Exposition universelle de 1967

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EXPO Montréal 1967
Le motif de l'Expo 67 logo a été dessinée par l'artiste montréalais Julien Hébert. Chaque élément a été basée sur un ancien cryptogramme représentant l'homme debout, les bras tendus. Les paires représentent l'amitié universelle encerclant le monde[1].
Le motif de l'Expo 67 logo a été dessinée par l'artiste montréalais Julien Hébert. Chaque élément a été basée sur un ancien cryptogramme représentant l'homme debout, les bras tendus. Les paires représentent l'amitié universelle encerclant le monde[1].
Général
Type-BIE Universelle
Categorie Expo de première catégorie
Nom Expo 67
Thème Terre des Hommes
Bâtiment Habitat 67
Surface 365 hectares
Fréquentation 50.306.648 visiteurs
Organisateur(s) Pierre Dupuy
Participant(s)
Pays 60
Organisations 2
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Montréal
Site Île Notre-Dame, Ile Sainte-Hélène, Cité du Havre
Coordonnées 45° 31′ 00″ N 73° 32′ 08″ O / 45.51667, -73.53556
Chronologie
Candidature 1958
Attribution 13 novembre 1962
Date d'ouverture 21 avril 1967
Date de clôture 27 octobre 1967
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1962 , Seattle
Suivante Exposition universelle de 1970 , Osaka
Éditions spécialisées
Précédente Exposition spécialisée de 1965 , Munich
Suivante Exposition spécialisée de 1968 , San Antonio
Éditions horticoles
Précédente Exposition horticole 1964 , Vienne
Suivante Exposition horticole 1969 , Paris
Internet
Site web Site de la Fondation Expo67
Carte du site de l'Expo 67.
Plan souvenir officiel Expo 67 (recomposé)

L'Expo 67 de Montréal est une exposition universelle (de catégorie A) tenue en 1967 sur le thème de « Terre des Hommes » (anglais : Man and his World). Ces grandes expositions se tiennent depuis le milieu du XIXe siècle et servent à mettre en valeur les réalisations technologiques et industrielles des pays hôtes.

Description détaillée[modifier | modifier le code]

Pour marquer le centenaire de la Confédération, le Canada demande au Bureau international des expositions (BIE) d'être l'hôte d'une Exposition universelle et internationale de première catégorie. Suite au refus de Moscou en avril 1962, le BIE accepte la candidature du Canada et Montréal sera finalement désignée le 13 novembre 1962 hôte de l'exposition universelle de 1967. La Compagnie canadienne de l'exposition universelle (CCEU) est créée en fin 1962, réunissant les trois principaux commanditaires de l'Exposition, le Canada, le Québec et la Ville de Montréal. Une première administration est nommée: Paul Bienvenu est commissaire général, Cecil Carsley sous-commissaire général et Claude Robillard, directeur général. Cette équipe choisit de démissionner au début de 1964, étant entre autres en désaccord avec le fait de tenir l'Expo sur des îles au milieu de fleuve[2]. Un nouveau commissaire général est nommé, le diplomate Pierre Dupuy, un sous-commissaire général, l'ingénieur Robert Fletcher Shaw (en) et une nouvelle équipe est recrutée :

  • directeur général : Andrew G. Kniewaser,
  • secrétaire et conseiller juridique : Jean-Claude Delorme,
  • directeur de l'aménagement : Edward Churchill,
  • architecte en chef : Édouard Fiset,
  • directeur des finances : Dale Rediker,
  • directeur de l'exploitation : Philippe de Gaspé Beaubien,
  • directeur des exposants : Pierre de Bellefeuille,
  • directeur de l'information, de la publicité et des relations publiques : Yves Jasmin.

L'Expo 67 est l'un des événements marquants de l'histoire du XXe siècle pour le Canada, le Québec et Montréal. D'une durée de six mois (du 28 avril au 27 octobre 1967), l'exposition accueille plus de 50 millions de visiteurs. Soixante-deux pays y participent sous le thème Terre des Hommes, portant le message de l'ouvrage éponyme d'Antoine de Saint-Exupéry. Près de 90 pavillons de toutes sortes (gouvernements, pavillons thématiques, organisations internationales, etc.) sont mis en place pour l'événement. Montréal choisit de placer l'Expo au centre du fleuve Saint-Laurent et des travaux majeurs suivent dès l'obtention de l'exposition : la superficie de l'île Sainte-Hélène est doublée et une toute nouvelle île, l'île Notre-Dame, est érigée, pour un total de 600 hectares. On estime à vingt-cinq millions de tonnes la quantité de terre et de roc que l'on a dû transporter, provenant principalement de la construction du métro de Montréal. Cet ouvrage a malheureusement modifié l’environnement fluvial et détruit plusieurs frayères de poissons indigènes.

Les retombées culturelles et sociales de l’Expo sur une population québécoise qui est encore à vivre ce que l’on appelle aujourd’hui la Révolution tranquille sont importantes mais difficiles à calculer. Le calcul des retombées commerciales est plus concret mais est abandonné dans la hâte que l’on a de terminer l’opération. Ainsi, dans le calcul des coûts et des rentrées, on omet de compter l’héritage de l’Expo, la valeur de ce que l’Expo remet à la ville de Montréal, les îles, les ponts, les canaux, des pavillons et les aménagements de l’emplacement.

Le Canada et le Québec bénéficient largement de l’afflux touristique de 1967. L’Office du tourisme canadien calcule que l’entrée des dollars touristiques passe de 600 millions en 1966 à plus d’un milliard en 1967, majoritairement grâce à l’Expo. Le déficit opérationnel de 210 millions se trouve donc largement effacé.

