Arcade Fire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arcade Fire
Description de cette image, également commentée ci-après

Arcade Fire, sur scène à Montréal en 2011.

Informations générales
Surnom The Arcade Fire
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Genre musical Rock indépendant[1], art rock[2], dance-rock[3],[4]
Années actives Depuis 2001
Labels Sonovox, Columbia Records[5], Merge Records, DFA, Rough Trade Records, City Slang, Spunk, Mercury Records, Virgin/EMI
Site officiel arcadefire.com
Composition du groupe
Membres Win Butler
Régine Chassagne
Richard Parry
Tim Kingsbury
William Butler
Jeremy Gara
Sarah Neufeld
Anciens membres Josh Deu
Alan Lavian
Myles Broscoe
Brendan Reed
Dane Mills
Tim Kyle
Howard Bilerman
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo d’Arcade Fire.

Arcade Fire, anciennement The Arcade Fire, est un groupe de rock indépendant canadien, originaire de Montréal, au Québec[1],[6]. Les membres du groupe sont les multi-instrumentistes Win Butler, Régine Chassagne, Richard Parry, Tim Kingsbury, William Butler, Sarah Neufeld et Jeremy Gara. Le groupe a pris forme au début des années 2000. Il s'est développé autour du couple formé par Win Butler et Régine Chassagne.

Pendant la tournée Funeral, le groupe incluait le joueur de cor Pietro Amato et le violoniste Owen Pallett du groupe Final Fantasy. Ce dernier, bien qu'il ne soit pas cité comme un membre du groupe sur le site officiel, participe aux concerts du groupe et, selon Win Butler, a apporté son aide pour les arrangements des cordes de leur second album Neon Bible. Howard Bilerman, qui jouait de la batterie sur Funeral, a depuis quitté le groupe.

Marika Shaw, altiste, participe à l'enregistrement de Recording a Tape the Colour of The Light avec le collectif instrumental Bell Orchestre. Elle s'est jointe à tous les concerts du Neon Bible Tour, tout comme le saxophoniste Colin Stetson et le trompettiste Kelly Pratt, ce qui a porté à dix le nombre de musiciens sur scène pendant la tournée. Owen Pallett a fait partie de la tournée mondiale Reflektor en 2013-2014, ainsi que les percussionnistes Diol Edmond et Tiwill Duprate, et les saxophonistes Matt Bauder et Stuart Bogie.

Le groupe fait usage d'un large éventail d'instruments de musique — surtout de la guitare, de la batterie et de la guitare basse — mais aussi du piano, des synthétiseurs, de l'alto, du violoncelle, du xylophone, des percussions diverses, de l'accordéon et de la harpe. Régine Chassagne utilise même une vielle à roue lors de l'enregistrement de Neon Bible, ainsi que sur scène. La plupart des musiciens jouent de plusieurs instruments : sur scène, on peut ainsi voir Régine Chassagne passer de l'accordéon à la batterie ou Win Butler de la guitare à l'orgue.

Funeral, leur premier album, est classé par l'agrégateur de critiques du monde entier Acclaimed Music meilleur album de la décennie 2000-2010[7] et leur troisième opus The Suburbs est récompensé du Grammy Award de l'album de l'année en 2011[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Funeral (2003–2006)[modifier | modifier le code]

Arcade Fire au Sasquatch Music Festival, en 2005.

Formé à la mi-2003 autour du couple Butler/Chassagne, le groupe ne se stabilise qu'à l'hiver 2004, lors de l'enregistrement de Funeral. En 2003, ils sortent un premier EP, Arcade Fire. Mais c'est leur premier album Funeral, paru en septembre 2004 chez Merge Records, qui les fait connaître auprès du grand public. Il reçoit des critiques dithyrambiques des médias électroniques et du public. Pitchfork en particulier contribuera grandement à la lancée du groupe, accordant une note quasi parfaite de 9,7 sur 10 à l'album, et le sacrant finalement meilleur disque de 2004. Le soutien de blogs tels Stereogum et Brooklyn Vegan n'est pas non plus étranger au succès du collectif montréalais[réf. nécessaire]. Le groupe fait rapidement la une de l'édition canadienne de Time Magazine et, en France, de l'hebdomadaire Télérama. Il devient l'album le plus vendu par le label Merge Records[réf. nécessaire].

