Alexandre Boulerice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Boulerice
Alexandre Boulerice en 2014
Alexandre Boulerice en 2014
Fonctions
Député de Rosemont–La Petite-Patrie
En fonction depuis le
Élection 2011
Réélection 2015
Législature Chambre des communes du Canada
Groupe politique Nouveau Parti démocratique
Prédécesseur Bernard Bigras
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec
Nationalité Canadien
Parti politique Nouveau Parti démocratique
Profession Syndicaliste, journaliste

Alexandre Boulerice (né le à Saint-Jean-sur-Richelieu[1]) est un syndicaliste, journaliste et homme politique canadien. Député de la circonscription de Rosemont—La Petite-Patrie (Montréal), il siège à la Chambre des Communes depuis mai 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Boulerice est né le à Saint-Jean-sur-Richelieu. Après son cégep, il fait un baccalauréat en sociologie à l’Université de Montréal. Par la suite, il poursuit des études en science politique à l'UQAM et une scolarité de maîtrise à l’Université McGill.

Par la suite, il travaille comme journaliste pour la chaîne d'information LCN. Peu après, il continue dans ce domaine dans la salle des nouvelles de TVA, tout en s’impliquant dans son syndicat local en tant que vice-président du SCFP 687. Prenant le goût à l'engagement social, il quitte cet emploi afin d'aller travailler dans un groupe communautaire, l’Union des travailleurs et travailleuses accidentés de Montréal (UTTAM). Pendant près d'un an, il travaille avec des personnes qui doivent lutter pour faire respecter leurs droits, souvent dans des situations personnelles très pénibles. Il devient ensuite conseiller en communications pour le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), où il se joindra au plus grand syndicat du pays pour plusieurs années de militantisme [2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Avec Jack Layton pendant la campagne de 2011

Alexandre Boulerice milite au Nouveau Parti démocratique depuis la fin des années 1990. Il se présente une première fois aux élections fédérales de 2008 et obtient alors 16,26% des voix, la circonscription étant remportée par le candidat du Bloc québécois, Bernard Bigras. Il devient ensuite le vice-président pour les communications de la section Québec du NPD, sous la présidence de François Boivin.

En 2011, il se présente à nouveau et cette fois l’emporte avec 50,8% des voix. Lors de ces élections, le NPD obtient 30,6% des suffrages, ce qui se traduit par 103 députés à la Chambre des communes, dont plus de la moitié issus du Québec. Ce résultat permet au NPD de former l’Opposition officielle à la Chambre des communes pour la première fois de l’histoire. On a alors qualifié ce phénomène de « vague orange ».

Le 26 mai 2011, Alexandre Boulerice est nommé porte-parole de l'opposition officielle du Canada pour le Conseil du trésor[3]. En avril 2012 il devient porte-parole en matière de Travail, ainsi que porte-parole adjoint en matière d’éthique et d'accès à l'information[1]. En janvier 2015 il devient en plus porte-parole pour la Société canadienne des Postes. Après les élections de 2015, quand le NPD perd le statut d’opposition officielle, il est nommé porte-parole de son parti en matière d'éthique, et porte-parole adjoint sur les institutions démocratiques et la réforme démocratique.

Considéré comme le lieutenant du NPD au Québec, Alexandre Boulerice s'est imposé comme le député le plus actif et le plus présent depuis la vague orange. Il a multiplié les prises de position, se révélant un orateur redoutable à la Chambre des communes, notamment lors des scandales touchant les conservateurs de Stephen Harper[réf. nécessaire]. Certains observateurs n'ont pas manqué de remarquer qu'il répond toujours présent pour défendre les intérêts du Québec à Ottawa[4]. Il a également été nommé par son parti vice-président de la campagne du NPD pour les élections fédérales de 2015[5].

Au début de l'année 2017, Alexandre Boulerice a été nommé le porte-parole en matière de Finance pour le NPD.

Projet de Loi C307[modifier | modifier le code]

À l’automne 2011, Alexandre Boulerice a déposé le projet de loi « Pour le retrait préventif des femmes enceintes et allaitantes » [6], visant à protéger les droits des femmes enceintes et allaitantes qui doivent quitter leur emploi pour protéger leur santé ou la santé de leur enfant. Ce projet de loi avait pour objectif de permettre à toutes les travailleuses de bénéficier d’un retrait préventif selon les dispositions en vigueur dans leur province respective. Au Québec, les travailleuses régies par le Code du travail du Québec peuvent bénéficier de prestations de la part de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) dans le cadre du programme, «Pour une maternité sans danger». Ce projet de loi avait pour objectif de permettre aux travailleuses régies par le code du travail du Canada de bénéficier des mêmes prestations et de ne pas être pénalisées au cours de leur maternité.

En mai 2012, ce projet de loi a été rejeté avec 169 voix contre, et 108 voix pour[7].

Postes Canada[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, la direction de Postes Canada a annoncé qu'elle mettrait fin graduellement à son service de livraison de courrier à domicile, engendrant la perte de 6000 à 8000 postes[8]. Alexandre Boulerice a été un des premiers à s'opposer à ces compressions, lançant promptement une pétition [1] pour sensibiliser la population quant aux implications de cette décision. Devant la mobilisation générale et les nombreuses réactions politiques, il travaille de concert avec le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) et entreprend une tournée du Québec pour expliquer les changements et récolter des appuis contre le projet[9]. Sa tournée s'est conclue avec le dépôt d'un mémoire à la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise, qui a étudié les impacts de la fin de la livraison de courrier à domicile, notamment sur l'installation de nombreuses boîtes postales communautaires et sur la qualité de vie des aînés et personnes à mobilité réduite.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale de 2015
Candidat Parti # de voix  % des voix
     Jeremy Dohan Conservateur +02 506, 4,29 %
     Claude André Bloc québécois +12 276, 21,04 %
     Nadine Medawar Libéral +12 069, 20,68 %
     (sortant) Alexandre Boulerice NPD +28 692, 49,17 %
     Sameer Muldeen Vert +01 787, 3,06 %
     Laurent Aglat Rhinocéros +00495, 0,85 %
     Stéphane Chénier Marxiste-léniniste +00171, 0,29 %
     Peter d'Entremont Parti libertarien +00353, 0,6 %
Total 58 349 100 %
Élection fédérale de 2011
Candidat Parti # de voix  % des voix
     Sébastien Forté Conservateur +02 328, 4,32 %
     (sortant) Bernard Bigras Bloc québécois +17 702, 32,85 %
     Kettly Beauregard Libéral +04 920, 9,13 %
     Alexandre Boulerice NPD +27 484, 51 %
     Sameer Muldeen Vert +00899, 1,67 %
     Jean-Patrick Berthiaume Parti Rhinocéros +00417, 0,77 %
     Stéphane Chénier Marxiste-léniniste +00140, 0,26 %
Total 53 890 100 %


Élection fédérale de 2008
Candidat Parti # de voix  % des voix
     Sylvie Boulianne Conservateur +03 876, 7,39 %
     (sortant) Bernard Bigras Bloc québécois +27 260, 52 %
     Marjorie Théodore Libéral +09 785, 18,67 %
     Alexandre Boulerice NPD +08 522, 16,26 %
     Vincent Larochelle Vert +02 406, 4,59 %
     Jean-Patrick Berthiaume neorhino.ca +00319, 0,61 %
     Stéphane Chénier Marxiste-léniniste +00170, 0,32 %
     Michel Dugré Indépendant +00083, 0,16 %
Total 52 421 100 %

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Alexandre Boulerice — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  2. Biographie sur le site du NPD
  3. Cabinet fantôme, sur le site du NPD
  4. Donald Charette, « Le Bloc, pour quoi faire? », Le Huffington Post Québec,‎ (lire en ligne)
  5. Steve Rennie, « NPD: Crowder et Boulerice, co-présidents de la campagne de 2015 », La Presse Canadienne,‎ (lire en ligne)
  6. Site du Parlement du Canada
  7. Fiche du projet de loi C-307 sur LEGISinfo
  8. « Poste: fin de la distribution à domicile », La Presse Canadienne,‎ (lire en ligne)
  9. Baptiste Ricard-Châtelain, « Le NPD en croisade pour Postes Canada », Le Soleil,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]