Vigneulles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vigneulles
Vigneulles
Mairie de Vigneulles.
Blason de Vigneulles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Intercommunalité Communauté de communes Meurthe, Mortagne, Moselle
Maire
Mandat
Philippe Daniel
2020-2026
Code postal 54360
Code commune 54565
Démographie
Gentilé Vigneullais [1]
Population
municipale
238 hab. (2018 en diminution de 2,06 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 41″ nord, 6° 19′ 55″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 335 m
Superficie 5,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lunéville-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Vigneulles
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Vigneulles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vigneulles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vigneulles

Vigneulles est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Vigneulles se situe au creux du plateau dit de Saffais-Ferrières, sur la rive gauche de la Meurthe.

La commune peut être divisée en deux parties, une plate et une vallonnée.

Communes limitrophes de Vigneulles
Rosières-aux-Salines
Saffais Vigneulles Damelevières
Barbonville

Plaine alluvionnaire[modifier | modifier le code]

Partie plate sur la plaine alluvionnaire de la Meurthe.

Elle est occupée par une partie du triage de la gare de Blainville-sur-l'Eau, les bassins de décantation de l'usine Solvay de Dombasle et l'agriculture (céréales et pâturages).

Plateau de Saffais-Ferrières[modifier | modifier le code]

Partie plus vallonnée qui constitue le contrefort du plateau de Saffais-Ferrières.

Elle est occupée par le village, l'arboriculture (principalement mirabelliers), des bois et quelques pâturages.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vigneulles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient du suffixe latin eolae qui a donné Vineolis en 1152, petite vigne, suffixe devenu eules pour donner Vigneulles en français[7].

Anciennement mentionné : Vigneulae (1288), Vignueles (1290), Vegnyeulles (1535), Vigneul (1594), Vigneulle-sous-Saffais (1779)[8].

En lorrain roman, Vigneulles se prononce V'gnûles[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du village remonte à l'antiquité. Elle est attestée par la découverte de vestiges gallo-romains au sein même du village en 2008.

La vigne y est cultivée dès l'époque romaine. Cette commune fut jusqu'au début du XXe siècle un village de vignerons jusqu’à la découverte d'une maladie au sein des vignes. La culture de la mirabelle l'a maintenant remplacée.

Village de l'ancien duché de Lorraine : dépendait en 1594 et 1710 de la prévôté de Rosières dans le bailliage de Nancy ; puis à partir de 1751 du bailliage de Rosières sous la coutume de Lorraine[10]. À la suite de la Révolution française, Vigneulles est incoporé en 1790 dans le canton de Blainville et le district de Lunéville[10].

En 1290, Jean de Choiseul et Jean de Toul, partagèrent ce qu'ils avaient à Vigneulles. En 1348, Bencelin, abbé de Senones, érigea du consentement de ses religieux, un fief à Vigneulles, en faveur de Jean de Toul, de la maison de Lorraine. Enfin en 1390, Geoffroy de Nancy reprit moitié de la ville de Vigneulles. Les seigneurs de ce lieu avaient affranchi leurs sujets de la main-morte. Le , le duc Antoine confirma cet affranchissement, en qualité de seigneur souverain, direct et féodal de Vigneulles[10].

Il y avait sur le ban de ce village, qui possédait une maison seigneuriale, une chapelle dédiée à la Sainte-Vierge en sa nativité[10].

Le village servit de base arrière lors de la Première Guerre mondiale notamment avec un camp de repos et l'installation de batteries d'artillerie. Il est incendié par les Allemands[11].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux jeunes s'engagèrent dans le Groupe Lorraine 42, groupe de résistants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2008 Pascal Thomas DVD  
mars 2008/mars 2014 En cours
(au 11/09/2020)
Philippe Daniel [12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Président de la Communauté de communes

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 238 habitants[Note 3], en diminution de 2,06 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
274317312317329333346343366
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
308297288272286296270241215
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
214193152140140143140155146
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
154142203228209251257263243
2018 - - - - - - - -
238--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place de l'ancienne église où peut être vue une croix de 1545 insérée dans le mur d'enceinte de l'ancien cimetière.
  • Le monument dédié au groupe Lorraine 42 sur les hauteurs de Vigneulles. Le mémorial est l'œuvre de Jean Villemin [1]; le projet est une commande de la délégation aux arts plastiques, DAP. Le Groupe Lorraine 42(GL 42) est un groupe de résistant de la Seconde Guerre mondiale.
  • Église Saint-Blaise néo-gothique du XIXe siècle en style Grange, retable XVIIIe siècle provenant de l'ancienne église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ulrich, chevalier seigneur de Montecler, vers 1190, fait donation de terres situées sur Vigneulles au prieuré de Saint-Nicolas de Port. Cette donation relatée dans des écrits concerne des terres avec  prieuré, chapelle, maison et dépendances.
  • Robert, sire de Neuviller, en 1242, donne au prieuré de Saint-Nicolas, son moulin de Vigneulles avec le chemin qui y conduit (route de Grelot) : Grelot en patois lorrain signifie moulin (grolot). Son emplacement  est connu par le ruisseau  et le vallon qui porte son nom.
  • François Regnault, seigneur de Saffais et Vigneulles, en 1665 receveur des salines de Rosières, est anobli pour avoir pris les mesures de protection des salines pendant la guerre. Nous trouvons les armoiries de François Regnault et Jean-Pierre Lebrun à l’église[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vigneulles Blason
D'azur à la crosse abbatiale d'or, accostée de deux grappes de raisins du même.
Détails

Blason populaire[modifier | modifier le code]

Les habitants de Vigneulles ont pour sobriquet patois «les poussaîs» ce qui signifie les poursuiveurs[9]. La légende veut qu'ils aient poursuivis leurs voisins de Barbonville qui leurs auraient volé la statue de Notre-Dame-des-aviots, une statue miraculeuse[18]. De leur côté, les habitants de Barbonville disent que la statue de ND-des-Aviots a de tous temps été rattachée à la communauté de Barbonville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Mairie de Vigneulles

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  7. Hippolyte (1829-1882) Cocheris, Origine et formation des noms de lieu : par Hippolyte Cocheris,..., (lire en ligne), P190.
  8. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe
  9. a et b « blason populaire, Cartographie des blasons populaires (sobriquet par village, sobriquets) en Langue lorraine-romande », sur cherbe.free.fr (consulté le 29 mars 2021).
  10. a b c et d Henri Lepage, Le département de La Meurthe : statistique, historique et administrative, deuxième partie, 1843
  11. Françoise Lemaire et Etablissement cinématographique et photographique des armées (France), Les films militaires français de la première guerre mondiale : catalogue des films muets d'actualité réalisés par le Service cinématographique de l'Armée, SIRPA/ECPA, (ISBN 978-2-11-089777-0, lire en ligne).
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Alain Petiot, Les Lorrains et l'Empire : dictionnaire biographique des Lorrains et de leurs descendants au service des Habsbourg de la Maison d'Autriche, Éds. Mémoire & Documents, , 534 p. (ISBN 978-2-914611-37-4, lire en ligne).
  18. Jean Vartier, Le grand livre des sobriquets et quolibets de Lorraine et du Bassigny, Jarville-la-Malgrange, Éditions de l'Est, , 217 p. (ISBN 2-86955-065-0, lire en ligne), p. 55.