Selon la firme Nielsen Soundscan, il s'est vendu plus de 504 000 exemplaires de l'album Funeral aux États-Unis[9],[10]. Le choix du titre de l'album s'est fait en raison de la mort de plusieurs proches du groupe pendant l'enregistrement. Ces circonstances ont également influencé plusieurs de leurs chansons, notamment Une année sans lumière et In the Backseat[11]. Neighborhood #3 (Power Out) fait référence à la tempête de verglas ayant frappé le Québec en 1998. C'est sur scène que le groupe assoit sa popularité par des prestations très dynamiques. Leurs premiers concerts affichent rapidement complet.

Une anecdote met en avant le côté décalé d'Arcade Fire : vers la fin de l'année 2005, à New York, un samedi à 2 heures du matin, à la sortie de métro Union Square, une quinzaine de personnes ont assisté à un mini-concert improvisé par Will, Win et Régine, reprenant des standards de The Cure, Pixies, et New Order. Will et Win jouaient de la guitare, Régine faisait les percussions sur un des étuis de guitare.

À la suite du succès de Funeral, Arcade Fire, est réédité par Rough Trade en 2005. La chanson Wake Up ouvre les concerts du Vertigo Tour de U2, Arcade Fire est invité sur scène par U2 pour interpréter Love Will Tear Us Apart, de Joy Division (et joue même en première partie à Montréal), et le groupe est nommé aux Grammy Award 2006 dans la catégorie meilleur album rock et meilleure chanson de bande originale, pour Cold Wind, composée pour la série Six Feet Under.

Neon Bible (2007–2009)[modifier | modifier le code]

Richard Parry lors du concert du groupe aux Eurockéennes de 2007.

Un nouvel album, Neon Bible, est publié les 5 (Europe) et 6 mars (États-Unis et Canada) 2007. Le premier single Intervention, qui a circulé sur Internet depuis 2005, est réenregistré pour l'occasion (la première version d’Intervention est jouée dans l'émission Morning Becomes Eclectic de la radio californienne KCRW, dans une session acoustique). La chanson Wake Up a été utilisée dans les annonces de la ligue nationale de football (NFL) lors du Super Bowl XLIV. Les fonds collectés sont remis à Partners in Health qui œuvre à Haïti[12]. Ce deuxième album, dont le titre est inspiré du roman du même nom de John Kennedy Toole (comme signalé dans la couverture), est enregistré dans leur studio personnel, acheté grâce à l'argent du premier album. Ce studio de Farnham est en fait une ancienne église réaménagée, d'où son nom : The Church. Comme dans Funeral, un morceau est chanté par Régine Chassagne en français et en anglais (Black Wave/Bad Vibrations). Il contient un réarrangement de No Cars go, chanson déjà présente sur leur premier EP. L'album est nommé au Polaris Music Prize 2007, équivalent canadien du Mercury Music Prize[13]. Selon la firme Nielsen Soundscan, il s'est vendu plus 439 000 exemplaires de l'album Neon Bible aux États-Unis[9]. Toujours en mars 2007, le groupe au complet s'est prêté à l'exercice des « concerts à emporter »[14]. On y découvre une version inédite de Neon Bible dans le monte-charge de l'Olympia.

Après quelques concerts dans des endroits confidentiels, le groupe refait une tournée européenne à guichets fermés, remplissant deux Olympia en une vingtaine de minutes. Cette tournée sera écourtée le 24 mars 2007, Win Butler devant être opéré des sinus[15]. La tournée estivale est néanmoins confirmée, le groupe assurant plusieurs rendez-vous en France au mois de juillet 2007, notamment au festival de Nîmes (dans les arènes romaines), aux Eurockéennes et au Festival des Vieilles Charrues[16], livrant d'excellentes performances, ainsi qu'au festival Rock en Seine (92). La tournée s'est étoffée de nombreuses reprises, telles que Age of Consent de New Order, Still Ill de The Smiths, ou encore Kiss Off des Violent Femmes.

Lors de la tournée 2007, le groupe reprend aussi la chanson Poupée de cire, poupée de son de Serge Gainsbourg (créée pour France Gall en 1965), en France, mais aussi lors de concerts dans d'autres pays. Cette chanson figurera ensuite sur un EP sorti avec une reprise de Joy Division interprétée par LCD Soundsystem (les deux groupes ayant effectué une partie de tournée ensemble, il semble qu'ils se vouent une admiration réciproque)[17]. Ils reprennent également régulièrement la chanson The Guns of Brixton des Clash[18].

L'album Neon Bible s'illustre également dans son concept original et très interactif : Arcade Fire avait ouvert un numéro de téléphone 1-866-NEON-BIBLE, où il y avait un répondeur à disposition. Plusieurs personnes sont même surprises d'entendre décrocher Win Butler ou Tim Kingsbury de temps à autre. Les clips de Black Mirror et de Neon Bible ont été disponibles en avant-première sur Internet, et proposaient une interactivité avec l'internaute. Le DVD Miroir Noir, réalisé par leur ami Vincent Morisset et sorti en mars 2009, propose un film assez atypique sur l'enregistrement de l'album et la tournée qui s'en est suivie.

