Verdun-sur-Garonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verdun-sur-Garonne
Verdun-sur-Garonne
La tour de l'horloge.
Blason de Verdun-sur-Garonne
Blason
Verdun-sur-Garonne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Intercommunalité Communauté de communes Grand Sud Tarn et Garonne
Maire
Mandat
Stéphane Tuyeres
2020-2026
Code postal 82600
Code commune 82190
Démographie
Gentilé Verdunois
Population
municipale
4 808 hab. (2019 en augmentation de 5,97 % par rapport à 2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 14″ nord, 1° 14′ 11″ est
Altitude 110 m
Min. 90 m
Max. 166 m
Superficie 36,26 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Verdun-sur-Garonne
(ville isolée)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Verdun-sur-Garonne
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Verdun-sur-Garonne
Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Verdun-sur-Garonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verdun-sur-Garonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verdun-sur-Garonne
Liens
Site web verdun-sur-garonne.fr

Verdun-sur-Garonne est une commune française située dans le sud du département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le pays de Rivière-Verdun, un petit pays d'élection de l'est de la Gascogne, à l'écart des grandes voies de communication, et s'étageant sur les terrasses de la rive gauche de la Garonne, entre la vallée de la Save et la Lomagne, et se prolongeant en Gascogne toulousaine.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par la Garonne, le Lambon, le ruisseau de Marguestaud, le ruisseau de Nadesse, le ruisseau Galinas, le ruisseau de Saint-Pierre, le ruisseau des Tauris, le ruisseau de Pécurié, le ruisseau de Pézoulat, le ruisseau de Saint-Jean, le ruisseau de Saint-Jean, le ruisseau Segonde et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : deux sites Natura 2000 (« Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste » et la « vallée de la Garonne de Muret à Moissac »), trois espaces protégés (le « cours de la Garonne, de l'Aveyron, du Viaur et du Tarn », les « îles de Verdun-Pescay » et « Verdun Saint Pierre ») et deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Verdun-sur-Garonne est une commune rurale qui compte 4 808 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1962. Elle est dans l'unité urbaine de Verdun-sur-Garonne et fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse. Ses habitants sont appelés les Verdunois ou Verdunoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Verdun-sur-Garonne est située en Gascogne, ancien pays de Rivière-Verdun, à 40 km au nord-ouest de Toulouse et 26 km au sud-ouest de Montauban.

Son emplacement stratégique était autrefois très redouté par les marins avec le port de Verdun (le premier entre Toulouse et Agen), avec ses remparts imposants qui donnaient à l'époque directement sur le fleuve.

Aujourd'hui, la commune est dynamisée par le rapprochement de l'aire d'attraction de Toulouse, qui lui fait connaitre une forte croissante démographique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Verdun-sur-Garonne et de ses proches communes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Verdun-sur-Garonne se trouve dans une plaine sédimentaire formée de molasses du miocène et de dépôts alluvionnaires fluviaux du Pléistocène et de l'Holocène[2].

La superficie de la commune est de 3 626 hectares ; son altitude varie de 90 à 166 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

 Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par trois routes départementales :

Les autoroutes les plus proches sont l'A20 qui contribue à relier Paris à Toulouse et l'A62 qui relie Toulouse à Bordeaux.

Ce maillage routier permet un accès rapide vers la rocade de Montauban et le périphérique de Toulouse.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est celle de Dieupentale (4 km), sur la ligne reliant Montauban à Toulouse (ligne voyageurs Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville), desservie par les TER Occitanie.

La gare de Montauban est reliée par trains Intercités et TGV.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Toulouse-Blagnac qui est desservi par de nombreuses compagnies internationales.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune n'est desservie par aucun réseau de transport en commun. Des ramassages scolaires y sont néanmoins assurés ainsi qu'une navette pour le marché du vendredi matin gérée par la communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne.

Depuis 2018, la ville est desservie par la ligne 849 du réseau de transports de la région Occitanie, liO[4]. Elle relie la commune à la gare de Dieupentale, permettant des correspondances vers Toulouse et Montauban.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[5]. Elle est drainée par la Garonne, le Lambon, le ruisseau de Marguestaud, le ruisseau de Nadesse, le ruisseau Galinas, le ruisseau de Saint-Pierre, le ruisseau des Tauris, le ruisseau de Pécurié, le ruisseau de Pézoulat, le ruisseau de Saint-Jean, le ruisseau de Saint-Jean, le ruisseau Segonde, un bras de la Garonne, un bras de la Garonne, et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 55 km de longueur totale[6],[Carte 1].

