Orchestre de chambre de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Orchestre de chambre de Toulouse
Pays de résidence Drapeau de la France France
Ville de résidence Toulouse
Années d'activité Depuis 1953
Type de formation Orchestre de chambre
Genre Musique classique
Direction Gilles Colliard
Fondateur Louis Auriacombe
Statut SCOP
Effectif 12
Site web http://www.orchestredechambredetoulouse.fr

L'Orchestre de chambre de Toulouse est un orchestre de chambre français fondé en 1953 par Louis Auriacombe[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Direction de l'Orchestre par Claude Manlay en juin 1973

Au début, l’orchestre est auto-géré sur la base du statut associatif, il est constitué de douze cordes solistes. En 1971, au départ de Louis Auriacombe, Georges Armand, violon solo, qui en prend la direction auquel succède Bojidar Bratoev lui-même suivi par Augustin Dumay.

En 1992, Alain Moglia prend la tête de l'ensemble[2]. Tournées en 1995 en Asie et en 1996 aux États-Unis. C'est Gérard Caussé qui accède à cette fonction de 2002 à 2004[3]. En 2004, le statut associatif cède sa place à une nouvelle structure administrative de type société coopérative de production (SCOP)[2],[4]. Organisme de statut public, il est soutenu par la ville de Toulouse, le conseil général de la Haute-Garonne, le conseil régional de Midi-Pyrénées et la Direction régionale des Affaires culturelles de Midi-Pyrénées.

Il est actuellement dirigé par le violoniste, compositeur et chef d'orchestre Gilles Colliard. Ses multiples initiatives ont considérablement accru le rayonnement de cet ensemble, dont le répertoire varié va de la musique baroque à la musique moderne (selon la nouvelle formule-concept de l'OCT, le baroque contemporain[réf. souhaitée][5]). Il se produit en divers lieux du Grand Toulouse, notamment à l'Auditorium de Saint-Pierre-des-Cuisines, au Phare de Tournefeuille (pour ses 30 concerts d'abonnement), à la Chapelle Sainte-Anne, ou encore au cinéma Utopia de Tournefeuille. Organisateur de séances pédagogiques à destination du public scolaire[6],[7], jouant pour des associations telles que les Restos du cœur[8], dans les hôpitaux pour les malades, pour les personnes handicapés[réf. souhaitée], ou encore dans des festivals tels que Danses et Musiques pour Tous, l'Orchestre de Chambre de Toulouse tente d'établir un lien de proximité avec son public.

Avec un peu plus de 5 000 concerts[9] en France et au-delà des frontières, l'Orchestre de Chambre de Toulouse est un ensemble reconnu[10] en France et à l'étranger[9].

Discographie[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, l'orchestre de chambre est devenu son propre producteur. Depuis, six CD ont été créés.

  • Voyage en Europe
  • Mozart, Fragments d'une vie : musiques et lettres de Mozart dites par le comédien Bruno Marchand, enregistré en « live » à l’auditorium de Saint Pierre des Cuisines les 6 et 7 avril 2006.
  • La Follia, L'Italie baroque consacré aux compositeurs baroques Italiens
  • Haydn, l'intégrale des concertos pour violon (Joseph Haydn)
  • Mozart, Symphonies, version pour cordes de Jean-Baptiste Cimador (1761-1805) - (Wolfgang Amadeus Mozart)
  • Jean-Baptiste Lully, La France Baroque fait découvrir les différents compositeurs baroques français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. encyclopédie Larousse, article sur Louis Auriacombe.
  2. a et b Histoire de l'orchestre sur le site officiel.
  3. Gérard Caussé, fiche du Centre National de Création Musicale.
  4. Orchestre de chambre de Toulouse sur le site du CRESS de Midi-Pyrénées.
  5. http://www.toulousethic.fr/L-orchestre-de-chambre-de-Toulouse.html
  6. Pédagogie sur le site officiel
  7. « Seysses. Musique de chambre pour collégiens », La Dépêche, (consulté le 18 mars 2011)
  8. « Foix. Un concert au bénéfice des «restos» du cœur », La Dépêche, (consulté le 18 mars 2011)
  9. a et b « L'Orchestre de chambre de Toulouse », Ville de Toulouse (consulté le 18 mars 2011)
  10. https://www.ladepeche.fr/article/2010/09/28/915344-L-Orchestre-de-chambre-de-Toulouse.html

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]