En 2009, un morceau d'Arcade Fire, Lenin, est présent sur la compilation à but caritatif Dark Was the Night. Arcade Fire réenregistre Wake Up pour la sortie du film Where The Wild Things Are (Spike Jonze, sorti en décembre 2009. La chanson My Body is a Cage est utilisée dans la célèbre adaptation du Julius Caesar de Shakespeare montée par Arthur Nauzyciel à l'American Repertory Théâtre de Boston. Cette musique est jouée lors de la fin de la première partie de la représentation. La pièce est actuellement en représentation en France. De plus, Peter Gabriel a inclus ce morceau dans son album de reprises, Scratch My Back, sorti en février 2010. Jeanne Cherhal en a fait une adaptation en français sur son album Charade sorti en mars 2010.

The Suburbs (2010–2012)[modifier | modifier le code]

Le troisième album, The Suburbs, paraît le . Il est produit par Markus Dravs, qui a aussi travaillé sur son prédécesseur, Neon Bible en 2007, et est mixé par Marcus Paquin, qui a également déjà travaillé avec le groupe[19]. Des copies de l'album se trouvent cependant accessibles sur Internet dès la fin juillet. Huit pochettes différentes, déclinaison d'une photo de voiture en banlieue, sont proposées. Arcade Fire donne quelques concerts au Canada dès juin 2010 dont un spectacle couru dans le cadre du festival montréalais Osheaga à la fin juillet 2010[20]. La première date européenne a eu lieu à l'occasion du festival Rock Werchter le 4 juillet, suivi d'une date au Casino de Paris le 5 juillet. Certains titres du nouvel album y ont été joués. Après avoir parlé du deuil (Funeral) et du malheur (sur Neon Bible), les frères Butler, Régine Chassagne et leurs compères évoquent dans ce troisième album l'ennui ressenti dans les banlieues nord-américaines où ils ont grandi. Le disque comprend 16 pistes.

Le mercredi 9 juin 2010, Arcade Fire donne un concert gratuit pour la promotion de son nouvel album, The Suburbs, devant plus de 10 000 fans dans le stationnement de la Place Longueuil, à Longueuil. La tenue du concert n'avait été connue du public que quelques heures auparavant. Lors de la remise des Grammy Awards 2011, après avoir perdu aux mains de The Black Keys le prix du meilleur album alternatif, le groupe remporte le titre Album of the year pour cet album, à la surprise générale, devant Katy Perry, Eminem, Lady Gaga et Lady Antebellum[21]. Le 16 juin, l'album est nommé pour un Prix de musique Polaris[22]. Le 5 août 2010, le groupe est en concert au Madison Square Garden de New York, performance filmée par le réalisateur Terry Gilliam et retransmise en direct sur la chaîne YouTube d'Arcade Fire.

Une édition Deluxe paraîtra le 27 juin contenant deux nouvelles chansons Speaking in Tongues et Culture War ainsi que le moyen métrage Scenes From the Suburbs accompagné d'un making-of. En 2012, le groupe participe à la bande originale du film Hunger Games en enregistrant la chanson Abraham's Daughter, qui figure au début du générique de fin, ainsi que l'instrumental Horn of Plenty, hymne national du Panem dans le film[23].

Reflektor et Her (2013–2016)[modifier | modifier le code]

Le groupe annonce le avoir vendu son studio, à la suite de l'effondrement du toit de l'église[24]. Il confirme par ailleurs la réalisation de la bande originale du nouveau film Her de Spike Jonze[25]. Ils ont aussi enregistré une version du succès de 1980 Games Without Frontiers pour un album hommage à Peter Gabriel, And I'll Scratch Yours, publié en septembre 2013[26].

Leur nouvel album, Reflektor, sort le , sur lequel le groupe a notamment travaillé en studio avec James Murphy[27]. Les enregistrements se sont ensuite poursuivis dans différents lieux en 2013, dont le DFA Records studio de Murphy à New York. David Byrne et David Bowie sont des fans du groupe et ont été vus à plusieurs de leurs concerts. David Bowie participe aux chœurs sur la chanson-titre de l'album Reflektor. Le double album est numéro 1 dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. S'en suit une longue tournée mondiale couronnée de succès qui s'achève à la fin août 2014.

