Supreme (vêtements)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Supreme.

Supreme
logo de Supreme (vêtements)

Création 1994
Fondateurs James Jebbia
Forme juridique Corporation de droit privéVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Est 1994. NYC
Siège social New York, NY
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Industrie textile
Produits Vêtements et accessoires
Société mère Carlyle groupVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.supremenewyork.com

Capitalisation USD 1 milliard $[1]

Supreme est une marque de vêtements streetwear et accessoires de mode fondée à New York en 1994 par James Jebbia[2]. Au commencement, le personnel et les clients du magasin étaient principalement constitués de jeunes skateurs et artistes new-yorkais.

La marque adopta dès ses débuts le rectangle rouge affilié de l'inscription « Supreme » en blanc utilisant la typographie Futura Heavy Oblique, dont il s'inspire des travaux de Barbara Kruger[3].

La marque est également réputée pour ses nombreuses collaborations avec d'autres marques telles que Nike, The North Face, Timberland ou encore Louis Vuitton[4],[5].

Aujourd'hui, il existe d'autres magasins Supreme à Londres, Paris, Los Angeles, Tokyo (Harajuku & Daikanyama), Nagoya, Osaka, et Fukuoka et plus récemment à Brooklyn où un magasin à ouvert ses portes le 5 octobre 2017.

La marque s'est spécialisée dans la culture hip-hop, punk rock et skateboard. La vente se fait dans le peu de boutiques existantes, de façon obscure, à très peu d'exemplaires. Les particuliers désireux de se procurer une pièce Supreme se basent alors essentiellement sur la revente entre particuliers, par le biais des réseaux sociaux, ce qui implique une marge conséquente pour les revendeurs.

Le 19 janvier 2017, la marque américaine apparaît dans le défilé automne/hiver 2017 du célèbre de maroquinier de luxe Louis Vuitton[6]. Cette collaboration marque un temps fort dans la mode, unissant une marque de streetwear et une de luxe[6],[7],[8],[9].

Fonctionnement de la marque[modifier | modifier le code]

Magasin Supreme à Paris, rue Barbette.

La marque reste très discrète tout comme son fondateur[10]. Contrairement aux autres marques de vêtements, qui publient leurs nouvelles collections tout à la fois, Supreme lance quelques articles à la fois (via des « drops »), une fois par semaine. Cette stratégie maintient l'aura de « battement médiatique » que crée la marque. La marque distribue également dans ses magasins les marques VansNike SB, Spitfire, Thrasher, Girl Distribution Company et Dime.

De plus en plus, la marque sort des objets uniques (motos, flipper) et du quotidien (gourdes, ballons).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Supreme Just Became a Billion-Dollar Streetwear Brand », sur Complex (consulté le 25 mai 2018)
  2. (en) Robert Sullivan, « Charting the Rise of Supreme, From Cult Skate Shop to Fashion Superpower », Vogue,‎ (lire en ligne)
  3. « 50 Things You Didn't Know About Supreme », sur Complex (consulté le 16 novembre 2017)
  4. (en-US) Joelle Diderich, « Louis Vuitton to Unveil Supreme Collaboration at Men’s Show », WWD,‎ (lire en ligne)
  5. « Grâce à sa collaboration avec Supreme, Louis Vuitton a été élue meilleure marque fashion du monde ! », meltyStyle,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « La nouvelle collection de Louis Vuitton en collaboration avec Supreme va plaire aux fans de hip-hop », sur Huffington Post consulté le = 20 janvier 2017
  7. « Les premières images de la collaboration entre Supreme et Louis Vuitton », sur Konbini (consulté le 20 janvier 2017), par Naomi Clément
  8. « Supreme Supreme x Louis Vuitton : la collection se dévoile ! », sur booska-p.com (consulté le 20 janvier 2017), par benmorin.
  9. (en) « Everything We Know About the Upcoming Supreme x Louis Vuitton Collection », sur Highsnobiety (consulté le 20 janvier 2017)
  10. « Comment James Jebbia, le fondateur de Supreme, a transformé une idée en un empire », Views,‎ (lire en ligne)