Le fonds d'archives de la Compagnie canadienne de l'Exposition universelle de 1967 est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Bilan financier[modifier | modifier le code]

Toutes valeurs en dollars canadiens de 1967 :

  • Coût : 431 904 684 $
  • Revenu : 221 239 873 $
  • Déficit opérationnel : 210 664 811 $

Le design sous toutes ses formes à l’Expo 67[modifier | modifier le code]

L'île Notre-Dame durant l'Expo

Le design fait partie intégrante de l’Exposition universelle de Montréal de 1967. Par la convergence du design international de l’époque et du design local, elle est le lieu idéal pour véhiculer de nouvelles idées. Soutenue par une grande campagne publicitaire et par de nombreuses publications, elle fascine avant même d’être officiellement ouverte. On s'enthousiasme devant les différents pavillons, les expositions qu’ils renferment, l’aménagement des sites, les objets et commodités personnalisés, les divertissements proposés, sans oublier les hôtesses et leurs uniformes à la mode.

Le design à l’Exposition s’étend sur cinq sphères distinctes, lesquelles sont divisées en sous-catégories.

  • L’architecture, incluant les pavillons souvent innovateurs, l’aménagement des îles Sainte-Hélène et Notre-Dame et, à la Cité du Havre, Habitat 67, immense construction de 158 unités ou blocs de ciment pré-moulés encore en fonction de nos jours ;
  • Le design industriel, c’est-à-dire tous les objets, articles promotionnels, souvenirs et mobiliers urbains réalisés pour Expo 67 ;
  • Le design graphique, avec les logos et publications, ainsi que la signalétique et la publicité ;
  • Les médias, avec entre autres le cinéma et les effets audiovisuels, ainsi que les innovations techniques de l’époque ;
  • La mode, avec les uniformes griffés des hôtesses et l’avenue de la minijupe qui annonçait déjà une ouverture d’esprit et une libération des pensées de la culture occidentale.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le pavillon de la France en 2013

L'architecture des pavillons, avant-gardiste et futuriste, est un des attraits les plus importants d'Expo 67. Les 62 pays annoncés redoublent d’imagination et de créativité pour que leur installation laisse l’empreinte la plus marquante et raffinée et contribue à améliorer le tourisme et favoriser leur économie. Pour ce faire, on requiert les services des meilleurs architectes (Buckminster Fuller, Frei Otto, Walter Eykelenboom), afin de proposer des bâtiments qui étonnent, comme le dôme géodésique du pavillon des États-Unis, le pavillon-tente de l'Allemagne de l'Ouest ou celui en verre de l'Australie. Ces bâtiments emballent le public par leur design inédit, leur innovation technologique (facilité d’assemblage, transport, légèreté) et par le choix de matériaux souvent non-conventionnels (toile de plastique ou d’acrylique, tuyaux d’aluminium, etc.). Deux autres objectifs motivent aussi les architectes : le désir de se dissocier des bâtiments monotones et ennuyeux qui régissent l’architecture des années précédentes et le défi de couvrir la plus grande superficie avec le moins de matériaux et aux moindres coûts.

Pavillons innovateurs et concept du space frame[modifier | modifier le code]

L'Expo 67 voit apparaître un nouveau concept architectural. Il s’agit du space frame, dont le principe est de couvrir le plus d’espace possible avec flexibilité et aux moindres coûts. Pour ce faire, il faut distribuer le poids total de la structure sur la plus grande superficie possible. Le space frame implique aussi l’usage de différents matériaux, tels l’aluminium et le plastique. Il permet, entre autres, de déplacer les structures facilement, de les agrandir ou de les diminuer selon les besoins et, surtout, de les décomposer en plusieurs autres structures de diverses formes. Plusieurs critiques et architectes de l’époque s’entendent pour dire que le space frame constitue le futur en matière de pensée et d’idéologie architecturale[4]. Voici quelques descriptions des pavillons qui suivirent le principe du space frame:

L'intérieur du Pavillon de l’Allemagne (de l'Ouest)
  • Allemagne de l’Ouest
    • Imaginé et dessiné par Frei Otto, monté en 6 semaines, mais ayant été pensé durant plusieurs années, le pavillon de l’Allemagne de l’Ouest prend la forme d’un chapiteau asymétrique à plusieurs pointes, ouvert sur les côtés et dont le toit, composé d’un immense filet de fils d’acier soutenant une « peau » ou toile de plastique, est retenu par huit mâts d’acier élancés. La toiture de plastique, d’une pâle teinte de jaune, arbore des motifs en forme de fleur à quatre pétales et des fenêtres circulaires de plastique transparent qui permettent à la lumière naturelle de pénétrer dans l’espace d’exposition. Cet espace, d'ailleurs, n’est aucunement séparé par des murs, et les planchers, construits au préalable, sont indépendants du reste de la structure[5].
Le Pavillon des États-Unis
  • États-Unis
    • Cette structure est sans contredit la plus célèbre de l’Expo 67. Ce gigantesque dôme géodésique de 20 étages (61 m de haut), conçu par l’architecte et inventeur Buckminster Fuller, possède un diamètre de 76 m. Cette structure contient un système d’écrans teintés contrôlés par ordinateur, dont la fonction est de régler la température interne[6].
  • Pavillons thématiques « L’Homme interroge l’univers » et « L’Homme à l’œuvre »
    • Construits sur les îles Sainte-Hélène (« L’Homme interroge l’univers ») et Notre-Dame (« L’Homme à l’œuvre ») selon les plans de la firme Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold et Sise, et respectant les principes du space frame, ces pavillons regroupent des milliers de tétraèdres (figure triangulaire à 4 côtés) tronqués, maintenus en place par des boulons. Malheureusement, suite à l’annonce du fabricant qu’il n’y aurait pas assez de main-d'œuvre pour souder la structure, cette dernière est boulonnée, ce qui lui confère une apparence lourde et désuète[7].
le Pavillon des Pays-Bas
  • Pays-Bas
    • Construit selon les plans de l’architecte Walter Eykelenboom, de Rotterdam, et avec l’aide de son associé canadien George Eber, le pavillon des Pays-Bas est une structure triodétique de trois étages, constituée de 57 000 tubes d’aluminium de 3 pieds chacun, s’étendant sur 53 km. Elle est assemblée sans vis ni soudure, seulement à l’aide de clés anglaises. Les murs sont suspendus à la structure[8].

D’autres pavillons, sans employer le concept du space frame, font aussi preuve d’originalité dans leur architecture :

  • Australie
    • Ce pavillon, à l'origine une boîte de verre et d’acier, dessiné par l’architecte James MacCormick, impressionne par sa simplicité, son élégance, son modernisme et son raffinement. L’intérieur à aire ouverte est confortable, avec une lumière naturelle et des épais tapis de laine, un produit typiquement australien[9]. Des bergères à hautes oreilles, munies de haut-parleurs stéréo, s'activent lorsqu'un visiteur s'y assoit; la couleur des coussins indique la langue. On y entend une trame sonore expliquant les plus récents avancements de la société australienne.
  • Pavillons des pâtes et papiers
    • Composé de pyramides élancées vertes symbolisant la forêt montées sur une structure de verre, ce pavillon donne des impressions de forêt enchantée. L'effet s'intensifie par l'illumination du pavillon le soir venu[10].
Les pavillons du Canada, de l'Ontario et des Province-de-l'Ouest
  • Canada
    • Conçu par les architectes Roderick Robbie, Colin Vaughan, Paul Schoeler et Matt Stankiewicz et par les consultants Evans St. Gelais et Arthur Erickson, le pavillon canadien a en son centre une large pyramide inversée, le Katimavik («lieu de rencontre» en inuktitut), autour de laquelle sont disposés des bâtiments rectangulaires aux toits blancs. Tout près se trouve un «arbre» contenant 1 500 photos de Canadiens[10]. En son centre, le pavillon fait étalage des plus belles avancées technologiques et sociales du Canada, démontrant la grande diversité de son peuple.
  • Israël
    • Tenant à se défaire de son image religieuse, le pavillon d’Israël innove et fait preuve d’une grande modernité quant à ses matériaux et design. Les murs extérieurs de forme cubique intégrant de la fibre de verre tentent de recréer un motif cristallin en trois dimensions[11].
  • Venezuela
    • Trois grands bâtiments cubiques, chacun arborant une couleur primaire, constituent l’ensemble du pavillon et sont remarqués pour leur simplicité, qui semble tout à fait de bon goût et appropriée[12].
Le pavillon de la Grande-Bretagne
  • Grande-Bretagne :
    • Le pavillon en est une grande tour entourée d'eau. Des photos des Beatles comme d'immenses statues de Giacometti marquent ce pavillon, ainsi qu'une pointe d'humour typiquement britannique : on y apprend par exemple que le pays compte deux fois plus de perruches que de bébés.
  • France
    • Son centre est occupé par les fils et lumières du Polytope du compositeur et architecte Iannis Xenakis. Le pavillon est équipé de nombreux postes de télévision en couleur équipés du procédé SECAM. Le Panrama[13] est également présenté comme curiosité expérimentale[14].
  • Iran :
    • Le pavillon présente ce pays comme une société résolument moderne et ne souhaitant pas pour autant se couper de son passé prestigieux.
  • Kenya, Ouganda et Tanzanie
    • Ces pays ont créé un pavillon commun - ou plus exactement un espace commun au centre du pavillon de l'Afrique.

Pavillons thématiques[modifier | modifier le code]

Les pavillons L'Homme dans la Cité et L'Homme et la santé
  • Le Labyrinthe présente un court-métrage, Dans le labyrinthe, avec des effets qu'on ne reverra en France qu'avec le Futuroscope, soit des écrans multiples qui combinent différentes images ou qui offrent un panorama élargi. Ce procédé de présentation de l'Office national du film du Canada est un précurseur de ce qui est maintenant connu sous le nom d'IMAX.
  • L'homme dans la cité explore les défis auxquels les grandes conurbations devront faire face à la fin du XXe siècle
  • L'homme et la santé expose les progrès effectués dans la médecine, dont la percée de l'heure : l'opération à cœur ouvert. Ironiquement, c'est à ce pavillon que les ambulanciers seront le plus souvent appelés, en raison de nombreux évanouissements de spectateurs...
  • Le génie créateur de l’homme comporte une exposition internationale d’œuvres d’art, une exposition de photographies et une exposition de design industriel.
  • L’homme dans l’univers expose la découverte de l’Univers par l'Homme.
  • L’homme et la vie propose au visiteur de se promener à l’intérieur d’une représentation géante d'une cellule animale.
  • L’homme et la mer montre la relation qu’entretient l’Homme avec l’océan et propose une spectacle de plongée sous-marine illustrant l'évolution de l'équipement de plongée à travers le temps, dans un aquarium géant en plus de présenter, en première mondiale, la célèbre soucoupe de plongée du Commandant Jacques Cousteau.
  • L’homme et les régions polaires, pavillon fortement climatisé, montre la découverte, l’exploration et la vie dans les régions polaires. On y présente un film dans une salle de cinéma dont les sièges sont placés au centre d’un plateau circulaire tournant, évoquant le lent mouvement des glaces polaires.
  • L’homme et l’agriculture expose les nouvelles techniques agroalimentaires tel les couveuses, les croisements d'espèces de plantes et l'aménagement des cultures.
  • L'homme à l’œuvre montre les diverses technologies utilisées par l'Homme. Une immense salle simule une chaîne de montage entièrement robotisée de fabrication d'une automobile, de l'assemblage à la couche de peinture finale. Les domaines couverts ne s'arrêtent pas à la technologie de production : le monde des Arts emploie des moyens industriels pour produire des œuvres tel les sculptures de femmes en inox de Michael Snow.
  • L'apprenti-sorcier expose les divers défis éthiques découlant de la science et de la technologie tel que la bio-ingénierie versus l'évolution naturelle ainsi que les questions éthiques contemporaines au XXe Siècle.