La Garonne est un fleuve principalement français prenant sa source en Espagne et qui coule sur 529 km avant de se jeter dans l’océan Atlantique[7].

Le Lambon, d'une longueur totale de 25,8 km, prend sa source dans la commune de Brignemont et s'écoule du sud-ouest vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Mas-Grenier, après avoir traversé 9 communes[8].

Le ruisseau de Marguestaud, d'une longueur totale de 23,2 km, prend sa source dans la commune de Caubiac et s'écoule du sud-ouest vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne sur le territoire communal, après avoir traversé 10 communes[9].

Le ruisseau de Nadesse, d'une longueur totale de 23,9 km, prend sa source dans la commune de Cox et s'écoule du sud-ouest vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne sur le territoire communal, après avoir traversé 7 communes[10].

Le ruisseau Galinas, d'une longueur totale de 11,3 km, prend sa source dans la commune du Le Burgaud et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le ruisseau de Nadesse sur le territoire communal, après avoir traversé 3 communes[11].

Le ruisseau de Saint-Pierre, d'une longueur totale de 20,8 km, prend sa source dans la commune de Pelleport et s'écoule du sud-ouest vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le ruisseau de Marguestaud à Aucamville, après avoir traversé 8 communes[12].

Le ruisseau des Tauris, d'une longueur totale de 11 km, prend sa source dans la commune de Dieupentale et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Finhan, après avoir traversé 5 communes[13].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Verdun-sur-Garonne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[14]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[14]

  • Moyenne annuelle de température : 13,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 709 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[18] complétée par des études régionales[19] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Savenès_man », sur la commune de Savenès, mise en service en 1986[20] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[21],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,1 °C et la hauteur de précipitations de 684,4 mm pour la période 1981-2010[22]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Montauban », sur la commune de Montauban, mise en service en 1885 et à 21 km[23], la température moyenne annuelle évolue de 13,6 °C pour 1981-2010[24] à 14 °C pour 1991-2020[25].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[26],[27].

Trois espaces protégés sont présents sur la commune :

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 5]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[32] :

et un au titre de la directive oiseaux[32] :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 6] est recensée sur la commune[35] : « la Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère » (5 075 ha), couvrant 92 communes dont 63 dans la Haute-Garonne, trois dans le Lot-et-Garonne et 26 dans le Tarn-et-Garonne[36] et une ZNIEFF de type 2[Note 7],[35] : « la Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » (6 874 ha), couvrant 93 communes dont 64 dans la Haute-Garonne, trois dans le Lot-et-Garonne et 26 dans le Tarn-et-Garonne[37].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Verdun-sur-Garonne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 8],[38],[I 1],[39]. Elle appartient à l'unité urbaine de Verdun-sur-Garonne, une unité urbaine monocommunale[I 2] de 4 782 habitants en 2018, constituant une ville isolée[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 9]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (81,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,2 %), zones agricoles hétérogènes (10,7 %), zones urbanisées (5,6 %), eaux continentales[Note 10] (3 %), forêts (2,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,2 %)[40].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Verdun était déjà peuplée au Paléolithique : des sites furent découverts à l'ouest de la commune, sur des terrasses supérieures, au bord des ruisseaux de Nadesse, Dère, Pontarras et Segonde. Au nord et au sud, des sites surplombant la Garonne de 20 mètres, occupés du néolithique à l'époque gallo-romaine, permettaient par leur situation le contrôle du trafic fluvial. Plusieurs racloirs datant de l'âge du bronze furent découverts sur le territoire de la commune.

Deux fouilles furent entreprises en 1996 sur la place de l'église par monsieur Pons du service régional de l'archéologie, les tessons de poterie en colombins furent datées de l'âge du bronze, de l'âge du fer, de l'époque médiévale et d'époques plus proches de nous[41].

Plusieurs peuples se succédèrent et se cumulèrent à Verdun[41] :

Pastoureaux lors du massacre de 500 juifs de la ville en 1320.

En 1279, Eustache de Beaumarchais, sénéchal de Toulouse, fonde la bastide de Verdun pour le compte du roi de France.

En 1320, 500 juifs sont massacrés dans la ville lors de la Croisade des pastoureaux[42].