Un documentaire appelé The Reflektor Tapes, relatif au making of de l'album, est montré au Festival international du film de Toronto 2015[28]. Il est dirigé par Kahlil Joseph, qui a reçu le Grand Prix du Jury du festival Sundance 2013 pour court métrages[29]. En plus du film, Arcade Fire annonce une édition deluxe de Reflektor publiée le 25 septembre. Elle comprend l'album original, agrémenté de 5 morceaux inédits sur cassette uniquement[30].

Reflektor Tapes (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Un album live, enregistré à Londres, sort le , sous le titre de Arcade Fire : The Reflektor Tapes / Live at Earls Court[31]. L'album est accompagné de la captation du spectacle en Blu Ray de la tournée Reflektor.

Projets parallèles[modifier | modifier le code]

En 2004, Richard Reed Parry et Sarah Neufeld sortent un album intitulé Recording a tape - The colour of the light (Rough Trade) avec un collectif instrumental du nom de Bell Orchestre. En 2005, Win et Regine participent à Do They Know It's Hallowe'en? (en), au bénéfice de l'Unicef.

Owen Pallett, violoniste et claviériste qui accompagne le groupe lors des concerts, se produit en solo sous le nom de Final Fantasy. Sur son premier album, Has a Good Home (en), il dédie d'ailleurs This is the Dream of Win and Regine aux deux principaux membres d'Arcade Fire. Pallet et le couple Butler-Chassagne ont composé la bande originale du film The Box de Richard Kelly (sorti en novembre 2009).

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

(En octobre 2013)[32]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Howard Bilerman – batteriz, percussions, guitare (sur Funeral)
  • Josh Deu – guitare (2001–2003
  • Alan Lavian – basse
  • Myles Broscoe – basse
  • Brendan Reed – claquettes, batterie, percussions, chant (sur l'EP Arcade Fire)
  • Dane Mills – basse, batterie, percussions, piétinements (sur l'EP Arcade Fire)
  • Tim Kyle – guitare (sur l'EP Arcade Fire)

Membres de tournées[modifier | modifier le code]

  • Sarah Neufeld – violon, piano, claviers, chœurs (2004-2005, depuis 2013 ; membre officiel, 2006–2013)
  • Tiwill Duprate – percussions (depuis 2013)
  • Stuart Bogie – saxophone, clarinette, flute, claviers (depuis 2014)
  • Owen Pallett – violon, claviers, chœurs (2004–2005, 2011, 2013–2016)
  • Diol Edmond – percussions (2013–2016)
  • Matt Bauder – saxophone, clarinette (2014–2016)
  • Marika Anthony-Shaw – violon, chœurs (2007–2008, 2010–2011, 2013)
  • Colin Stetson – cor (2007-2008)
  • Kelly Pratt – cor (2007-2008)
  • Pietro Amato]] – cor (pendant la tournée Funeral)
  • Mike Olsen – violoncelle
  • Alex McMaster – violoncelle

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Ventes

Sauf mention contraire, les informations de ce tableau proviennent des sites internet lescharts.com[33] et acharts.us[34]

Liste des albums studio d'Arcade Fire et principaux classements
Titre Sortie Classement des ventes
ALL[35] AUS AUT BEL FL BEL FR CAN[36] DAN ESP USA[36] FIN FRA GRE IRL ITA MEX NOR NZL P-B POR R-U[37] SUÈ SUI
Funeral 96 80 59 82 23 123 61 16 27 42 33
Neon Bible 11 7 25 5 17 1 11 14 2 5 9 1 44 75 3 20 13 2 2 16 23
The Suburbs 4 6 10 1 4 1 2 2 1 5 3 2 1 17 23 1 3 4 1 1 8 3
Reflektor 6 3 4 1 2 1 4 4 1 8 3 1 8 3 5 6 1 1 9 4

EP[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Extraits radio popularisés au Canada[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Rebellion (Lies)
  • 2005 : Neighborhood #3 (Power Out)
  • 2005 : Wake Up
  • 2007 : Black Mirror
  • 2007 : Keep the Car Running
  • 2007 : Intervention
  • 2007 : No Cars Go
  • 2010 : The Suburbs
  • 2013 : Reflektor
  • 2013 : We exist

Bandes originales[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Miroir Noir - Neon Bible Archives (Live)
  • 2011 : Scenes from the Suburbs
  • 2015 : The Reflektor Tapes

