ses répliques sans avoir l'air de les réciter par cœur »[b 6], tandis que Janet Maslin du New York Times souligne que « ce qu'il y a de mieux à propos de Shanghai Surprise, […] c'est que vous pouvez le regarder en toute intimité tellement il y a peu de spectateurs. »[b 7] Nominé pour six Razzie Awards l'année suivante, le film remporte le trophée de la pire actrice pour Madonna[3]. Face à cet échec, Madonna dira simplement « Gloria Tatlock est très loin de ce que je suis en réalité […] Il me fallait un rôle qui me permettait de prouver aux gens que j'étais capable de jouer. »[a 24] et rajoutera plus tard « Je venais juste de me marier. Tout était très nouveau pour moi, et mon ex-mari imposait ses vues, à sa guise. Il m'impressionnait tellement alors je lui laissais la bride sur le cou. J'étais tellement naïve. J'avançais à l'aveuglette, sans avoir mon mot à dire. J'ignorais ce qui se passait, et ça ne me plaisait pas. »[a 25]

Un homme vêtu d'un imperméable jaune et d'un chapeau assorti, tel un détective privé
Peu après son divorce d'avec Sean Penn, Madonna s'est entichée de Warren Beatty pendant le tournage de Dick Tracy

En 1987, après avoir refusé de partager la vedette avec Bruce Willis dans Boire et déboires[b 8], Madonna est à l'affiche de la comédie romantique Who's That Girl réalisée par James Foley, avec qui elle avait déjà collaboré pour ses clips Live to Tell, Papa Don't Preach et True Blue[a 26]. D'abord intitulé Slammer[a 27], le film suit l'histoire de Nikki Finn, une jeune femme au caractère exubérant accusée de meurtre qui se bat pour trouver le vrai coupable[a 27]. Si la bande originale et la chanson éponyme ont un succès commercial certain, le film est un nouvel échec pour Madonna : Jean Rosenbluth de Rolling Stone va jusqu'à dire que « Le titre du film posait la question “Qui est cette fille ?” Les résultats du box-office répondirent hélas, “La même qui était dans Shanghai Surprise et nous a ennuyé à mourir.” »[b 9], le film récolte 5 nominations aux Razzie Awards l'année suivante et gagne le prix de la pire actrice pour Madonna[4]. En février 2000, Madonna dira : « Dans tous les autres films que j'ai tourné, on trouve des choses pas mal. On peut dire que mon interprétation était bonne, même si le film était mauvais. Dans Who's That Girl, je trouve que tout est mauvais. »[a 28]

En 1988, Madonna décide se consacrer pleinement à sa carrière d'actrice[a 29] et d'auditionner pour la nouvelle pièce du dramaturge David Mamet, Speed-the-Plow, lorsqu'elle apprend que la comédienne Elizabeth Perkins s'est désistée à la dernière minute[a 30]. Pour son deuxième essai à Broadway, Madonna endosse le rôle de Karen, une secrétaire effacée mais faussement naïve qui travaille pour deux magnats du cinéma et essaie de leur vendre un projet de film au succès commercial incertain[a 31]. Les critiques sont dans l'ensemble négatives : Dennis Cunningham juge que Madonna est « scandaleusement incompétente »[a 32] et le New York Daily News titre « Non elle ne sait pas jouer ! »[a 33] mais c'est la star Katharine Hepburn, qui avait assisté à une représentation, qui a le commentaire le plus acerbe en déclarant : « J'ai vu la nouvelle pièce de [David] Mamet avec Madonna interprétant une prétendue actrice qui ne sait pas jouer. Elle était absolument convaincante ! »[a 32]

L'année suivante, Madonna participe au film Il était une fois Broadway où elle interprète le rôle d'une show girl amoureuse du personnage joué par Randy Quaid. Le film passe inaperçu et elle est une nouvelle fois nominée aux Razzie Awards comme pire second rôle féminin[5]. Lors de cette même cérémonie, elle est nominée comme pire actrice de la décennie et pire révélation[6]. Elle refuse par la suite de jouer dans le film Susie et les Baker Boys, estimant que le scénario était « inconsistant »[a 34]. En février 1989[a 35], Madonna entame le tournage de Dick Tracy, film inspiré du comic-strip éponyme créé par Chester Gould en 1931[7]. Le film permet à Madonna de relancer sa carrière d'actrice après les échecs de Shanghai Surprise et Who's That Girl[a 36]. Le réalisateur Warren Beatty, avec qui elle entame une relation[a 37], la choisit parmi plusieurs actrices de renom telles que Kim Basinger ou Kathleen Turner. Payée au salaire minimum syndical[a 38], soit 27 360 $[a 39], Madonna est Breathless Mahoney, une séduisante chanteuse de cabaret qui tombe amoureuse du célèbre détective. Elle enregistre l'album I'm Breathless, composé de chansons utilisées dans le film et d'autres seulement inspirées par celui-ci. I'm Breathless contient entre autres quatre chansons écrites par l'auteur-compositeur Stephen Sondheim[b 10]. Le film sorti en juin 1990 est un succès critique et commercial : dans sa critique pour le New York Times, Vincent Canby assure qu'il s'agit « de son meilleur rôle depuis ses débuts dans Recherche Susan désespérément. »[b 11] En parallèle, Madonna est choisie par Jennifer Lynch pour jouer dans son film Boxing Helena pour interpréter le personnage éponyme, une femme séductrice et narcissique malmenée par un chirurgien interprété par Julian Sands[b 12]. Mais Madonna quitte le projet quelques mois avant le début du tournage pour être d'abord remplacée par Kim Basinger puis par Sherilyn Fenn[b 13]. Lorsque Prince lui propose un rôle dans son film Graffiti Bridge, Madonna rejette froidement l'offre après avoir jugé le script « merdique »[b 14]. Elle sera remplacée par Ingrid Chavez, co-auteur avec Lenny Kravitz de son single controversé Justify My Love en 1991[8].

De sa prestation aux Oscars à Groom Service (1991-1995)[modifier | modifier le code]

Madonna se rend aux Oscars en mars 1991 pour interpréter la chanson Sooner or Later écrite par Stephen Sondheim pour Dick Tracy, nominée dans la catégorie meilleure chanson originale, récompense qu'elle gagnera[9]. Habillée à la Marilyn Monroe[b 15], elle livre une performance jugée une des dix plus incroyables par Billboard Magazine en février 2013[b 16]. Au mois de mai, elle est accueillie chaleureusement au Festival de Cannes où elle présente son documentaire In Bed with Madonna, qui la montre filmée par Alek Keshishian dans les coulisses de son Blond Ambition Tour l'année passée[b 17]. La presse salue le résultat : dans sa critique pour Entertainment Weekly, Owen Gleiberman déclare que « Madonna fait plus dans ce documentaire que nous montrer les coulisses de sa vie de pop star. Elle révèle les racines de son style avec une franchise désarmante »[b 18] tandis que Peter Travers de Rolling Stone souligne que « ce qui donne sa fraicheur et son côté irrévérencieux à ce documentaire, c'est qu'il permet de découvrir les origines de l'attitude scandaleuse de Madonna et de l'ambition gigantesque qui lui a donné naissance. »[b 19]

Certains critiques notent cependant que Madonna joue un rôle tout au long du documentaire, en particulier son frère Christopher Ciccone, qui a participé à la tournée comme directeur artistique[a 40] : « J'hésite cependant à qualifier de documentaire la performance de ma sœur dans ce film, car c'est en fait un numéro où elle déploie plus de talent que dans toute sa carrière au cinéma. Et quiconque pense qu'In Bed with Madonna révèle quoi que ce soit de la vraie Madonna se fourre le doigt dans l’œil. »[a 41] Loin de réfuter ces objections quant à sa sincérité dans le documentaire, Madonna répondra aux critiques lors d'une interview pour Vanity Fair : « Les gens vont dire : “Elle sait qu'on la filme, et elle joue pour la caméra.” Mais même si je joue, il y a de la vérité dans mon jeu d'actrice. En me regardant, vous penserez sans doute que vous ne connaissez pas Madonna, et vous aurez raison. Parce que vous ne saurez jamais qui je suis vraiment. Jamais ! »[a 42] Dans la lignée de ces critiques, Madonna reçoit une nouvelle nomination assez ironique aux Razzie Awards comme pire actrice[10].