La judicature de Verdun, créée sous Saint-Louis était limitrophe des possessions anglaises avant comme après le traité de Brétigny. Durant la guerre de Cent Ans le village eut à souffrir des incursions anglaises qui y semèrent la ruine et la désolation.

Verdun avait obtenu, en 1342, la faveur de relever son enceinte détruite en vertu d'un article du traité de Paris[43].

Verdun était le siège de la Jugerie de Verdun qui fut, en 1469, réunie à la Jugerie de Rivière dont le siège était à Montréjeau (Haute-Garonne), au pied des Pyrénées pour devenir la Jugerie de Rivière-Verdun. Terre d'Élections pour les États Généraux, la Jugerie, formée de nombreuses enclaves entre la Gascogne et le Languedoc, s'étirait de la frontière espagnole jusqu'au sud de Montauban.

Comme toutes les provinces de la France de l'Ancien Régime, la Jugerie de Rivière-Verdun disparaît en 1790 à la création des départements.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Verdun est d'origine celtique : Verodunum est issu de *dunon, forteresse et *ver(o), augmentatif ou superlatif ; l'ensemble peut s'interpréter comme « très puissante forteresse ». De nombreux noms témoignent de l'installation d'une population celte dans la zone garonnaise, aux limites d'une l'Aquitania proto-basque, future Novempopulanie.

On retrouve aussi des noms liés à la présence de voies romaines dont l'une reliait Montauriol à Auch[41] comme Peyremil pour une borne milliaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Verdun-sur-Garonne

Son blasonnement est : De gueules aux trois fleurs de lys d'or accompagnées en abîme d'une croisette cléchée, vidée et pommetée de douze pièces du même (croix occitane), et en pointe de deux tours d'argent maçonnées de sable.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt sept[44],[45].

Composition du conseil municipal 2020-2026
Liste Tendance Effectif Statut
Stéphane TUYERES DVG 21 Majorité
Jean-Marc RASPIDE SE 6 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la deuxième circonscription de Tarn-et-Garonne de la communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne et du canton de Verdun-sur-Garonne. Avant le elle faisait partie de la communauté de communes Garonne et Gascogne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[46]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[47].

En 2019, la commune comptait 4 808 habitants[Note 11], en augmentation de 5,97 % par rapport à 2013 (Tarn-et-Garonne : +4,13 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 3153 9324 2254 1604 2344 2134 0944 0944 140
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 1103 9723 9003 6773 6313 4523 3443 2763 101
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2392 2132 1811 9642 0261 9301 9702 0032 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 2642 3702 3532 5102 8723 0673 8024 0174 537
2018 2019 - - - - - - -
4 7824 808-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[50] 1975[50] 1982[50] 1990[50] 1999[50] 2006[51] 2009[52] 2013[53]
Rang de la commune dans le département 7 10 11 9 10 8 8 8
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

(Note : en 1901, lors de la création de la commune de Savenès, Verdun-sur-Garonne perd 681 habitants.)

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 2 093 ménages fiscaux[Note 12], regroupant 4 872 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 410 [I 7] (20 140  dans le département[I 8]). 44 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 13] (42,6 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 9] 6,7 % 8,7 % 9 %
Département[I 10] 8,4 % 10,2 % 10,3 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 2 843 personnes, parmi lesquelles on compte 79,1 % d'actifs (70,1 % ayant un emploi et 9 % de chômeurs) et 20,9 % d'inactifs[Note 14],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Toulouse, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 3],[I 12]. Elle compte 938 emplois en 2018, contre 925 en 2013 et 885 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 2 017, soit un indicateur de concentration d'emploi de 46,5 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 60,4 %[I 13].

Sur ces 2 017 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 388 travaillent dans la commune, soit 19 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 87,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3,8 % les transports en commun, 5,8 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,3 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

338 établissements[Note 15] sont implantés à Verdun-sur-Garonne au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 16],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 338 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
41 12,1 % (9,6 %)
Construction 36 10,7 % (14,9 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
93 27,5 % (29,7 %)
Information et communication 9 2,7 % (1,9 %)
Activités financières et d'assurance 11 3,3 % (3,4 %)
Activités immobilières 10 3 % (3,3 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
38 11,2 % (14,1 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
60 17,8 % (13,6 %)
Autres activités de services 40 11,8 % (9,3 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 27,5 % du nombre total d'établissements de la commune (93 sur les 338 entreprises implantées à Verdun-sur-Garonne), contre 29,7 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[54] :

