Chrystia Freeland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chrystia Freeland
Chrystia Freeland en 2017.
Chrystia Freeland en 2017.
Fonctions
12e ministre canadienne des Affaires étrangères
En fonction depuis le
(1 an et 13 jours)
Premier ministre Justin Trudeau
Gouvernement Trudeau
Prédécesseur Stéphane Dion
Ministre du Commerce international

(1 an, 2 mois et 6 jours)
Premier ministre Justin Trudeau
Gouvernement Trudeau
Prédécesseur Ed Fast
Successeur François-Philippe Champagne
Députée à la Chambre des communes
pour University—Rosedale
En fonction depuis le
(2 ans, 3 mois et 4 jours)
Élection 19 octobre 2015
Législature 42e
Prédécesseur Nouvelle circonscription
Députée à la Chambre des communes
pour Toronto-Centre

(1 an, 10 mois et 25 jours)
Élection (partielle)
Législature 41e
Prédécesseur Bob Rae
Successeur Bill Morneau
Biographie
Nom de naissance Christina Alexandra Freeland
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Rivière-la-Paix (Alberta, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti libéral du Canada
Diplômée de Université Harvard
United World College of the Adriatic
Profession Journaliste d'opinion
Femme politique
Politicienne
Journaliste
Écraivaine

Christina « Chrystia » Alexandra Freeland, née le à Rivière-la-Paix en Alberta, est une journaliste et femme politique canadienne, membre du Parti libéral.

Elle travaille pour des éditeurs tels que le Financial Times, The Globe and Mail et Thomson Reuters avant d'être élue à la Chambre des communes du Canada dans la circonscription ontarienne de Toronto-Centre lors d'une élection partielle le 25 novembre 2013. Lors des élections de 2015, elle est réélue, cette fois dans University—Rosedale[1].

Lors de la formation du 29e conseil des ministres présidé par Justin Trudeau, elle est nommée ministre du Commerce international. Elle a été impliquée dans les négociations menant à la signature de l'Accord économique et commercial global (AECG ou CETA). En octobre 2016, elle décide de quitter la réunions et, au bord des larmes devant les caméras, déclare l'échec des négociations. Elle révélera quelques mois plus tard que c'était un calcul afin de culpabiliser les Wallons[2]. L'AECG a finalement été signé quelques jours plus tard.

Le , elle est nommée ministre des Affaires étrangères du Canada[3], succédant à Stéphane Dion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chrystia Freeland — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  2. (en) « Freeland talks tough on trade with Trump team », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  3. Anne Pélouas, « Le Canada change de ministre des affaires étrangères avant l’investiture de Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]