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sean O'Hagan, « Arcade Fire: 'The cliched rock life never seemed that cool to us' », sur The Observer, (consulté le 12 octobre 2016) : « Arcade Fire – a multi-instrumental, mixed gender, seven-piece indie-rock group... »
  2. (en) « Arcade Fire: Art-Rock Fueled by Eclecticism and Pain », NPR, (consulté le 12 octobre 2016)
  3. (en) Isaac Feldberg, « An overload from Arcade Fire », The Boston Globe, (consulté le 28 juillet 2017).
  4. (en) Zach Schonfeld, « Arcade Fire 'Everything Now' Review: A Disco-Tinted Mess of an Album », sur Newsweek, (consulté le 30 juillet 2017).
  5. (en) Michelle Kim, « Arcade Fire Sign to Columbia », Pitchfork, (consulté le 31 mai 2017).
  6. (en) « The Dotted Line », sur The New Yorker (consulté le 21 janvier 2017)
  7. Arcade Fire sur Acclaimed Music.
  8. (en) Chris Richards, « Esperanza Spalding, Arcade Fire top a night of upsets at 2011 Grammys », The Washington Post, 174 février 2011 (consulté le 14 février 2011).
  9. a et b (en) « Beyond Indie », The New York Times, 1er août 2010.
  10. (en) « Exclusive – Arcade Fire duet with Bowie released »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), NME, (consulté le 26 avril 2008)
  11. (en) Sinagra, Laura, « The Listings: Sept. 9 – Sept. 15; ARCADE FIRE », The New York Times, (consulté le 28 avril 2008).
  12. (en) « Intervention On iTunes + Partners In Health Charity », Arcade Fire (consulté le 28 avril 2008).
  13. (en) « Arcade Fire, Feist on Polaris short list » (consulté le 10 juillet 2007).
  14. Concert à emporter de mars 2007
  15. « Annonce de l'annulation » (version du 3 mai 2010 sur l'Internet Archive).
  16. Le site du Nouvel Observateur du 23 juillet 2007 écrit à ce propos : « Côté artistique, le groupe canadien Arcade Fire fait l'unanimité en enflammant vendredi soir la prairie de Kerampuilh grâce à un rock puissant. “Leur concert fabuleux restera dans les annales du festival”, ont souligné les organisateurs. »
  17. collaboration entre Arcade fire et LCD Soundsystem
  18. « Archive des setlists de la tournée 2007 sur le site officiel du groupe » (version du 5 mai 2007 sur l'Internet Archive).
  19. (en) « Dravs aids Arcade Fire », Pitchfork Media.
  20. Marc-André Mongrain, « Confirmé: Arcade Fire, Weezer et Pavement à Oshega », sur sorstu.ca (consulté le 11 septembre 2017).
  21. Arcade Fire reconnu aux Grammy - Victoire pour le rock indépendant, Le Soleil, mardi 15 février 2011, page 39.
  22. (en) Ashley Carter, « 2011 Polaris Music Prize Long List announced », Aux.tv, (consulté le 28 octobre 2013).
  23. (en) « Arcade Fire - Horn of Plenty », sur stereogum.com (consulté le 16 mai 2012).
  24. (en) Alex Young, « Buy Arcade Fire’s church », Consequence of Sound,‎ (lire en ligne).
  25. (en) Jenn Pelly, « Arcade Fire Score Spike Jonze Film Her », Pitchfork Media, (consulté le 8 août 2013).
  26. (en) « Arcade Fire cover Peter Gabriel's 'Games Without Frontiers' - listen », NME,‎ (lire en ligne).
  27. (en) « Arcade Fire are in studio with James Murphy, confirms manager », NME Magazine,‎ (lire en ligne)
  28. « Toronto Film Festival Adds 60+ Titles », IndieWire (consulté le 11 août 2015)
  29. (en) « Arcade Fire presents The Reflektor Tapes », sur Arcade Fire presents The Reflektor Tapes (consulté le 4 octobre 2015)
  30. (en) « Arcade Fire Announce Reflektor Deluxe Edition » (consulté le 21 septembre 2015)
  31. « Arcade Fire : The Reflektor tapes / Live at Earls court sortira en début 2017 », sur Voir.ca, (consulté le 24 janvier 2017)
  32. (en) Barton, Laura (25 octobre 2013). Arcade Fire: Voodoo rhythms, dance music and David Bowie. The Guardian.
  33. « Arcade Fire - Albums », sur lescharts.com (consulté le 23 août 2011)
  34. « Arcade Fire - Albums », sur acharts.us (consulté le 12 août 2012)
  35. (de) « Arcade Fire Chartverfolgung », sur musicline.de (consulté le 23 août 2011)
  36. a et b « Arcade Fire Chart History », sur billboard.com (consulté le 15 septembre 2013)
  37. (en) « Arcade Fire Top 75 Releases », sur theofficialcharts.com (consulté le 23 août 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :