Xavier Barsalou-Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duval.

Xavier Barsalou-Duval
Fonctions
Député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères
En fonction depuis le
(3 ans, 7 mois et 22 jours)
Législature Chambre des communes du Canada
Groupe politique Bloc québécois
Prédécesseur Nouvelle circonscription
Biographie
Date de naissance (30 ans)
Lieu de naissance Boucherville
Parti politique Bloc québécois
Parti québécois
Diplômé de Université du Québec à Trois-Rivières
Profession Enseignant
Xavier Barsalou-Duval et son fils, Ulysse Duval-Gill, en décembre 2017.

Xavier Barsalou-Duval (né le à Boucherville) est un enseignant et homme politique québécois (Canada), député bloquiste de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères depuis le .

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Né à Boucherville, Xavier Barsalou-Duval étudie à l'Université du Québec à Trois-Rivières où il obtient un baccalauréat en sciences comptables en 2010 et une maîtrise en administration des affaires (MBA) en 2012. Il complète ce cursus par des cours en droit constitutionnel à l'Université de Montréal. Il travaille parallèlement comme technicien comptable, auditeur puis enseignant en comptabilité et en gestion. Xavier Barsalou-Duval est aussi membre du conseil d’administration du Mouvement Montréal français, du comité de surveillance des finances de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et trésorier de la Fondation du Prêt d’Honneur[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il rencontre Marilène Gill, collègue députée bloquiste, après leurs élections en 2015. Les deux députés se mettent en couple et ont un enfant, le premier à naître d'un couple de député en cours de mandat, Ulysse, né le 9 septembre 2017[2].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Indépendantiste, il s'engage dans la campagne du candidat du Bloc québécois Jean Dorion dans la circonscription de Longueuil—Pierre-Boucher à l'élection fédérale de 2008. Dès l'année suivante, il siège à plusieurs reprises dans les exécutifs du Bloc québécois et du Parti québécois de sa région.

Après l'élection de 2011 il devient président du Forum jeunesse du Bloc québécois. Lors de la course à la chefferie du parti en 2014, le mouvement soutient activement Mario Beaulieu et une ligne de clarté sur l'option référendaire et l'indépendance[3].

Candidat pour le Bloc québécois dans Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères lors des élections de 2015, il quitte la présidence du Forum Jeunesse. Le , il est élu député de cette nouvelle circonscription par 213 voix d'avance sur Lucie Gagnon, candidate libérale. Il rejoint donc le caucus de dix élus du Bloc québécois, dont il est le plus jeune représentant[4].

Idéologie politique[modifier | modifier le code]

À titre de président du Forum Jeunesse du Bloc québécois puis de député, Xavier Barsalou-Duval prône une stratégie assumée et décomplexée de la promotion de l'indépendance du Québec, au Parlement d'Ottawa où il siège ainsi que partout au Québec. Cette vision proactive s'oppose au courant dit attentiste du mouvement souverainiste québécois. Il réitère son attachement à cette vision en appuyant Martine Ouellet à la chefferie du Bloc québécois en 2017 et dans le contexte de la crise qui frappe le Bloc québécois en février 2018.

Crise au Bloc québécois[modifier | modifier le code]

Le 28 février 2018, les députés du Bloc québécois Rhéal Fortin, Michel Boudrias, Monique Pauzé, Louis Plamondon, Luc Thériault, Gabriel Ste-Marie et Simon Marcil, quittent le caucus en prétextant le dirigisme de la chef Martine Ouellet. Xavier Barsalou-Duval, ainsi que les députés Mario Beaulieu et Marilène Gill, demeure aux côtés de la chef. Xavier Barsalou-Duval adhère à la vision Martine Ouellet, centrée sur la promotion de l'indépendance sur toutes les tribunes tel que stipulé dans la plateforme du Bloc Québécois adopté en 2015. « Je pense qu'elle est la meilleure personne pour diriger le Bloc québécois », a affirmé M. Barsalou-Duval en soulignant son « approche assumée de l'indépendance du Québec » et « sa grande expérience »[5].

Ralliement en faveur de Martine Ouellet suite au départ des sept députés démissionnaires. En avant-plan, de gauche à droite : Xavier Barsalou-Duval, Mario Beaulieu, Martine Ouellet et Marilène Gill.

Le 26 mars 2018, les membres du Bureau national du Bloc québécois proposent aux membres une consultation historique afin de sortir de la crise provoquée par le départ des députés démissionnaires : un référendum interne sur le rôle du Bloc québécois doublé d’un vote de confiance au suffrage universel sur Martine Ouellet, soit auprès de tous ses membres et non pas seulement des instances. Le Bureau national souligne qu’il s’agit d’une première dans l’histoire des partis politiques du Québec. Le Bureau national estime qu’il est crucial de retourner à la base des membres afin de réitérer le rôle du Bloc québécois tel qu’il a été défini dans son programme adopté en mai 2014[6]

Le 6 avril 2018, Xavier Barsalou-Duval, en compagnie de Gilbert Paquette et Denis Monière, accompagne Martine Ouellet lorsqu'elle présente la proposition principale pour les années 2018 et 2019, intitulée Pour faire du Québec une république. Sous la forme d’un document d’une soixantaine de pages, la proposition principale s’ouvre sur une déclaration des principes du Bloc québécois, qui touche notamment à la social-démocratie, au féminisme, à la défense de l’environnement, à la laïcité de l’État et à la promotion de la langue française. Ensuite, la présentation du programme politique du Bloc québécois se décline en neuf chapitres traitant respectivement de l’indépendance du Québec, de la population et la langue nationale, du territoire du Québec et les régions, de l’environnement, de l’énergie et du climat, du développement économique intelligent, de la solidarité sociale, de la culture et des communications, de justice et de démocratie puis du Québec dans le monde. Enfin, la proposition principale se termine par l’introduction d’une constitution initiale de la République du Québec pour répondre aux interrogations de beaucoup de gens[7],[8].

Le jour du conseil général du Bloc québécois du 29 avril, Mario Beaulieu retire son appui à Martine Ouellet après que sa propositions de devancer le vote de confiance ait été rejetée. Xavier Barsalou-Duval, qui avait convaincu Mario Beaulieu de se présenter comme chef du Bloc en 2014, estime que ce dernier commet une erreur. Quelques militants lancent des injures à Mario Beaulieu lorsqu'il prend la parole, l'accusant d'être un «putschiste» et d'avoir des tendances dictatoriales. Xavier Barsalou-Duval ne s'explique pas pourquoi M. Beaulieu retire son appui. « Je pense qu'il a fait une erreur », commente-t-il en entrevue[9].

Le 3 juin 2018, les résultats du référendum a deux volets sont dévoilés : 67 % des participants retire leur confiance au chef Martine Ouellet tandis que 65 % des électeurs décident de conserver tel quel l'article 1 du programme du Bloc, où il est question de faire la promotion de l'indépendance du Québec sur toutes les tribunes possibles. « On s'est battus jusqu'à la dernière minute, jusqu'à la dernière seconde. C'est sûr que j'aurais aimé une victoire de Mme Ouellet », affirme Xavier Barsalou-Duval[10].


Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale de 2015
Candidat Parti # de voix % des voix
     Clovis Maheux Conservateur +06 079, 10,24 %
     Xavier Barsalou-Duval Bloc québécois +17 007, 28,64 %
     Lucie Gagnon Libéral +16 794, 28,28 %
     Raphaël Fortin NPD +14 454, 24,34 %
     Jici Lauzon Vert +05 056, 8,51 %
Total 59 390 100 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site officiel du Bloc québécois, consulté le 17 août 2018.
  2. Un petit nouveau au Bloc, Journal de Montréal, 9 septembre 2015.
  3. « Entretien avec Xavier Barsalou-Duval », blog Vuedefrance, 09 mai 2014, consulté le 21 octobre 2015. « Malheureusement, le Parti Québécois a préféré demeurer le plus flou et le plus ambigu possible sur sa démarche, ce qui n’a évidemment pas plu à son électorat. Je crois que si le Parti Québécois avait assumé sans honte son option, nous aurions probablement obtenu un résultat différent. »
  4. Politique fédérale - Xavier Barsalou Duval élu !, Le Contre-courant, 20 octobre 2015.
  5. Crise au Bloc québécois: Martine Ouellet est de plus en plus isolée, La Presse, 5 avril 2018.
  6. Communiqué de presse : Le Bureau national du Bloc québécois mise sur la démocratie directe des membres, Site officiel du Bloc québécois, 5 avril 2018.
  7. Communiqué de presse : Pour faire du Québec une République!, Site officiel du Bloc Québécois, 6 avril 2018.
  8. Face à l'adversité, le Bloc québécois veut renouveler son programme politique, Radio-Canada, 6 avril 2018.
  9. «Je n’ai plus confiance en Martine Ouellet» - Mario Beaulieu, Huffpost, 29 avril 2018.
  10. Après avoir tourné le dos à Martine Ouellet, le Bloc veut panser ses plaies, Radio-Canada, le 3 juin 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]