Aménagements, installations et autres pavillons notoires[modifier | modifier le code]

  • Le pavillon du Canadien National explore le thème du mouvement et du temps. Un film en 70 mm sur grand écran incurvé, intitulé Le Mouvement / Motion en fait l'éloquente démonstration. Ici aussi, le procédé est un ancêtre du cinéma IMAX.
  • La pavillon de l'Ontario présente un film en 70 mm en multi-écrans intitulé A Place to Stand de Christopher Chapman, qui obtient l'Oscar du meilleur court métrage de fiction en 1968.
  • Le pavillon Canadien Pacifique-Cominco projette un film sur écrans multiples : Nous Sommes Jeunes / We Are Young, un tableau de la vibrante jeunesse des années '60. Le visiteur est ensuite invité à jouer interactivement avec les cinq sens.
  • Le pavillon Polymer, autant par des installations ingénieuses que par son architecture audacieuse évoquant une molécule de synthèse, rend compte des progrès dans le monde des plastiques et des composés synthétiques.
  • Le pavillon de la société Kodak éblouit le visiteur par ses avancements dans le domaine de la photographie. Un spectacle d'images projetées sur des jets d'eau termine la visite.
  • Le pavillon Kaléidoscope offre au spectateur une féerie de couleurs sur film avec ses trois salles de projection cintrées de miroirs qui donnent des effets d'infinité ou de volume dépassant la dimension du pavillon.
  • Le pavillon des Compagnies de téléphone du Canada présente tout d'abord son célèbre Cinéma 360 où six écrans concaves forment un cercle autour de la salle, emmenant le spectateur d'un bout à l'autre du Canada « en tapis magique », le film présenté, Canada '67, avait été réalisé par les Studios Disney[15],[16]. La deuxième section du pavillon fait étalage des prodiges à venir dans le monde de la téléphonie, du tout nouveau téléphone à clavier, en passant par les fonctions domestiques que permettront le système à tonalités, jusqu'au vidéophone futuriste. À la sortie du pavillon, une application pratique attend le visiteur : des cabines téléphoniques insonorisées, à usage mains libres.
  • Le Pavillon de la jeunesse de La Ronde évoque les thématiques propres à la jeunesse nord-américaine des années '60 : contestation de l'autorité, mouvement anti-guerre du Viêt-Nam et même la contre-culture (ce qui est très audacieux pour 1967).
  • Le pavillon tchécoslovaque présente l'un des premiers films interactifs au monde, Kinoautomat[17].

Îles artificielles[modifier | modifier le code]

Afin de combler le problème d’espace pour accueillir les différents exposants, le maire de Montréal de l’époque, Jean Drapeau, développe une idée qui semble au départ saugrenue (pour certains): élargir une île déjà existante et créer de toute pièce une autre île sur le fleuve Saint-Laurent.

C’est ainsi que l’île Sainte-Hélène telle qu’on la connait aujourd’hui apparaît et que l’île Notre-Dame est créée. On déverse dans le fleuve près de 25 000 000 tonnes de terre et de roche d’excavation du métro de Montréal. Le maire se trouve avoir eu raison, puisque le fleuve, ainsi que les différentes pièces d’eau qui parsèment le site d’Expo 67, constituent une attraction en soi[18].

Cité du Havre[modifier | modifier le code]

La jetée Mackay, péninsule située à l'extrémité sud du port de Montréal, est choisie pour compléter le site de l'exposition. Elle est élargie et allongée, puis reliée aux îles par la construction du Pont de la Concorde. Renommée Cité du Havre, elle constitue la porte d'entrée principale de l'Expo 67.

On y construit le Centre administratif de la Compagnie canadienne de l'exposition universelle où loge également le Centre de presse, la Place d'accueil, le Centre international de radiotélédiffusion, l'Expo-Théâtre, le Labyrinthe, des pavillons thématiques (Le Génie créateur de l'Homme, L'Homme dans la Cité, L'Homme et la Santé), et le complexe résidentiel Habitat 67. S'ajoutent les pavillons Les Industries du Québec, le Centre du commerce international, s'adressant aux hommes d'affaires, la Maison olympique qui est un centre d'information et documentation destiné à la grande famille olympique, Les Jeunesses musicales du Canada, et le Pavillon de l'hospitalité dédié aux femmes et aux familles [19].

Un vaste stationnement est aménagé à proximité, à l'ouest de l'autoroute Bonaventure, de même que l'Autostade, un stade de 25 000 places. Deux stations de l'Expo-Express desservent la Cité du Havre, à la Place d'accueil et à Habitat 67.

Habitat 67[modifier | modifier le code]

Habitat 67

Il est de coutume que chaque exposition universelle laisse derrière elle un témoignage de tous ses progrès technologiques et idéologiques. À Paris en 1889, il y eut la tour Eiffel et avant, à Londres en 1851, ce fut le Crystal Palace de Sir Joseph Paxton[20]. Pour Montréal, en 1967, c’est Habitat 67, situé à la Cité du Havre. L’architecte israélien Moshe Safdie, étudiant de la McGill University School of Architecture, a pour but, lorsqu’il conçoit Habitat 67 en 1964, de rendre pratique et moins coûteuse l'habitation en ville, tout en gardant les plaisirs et l’intimité des maisons privées de la banlieue. Il y voit une occasion rêvée d’industrialiser le processus de construction et ainsi d'augmenter la rapidité d’exécution des travaux. C’est dans cette optique qu’il imagine Habitat 67, un concept architectural ambitieux de 158 unités ou blocs de ciment pré-moulés, renforcés par une structure d’acier incorporée au moulage, empilés les uns sur les autres, de sorte que le toit de l’habitation du dessous se trouve à être le jardin ou patio privé de l’appartement du dessus. Au total, 15 aménagements sont possibles, depuis des appartements à une chambre aux appartements à quatre chambres pour les familles. Les salles de bain (sauf la toilette), ainsi que les comptoirs de cuisine, sont faits d’un seul morceau de plastique moulé, ce qui rend facile et rapide l’entretien, et confère un style unique et futuriste à ces pièces, grâce à l’absence de jonctions dans le plastique. Les laveuses-sécheuses se superposent afin de maximiser l’espace. Les fenêtres, en angle sur deux façades des murs, permettent d’apprécier la vue sur la Cité du Havre et le fleuve St-Laurent. Pour les locataires les mieux situés, il est possible d'apercevoir Expo 67. Les logements sont climatisés, une petite bibliothèque est encastrée dans les chambres, et des miniparcs et terrains de jeux sont aménagés. Présenté par l’architecte lui-même comme un projet expérimental, un prototype, le complexe comporte toutefois quelques inconvénients, notamment au sujet de la rentabilité de l’investissement[21].

Design industriel[modifier | modifier le code]

Les designers chargés de l’identité globale d'Expo 67 se sont donnés pour mandat d’uniformiser et de standardiser le design de toutes les installations et commodités de l’événement, dans le but de créer une unité dans l’esthétique et le style. Ainsi, toutes les catégories de l’exposition sont couvertes et se complémentent, des bancs publics aux couverts et cendriers, des lampadaires aux panneaux d'orientation, en passant par les pavillons eux-mêmes, sans oublier le célèbre minirail.

Objets promotionnels et souvenirs[modifier | modifier le code]

Expo 67 opte pour une vaste production d’objets promotionnels ayant tous le même style ou une parenté graphique. Le logo y est apposé, de même que l’inscription «Expo 67 / Montréal, Canada», le symbole de la «Terre des Hommes», et une illustration ou reproduction des pavillons (souvent du pavillon canadien).

La gamme de produits offerts comprenait par exemple les foulards pour dames, chaussures, sacs de cuir, cendriers, cartes postales, broches et autres épinglettes, porte-clés, assiettes de collection, tasses, pichets de bière, pièces de monnaie commémorative, boules à neige. Certains contemporains ayant vécu l’Expo 67 ont conservé leur passeport de l’Expo, souvenir d’une époque remplie de découvertes, de surprises et de progrès[22].

Mobilier urbain[modifier | modifier le code]

Après quelques problèmes, le comité responsable du design des installations pratiques a recourt à Luis Villa, un designer industriel colombien œuvrant à l’époque à Philadelphie. Celui-ci, en moins d’une semaine, présente au directeur de la portion design, Norman Hay, des croquis intéressants et innovateurs. Les préoccupations de Villa coïncident avec les besoins urgents d’Expo en matière d’ameublement urbain: une unification de l’identité générale et des plans à l’échelle de la ville. En ce sens, Villa veut que ces éléments soient le plus discrets possible, tout en proposant une certaine unité[23].

Villa propose au comité des socles de forme triangulaire en ciment multi-usages. Utilisés tels quels, ils servent de jardinières et de poubelles. Utilisés comme bases, ils servent de bancs publics (associés à quelques lattes de bois, créant une forme linéaire), de lampes et d’abreuvoirs.

Également, Luis Villa instaure un système d’éclairage efficace en respectant l’idée d’harmonie esthétique et identitaire de l’Expo 67. Ses lampadaires de rue sont formés d’un grand cercle de fibre de verre servant de réflecteur, surplombant un long cylindre avec à sa base une source lumineuse de forte intensité. La lumière vive réfléchie forme un halo diffus créant une douce lueur autour du lampadaire.

Enfin, ce que certains visiteurs qualifient de « l’une des plus belles sculptures sur le site » se trouvent être les célèbres cabines téléphoniques. D’allure spatiale, ces cabines, dont la base est constituée de socles triangulaires de ciment, se distinguent par leur toiture à la forme semi-sphérique en acrylique transparent. Ces demi-sphères donnent l’illusion d’une bulle au-dessus de la tête des utilisateurs, ce qui alimente l’impression d'un espace futuriste. Finalement et en complémentarité aux cabines téléphoniques et aux lampadaires, les clôtures sont de simples dispositions de barres de fer géométriques[24].

Transports[modifier | modifier le code]

Le Pavillon de l'URSS

Avec 50 306 648 visiteurs (en date du 29 octobre 1967), 62 pays participants et près de 90 pavillons, l'Expo 67 est reconnue comme la plus réussie du XXe siècle. Les pavillons les plus visités sont : le pavillon de l'URSS (13 millions), le pavillon canadien (11 millions), le pavillon des États-Unis (9 millions), le pavillon de la France (8,5 millions) et finalement le pavillon de la Tchécoslovaquie (8 millions).

Dans le but d'assurer le bon déplacement de cette foule à travers le site d'Expo 67, les organisateurs mettent à la disposition du public de nombreux moyens de transport. Mis à part le métro et l’autobus, déjà en fonction, plusieurs autres moyens de transport efficaces et esthétiques sont développés. En voici quelques-uns :

L’Expo-Express[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expo Express.

Train léger aux wagons climatisés et à autoguidage par ordinateur (une première au Canada), véritable « minimétro » de surface, constituant le principal service de transport à l'intérieur du site de l’Expo 67 et pouvant accueillir 1000 passagers à la fois, l'Expo-Express dessert cinq stations. Son réseau s’étend sur 5,7 km, de la Cité du Havre (stations Place d'Accueil et Habitat 67, laquelle ne sera finalement jamais utilisée), en passant par l'île Sainte-Hélène et l'île Notre-Dame pour terminer son parcours à La Ronde. Fait surprenant : le temps d’attente entre chaque embarquement n'est que de 5 minutes. Lors de cette première année d'exploitation, la lunette avant du train est accessible, ce qui en fait un point d'intérêt pour tous les petits garçons qui veulent voir défiler les rails du point de vue du conducteur.