En 1992, après avoir interprété une trapéziste dans le film Ombres et Brouillard de Woody Allen[a 43], Madonna est à l'affiche de la comédie familiale Une équipe hors du commun réalisée par Penny Marshall. Dans ce film, où elle côtoie entre autres Tom Hanks, Geena Davis et Rosie O'Donnell, Madonna joue le rôle de Mae Morbadito, une new-yorkaise à fort tempérament qui ne s'en laisse pas compter. Si elle se plaint des conditions du tournage[b 20],[11], le film en lui-même est un succès critique et commercial, obtenant 77% de critiques favorables sur le site Rotten Tomatoes[12], rapportant 107 000 000 $[13]. Par ailleurs, elle et Shep Pettibone signent la chanson-thème, This Used to Be My Playground, qui sera son 10e no 1 au Billboard Hot 100[b 21]. La chanson sera nominée aux Golden Globes 1993 dans la catégorie meilleure chanson originale[14]. En janvier 1993, quelques mois après le scandale causé par son recueil de photos suggestives SEX et l'album Erotica, Madonna est à l'affiche du thriller érotique Body réalisé par Uli Edel et produit par Dino De Laurentiis. Dans ce film, dont l'intrigue rappelle celle du film, sorti en 1992, Basic Instinct dans lequel les personnages joués par Sharon Stone et Michael Douglas s'opposent[b 22], elle interprète le rôle d'une femme accusée d'avoir tué son amant par asphyxie érotique pour toucher son héritage et qui entame ensuite une relation quasi sadomasochiste avec son avocat interprété par Willem Dafoe. Avec Body, Madonna se prend une nouvelle volée de bois vert de la part des critiques : dans sa critique pour le New York Times, Caryn James souligne que « si Madonna voulait réellement devenir une actrice respectée, elle n'aurait pas joué dans Body »[b 23] et le critique de Rolling Stone est plus explicite : « Ce n'est pas que Madonna puisse faire une bonne Sharon Stone. Le hic, c'est qu'elle ne fait même pas une bonne Madonna. Au lieu d'exprimer des émotions, elle prend des poses, et débite d'une voix haut perchée des répliques stéréotypées qui ressemblent à des citations prélevées dans son bouquin. »[a 42] En mars 1994, elle reçoit son 3e Razzie Award[15]. En 1999, la comédienne Maïk Darah, qui a prêté sa voix à Madonna sur Dick Tracy, In Bed with Madonna, Ombres et Brouillard et Une équipe hors du commun, a confié lors d'une interview que c'était Madonna elle-même qui l'avait imposé pour la doubler en version française[b 24]. Les deux femmes ont d'ailleurs eu l'occasion de se rencontrer[16].

Un homme blanc d'âge mûr, habillé avec un pull-over noir. Il ferme son œil gauche et s'appuie sur un mur
D'après Abel Ferrara, Madonna a torpillé la sortie de Snake Eyes car elle jugeait le film « merdique »

La même année, on la retrouve dans le film Snake Eyes d'Abel Ferrara. Dans ce film, son personnage, une actrice hollywoodienne au talent discutable, joue le rôle d'une femme qui rejette son mode de vie décadent pour embrasser sa foi retrouvée, ce qui ne manque pas d'insupporter son mari (interprété par James Russo), tout cela sous les yeux du réalisateur (Harvey Keitel), dont la vie privée est progressivement influencée par les scènes qu'il dirige. Si les impressions concernant le film sont mitigées[b 25],[b 26], la plupart des critiques sont d'accord pour dire qu'il s'agit de sa meilleure performance : pour Kevin Thomas du Los Angeles Times, « ce film pourrait bien être son premier succès au cinéma qu'elle attend tant »[b 27] et Janet Maslin du New York Times va jusqu'à dire que « ce personnage est dénué d'artifices, ce qui est très rare dans ceux que Madonna interprète à l'écran. Certains spectateurs se demanderont sûrement s'ils n'ont pas déjà vu cette actrice dans d'autres films auparavant. »[b 28] Dans une critique rédigée en février 2012 pour le Chicago Reader, Ben Sachs parle de Snake Eyes comme le meilleur film dans lequel Madonna a joué[b 29].

En dépit de ces bonnes critiques, le film est un échec commercial. Selon Abel Ferrara, Snake Eyes n'a pas eu le succès escompté car Madonna a désavoué le film avant même sa sortie en déclarant « Je pensais pouvoir jouer ce rôle et donner une excellente performance, Snake Eyes était supposé être quelque chose de bien pour ma carrière d'actrice. Et pourtant, c'est un film merdique que je déteste. Mais je joue bien dedans. »[a 44], chose que Ferrara ne lui a jamais pardonné comme il l'a expliqué dans une interview pour The A.V. Club : « Les spectateurs n'ont jamais vraiment apprécié le film car Madonna l'a tué dans l’œuf. […] Elle a reçu tellement de critiques négatives après Body et elle pensait les devancer en dénigrant Snake Eyes […] mais elle a eu de bonnes critiques pour ce film qu'elle a pourtant critiqué au possible. Je ne lui pardonnerai jamais. »[b 30] Quand on lui dit qu'il a réussi à tirer une bonne performance de la part de Madonna, il répond simplement que « c'est parce qu'elle interprète une actrice tellement mauvaise que le réalisateur finit par se suicider. Qui de mieux que Madonna pour ce rôle ? »[b 30]

En 1995, Madonna participe au film à sketches Groom Service dans la partie réalisée et scénarisée par Allison Anders : dans le segment The Missing Ingredient, elle interprète le rôle d'une sorcière nommée Elspeth qui tente avec les autres membres de sa convention de ressusciter la déesse Diane, leur matriarche. Le film reçoit de mauvaises critiques : pour Jack Matthews du Los Angeles Times, « qualifier Groom Service de mauvais film est un euphémisme. »[b 31] Il vaut à Madonna son 1er Razzie Award comme pire second rôle féminin[17]. La même année, elle fait une courte apparition dans le film Brooklyn Boogie coréalisé par Paul Auster et Wayne Wang, où elle délivre un télégramme chantant à un certain Auggie Wren, interprété par Harvey Keitel (qu'elle a déjà côtoyé dans Snake Eyes)[a 45]. Madonna est également pressentie pour interpréter Ginger McKenna dans le film Casino de Martin Scorsese mais ce dernier choisit Sharon Stone à la dernière minute[18].

