Circle-Vision 360°

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Circle-Vision 360°, à l'origine Circarama, est le nom d'une technique de cinéma développée par Walt Disney Imagineering pour certaines attractions des parcs Disney[1].

La technique[modifier | modifier le code]

À l'origine, le procédé Circarama nécessitait 11 caméras puis le nombre fut réduit à 9 tandis que le nom fut modifié en Circle-Vision 360° suite à des plaintes des propriétaires du système similaire nommé Cinérama[1].

Pour la prise d'image, la technique consiste en neuf caméras placées ensemble et disposées sur un support qui permet de déplacer l'ensemble dans les lieux de tournage. Une évolution du système a vu l'introduction de miroirs à 45° dans le dispositif afin d'avoir les neuf caméras en étoile autour d'un axe vertical, les neuf miroirs renvoyant les images horizontales. Ce système permet d'avoir moins de décalage entre les champs de vision de chaque caméra. Les premières utilisations du dispositif furent sur le toit de voitures ou de camions, mais pour le film O Canada! (1982) ou Visionarium (1992), des hélicoptères suspendent les caméras au-dessus des paysages. Afin de réduire les distorsions dues aux vibrations, les images sont retraitées par ordinateur.
Le principe était expliqué dans l'attraction Visionarium et est à l'origine du nom du personnage Nine-Eye de l'attraction.

Pour la projection, cette technologie utilise neuf écrans agencés en cercle et séparés par un interstice prévu pour loger les projecteurs. La première utilisation date de 1955 pour America the Beautiful à Disneyland au sein du Circarama Theater, renommé Circle-Vision Theater en 1967[1].

Attractions des parcs Disney utilisant cette technologie[modifier | modifier le code]

Disneyland[modifier | modifier le code]

La salle ouvrit en 1955 à Tomorrowland sous les noms successifs de

  • Circarama USA (de 1955 à 1967)
  • World Premiere Circle-Vision
  • Circle-Vision 360 (1967 à 1997)

La salle fut transformée en 1997 pour accueillir la file d'attente de Rocket Rods, remplacée en 2005 par Buzz Lightyear's Astro Blasters. Elle était située juste à l'entrée du land sur la gauche (33° 48′ 44″ N 117° 55′ 05″ O / 33.812239, -117.918009 ())

Les spectacles proposés furent:

Les spectacles avaient pour partenaires :

Magic Kingdom[modifier | modifier le code]

La salle de cinéma est située à Tomorrowland depuis l'ouverture du parc en 1971.
Elle accueillit les films:

Les spectacles avaient pour partenaires :

Epcot[modifier | modifier le code]

Le parc accueille plusieurs salles de projections principalement dans le World Showcase

Tokyo Disneyland[modifier | modifier le code]

La salle de cinéma était située à Tomorrowland: de 1983 date de l'ouverture du parc, jusqu'en 2002 date de la fermeture de l'attraction.

Elle accueillit les films:

Parc Disneyland[modifier | modifier le code]

Une seule salle exista dans le parc, le Visionarium de 1992 à 2005 dans Discoveryland.

Utilisations en dehors des parcs Disney[modifier | modifier le code]

Italia '61[modifier | modifier le code]

D'après Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia [2] et IMDB[3]

Magic of the Rails[modifier | modifier le code]

Magic of the Rails est un film produit pour les Chemins de fer fédéraux suisses et montrant les paysages en Europe vu depuis un train, a été présenté en 1965 à Lucerne puis en Allemagne[2],[5].

Expo 67[modifier | modifier le code]

D'après le guide officiel Expo 67[6]

Expo 86[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 105
  2. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 290
  3. (en) Italia '61 sur l’Internet Movie Database
  4. Exposition International du Travail de Turin 1961
  5. (en) Magic of the Rails (1965) sur l’Internet Movie Database
  6. Official Expo 67 guide book. Maclean-Hunter Publishing Co. Ltd., page 178
  7. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 448