Joseph Capgras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Capgras
CAPGRASOEUDIPE0003.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
DijonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean Marie Joseph Capgras (né le à Verdun-sur-Garonne et mort le à Dijon) est un psychiatre français. Le syndrome de Capgras est nommé d'après lui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Capgras fit ses études de médecine à Toulouse.

En 1909, en collaboration avec son collègue Paul Sérieux, il publia Les Folies raisonnantes. Le délire d'interprétation, un travail sur une illusion au cours de laquelle les capacités intellectuelles restent intactes, mais où interviennent de grands problèmes d'identification. Ce livre est extrêmement important en tant qu'un des précurseurs de la théorie psychanalytique de la paranoïa[réf. nécessaire] telle que Sigmund Freud la présente dans son étude sur le président Schreber. En effet, Serieux et Capgras y présentent les folies raisonnantes comme étant composées de six formes de délire : celui de persécution, l'érotomanie, le délire de jalousie et le délire de grandeurs. Freud retint ces quatre délires comme constitutives de la paranoïa.[réf. nécessaire]

Le syndrome de Capgras[modifier | modifier le code]

Capgras acquit une bonne réputation en tant que spécialiste de l'imagination et, en 1923, il publia, en collaboration avec son interne de l'asile de Maison-Blanche Jean Reboul-Lachaux, L'Illusion des sosies dans un délire systématisé chronique, une étude de cas concernant l'agnosie de « Madame M. ». En 1929, le psychiatre Joseph Lévy-Valensi introduisit le nom syndrome de Capgras. Dans ce délire d'interprétation, ou syndrome de fausse reconnaissance délirante (aussi appelé illusion des sosies), les personnes victimes de ce syndrome ne reconnaissent pas leurs proches, et les prennent pour des sosies.

Il pensait que ce syndrome était dû à un dysfonctionnement cérébral et notait que ce type d'illusion apparaît chez des sujets faisant des délires chroniques systématisés (c'est-à-dire bien organisés).

En 1936, il quitta l'hôpital Sainte-Anne à Paris, dont il était l'un des médecins en chef depuis 1929. Il vécut les dernières années de sa vie à Dijon, où il mourut en d'un infarctus du myocarde.

Publications[modifier | modifier le code]

  • avec Jean Reboul-Lachaux (1923). « Illusion des sosies dans un délire systématisé chronique ». Bulletin de la Société clinique de médecine mentale, 2, 6-16.
  • « Deux cas d’amnésie systématique », Bulletin de la Société clinique de médecine mentale, mars 1920
  • avec P. Carrette, « Illusion des sosies et complexe d'Œdipe », Société médico-psychologique, republication en 2009, La Revue lacanienne, n° 4, p. 145-158 [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marchand L. « Joseph Capgras (1873-1950) », Annales médico-psychologiques, 1950, I, no 3, p. 399-400

Liens externes[modifier | modifier le code]