Le succès d'Evita et la collaboration avec Rupert Everett (1996-2000)[modifier | modifier le code]

Un homme noir avec des lunettes et une barbe, il est habillé avec une chemise blanche et regarde en face de lui
L'année de la sortie d'Evita, Madonna est également à l'affiche du film Girl 6 réalisé par Spike Lee

Dès la fin des années 1970, Tim Rice et Andrew Lloyd Webber réfléchissent à une adaptation au cinéma de leur opéra narrant la vie d'Eva Perón (surnommée « Evita », d'où le titre de l'œuvre), première dame de l'Argentine de 1946 à 1952 devenue icône dans son pays natal après son décès brutal à l'âge de 33 ans. En 1981, Ken Russell est d'abord pressenti derrière la caméra mais il est rapidement écarté, au grand soulagement de Tim Rice[b 32]. Viennent ensuite Oliver Stone[b 33] puis Glenn Gordon Caron[b 34] qui jettent successivement l'éponge pour être finalement remplacés par Alan Parker, qui avait initialement refusé peu après la sortie de son film Fame[b 35].Pour incarner Evita, plusieurs noms circulent au fil des années : Elaine Paige[b 32], Liza Minnelli[b 32], Meryl Streep[b 32] ou encore Michelle Pfeiffer[a 46]. Madonna s'était montrée vivement intéressée par le projet : elle avait déjà été approchée en 1987 sous la direction d'Oliver Stone[b 32] mais sa demande de réécrire les chansons pour qu'elles lui correspondent mieux et d'avoir un droit de regard sur le scénario n'avait convaincu ni le réalisateur, ni Andrew Lloyd Webber[a 47]. Elle avait été de nouveau annoncée quand Glenn Gordon Caron fut pressenti pour réaliser le film[b 34]. Aussi, lorsque Pfeiffer décide de se retirer du projet à la suite de sa grossesse[a 46], Madonna écrit une lettre manuscrite de quatre pages à Alan Parker. Elle l'assure de sa détermination et du sérieux qu'elle mettra pour incarner Evita. Elle promet également de se consacrer entièrement au film pour en faire un succès[a 46]. Elle est finalement choisie grâce au soutien de Tim Rice[a 48] bien qu'Andrew Lloyd Webber soit plus circonspect quant à ses qualités vocales. Pour pouvoir améliorer sa voix, Madonna prend des cours de chant auprès de Joan Lader, qui a notamment travaillé avec Patti LuPone[a 49]. En dépit de ces leçons, l'enregistrement de la bande originale à Londres est très éprouvant pour Madonna[a 50]. Avant de partir en Argentine commencer le tournage, Madonna se documente de façon intensive sur la vie de la femme qu'elle va interpréter à l'écran[a 51]. Une fois arrivée à Buenos Aires, elle est confrontée à l'hostilité du peuple argentin[a 52] et du président péroniste Carlos Menem[a 53]. Elle réussit cependant à convaincre ce dernier de laisser Alan Parker filmer la scène où elle interprète Don't Cry for Me Argentina au balcon de la Casa Rosada[a 54], la résidence officielle du chef de l'État argentin où Eva Perón s'était adressée au peuple argentin de nombreuses fois[a 55]. Par ailleurs c'est pendant le tournage d'Evita que Madonna apprend qu'elle est enceinte de sa fille Lourdes[a 56].

Un homme accompagné de son épouse. Ils sont habillés en tenue de soirée, la femme porte des bijoux et le mari porte une cravate avec les symboles du drapeau argentin.
Portrait officiel de Juan et Eva Perón, réalisé en 1948

Après la sortie du film Girl 6 de Spike Lee, dans lequel Madonna interprète une gérante d'un service de téléphone rose[a 45], Evita sort aux États-Unis le 25 décembre 1996 et les retours sont excellents. Madonna, qui était terrifiée à l'idée de livrer une performance médiocre comme dans ses précédents films[a 57], est encensée par les critiques : Richard Corliss écrit dans Time Magazine que « c'est un soulagement de pouvoir déclarer que le film d'Alan Parker […] est un beau film, bien distribué, bien filmé, bien sous tous les rapports. Madonna répond à toutes nos attentes, dans un rôle épineux. […] Qu'on aime ou déteste l'Eva Perón de Madonna, c'est un régal pour les yeux. Un spectacle qu'il faut voir. »[a 58] et Todd McCarthy de Variety ajoute que « Madonna donne tout ce qu'elle a dans le rôle-titre et elle s'en sort magnifiquement. »[b 36] Ces critiques positives permettent à Madonna de triompher aux Golden Globes et de remporter un trophée de la meilleure actrice[b 37]. En revanche, elle est snobée aux Oscars[19], en dépit de sa volonté manifeste de remporter une statuette[b 38]. Elle se rend tout de même à la cérémonie pour interpréter You Must Love Me, une composition inédite du duo Rice/Webber qui remporte l'Oscar de la meilleure chanson originale[20]. Un membre de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, sous couvert d'anonymat, confiera plus tard à la biographe Barbara Victor que Madonna n'avait pas été nominée tout simplement parce que sa performance n'était pas assez bonne[a 59].

En 1997, il est prévu que Madonna interprète la photographe et révolutionnaire italienne Tina Modotti dans un film produit par Mick Jagger[b 39] mais le projet est annulé[b 40], puis elle est annoncée avec Goldie Hawn dans le film Chicago[b 41], alors au simple stade de projet. Wes Craven engage Madonna pour le film La Musique de mon cœur en 1999 et cette dernière prend des cours de violon pour se préparer au rôle d'un professeur de musique[b 42]. Elle quitte cependant le projet en raisons de divergences artistiques avec le réalisateur et est remplacée par Meryl Streep deux semaines avant le début du tournage[b 43]. À la même époque, elle se montre très intéressée par l'adaptation au cinéma du roman Geisha d'Arthur Golden, où elle se voit interpréter le personnage principal, Hatsumomo, mais cela reste sans suite[b 44] lorsque les responsables de la Columbia, qui détient les droits sur un potentiel film, lui font comprendre qu'ils ne souhaitent pas la voir dans ce rôle[a 60].

En 2000, Madonna est couronnée pire actrice du siècle aux Razzie Awards[21] et à cette occasion, le co-créateur du prix, John Wilson, l'invite à venir chercher sa récompense, comme le feront plus tard Halle Berry ou Sandra Bullock, mais son attachée de presse répliquera sèchement « qu'est-ce qui vous fait croire qu'elle voudrait venir accepter un prix de la sorte ? » et ne donnera pas suite à la proposition[22]. Elle joue cette année-là dans de la comédie dramatique Un couple presque parfait. Dans ce film réalisé par John Schlesinger, son dernier avant son décès en 2003[b 45], elle interprète Abbie Reynolds, une femme esseulée qui partage une nuit d'ivresse avec son meilleur ami homosexuel Robert, interprété par son ami Rupert Everett[a 61]. Lors de cette nuit, ils couchent ensemble et Abbie tombe enceinte, poussant ce couple anti-conformiste à élever leur enfant ensemble en étant seulement amis. Le tournage est difficile pour le réalisateur, dépassé par les fortes personnalités de ses deux acteurs[b 46]. Dans son autobiographie Tapis rouge et autres peaux de bananes, Rupert Everett confirme les difficultés de tournage mais selon lui, le film en lui-même était un désastre dès le début[b 47]. Le film sort en mars 2000 et les critiques sont assassines : pour Roger Ebert, « Madonna n'est pas crédible dans ce film, elle parait plus faire la promotion de l'éducation alternative »[23] et Steve Daly d'Entertainment Weekly rajoute que « Madonna ne parvient pas à insuffler de l'énergie dans son personnage. »[b 48] L'année suivante, elle décroche un nouveau Razzie Award[24].

L'échec d'À la dérive et autres projets (2001-2006)[modifier | modifier le code]

Un homme en costume accompagne une femme blonde avec une robe noire et le bras gauche en écharpe
Guy Ritchie et Madonna (ici en 2005) avaient déjà collaboré deux fois ensemble avant À la dérive

En 2001, une fois son Drowned World Tour achevé, Madonna part en Europe pour tourner le film À la dérive réalisé par Guy Ritchie, son époux qui l'a déjà dirigée dans le clip vidéo pour sa chanson What It Feels Like for a Girl et le spot publicitaire The Hire: Star pour le constructeur automobile BMW, dans lequel elle fait preuve de beaucoup d'autodérision dans son interprétation d'une célébrité capricieuse et agacante[a 62]. Dans À la dérive, un remake du film italien Vers un destin insolite, sur les flots bleus de l'été de 1974, Madonna joue le rôle d'Amber Leighton, une bourgeoise américaine insupportable qui échoue sur une île déserte avec un marin pêcheur qui la déteste, mais qui finira par tomber amoureux d'elle. Lorsque le film sort, il est critiqué de toute part : dans le magazine Rolling Stone, Peter Travers déplore que « Madonna continue à confondre sa tendance à prendre la pose devant la caméra avec les talents d'un acteur confirmé »[b 49] et, à l'occasion de la sortie en DVD du film, Almar Haflidadson de la BBC rajoute que « Madonna n'a pas le sens de la comédie et n'est pas chaleureuse, ce qui rend son personnage irrécupérable »[b 50]. La même année, Madonna et Mirwais Ahmadzaï écrivent la chanson Die Another Day pour Meurs un autre jour[b 51], 20e film de la série James Bond, dans lequel elle fait un caméo comme professeure d'escrime londonienne qui s'avère être la 1re James Bond Girl lesbienne[b 52]. Elle est la première chanteuse qui à la fois interprète le générique et joue dans le film. La même année, on la retrouve au théâtre dans la pièce Up For Grabs de David Williamson[25].

Une femme blonde est habillée avec un tee-shirt noir où il est indiqué « Kabbalists do it better » et d'un kilt écossais. Elle tient un micro dans sa main droite
Le documentaire I'm Going to Tell You a Secret suit Madonna en 2004 dans les coulisses de sa tournée mondiale Re-Invention Tour

En 2003, Madonna reçoit trois Razzie Awards pour ses prestations dans À la dérive et Meurs un autre jour[26]. La même année elle fait ses débuts à la télévision dans la série Will et Grace[b 53] où elle apparait dans le 21e épisode de la 5e saison intitulé Une question d'habitudes (Dolls and Dolls dans la version originale). Elle interprète une directrice de production musicale nommée Liz, une probable allusion à son attachée de presse de longue date Liz Rosenberg[b 54], avec qui Karen Walker (Megan Mullally) décide de se mettre en colocation. En juin 2004, le quotidien britannique The Guardian annonce que Madonna va interpréter la chanteuse et actrice Texas Guinan dans une comédie musicale intitulée Hello Suckers coproduite par Madonna et Martin Scorsese[b 55], ce qu'elle confirme en décembre de la même année[b 56] mais le projet est rapidement abandonné[b 57]. La même année, elle commence à travailler sur un projet de comédie musicale avec Luc Besson, qui a réalisé le clip de son single Love Profusion[b 58]. Le scénario présente l'histoire d'une femme sur son lit de mort qui réfléchit à la vie qu'elle a vécu depuis les années 1920[b 59]. Pour ce projet, elle collabore avec Patrick Leonard, Mirwais Ahmadzaï et Stuart Price sur plusieurs chansons de différentes époques tandis que Luc Besson est chargé d'écrire le scénario. Insatisfaite du résultat, elle abandonne finalement le projet[b 57] et réutilise certaines chansons pour son album Confessions on a Dance Floor, dont le single Hung Up[b 59].

En 2005, Madonna présente sur MTV le documentaire I'm Going to Tell You a Secret réalisé par Jonas Åkerlund, filmé pendant son Re-Invention Tour entre mai et septembre 2004. Dans ce documentaire, que beaucoup présentent comme une suite au documentaire In Bed with Madonna de 1991, Madonna apparait plus posée et plus spirituelle qu'elle ne l'était auparavant. Fin 2006, le film Arthur et les Minimoys sort en France. Dans ce film réalisé en images de synthèse par Luc Besson, Madonna prête sa voix à Sélénia[27], princesse d'un royaume que visite le jeune Arthur (Freddie Highmore) et dont elle tombe amoureuse. C'est le premier film animé auquel Madonna participe[28] mais elle est remplacée par Selena Gomez pour les suites Arthur et la Vengeance de Maltazard et Arthur 3 : La Guerre des deux mondes[29].

Sa carrière derrière la caméra (à partir de 2008)[modifier | modifier le code]

Madonna et Nathan Rissman à la première d'I Am Because We Are lors du Festival du film de TriBeCa en 2008

Alors en plein Confessions Tour, Madonna annonce en août 2006 qu'elle met un terme à sa carrière d'actrice, échaudée par les critiques successives qu'ont suscité ses différents films[b 60] et qu'elle préfére se tourner vers la réalisation[b 61]. En février 2007, elle s'associe à l'entreprise de prêt-à porter H&M pour dessiner une collection intitulée « M by Madonna » distribuée le monde entier[30]. À cette occasion, elle réalise le spot publicitaire en collaboration avec Dan Cadan[31]. Elle se consacre ensuite à la réalisation de son premier film, Obscénité et Vertu, qu'elle produit et scénarise également. Ce film raconte l'histoire d'A.K. (Eugene Hütz), Juliette (Vicky McClure) et Holly (Holly Weston), trois colocataires londoniens qui aspirent à réaliser leurs rêves : A.K. veut devenir un chanteur célèbre dans le monde entier, Holly est une strip-teaseuse souhaitant devenir danseuse de ballet tandis que Juliette, une pharmacienne, rêve de partir en Afrique pour aider des orphelins. Pour écrire le scénario, Madonna s'est inspirée de sa propre vie, basant par exemple le personnage de Richard E. Grant sur son professeur de ballet, Christopher Flynn[b 62]. Présenté en avant-première au 58e festival du film de Berlin en février 2008, le film reçoit des critiques négatives : pour Peter Bradshaw du Guardian, « Madonna a été une actrice vraiment mauvaise dans tellement de films et maintenant, elle s'attelle à devenir une réalisatrice médiocre »[b 63] mais Sheila Johnston du Daily Telegraph note quant à elle qu' « Obscénité et Vertu n'est pas un très mauvais premier film, mais Madonna ferait mieux de se contenter de faire de la musique. »[b 64]

Madonna et Andrea Riseborough aux Golden Globes en janvier 2012

En mai 2008, Madonna monte les marches du Festival de Cannes pour présenter son documentaire I Am Because We Are[b 65] (« Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous » en français). Ce film, dont le titre est inspiré de la philosophie africaine Ubuntu[b 66], qui traite de la situation humanitaire alarmante du Malawi, pays d'Afrique australe d'où sont originaires ses enfants David et Mercy. Madonna décrit le quotidien d'orphelins vivant dans la pauvreté et ayant perdu leurs parents à cause du sida et fait intervenir de nombreuses personnalités, comme l'ancien président américain Bill Clinton ou le prix Nobel Desmond Tutu[b 66], pour attirer l'attention des spectateurs. Pour Michael Moore, réalisateur du documentaire Fahrenheit 9/11 en 2004, I Am Because We Are est un documentaire « très émouvant à regarder et l'on comprend d'autant mieux pourquoi [Madonna] s'est dévouée à la cause que représente le peuple de ce pays. »[32] En 2010, Madonna a également réalisé un spot publicitaire pour la campagne automne/hiver 2010 de la marque Miu Miu. Elle était venue rendre visite aux photographes Mert and Marcus pour les inviter à diner mais elle s'est finalement proposée pour réaliser la publicité gratuitement[b 67]. Cette même année, elle est nommée aux Razzie Awards comme pire actrice de la décennie pour ses rôles dans Un couple presque parfait, À la dérive et Meurs un autre jour[33] mais la « récompense » va à Paris Hilton pour ses films La Maison de cire, The Hottie and the Nottie et Repo! The Genetic Opera[34].

