Arthur et la Vengeance de Maltazard (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arthur et la Vengeance de Maltazard

Réalisation Luc Besson
Scénario Luc Besson
Acteurs principaux
Sociétés de production EuropaCorp
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Fantasy
Sortie 2009
Durée 93 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Arthur et la Vengeance de Maltazard est un film français réalisé par Luc Besson, sorti en 2009. Il s'agit de la suite d’Arthur et les Minimoys et du second volet de la trilogie.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin du dixième cycle de la Lune, Arthur va enfin pouvoir regagner le monde des Minimoys pour y retrouver Sélénia. Une grande fête est organisée pour l'accueillir. Mais en ce jour si important pour Arthur, son père quitte la maison plus tôt que prévu. Au moment du départ, une araignée dépose dans les mains du jeune garçon, un grain de riz sur lequel est gravé un message de détresse. Pas de doute, Sélénia est en danger, et Arthur n'a plus qu'une idée en tête : voler à son secours ! Il prend un passage de fortune, tombe tête la première dans le bar de Max, se heurte aux troupes de Kröb, le nouveau tyran des Sept Terres, sauve Bétamèche, combat des rats, des grenouilles, des araignées velues et découvre, une fois arrivé au village des Minimoys, qu'aucun message de secours ne lui a été envoyé !

Sélénia va au palais, accompagnée de Maltazard. Celui-ci a préalablement espionné la famille d'Arthur durant de longs mois. Il décide d'utiliser le portail du télescope pour devenir aussi grand qu'un humain. Il envoie un message à Arthur se faisant passer pour Sélénia et attirer Arthur dans le monde des Minimoys afin d'utiliser le « passage retour » du télescope en prenant Sélénia en otage. Son transfert effectué, il est propulsé dans la forêt et détruit le télescope, empêchant le retour d'Arthur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Voix américaines[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Pour Luc Besson, le personnage d'Arthur évolue en même temps que les spectateurs du film. Il était donc primordial de faire progresser l'univers : « C'est ce qui a été fait avec la saga Harry Potter, et je trouve cela très intelligent : s'attacher à un personnage qui grandit en même temps que son public. Scénaristiquement parlant, c'est aussi très agréable de travailler sur des personnages qui ont un passé, de leur apporter une certaine maturité »[2].

Casting[modifier | modifier le code]

Alors que Douglas Rand incarnait le père d'Arthur dans Arthur et les Minimoys, le rôle est repris dans ce film et le suivant par Robert Stanton. Par ailleurs, Yann Loubatière remplace Barbara Kelsch pour la voix française d'Arthur. Côté voix américaines, Lou Reed remplace David Bowie pour la voix de Maltazard[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage des scènes avec de vrais acteurs a été fait simultanément avec celles du film suivant, Arthur 3 : La Guerre des deux mondes, car Luc Besson voulait éviter que le jeune acteur Freddie Highmore ne grandisse entre les deux films[2].

Comme pour le 1er film, c'est en Normandie que le village d'Arthur situé dans le Connecticut a été reconstitué, mais cette fois sur près de 40 000 m2. Luc Besson et le chef décorateur Hugues Tissandier ont créé des décors qui n'apparaissaient pas dans le 1er film : une église, des boutiques, un supermarché, un garage, une quincaillerie, un poste de police, un cinéma et une fontaine, etc[2].

Comme pour Arthur et les Minimoys, les effets spéciaux sont l'oeuvre de BUF Compagnie. Luc Besson explique : « nous avons appris à nous connaître et nous avons replongé dans l'aventure plein d'enthousiasme. Je suis vraiment très heureux, en leur apportant de nouveaux défis, de pouvoir participer à la démonstration du talent de BUF : c'est une équipe à la pointe de la technologie, qui n'a rien à envier aux sociétés américaines[2] ! »

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, il a reçu un accueil critique plutôt favorable, avec une note de 3, 1 / 5 sur AlloCiné des critiques presse.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Comme pour le premier film, c'est Éric Serra qui compose la bande originale. Ce film marque la 10e collaboration du compositeur avec Luc Besson[2]. Le thème musical final rappelle celui de Dune[réf. nécessaire].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. "The Minimoys awakening"
  2. "Ride of the Valkyries"
  3. "Nuts and berries"
  4. "Aspecta"
  5. "The bee rald"
  6. "Three rites of initiation"
  7. "Houdi Bee"
  8. "The red car"
  9. "the ants and the stone"
  10. "The hive and the stone"
  11. "Still my home"
  12. "Daddy and his angel"
  13. "Pack your"
  14. "I'm sorry Mum"
  15. "The spider messenger"
  16. "He will be back"
  17. "The fine pair"
  18. "Alfred at the gas station"
  19. "wompsiga"
  20. "Wassup"
  21. "Ram crash"
  22. "Coxyflight"
  23. "The pickpocket dutchess"
  24. "Paradise alley"
  25. "Snow my man"
  26. "Andyormum"
  27. "Get lost snow"
  28. "The rat trap principle"
  29. "Not just yet home"
  30. "Archibald And Armando"
  31. "Cocoon airport"
  32. "Butterflight"
  33. "The spider and the..."
  34. "Big fat red eyes"
  35. "Spideride"
  36. "Our guest has arrived"
  37. "The king is home"
  38. "Festino"
  39. "Emancipation is the key..."
  40. "Gambetto"
  41. "Sublime"
  42. "The pantry hideout"
  43. "Your sleep will be..."
  44. "Heading to the human's..."
  45. "The evil M"
  46. "The passage is broken"
  47. "A big bag of marshmallows"

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[4] 51 000 000 $ 26 janvier 2010 8
Drapeau de la France France[5] 3 871 483 entrées 26 janvier 2010 8

51 000 000 USD ont été récoltés dans 30 pays (3 000 copies).

Arthur et la Vengeance de Maltazard n'a pas connu le même succès que son prédécesseur Arthur et les Minimoys. (le premier volet de la saga avait fait 6 396 989 entrées en France et récolté 108 millions USD dans 72 pays, pour un budget de 86 millions $, soit 65 millions d'euros). Sur l'année 2010-2011, EuropaCorp, la société de production des films Arthur, perd plus de 30 millions d'euros, en bonne partie à cause du manque de succès des deuxième et troisième films consacrés à Arthur[6].

Au Royaume-Uni, ce film a été combiné avec le 3e film dans une version intitulée Arthur and the Great Adventure sortie en décembre 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]