Cusance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cusance
Chapelle saint Ermenfroy, dans le Val-de-Cusance à Cusance
Chapelle saint Ermenfroy, dans le Val-de-Cusance à Cusance
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Baume-les-Dames
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Baumois
Maire
Mandat
Nicole Gloriod
2014-2020
Code postal 25110
Code commune 25183
Démographie
Population
municipale
81 hab. (2012)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 29″ N 6° 26′ 19″ E / 47.3247222222, 6.4386111111147° 19′ 29″ Nord 6° 26′ 19″ Est / 47.3247222222, 6.43861111111  
Altitude Min. 300 m – Max. 490 m
Superficie 4,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cusance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cusance

Cusance est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cusantia en 1275 ; Cusance en 1107 ; Cusancia au XVe siècle. Hameaux : Mont-Millot ; Mont-Noirot ; Val-de-Cusance[1].

La source du Cusancin se trouve dans la commune, au fond de la reculée de Val-de-Cusance. D'une racine hydronymique préceltique *cus-. Voir aussi le Cousin.

= Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lomont-sur-Crête Crosey-le-Petit Rose des vents
Guillon-les-Bains N Servin
O    Cusance    E
S
Montivernage Lanans

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille de Cusance (Doubs).

La seigneurie puis baronnie de Cusance tirerait son origine, d'après la légende, de Saint Ermenfroy de Cusance et de son frère Vandelin vivant tous deux au VIIe siècle. Toujours est-il que cette famille va prendre une grande importance dans la région des montagnes du Jura lors du mariage de Jean de Cusance avec Isabelle de Belvoir, fille et héritière de Thiébaud III de Belvoir dernier de ce nom. Cette union donnera naissance à la branche dite de Cusance-Belvoir dont la souche sera leur fils Vauthier surnommé le Petit tenant en fief à la fois Cusance, Belvoir et Saint-Julien.

Cusance est la dernière commune à avoir été reliée au réseau d'eau courante à domicile (eau du robinet) en France, dans les années 80[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'or à l'aigle de gueules béquée et membrée d'azur ».
Commentaires : Armes des seigneurs de Cusance

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Gilbert Mascarello[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 81 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
203 170 122 143 123 171 159 171 163
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
171 150 164 160 134 179 144 140 103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
113 96 105 79 87 86 87 81 95
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
92 79 83 69 68 75 87 91 84
2012 - - - - - - - -
81 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le physicien Claude Servais Mathias Pouillet, né à Cusance en 1789, mort à Paris en 1868.
  • Le géographe Pierre Deffontaines, originaire de Bouvines et mort à Paris, y avait sa résidence secondaire où est né son fils Jean-Pierre Deffontaines.
  • Jean-Pierre Deffontaines ([7] et [8]), 1933-2006, chercheur à l'INRA et fondateur d'une nouvelle discipline, la géo-agronomie. Agronome, spécialiste du paysage, il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Pays, Paysans, Paysages dans les Vosges du Sud (1977, rééd. 1995) et Sentiers d’un géoagronome, Paris, Éditions Arguments, 1998.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE,‎
  2. Capital Terre, M6 - 19/05/2013
  3. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  6. a et b Source Bleue et Vallée du Cusancin
  7. Jean-Pierre Deffontaines (1933-2006)
  8. INRA Deffontaines

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annales de la société d'émulation pour l'histoire et les antiquités de la Flandre-Occidentale, volume 8, 1846, p. 70, 71, 72, 73.
  • Histoire des diocèses de Besançon et de Saint-Claude, volume 1, Jean François Nicolas Richard, 1847, p. 115, 116.
  • Les hautes montagnes du Doubs entre Morteau, le Russey, belvoir et Orchamps-Vennes: depuis les temps celtiques, C.Narbey, 1868, p. 128, 150, 206, 244, 245, 259, 290, 291.
  • Mémoires de la commission d'archéologie volume 3 à 4, 1862, p. 231.
  • Mémoires pour servir à l'histoire du comté de Bourgogne, contenans l'idée générale de la noblesse et le nobiliaire dudit comté, l'histoire des comtes de Bourgogne des maisons de Valois et d'Autriche : de l'administration de la justice, de son parlement et de la réunion au royaume de france : l'histoire de toutes les révolutions et faits remarquables arrivés en cette province jusqu'au temps présent, François-Ignace Dunod de Charnage, 1740, p. 64, 66, 85, 86, 88, 89, 94, 96, 97, 116, 117, 118, 119, 120, 138, 146, 245, 254, 272, 276, 539, 634, 679, 791

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]