  • Sofidis Soulie Et Fils Distribution, supermarchés (15 798 k€)
  • Teom, supermarchés (11 630 k€)
  • Soverdi, commerce de gros (commerce interentreprises) de matériel agricole (7 518 k€)
  • SN Meubles Vallee Du Tarn - MVT, fabrication de meubles de bureau et de magasin (7 435 k€)
  • SARL Pharmacie Tremege-Nogig, commerce de détail de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé (1 865 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans les « Vallées et Terrasses », une petite région agricole occupant le centre et une bande d'est en ouest du département de Tarn-et-Garonne[55]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 17] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 93 59 53 43
SAU[Note 18] (ha) 2 505 2 649 2 651 2 553

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 93 lors du recensement agricole de 1988[Note 19] à 59 en 2000 puis à 53 en 2010[57] et enfin à 43 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 54 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 57 % de ses exploitations[58],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune a quant à elle augmenté, passant de 2 505 ha en 1988 à 2 553 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 27 à 59 ha[57].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La ville de Verdun-sur-Garonne possède un cœur historique avec quelques monuments :

Église de l'Assomption-et-de-Saint-Michel de Verdun-sur-Garonne[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption-et-de-Saint-Michel de Verdun-sur-Garonne. Sa construction a débuté en 1216, elle est actuellement dédiée à saint Michel et à l'Assomption, l'église a été classée monument historique au [59]. De nombreux objets sont référencés dans la base Palissy (voir les notices liées)[59].

L'orgue de tribune datant de 1767. Le buffet et la partie instrumentale sont classés Monuments Historiques. Construit par le facteur d'orgue toulousain Jean-François L'Épine en 1767 dans un buffet du XVIIe siècle agrandi. Repris par Frédéric Junck pour le récit expressif, plus jeux du grand orgue en 1849. Restauré par Alain Leclère 1985, réparé par Patrice Bellet 2000.
Les peintures du plafond de l'église par Jean-Baptiste Chevalt.
Les anciens fonts baptismaux en plomb du XIIIe sont classés au titre mobilier par les Monuments historique[60].
Une huile sur toile du XVIIIe : La Vierge du rosaire représentant une Vierge à l'Enfant entre saint Dominique et sainte Catherine de Sienne ; deux anges et des séraphins[61].
  • Église Notre-Dame de Notre-Dame-de-la-Croix.
  • Un château aujourd'hui privé y est présent et est surnommé « le château de la reine Margot », ceci en référence à la légende[réf. souhaitée] qui dit que la reine Margot était envoyée dans ce château lorsqu'elle était punie par le roi. En réalité, ce bâtiment est beaucoup plus récent.
  • La halle, face à l'hôtel de ville.

À l'extérieur du cœur historique, d'autres lieux sont à découvrir :

  • En 1815, plantation de 63 platanes sur la Grande allée de platanes, site historique classé.
  • L'ancien pont suspendu sur la Garonne, construit en 1931 mais aujourd'hui détruit, remplacé par un édifice (Porte de Gascogne) plus moderne et plus adapté à la circulation actuelle.
  • De nombreux pigeonniers[62].
  • La Garonne axe vital et fondateur de la commune, aujourd'hui délaissée ; ses principales crues : le 24 juin 1875 - 7,30 m, le - 6,30 m.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le stade et les remparts.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Verdun-sur-Garonne fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune de Verdun-sur-Garonne par l'école élémentaire des Dareysses, l'école maternelle Jules Verne et le nouveau groupe scolaire La Fontaine.

En 2015, le conseil départemental annonce l'ouverture d'un collège. Il est ouvert depuis septembre 2020.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Fête d'Art d'Art est un festival des arts de la rue présenté à Verdun-sur-Garonne par l'association Happy Culture.
  • Quelques compagnies de théâtre de rue qui se sont produites dans ce festival : Carnage Productions, Utopium Théâtre, Compagnie Albemuth, 12 balles dans la peau, Ex-Nihilo, Cie Thé à la rue.
  • Les Intégrales d'Automne, festival de musique, début octobre, porté par l'association Ni Une Ni Deux. Concerts à Verdun-sur-Garonne, au hameau Notre-Dame de La Croix et à Labastide-Saint-Pierre. On a pu les entendre dans le festival: La Main Harmonique, L'orchestre de chambre de Toulouse, ensemble Baroque de Toulouse, Madamicella, Carré de Flûtes, Méliades, ensemble Suonatori...