Le Minirail bleu[modifier | modifier le code]

Après l’Expo-Express, le Minirail constitue le deuxième moyen de transport de l’Expo 67. Il est apprécié des visiteurs pour sa progression plutôt lente, qui permet d’apprécier la vue en plongée qu’il offre sur les différents pavillons (surtout de l'île Notre-Dame) et de profiter d'un survol relaxant après une longue journée de marche sur le site. À son retour sur l'île Sainte-Hélène, le Minirail bleu pénètre à l’intérieur du pavillon des États-Unis, aujourd'hui appelé la Biosphère, et permet aux visiteurs de contempler des posters gigantesques de stars du cinéma américain, des œuvres d’art à grande échelle ainsi que des équipements d'entraînement des missions spatiales Apollo de la NASA.

Le Minirail jaune[modifier | modifier le code]

Ce minirail, d'un trajet plus court, fait le tour d'une seule section de l'Expo 67. Un circuit ceinture l'île Sainte-Hélène et un autre, non relié, encercle le parc d'amusement de La Ronde. Ces minirails sont plus petits en gabarit et plus intimes mais le voyageur est également plus exposé aux éléments. Lors du trajet, il n'est pas rare pour le voyageur d'être aspergé par la fontaine du lac des Cygnes de l'île Sainte-Hélène ou éclaboussé par un manège comme La Pitoune de La Ronde,

La Balade[modifier | modifier le code]

Ce petit train sans rails mais sur pneumatiques transporte ses passagers entre les différents points d'intérêt des îles de l’Expo 67. Ce mode de transport est plus facilement adaptable que les équipements à rails comme le minirail ou l'Expo Express et le trajet est adapté en fonction des besoins changeants, selon l'affluence des visiteurs. Il sera d'un grand secours pour les automobilistes garés dans l'immense stationnement qui s'étend tout le long de l'autoroute Bonaventure jusqu'à la sortie 60 des autoroutes 15 et 20.

Le Vaporetto[modifier | modifier le code]

Le Vaporetto est un bateau-mouche qui navigue sur les canaux et cours d’eau du site de l’Expo 67. Il a l'avantage d'offrir un autre point de vue sur l’Expo. Il fonctionne en boucle touristique plutôt que de servir de moyen de transport.

Le PediCab[modifier | modifier le code]

Sorte de pédalo terrestre, ce taxi-triporteur fourni par Tilden est équipé de deux sièges et d’un pare-soleil et permet de se déplacer plus aisément entre les différents kiosques et pavillons[25]. Les garçons qui manœuvraient ces PediCabs sont admirés pour leur endurance car le véhicule n'a pas de système de vitesses.

Publicité[modifier | modifier le code]

La Place des nations

Le service de publicité est fondé dès 1964[26] et prépare une campagne mondiale. Jusqu'en septembre 1965, il est constitué de 8 membres, après il augmente à douze[27] pour répondre à l'augmentation de la charge de travail.

Ce service à pour mission de s'occuper de:

  • La production de vidéos informatives
  • La création de brochures et dépliants sur les multiples aspects de l'exposition
  • Les relations publiques
  • La production et distribution des publicités commerciales à travers différents médias.

Au début du processus, le travail du comité est principalement de s'occuper des diverses brochures et affiches destinées aux exposants et à tous ceux qui vont participer à la réalisation de l'exposition. Plusieurs rencontres par année sont organisées avec les contracteurs et publicitaires. Dès 1965, les campagnes publicitaires destinées à grand public sont réalisées. Les premières éditions de la brochure "Voici l'Expo 67" ne sont traduites qu'en français, anglais et russe, mais elles seront traduites en trois langues supplémentaires par la suite, soit l'italien, l'allemand et l'espagnol[28].

La campagne publicitaire est principalement diffusée en Amérique du Nord, spécialement dans les grands centres urbains des États-Unis. À Montréal, les publicités ne visent pas à convaincre les habitants à venir à l'Expo 67, mais plutôt à participer en inscrivant leur maison à Logexpo (un système qui consiste à louer une chambre de leur maison pour pallier le manque de place dans les hôtels montréalais)[29].

L'Exposition universelle coïncidant avec le Centenaire de la Confédération (en), plusieurs publicités réalisées par le comité de publicité du centenaire invitent le public à aller à Montréal pour voir l'Expo 67.

En août 1966, le comité s'occupe de la conception d'une brochure de 12 pages en couleurs, destinée au Reader's Digest. C'est la campagne la plus considérable jamais publiée, à l'époque, elle coûtera 450 000 $[30]

Chanson thème[modifier | modifier le code]

La chanson thème de l'expo (Un jour, un jour) fut écrite par Stéphane Venne[31] et choisie parmi les 2 200 inscriptions au concours commandité par Sun Life dans le cadre du Festival du disque. La chanson est diffusée principalement à la radio et pour les publicités télévisuelles.

Deux enregistrements de "Un jour, un jour" ont été publiés, l'un par Donald Lautrec et l'autre par Michèle Richard[32].

Design graphique[modifier | modifier le code]

Le design graphique de l'Expo 67 est assuré par le Programme de graphisme et d'affichage de la Compagnie de l'Exposition de 1967, avec à sa tête Georges Huel, dessinateur de l'affiche officielle de l'Expo. On y développe la campagne publicitaire, les publications, l'affichage et la signalétique de l'Expo 67. D'autres graphistes sont engagés par la Commission des expositions du gouvernement canadien, afin de concevoir plusieurs publications et documents de signalisation et d'identification. Parmi ceux-ci, on retrouve Paul Arthur, Burton Kramer, Frank Mayrs et Neville Smith[33].

[modifier | modifier le code]

Créé par le designer montréalais Julien Hébert, le logo « Terre des Hommes » est constitué d'une répétition d'un ancien symbole représentant un homme debout. Chaque paire représente l'amitié, et la distribution autour d'un axe circulaire évoque l'amitié universelle, un thème au cœur de l'exposition. La typographie utilisée est Optima[1].

Signalétique[modifier | modifier le code]

Le Département de l'aménagement s'occupe la signalétique de l'événement. Celle-ci se démarque des expositions précédentes par l'utilisation presque exclusive d'icônes et de signalisation graphique. Considérant que les visiteurs viennent de nombreux pays différents et ne parlent pas la même langue, le comité chargé de la signalétique, formé de Paul Arthur en collaboration avec Graform Associates, à opté pour un langage graphique simple, clair et actuel que tous peuvent comprendre au premier coup d'œil[34]. La typographie utilisée pour les panneaux, instructions, thèmes de l'exposition et autres messages en petits caractères se doit d'optimiser la lisibilité et la compréhension. Pour ce faire, le comité opte pour le caractère Univers d'Adrian Frutiger, un caractère sans empattements au dessin simple et moderne, qui confère un style actuel à l'Expo[35]. Comme procédés d'impression, on utilise la décalcomanie de vinyle, le Néoprint et la sérigraphie[36]. Le comité utilise également, afin de diriger le public, un code de couleurs recourant aux rouge, bleu, jaune, pourpre, orange et vert foncé. Le rouge identifie uniquement les installations d'urgence et de secours. Le bleu est utilisé pour les biens et services, tels que les voitures, camions, tondeuses à gazon, trains, bateaux et portes des toilettes. Le jaune est réservé à l'identification de l'Île Notre-Dame, le pourpre à la Cité du Havre, l'orange à la Ronde et le vert foncé à l'île Sainte-Hélène[37].

Une vingtaine d'icônes sont créées pour l’événement, les plus notables étant:

  • Les premières icônes représentant une silhouette stylisée d'homme et femme pour différencier les toilettes. Trop similaires, ils seront modifiés au cours de l'Expo.
  • Une icône de flèche standardisé pour tout usage.
  • Des silhouettes d'animaux servant à différencier les zones de stationnement. Ces derniers sont particulièrement appréciés par le public.

Affiches[modifier | modifier le code]

De multiples affiches sont créées pour l'occasion et mettent en scène plusieurs types de jeux graphiques. L'unité visuelle est formée non pas par les sujets, mais par les mises en page modernes et les jeux de couleurs. Outre Georges Huel, qui a conçu l'affiche officielle d'Expo 67, c'est Guy Lalumière qui réalise les affiches des pavillons culturels[33]. Les affiches promotionnelles proposent des photographies en couleur des hôtesses, des pavillons ou du site, ainsi qu'un slogan accrocheur, tandis que les affiches des pavillons culturels s'inspirent du design européen dans leur composition. Les informations y sont disposées de façon organisée et hiérarchisée, en adoptant un style raffiné du traitement de la typographie.

La mode: costumes des hôtes et hôtesses[modifier | modifier le code]

La mode et les costumes des hôtes et hôtesses varient de pays en pays. La tendance dominante est sans contredit la mini-jupe, fraîchement arrivée de Grande-Bretagne avec Mary Quant. En effet, la principauté de Monaco opte pour un élégant cardigan bleu et or ainsi qu’une mini-jupe marine. Pour le Canada, les garçons de table portent des costumes d’inspiration esquimaude, et les femmes des chapeaux ronds assortis à leurs robes rouges et souliers blancs (couleur du pays). Les tenues des hôtesses d’Afrique sont très conservatrices, avec leurs tuniques longues jusqu’aux pieds, de couleurs terres et aux motifs tribaux[38]. Les serveuses du Ceylan (Sri Lanka), quant à elles, portent un costume traditionnel. Pour la Grande-Bretagne, les hôtesses rendent les visiteurs nostalgiques avec leurs mini-jupes qui rappellent Chelsea (Londres). La Cité du Havre a décidé d’arborer des costumes beaucoup moins traditionnels. Les hôtes et hôtesses accueillent les visiteurs avec un costume où des artères et un système nerveux sont illuminés tour à tour. Tandis que d’autres portent des organes artificiels et prothèses qui sont utilisés en médecine. Les hôtes de la Barbade sont vêtus d’une chemise blanche ornée des armoiries du pays. Les femmes, quant à elles, portent de grandes robes légères blanches et bleues. Il y a aussi les représentants de l’Autriche, qui arborent le style des yodleurs: un haut blanc et bleu et une jupe rouge digne des spectacles de yodle qui ont vu le jour en Suisse et en Autriche. Les Belges, eux, sont vêtus comme des hauts placés largement décorés de l'armée. Les femmes portent, dans le même style, un ensemble beige et blanc digne d’une première dame. L'Ontario, lui, est particulier. En effet, les femmes portent de longues tuniques grises avec chapeaux et talons hauts blancs. Pour le Québec, il est décidé que le bleu sera la couleur dominante des uniformes du personnel. L'uniforme des hôtesses du Québec, dessiné par Madeleine Arbour, est composé de petites robes ajustées brunes et bleues avec des chapeaux bleus. La plupart des hôtesses ne communiquent qu’avec leurs mains[39],[40].

L'organisation de l'Expo avait aussi ses proprese hôtesses, postées à quinze endroits stratégiques sur le territoire de l'exposition et chargées de répondre aux questions des visiteurs et de les diriger. Elles accompagnaient également les visiteurs de marque, incluant des chefs d'État, lors de leur visite de l'Expo. Leur uniforme, blanc et bleu, a été créé par Michel Robichaud[41].

Événements[modifier | modifier le code]

  • À l'occasion de sa visite à Montréal, le président de la république française Charles de Gaulle prononce « Vive le Québec libre ! » lors d'un discours qui reste gravé dans les mémoires, des mots provoquant un scandale politique. Il quitte le Canada sans se rendre à Ottawa.
  • En protestation contre l'attitude canadienne en regard du conflit opposant Israël et ses voisins arabes (La Guerre des Six Jours), le pavillon du Koweït ferme ses portes et quitte l'exposition.
  • En raison d'un incendie lors de l'aménagement initial, le pavillon de la République Populaire de Chine ouvre avec plusieurs semaines de retard. Tout est mis en œuvre pour que toute trace de la conflagration ne soit pas apparent. Une odeur d'encens flotte sans cesse dans la structure.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guide Officiel Expo 67 1967, p. 29
  2. Pourquoi commémorer l'Expo 67, sur expo67.org
  3. Fonds Compagnie canadienne de l'Exposition universelle de 1967 (P312) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  4. Fulford 1968, p. 39
  5. Fulford 1968, p. 46-47
  6. Fulford 1968, p. 56
  7. Fulford 1968, p. 43, 48
  8. Fulford 1968, p. 41-42, 49
  9. Relaxed and Comfortable: The Australian Pavilion at Expo '67, dans Design Issues, volume 25, No 1 - p. 81. BARNES, Carolyn, HALL, Barbara et JACKSON, Simon, 2009, In Art Full Text; Consulté le 11 octobre 2012
  10. a et b Tiré du Guide officiel de l'Expo 67, mis en ligne par Daniel Morency, « Pavillon des Pâtes et papiers », Les éditions Maclean-Hunter Ltd,‎ s.d. (consulté le 18 octobre 2014).
  11. Fulford 1968, p. 52
  12. Fulford 1968, p. 44
  13. Panrama
  14. Le fonds d'archives Collection Expo'67 - Musée littéraire du pavillon de la France, Montréal est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du QuébecCollection Expo'67 - Musée littéraire du pavillon de la France, Montréal (P40) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  15. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 86
  16. (en) Exposition universelle de 1967 sur l’Internet Movie Database
  17. Václav Richter, Kinoautomat, le premier spectacle qui respecte la volonté du spectateur, Radio Prague, 16 avril 2007
  18. Fulford 1968, p. 10
  19. Autres pavillons (Source du document: Guide officiel de l'Expo 1967, Copyright 1967 par Les éditions Maclean-Hunter Ltd)
  20. Jackson 2008, p. 122-123
  21. Fulford 1968, p. 109-124
  22. Daniel Morency, « Les gadgets de l'Expo 67 », sur Expo 67,‎ s.d. (consulté le 18 octobre 2014).
  23. [PDF] Étude patrimoniale sur les témoins matériels de l’Expo 67 - Mobilier d'extérieur, École de design, Université du Québec à Montréal
  24. Fulford 1968, p. 75-78, 84-85
  25. Daniel Morency, « Les transports - le Pédicab », sur Expo 67,‎ s.d. (consulté le 18 octobre 2014).
  26. Rapport général sur l'Exposition universelle de 1967 1969, p. 577
  27. Rapport général sur l'Exposition universelle de 1967 1969, p. 580
  28. Rapport général sur l'Exposition universelle de 1967 1969, p. 583
  29. Rapport général sur l'Exposition universelle de 1967 1969, p. 588
  30. Rapport général sur l'Exposition universelle de 1967 1969, p. 584
  31. Daniel Morency, « Le thème musical », sur Expo 67,‎ s.d. (consulté le 19 octobre 2014).
  32. (en) Jason Stockl, « The Story Behind the Expo 67 Theme Song », sur Expo Lounge, Blogspot,‎ 4 août 2012 (consulté le 19 octobre 2014).
  33. a et b Robert Stacey, « Arts graphiques et graphisme », sur L'Encyclopédie canadienne, Historica Canada,‎ 14 août 2014 (consulté le 18 octobre 2014).
  34. Society of graphic designers. S.d. The Society of Graphic Designers of Canada 1996 Recipients. En ligne. http://www.gdc.net/about/fellows/articles75.php. Consulté le 20 octobre 2012.
  35. Normes de signalisation 1967, p. 12
  36. Normes de signalisation 1967, p. 21
  37. Normes de signalisation 1967, p. 22
  38. (en) Karen Moser, « Best-dressed girls are Expo attraction », La Presse canadienne,‎ 2 juin 1967 ([La page montre également un montage de photos d'hôtesses, provenant des Archives nationales du Canada résumé], lire en ligne).
  39. Bantley 1967, p. ?
  40. Daniel Morency, « Les hôtesses », sur Expo 67,‎ s.d. (consulté le 19 octobre 2014) (diaporama de costumes d'hôtesses).
  41. (en) Jason Stockl, « The General Expo 67 Hostess », sur Expo Lounge, Blogspot,‎ 15 février 2007 (consulté le 19 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Compagnie canadienne de l'Exposition universelle de 1967, Rapport général sur l'Exposition universelle de 1967, t. 1, Ottawa, Imprimeur de la Reine,‎ 1969, 668 p.
  • (en+fr) Compagnie canadienne de l'Exposition universelle de 1967, Expo 67, Normes de signalisation : Standard sign manual, Expo 67, Montréal?,‎ 1963, 60 p.
  • Guide Officiel Expo 67, Toronto, Les Éditions Maclean-Hunter Ltée et la Compagnie canadienne de l'Exposition universelle de 1967,‎ 1967, 350 p.
  • (en) Anna Jackson, Expo : International Expositions 1857-2010, Londres, V&A Publishing,‎ 2008, 128 p.
  • (en) Robert Fulford, This Was Expo, Toronto, McClelland and Stewart Limited, Illustrated Books Division,‎ 1968, 203 p.
  • Bill Bantley, Visitez l'Expo avec Bill Bantley, Montréal, Gazette Printing Company (limited),‎ 1967, 96 p.
  • Yves Jasmin, La petite histoire d’Expo 67 : l’Expo 67 comme vous ne l’avez jamais vue, Montréal : Éditions Québec/Amérique,‎ 1997, 461 p. (ISBN 2-89037-902-7)
    Cet ouvrage est épuisé mais disponible à Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Sites web[modifier | modifier le code]

L'île Notre-Dame durant l'Expo 67