Après la fin de la deuxième partie de son Sticky & Sweet Tour en septembre 2009, Madonna se concentre sur le tournage du film W./E. : Wallis & Édouard, qui raconte l'histoire de Wally Winthrop (Abbie Cornish), new-yorkaise qui est obsédée par Wallis Simpson (Andrea Riseborough), la femme pour qui le roi Édouard VIII (James D'Arcy) a abandonné le trône britannique en 1936[b 68]. Sorti en mai 2012 en France, le film divise la critique : si Xavier Leherpeur du Nouvel Observateur salue « une mise en scène à l’esthétisme raffiné dénonçant avec une belle fougue le sort des femmes sacrifiées sur l’autel de leur passion »[b 69] et Christophe Carrière de L'Express ajoute que « l'ensemble n'est pas en 3D, mais ne manque pas de relief »[b 70], Olivier de Bruyn du Point estime quant à lui que W./E. : Wallis & Édouard est un film « indigeste, […] boursouflé et lourdement signifiant, [qui] ne témoigne en rien des prédispositions de Madonna pour l'art de la mise en scène »[b 71] tandis que Simon Riaux d'Écran Large ajoute que le film est « ampoulé, incohérent et pompeux, même Madonna paraît ne pas savoir où elle veut aller. »[b 72] W./E. : Wallis & Édouard est tout de même nommé aux Golden Globes 2012, dans la catégorie meilleure musique de film et Madonna gagne le trophée de la meilleure chanson originale pour Masterpiece[b 73]. La costumière Arianne Phillips est elle nommée aux Oscars dans la catégorie meilleurs costumes[b 74].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme actrice[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Saturday Night Live : elle-même / Diana Spencer / Marilyn Monroe (saison 11, épisode 1 : Madonna/Simple Minds)
  • 1986 : Saturday Night Live : elle-même (saison 12, épisode 1 : Sigourney Weaver/Buster Poindexter)
  • 1991 : Saturday Night Live : elle-même (saison 16, épisode 19 : Delta Burke/Chris Isaak)
  • 1992 : Saturday Night Live : Liz Rosenberg (saison 17, épisode 14 : Roseanne & Tom Arnold/Red Hot Chili Peppers)
  • 1993 : Saturday Night Live : elle-même (invitée musicale) (saison 18, épisode 11 : Harvey Keitel/Madonna)
  • 2003 : Will et Grace (Will & Grace) : Liz (saison 5, épisode 21 : Une question d'habitudes)
  • 2009 : Saturday Night Live : elle-même (saison 35, épisode 2 : Ryan Reynolds/Lady Gaga)
  • 2013 : Saturday Night Live : elle-même (saison 39, épisode 10 : Jimmy Fallon/Justin Timberlake)

Au théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Goose and Tom-Tom
    • Écrite par David Rabe et mise en scène par Gregory Mosher, jouée du 28 au 31 août au Mitzi E. Newhouse Theater (New York)
    • Personnage interprété : Lorraine
  • 1988 : Speed-the-Plow
    • Écrite par David Mamet et mise en scène par Gregory Mosher, jouée du 3 mai au 31 décembre au Royale Theater (New York)
    • Personnage interprété : Karen, secrétaire
  • 2002 : Up for Grabs
    • Écrite par David Williamson et mise en scène par Laurence Boswell, jouée du 9 mai au 13 juillet au Wyndham's Theatre (Londres)
    • Personnage interprété : Loren, marchande d'art

Comme réalisatrice[modifier | modifier le code]

Comme productrice[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Productrice déléguée[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Sex (le film) (Sex) de Fabien Baron (making-of du livre SEX)
  • 2005 : Confessions on a Promo Tour de David Cadan (filmé pendant les répétitions du Hung Up Promo Tour)
  • 2006 : Confessions Tour: Behind the Scenes de Nathan Rissman
  • 2010 : Sticky & Sweet World Tour - Behind the Scenes de Nathan Rissman
  • 2012 : Inside the DNA of MDNA de Stéphane Sennour

Doublage francophone[modifier | modifier le code]

Sources doublage : fiche de Madonna sur RS Doublage[35], fiche sur le Nouveau Forum Doublage Francophone[36], fiche de Madonna sur Doublage Québec[37]

En France[modifier | modifier le code]

Au Québec[modifier | modifier le code]

C'est Madonna elle-même qui a imposé Maïk Darah pour la doubler en VF dans Body

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Travail récompensé
1987 ASCAP Awards Chanson extraite d'un film la plus interprétée Live to Tell dans Comme un chien enragé
Razzie Awards Pire actrice Shanghai Surprise
1988 ASCAP Awards Chanson extraite d'un film la plus interprétée Who's That Girl dans le film éponyme
Razzie Awards Pire actrice Who's That Girl
1991 MTV Video Music Awards Meilleure vidéo musicale The Immaculate Collection
1992 Grammy Awards Meilleur long-métrage musical Blond Ambition World Tour Live
1993 ASCAP Awards Chanson extraite d'un film la plus interprétée This Used to Be My Playground dans Une équipe hors du commun
1994 Razzie Awards Pire actrice Body
1996 Razzie Awards Pire second rôle féminin Groom Service
1997 Golden Globes Meilleure actrice dans un film musical ou une comédie Evita
2000 ASCAP Awards Chanson extraite d'un film la plus interprétée Beautiful Stranger dans Austin Powers 2 : L'Espion qui m'a tirée
Grammy Awards Meilleure chanson écrite pour les médias visuels
Razzie Awards Pire actrice du siècle Madonna
2001 Razzie Awards Pire actrice Un couple presque parfait
2003 Razzie Awards Pire actrice (à égalité avec Britney Spears pour Crossroads) À la dérive
Pire couple à l'écran (avec Adriano Giannini)
Pire second rôle féminin Meurs un autre jour
2008 Grammy Awards Meilleur long-métrage musical The Confessions Tour
2012 Golden Globes Meilleure chanson originale Masterpiece dans W./E. : Wallis et Édouard

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Travail nominé
1988 Golden Globes Meilleure chanson originale Who's That Girl dans le film éponyme
Grammy Awards Meilleure chanson écrite pour les médias visuels
1990 Razzie Awards Pire second rôle féminin Il était une fois Broadway
Pire actrice de la décennie Madonna
Pire révélation de la décennie
1991 Saturn Awards Meilleure actrice Dick Tracy
1992 Razzie Awards Pire actrice In Bed with Madonna
1993 Golden Globes Meilleure chanson originale This Used to Be My Playground dans Une équipe hors du commun
MTV Movie Awards Femme la plus désirable Madonna dans Body
1995 Grammy Awards Meilleur long-métrage musical The Girlie Show: Live Down Under
Meilleure chanson écrite pour les médias visuels I'll Remember dans Avec les félicitations du jury
Golden Globes Meilleure chanson originale
MTV Movie Awards
1997 Meilleure chanson de film Don't Cry for Me Argentina dans Evita
Meilleure actrice Evita
1998 Blockbuster Entertainment Awards Actrice favorite dans un drame
1999 Kids' Choice Awards Meilleure chanson originale Beautiful Stranger dans Austin Powers 2 : L'Espion qui m'a tirée
2000 Golden Globes
2001 Razzie Awards Pire couple à l'écran (partagé avec soit Rupert Everett, soit Benjamin Bratt) Un couple presque parfait
2003 Pire chanson originale Die Another Day dans Meurs un autre jour
Golden Globes Meilleure chanson originale
Satellite Awards
2007 Grammy Awards Meilleur long-métrage musical I'm Going to Tell You a Secret
2010 Razzie Awards Pire actrice de la décennie Madonna
2012 World Soundtrack Awards Meilleure chanson originale Masterpiece dans W./E. : Wallis et Édouard

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « All-Time RAZZIE Cham-Peens LIST », sur Razzies.com,‎ 11 septembre 2011 (consulté le 8 juillet 2013)
  2. Charles Decant, « Madonna : une carrière en 12 chiffres », sur chartsinfrance.net,‎ 26 mars 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  3. (en) John Wilson, « Razzies.com - 1986 Archive », sur Razzies.com,‎ 23 août 2000 (consulté le 15 mai 2013)
  4. (en) John Wilson, « Razzies.com - 1987 Archive », sur Razzies.com,‎ 23 août 2000 (consulté le 15 mai 2013)
  5. (en) John Wilson, « Razzies.com - 1989 Archive », sur Razzies.com,‎ 23 août 2000 (consulté le 15 mai 2013)
  6. (en) John Wilson, « Razzies.com - Special Worst of the Decade Awards for the 1980s », sur Razzies.com,‎ 23 août 2000 (consulté le 19 mai 2013)
  7. « Dick Tracy », sur BD oubliées (consulté le 28 septembre 2013)
  8. (en) « Settlement Reached in Lawsuit over 'Justify My Love' Credit », sur Associated Press,‎ 29 janvier 1992 (consulté le 16 juillet 2014)
  9. (en) « Oscar Legacy: 63rd Academy Awards Winners », sur Oscars.org (consulté le 18 mai 2013)
  10. (en) John Wilson, « Razzies.com - 1991 Archive »,‎ 23 août 2000 (consulté le 19 mai 2013)
  11. « Madonna : “Je hais les actrices” », sur Madonnarama.com,‎ 14 octobre 2010 (consulté le 19 mai 2013)
  12. (en)Fiche du film sur le site Rotten Tomatoes
  13. (en)Fiche du film sur le site Box Office Mojo
  14. (en)Fiche de Madonna sur le site officiel des Golden Globes
  15. (en) John Wilson, « Razzies.com - 1993 Archive », sur Razzies.com,‎ 23 août 2000 (consulté le 21 juin 2013)
  16. (en) Gabriel Parnes, « Paris Voice September 2001 Dubbing », sur Paris Voice,‎ septembre 2001 (consulté le 25 mai 2013)
  17. (en) John Wilson, « Razzies.com - 1995 Archive », sur Razzies.com,‎ 23 août 2000 (consulté le 22 juin 2013)
  18. (en) « Secrets de tournage du film Casino », sur AlloCiné (consulté le 30 juin 2013)
  19. (en) John Millard, « Cry for Madonna : Evita star snubbed in chase for film glory. », sur Daily Record,‎ 12 février 1997 (consulté le 9 mars 2013)
  20. (en) « Oscar Legacy: 69th Academy Awards Winners », sur Oscars.org (consulté le 24 juin 2013)
  21. (en) John Wilson, « Razzies.com - 20th Annual RAZZIE "Winners" Release », sur Razzies.com,‎ 25 juin 2002 (consulté le 29 juin 2013)
  22. (en) Mike Gencarelli, « Interview with John Wilson », sur Media Mikes.com,‎ 24 mars 2010 (consulté le 10 juin 2014)
  23. (en) Roger Ebert, « The Next Best Thing Movie Review (2000) », sur Roger Ebert.com,‎ 3 mars 2000 (consulté le 29 juin 2013)
  24. (en) « 2000 RAZZIE® Nominees & "Winners" », sur Razzies.com,‎ 4 décembre 2005 (consulté le 29 juin 2013)
  25. (en) « Up for Grabs », sur BBC,‎ 30 mai 2002 (consulté le 22 septembre 2012)
  26. (en) John Wilson, « Razzies.com - The 23rd Annual RAZZIE "Winners" », sur Razzies.com,‎ 22 mars 2003 (consulté le 29 juin 2013)
  27. (en) « Madonna sera Sélénia pour Luc Besson », sur nouvelobs.com,‎ 24 octobre 2004 (consulté le 22 juin 2013)
  28. (en) John Springer, « Madonna defends O'Donnell in Trump flap - TODAY.com », sur TODAY.com,‎ 7 février 2007 (consulté le 22 juin 2013)
  29. (en) Matthew Turner, « Arthur and the Great Adventure », sur ViewLondon,‎ 22 décembre 2010 (consulté le 22 juin 2013)
  30. (en) « Madonna joins with H&M to create fashion line », sur H&M,‎ 26 février 2007 (consulté le 1er juillet 2013)
  31. (en) « HM: Madonna's first time as a director and WO song », sur MadonnaTribe,‎ 2 mars 2007 (consulté le 1er juillet 2013)
  32. « I Am Because We Are - Madonna a un nouveau fan de taille », sur Canoë.ca,‎ 28 mai 2008 (consulté le 7 juillet 2013)
  33. (en) « RAZZIES Noms for Worst Actress of the Decade », sur Razzies.com (consulté le 8 juillet 2013)
  34. (en) « 30th Annual Dis-Honors for Cinematic Dreck: RAZZIE® Voters, spread the Loathe Around », sur Razzies.com (consulté le 8 juillet 2013)
  35. « Madonna », sur RS Doublage (consulté le 24 octobre 2013)
  36. « Madonna (née en 1958) », sur Nouveau Forum Doublage Francophone,‎ 22 septembre 2012 (consulté le 24 octobre 2013)
  37. « Madonna - Doublage Québec », sur doublage.qc.ca (consulté le 24 octobre 2013)

Références bibliographiques

  1. Andrew Morton 2002, p. 275/276
  2. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 69
  3. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 70
  4. a et b Christopher Andersen 1992, p. 67
  5. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 132
  6. Christopher Ciccone 2008, p. 137
  7. Christopher Andersen 1992, p. 78
  8. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 78
  9. Carol Gnojewski 2007, p. 76
  10. Christopher Andersen 1992, p. 116
  11. Nancy Griffin, Kim Masters 1997, p. 118
  12. Christopher Andersen 1992, p. 117
  13. Christopher Ciccone 2008, p. 95
  14. Lucy O'Brien 2012, p. 157
  15. Christopher Ciccone 2008, p. 114
  16. Debbi Voller 1989, p. 46
  17. Andrew Morton 2002, p. 159
  18. Andrew Morton 2002, p. 172
  19. Barbara Victor 2001, p. 322
  20. Barbara Victor 2001, p. 319
  21. Christopher Ciccone 2008, p. 144/145
  22. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 143
  23. a et b Georges-Claude Guilbert 2002, p. 31
  24. Lucy O'Brien 2012, p. 176
  25. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 144
  26. Andrew Morton 2002, p. 157
  27. a et b J. Randy Taraborrelli 2004, p. 156
  28. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 157/158
  29. Andrew Morton 2002, p. 187
  30. Christopher Andersen 1992, p. 212
  31. Barbara Victor 2001, p. 335
  32. a et b Barbara Victor 2001, p. 340
  33. Andrew Morton 2002, p. 189
  34. Christopher Andersen 1992, p. 219
  35. Lucy O'Brien 2012, p. 231
  36. Lucy O'Brien 2012, p. 231/232
  37. Christopher Ciccone 2008, p. 186
  38. Lucy O'Brien 2012, p. 232
  39. Christopher Ciccone 2008, p. 185
  40. Christopher Ciccone 2008, p. 202
  41. Christopher Ciccone 2008, p. 199
  42. a et b J. Randy Taraborrelli 2004, p. 268
  43. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 279
  44. Nick Johnstone 1999, p. 147
  45. a et b J. Randy Taraborrelli 2004, p. 304
  46. a, b et c J. Randy Taraborrelli 2004, p. 303
  47. Damien Bona 2002
  48. Lucy O'Brien 2012, p. 349/350
  49. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 308
  50. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 310
  51. Lucy O'Brien 2012, p. 353
  52. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 315
  53. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 11
  54. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 16
  55. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 12
  56. Christopher Ciccone 2008, p. 260
  57. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 302
  58. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 353
  59. Barbara Victor 2001, p. 375
  60. Barbara Victor 2001, p. 376
  61. Lucy O'Brien 2012, p. 387
  62. J. Randy Taraborrelli 2004, p. 466

Références issues de publications

  1. Samuel Blumenfeld, « Le tailleur d'Eva Perón sur mesure pour Madonna », Le Monde,‎ 11 janvier 1997, p. 29
  2. (en) David Hinckley, « SKELETONS IN THE CLOSET. The Young and Foolish Madonna - Page 1 - NY Daily News », sur NY Daily News,‎ 30 novembre 2005 (consulté le 15 mai 2013)
  3. (en) Peter Rainer, « COMMENTARY : Madonna as Actress? The 'Evidence' Is In », sur Los Angeles Times Articles,‎ 29 janvier 1993 (consulté le 15 mai 2013)
  4. (en) « Madonna Bows Out Of `Moon` », sur Sun Sentinel,‎ 13 septembre 1985 (consulté le 16 juillet 2014)
  5. (en) Chris Nixon, « Penn's Poison », sur Los Angeles Times,‎ 28 septembre 1986 (consulté le 28 juillet 2012)
  6. (en) Peter Travers, « Picks and Pans Review: Shanghai Surprise : People.com », sur People,‎ 22 septembre 1986 (consulté le 15 mai 2013)
  7. (en) Janet Maslin, « Movie Review - Shanghai Surprise », sur New York Times,‎ 21 septembre 1986 (consulté le 15 mai 2013)
  8. (en) Gene Siskel, « Madonna: The Show Goes On Without Sean », sur Chicago Tribune,‎ 2 août 1987 (consulté le 16 juillet 2014)
  9. (en) Jean Rosenbluth, « Who's That Girl Bombs », sur Rolling Stone,‎ 22 août 1987 (consulté le 15 mai 2013)
  10. (en) Sal Cinqueman, « Madonna: I’m Breathless », sur Slant Magazine,‎ 9 mars 2003 (consulté le 18 mai 2013)
  11. (en) Vincent Canby, « Review/FIlm; A Cartoon Square Comes to Life In 'Dick Tracy' - New York Times », sur New York Times,‎ 15 juin 1990 (consulté le 18 mai 2013)
  12. (en) Casey Davidson, « Boxed Lynch », sur EW.com,‎ 7 décembre 1990 (consulté le 22 juin 2013)
  13. (en) Jane Birnbaum, « Unarmed and Dangerous », sur EW.com,‎ 22 mai 1992 (consulté le 22 juin 2013)
  14. (en) Dorian Lynskey, « Prince: Inside the Music and the Masks by Ronin Ro – review », sur the Guardian,‎ 19 février 2012 (consulté le 16 juillet 2014)
  15. Anaïs Giroux, « Le style multi-facettes de Madonna », sur L'EXPRESS.fr,‎ 21 juillet 2012 (consulté le 18 mai 2013)
  16. (en) « Oscars Performances: 10 Awesome Academy-Awards Music Moments », sur Billboard,‎ 21 février 2013 (consulté le 18 mai 2013)
  17. (en) Anne Thompson, « Cannes Goods », sur EW.com,‎ 24 mai 1991 (consulté le 29 juin 2013)
  18. (en) Owen Gleiberman, « Movie Review: Truth or Dare », sur Entertainment Weekly,‎ 10 mai 1991 (consulté le 19 mai 2013)
  19. (en) Peter Travers, « Truth Or Dare », sur Rolling Stone,‎ 10 mai 1991 (consulté le 19 mai 2013)
  20. (en) Jen Sabella, « Madonna Hates Chicago: Letter From 'A League Of Their Own' Days Shows Distaste For Windy City », sur The Huffington Post,‎ 14 octobre 2010 (consulté le 19 mai 2013)
  21. (en) Gary Trust, « Madonna Celebrates 30th Anniversary On Billboard Charts », sur Billboard,‎ 6 novembre 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  22. (en) Karen S. Schneider, Ralph Novak, « Picks and Pans Review: Body of Evidence », sur People,‎ 25 janvier 1993 (consulté le 29 juin 2013)
  23. (en) Caryn James, « FILM VIEW; Madonna's Best Role Remains Madonna - Page 2 - New York Times », sur New York Times,‎ 17 janvier 1993 (consulté le 29 juin 2013)
  24. « C'est comme lorsqu'il m'a fallu entrer dans la peau de Madonna pour son film The Body, je devais être à la hauteur parce que c'était elle qui m'avait imposée. Elle avait apprécié ma voix et Dieu sait si j'adore la sienne. », Jean-Jacques Jelot-Blanc et Maria Dao, « Interview de Marie-Christine Darah », Séries Mania, no 18,‎ Novembre/Décembre 1999, p. 52 à 55 (lire en ligne)
  25. (en) Tom Gliatto, Leah Rozen, « Picks and Pans Review: Dangerous Game », sur People,‎ 29 novembre 1993 (consulté le 21 juin 2013)
  26. (en) Owen Gleiberman, « Movie Review: DANGEROUS GAME », sur EW.com,‎ 3 décembre 1993 (consulté le 21 juin 2013)
  27. (en) Kevin Thomas, « MOVIE REVIEW : 'Dangerous Game' a Raw, Compelling Morality Play », sur Los Angeles Times Articles,‎ 18 mars 1994 (consulté le 21 juin 2013)
  28. (en) Janet Maslin, « Review/Film; A Movie Within a Movie, With a Demure Madonna - Page 2 - New York Times », sur New York Times,‎ 19 novembre 1993 (consulté le 21 juin 2013)
  29. (en) Ben Sachs, « What's new again: Abel Ferrara's Dangerous Game », sur Chicago Reader,‎ 1er février 2012 (consulté le 21 juin 2013)
  30. a et b (en) Scott Tobias, « Abel Ferrara », sur A.V. Club,‎ 27 novembre 2002 (consulté le 21 juin 2013)
  31. (en) Jack Matthews, « MOVIE REVIEW : 'Four Rooms' No Showcase for Quartet of Filmmakers », sur Los Angeles Times Articles,‎ 25 décembre 1995 (consulté le 22 juin 2013)
  32. a, b, c, d et e (en) James Greenberg, « Is It Time Now to Cry for 'Evita'? - New York Times », sur New York Times,‎ 19 novembre 1989 (consulté le 22 juin 2013)
  33. (en) Marilyn Beck, « Years Behind Schedule, `Evita` May Make A Big-screen Debut At », sur Chicago Tribune,‎ 8 octobre 1987 (consulté le 22 juin 2013)
  34. a et b (en) Danny J. Fox, « 'Evita' Film Once More in Limbo », sur Los Angeles Times Articles,‎ 10 mai 1991 (consulté le 22 juin 2013)
  35. (en) David Gritten, « 'She'll Surprise a Lot of People' », sur Los Angeles Times Articles,‎ 4 mai 1996 (consulté le 23 juin 2013)
  36. (en) Todd McCarthy, « Evita », sur Variety,‎ 15 décembre 1996 (consulté le 24 juin 2013)
  37. (en) « Golden Globes for 'English Patient' and Madonna - New York Times », sur New York Times,‎ 21 janvier 1997 (consulté le 24 juin 2013)
  38. (en) « An oscar dor Madonna ? Evita actress says yes », sur DeseretNews.com,‎ 19 décembre 1996 (consulté le 24 juin 2013)
  39. (en) Chris Petrikin, « Madonna sets Modotti biopic », sur Variety,‎ 20 février 1997 (consulté le 29 juin 2013)
  40. (en) « Madonna, Jagger Miss Out On Film Project - Music, Celebrity, Artist News », sur MTV.com,‎ 20 août 1997 (consulté le 29 juin 2013)
  41. (en) Dennis Michael, « CNN - Hollywood Minute - Jan. 21, 1997 », sur CNN,‎ 21 janvier 1997 (consulté le 29 juin 2013)
  42. (en) Bonnie Churchill, « Streep Takes Violin Immersion Course For Role In `Music Of The Heart' », sur Chicago Tribune,‎ 16 octobre 1999 (consulté le 30 juin 2013)
  43. (en) Paul Clinton, « CNN - Review: 'Music of the Heart' hits all the right notes - October 28, 1999 », sur CNN,‎ 28 octobre 1999 (consulté le 30 juin 2013)
  44. (en) Michele Botwin, « You Must Cast Me », sur Los Angeles Times Articles,‎ 20 juin 1999 (consulté le 7 juillet 2013)
  45. (en) Brian Baxter, « Obituary: John Schlesinger », sur the Guardian,‎ 26 juillet 2003 (consulté le 29 juin 2013)
  46. (en) « Book excerpt: the last shoot », The Advocate,‎ 12 avril 2005, p. 74
  47. (en) « Rupert Everett: Madonna - before she became the Material Girl », sur Mail Online,‎ 5 septembre 2006 (consulté le 29 juin 2013)
  48. (en) Steve Daly, « Movie Review: The Next Best Thing », sur EW.com,‎ 10 mars 2000 (consulté le 29 juin 2013)
  49. (en) Peter Travers, « Swept Away », sur rollingstone.com,‎ 11 octobre 2002 (consulté le 29 juin 2013)
  50. (en) Almar Haflidadson, « BBC - Films - Swept Away », sur BBC,‎ 8 mai 2003 (consulté le 29 juin 2013)
  51. (en) Jennifer Vineyard, « Madonna Will 'Die' For James Bond Theme, Possible Cameo - Music, Celebrity, Artist News », sur MTV,‎ 15 mars 2002 (consulté le 29 juin 2013)
  52. (en) Todd Peterson, « Madonna Lives to Act Another 'Day' », sur PEOPLE.com,‎ 25 novembre 2002 (consulté le 29 juin 2013)
  53. (en) Stephen M. Silverman, « Madonna Set to Grace 'Will & Grace' », sur PEOPLE.com,‎ 21 janvier 2003 (consulté le 29 juin 2013)
  54. (en) Ken Tucker, « Promotional Material Girl », sur EW.com,‎ 28 avril 2003 (consulté le 29 juin 2013)
  55. (en) « Madonna goes west », sur the Guardian,‎ 8 juin 2004 (consulté le 22 juin 2013)
  56. (en) Todd Gold, « Lady Madonna », sur People,‎ 6 décembre 2004 (consulté le 22 juin 2013)
  57. a et b (en) Simon Garfield, « Looks good on the dancefloor », sur the Guardian,‎ 20 novembre 2005 (consulté le 22 juin 2013)
  58. Emmanuel Poncet, « Fragrant délit », sur next.liberation.fr,‎ 23 avril 2004 (consulté le 22 juin 2013)
  59. a et b (en) Neil Strauss, « How Madonna Got Her Groove Back », Rolling Stone, no 988,‎ 1er décembre 2005 (lire en ligne)
  60. (en) Buck Wolf, « Truth or Dare: Is Madonna's Film Career Finished? », sur ABC News,‎ 16 août 2006 (consulté le 30 juin 2013)
  61. (en) Jocelyn Vena, « Has Madonna Given Up Acting For Good? - Music, Celebrity, Artist News », sur MTV.com,‎ 1er février 2012 (consulté le 30 juin 2013)
  62. (en) Gus Van Sant, « Madonna - Interview Magazine », sur Interview Magazine,‎ 8 mai 2010 (consulté le 1er juillet 2013)
  63. (en) Peter Bradshaw, « Filth and Wisdom », sur the Guardian,‎ 14 février 2008 (consulté le 1er juillet 2013)
  64. (en) Sheila Johnston, « Filth and Wisdom: Don't give up the day job, Madonna », sur Telegraph.co.uk,‎ 1er juillet 2013 (consulté le 1er juillet 2013)
  65. Jean-Luc Wachthausen, « Madonna joue de sa notoriété pour défendre les orphelins du Malawi », sur Le Figaro,‎ 22 mai 2008 (consulté le 7 juillet 2013)
  66. a et b Jean-Baptiste Guégan, « I Am Because We Are - Film et bande-annonce - MYTF1News », sur MYTF1NEWS,‎ 22 octobre 2009 (consulté le 7 juillet 2013)
  67. Mathilde Laurelli, « Madonna réalise une pub pour Miu Miu - Paris Match », sur ParisMatch.com,‎ 28 août 2010 (consulté le 7 juillet 2013)
  68. (en) Baz Bamigboye, « Madonna puts on her director's cap to take on Wallis Simpson (with a little help from ex Guy) », sur Mail Online,‎ 23 octobre 2009 (consulté le 1er juillet 2013)
  69. Xavier Leherpeur, « CinéObs - Critique W.E. : Wallis & Edouard de Madonna », sur nouvelobs.com,‎ 8 mai 2012 (consulté le 7 juillet 2013)
  70. Christophe Carrière, « W./E. », sur L'EXPRESS.fr,‎ 8 mai 2012 (consulté le 7 juillet 2013)
  71. Olivier de Bruyn, « "W.E." - Madonna voit double », sur Le Point.fr,‎ 8 mai 2012 (consulté le 7 juillet 2013)
  72. Simon Riaux, « Critique du film W.E. - Wallis & Edouard », sur Écran Large,‎ 1er septembre 2011 (consulté le 7 juillet 2013)
  73. (en) Eric Ditzian, « Golden Globes 2012 Winners List - Music, Celebrity, Artist News », sur MTV.com,‎ 15 janvier 2012 (consulté le 7 juillet 2013)
  74. (en) Tamara Abraham, « W.E.'s Oscar-nominated costume designer on working with Madonna - and why Cartier wants to destroy her replicas of Wallis Simpson's jewellery », sur Mail Online,‎ 23 février 2012 (consulté le 7 juillet 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Christopher Andersen (trad. Annick Sinet), Madonna interdite, Robert Laffont,‎ 1992 (ISBN 2-221-07301-0) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Christopher Ciccone et Wendy Leigh (trad. Pascal Loubet), Ma sœur, la plus grande star du monde, Éditions du Toucan,‎ 2008 (ISBN 978-2-81-000215-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Andrew Morton (trad. Anne Bleuzen et Karine Laléchère), Madonna, L'Archipel,‎ 2002 (ISBN 2-84187-358-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Lucy O'Brien (trad. Héloïse Esquié), Madonna, Pocket,‎ 2012 (ISBN 978-2-266-19393-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • J. Randy Taraborrelli (trad. Gilles Morris-Dumoulin), Madonna, Biographie intime, Le Cherche midi,‎ 2004 (ISBN 2-86274-952-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Barbara Victor (trad. Robert Macia et Florence Bouzinac), Madonna, Flammarion,‎ 2001 (ISBN 2-08068266-0) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Debbi Voller (trad. Françoise Cousteau), La révolution Madonna, NRJ Édition,‎ 1989 (ISBN 2-908070-00-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Damien Bona, Inside Oscar 2, Random House Digital, Inc.,‎ 2002 (ISBN 978-0-34-544800-2) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Carol Gnojewski, Madonna: Express Yourself, Enslow Publishers, Inc,‎ 2007 (ISBN 978-0-76-602442-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Nancy Griffin et Kim Masters, Hit and Run, Simon & Schuster,‎ 1997 (ISBN 0-684-80931-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Georges-Claude Guilbert, Madonna as Postmodern Myth: How One Star's Self-Construction Rewrites Sex, Gender, Hollywood and the American Dream, McFarland,‎ 2002 (ISBN 978-0-78-648071-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Nick Johnstone, Abel Ferrara: The King of New York, Omnibus Press,‎ 1999 (ISBN 978-0-71-197652-8) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 27 octobre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.