Santé[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • La Croix-Rouge a eu un comité à partir de 1969. Elle occupa les locaux de l'ancien hospice, puis le 2 rue de la ville avant d'être place des Écoles[63].

Marché[modifier | modifier le code]

Le marché a lieu tous les vendredis matin sur la place de l'Éperon et ses alentours.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte protestant se célèbre a l'église évangélique[64].

Sports[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[16].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[17].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[31].
  6. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  7. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  8. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  9. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  10. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  12. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  13. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  14. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  15. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  16. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  17. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  18. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  19. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[56].
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Verdun-sur-Garonne » sur Géoportail (consulté le 1 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Verdun-sur-Garonne » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Toulouse » (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Verdun-sur-Garonne » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Tarn-et-Garonne » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Verdun-sur-Garonne » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Tarn-et-Garonne » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Verdun-sur-Garonne » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Verdun-sur-Garonne » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Tarn-et-Garonne » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Bouroullec I. (2013), Carte géologique harmonisée du département du Tarn-et-Garonne., BRGM/RP-61974-FR, , 38 p. (lire en ligne).
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Lignes régulières dans le Tarn-et-Garonne », sur liO : Service Public Occitanie Transports (consulté le ).
  5. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  6. « Fiche communale de Verdun-sur-Garonne », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  7. Sandre, « la Garonne »
  8. Sandre, « le Lambon (Garonne) »
  9. Sandre, « le Ruisseau de Marguestaud »
  10. Sandre, « le Ruisseau de Nadesse »
  11. Sandre, « le Ruisseau Galinas »
  12. Sandre, « le Ruisseau de Saint-Pierre »
  13. Sandre, « le Ruisseau des Tauris »
  14. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  15. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  16. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  17. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  18. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  19. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  20. « Station Météo-France Savenès_man - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  21. « Orthodromie entre Verdun-sur-Garonne et Savenès », sur fr.distance.to (consulté le ).
  22. « Station Météo-France Savenès_man - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  23. « Orthodromie entre Verdun-sur-Garonne et Montauban », sur fr.distance.to (consulté le ).
  24. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  25. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  26. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  27. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  28. « le « cours de la Garonne, de l'Aveyron, du Viaur et du Tarn » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « les « îles de Verdun-Pescay » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « « Verdun Saint Pierre » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  32. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Verdun-sur-Garonne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « site Natura 2000 FR7301822 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « site Natura 2000 FR7312014 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Verdun-sur-Garonne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « ZNIEFF « la Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  37. « ZNIEFF « la Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  38. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  40. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  41. a b et c Groupe histoire de Verdun-sur-Garonne, Verdun-sur-Garonne au fil de son histoire : Des origines à la fin du XVIIIe siècle, Montauban, CDDP du Tarn-et-Garonne, , 212 p. (ISBN 2-86565-310-2, présentation en ligne)
  42. Voir sur lepoint.fr.
  43. Désastres causés par la guerre de Cent Ans au pays de Verdun-sur-Garonne à la fin du XIVe siècle par Firmin Galabert.
  44. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  45. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le ).
  46. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  47. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  50. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  51. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  52. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  53. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  54. « Entreprises à Verdun-sur-Garonne », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  55. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  56. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  57. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Verdun-sur-Garonne - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  58. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de Tarn-et-Garonne » (consulté le ).
  59. a et b Notice no PA00095903, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. Palissy PM82000239
  61. Notice no PM82000248, base Palissy, ministère français de la Culture.
  62. « Pigeonniers », sur garonne-gascogne.com (consulté le ).
  63. « Magazine de Verdun sur Garonne », Actus,‎ 1991-2003 (lire en ligne)
  64. « Église Évangélique »
  65. « index - verdunecolederugby », sur verdunecolederugby.wifeo.com (consulté le ).
  66. « ECOLE de FOOTBALL GARONNE GASCOGNE : site officiel du club de foot de BOURRET - footeo », sur ECOLE de FOOTBALL GARONNE GASCOGNE (consulté le ).
  67. « Ultimate Savate Boxe Française Verdun sur Garonne - Accueil », sur www.verdun-boxe-francaise.fr (consulté le ).
  68. « Les Volants Verdunois - Club de Badminton de Verdun Sur Garonne (82) », sur volantsverdunois.sportsregions.fr (consulté le ).
  69. « Dojo Ametsuchi - », sur dojo-ametsuchi.eklablog.com (consulté le ).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :