FK Partizan Belgrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
FK Partizan
Logo du FK Partizan
Généralités
Nom complet Fudbalski Klub Partizan
Surnoms Parni Valjak
Crno Beli
Fondation
(74 ans, 2 mois et 3 jours)
Statut professionnel Professionnel depuis 1946
Couleurs Noir et Blanc
Stade Stade du Partizan
(32 710 places)
Siège Humska 1
11000 Belgrade
Championnat actuel SuperLiga
Président Drapeau : Serbie Milorad Vučelić
Entraîneur Drapeau : Serbie Savo Milosevic
Joueur le plus capé Drapeau : République fédérative socialiste de YougoslavieDrapeau : Serbie Saša Ilić (822)
Meilleur buteur Drapeau : République fédérative socialiste de YougoslavieDrapeau : Croatie Stjepan Bobek (425)
Site web Site officiel
Palmarès principal
National[1] Championnat de Yougoslavie (11)
Championnat de Serbie-et-Monténégro (8)
Championnat de Serbie (8)
Coupe de Yougoslavie (5)
Coupe de Serbie-et-Monténégro (4)
Coupe de Serbie (7)
Supercoupe de Yougoslavie (1)
International[1] Coupe Mitropa (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Serbie de football 2019-2020
0

Le Fudbalski Klub Partizan, abrégé en FK Partizan, en serbe cyrillique Фудбалски клуб Партизан, couramment appelé Partizan Belgrade en français, est un club de football serbe professionnel basé à Belgrade.

Il constitue une part importante du club omnisports du Partizan Belgrade. Le club joue en Jelen Super Liga et a passé toute son histoire dans le peloton de tête du football yougoslave, puis serbe. Il est le deuxième club le plus titré en Serbie, après avoir remporté un total de quarante-cinq trophées, dont vingt-sept championnats nationaux, seize coupes nationales, une supercoupe nationale, ainsi que d'une Coupe Mitropa, et a terminé 2e dans le tableau du Championnat de Yougoslavie de tous les temps.

Le Partizan a été fondée par de jeunes officiers de l'Armée populaire yougoslave (JNA) en 1945, à Belgrade. Leur stade est le Stade du Partizan, où ils ont joué depuis 1949, et qui a une capacité de 32 710 places. Le Partizan détient divers records comme étant un club ayant joué le premier match de la Ligue des champions de l'UEFA en 1955, ainsi que celui de devenir le premier club de football européen des Balkans et de l'Est à atteindre la finale de la Ligue des champions de l'UEFA, celle-ci ayant été atteinte en 1966.

Le club a une rivalité de longue date avec l'Étoile Rouge de Belgrade. Les matchs entre ces deux clubs sont appelés Derby éternel (en serbe cyrillique Вечити дерби, en serbe latin Večiti derbi) et ce derby est considéré comme l'un des plus grands affrontements intra-villes dans le monde. En septembre 2009, le journal britannique Daily Mail a classé le derby 4e parmi les dix plus grandes rivalités du football de tous les temps . FK Partizan est le deuxième plus populaire club de football en Serbie, derrière l'Étoile Rouge de Belgrade. Le club est également très populaire au Monténégro et en Bosnie-Herzégovine, en particulier dans l'entité serbe de Bosnie. Le Partizan a également de nombreux supporters de toutes les autres républiques ex-yougoslaves et dans les diasporas serbes et yougoslaves.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le club doit son nom au mouvement armé de résistance des Partisans. Le Partizan est l'ancien club de l'armée yougoslave. Cette emprise militaire sur les destinés du club cesse officiellement en 1963, mais elle dure toutefois officieusement jusqu'aux années 1980.

Fondation du club[modifier | modifier le code]

Le Partizan est fondé le à Belgrade en tant que section de football de la Chambre centrale de l'armée yougoslave Partisan. Il a été nommé en l'honneur des Partisans, la formation militaire communiste qui s'est battue contre le fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale en Yougoslavie. Le club est formé et initialement géré par le groupe de jeunes hauts officiers de l'armée populaire yougoslave et de vétérans de la guerre civile espagnole. Parmi eux figurent Svetozar « Tempo » Vukmanović, Koča Popović, Peko Dapčević, Bogdan Vujošević, Mijalko Todorović, Otmar Kreačić et Ratko Vujović. Deux jours après sa création, le Partizan a fait ses premiers pas sur la scène du football avec le match amical contre la sélection de Zemun qui se termine sur le score de 4-2. Florijan Matekalo est entré dans le livre des records en tant que premier buteur de l'histoire du Partizan, tandis que Franjo Glazer a été le premier manager. À peine trois semaines plus tard, le Partizan entreprend la première de nombreuses tournées internationales et se rend en Tchécoslovaquie où il bat 3 à 1 la sélection de l'armée slovaque. À l'époque, à peine quelques mois après la fin de la Seconde Guerre mondiale en Yougoslavie, aucune compétition de football organisée n'a encore été rétablie. Le Partizan ne dispute donc que des matchs amicaux et des tournois nationaux et internationaux.

Années 1946-1958[modifier | modifier le code]

Fin , la nouvelle ligue yougoslave commence et le Partizan dispute son premier match officiel en battant Pobeda Skoplje par 1 à 0. Comme le club avait d'emblée les ambitions les plus ambitieuses, il a attiré certains des meilleurs joueurs de tout le pays : Stjepan Bobek, Miroslav Brozović, Zlatko Čajkovski, Kiril Simonovski (en), Bela Palfi, Franjo Rupnik (en), Prvoslav Mihajlović, Aleksandar Atanacković, Miodrag Jovanović, Vladimir Firm, Ratko Čolić et Franjo Šoštarić (en). Illés Spitz (en), expert renommé du football, en devient son manager et passe quatorze ans à divers postes du club. Sa mise en œuvre des meilleures méthodes d'entraînement et tactiques de jeu européennes, associée à une équipe techniquement douée, s'est avérée essentielle pour remporter le titre de champion de la première saison, réalisant le doublé en remportant également la coupe.

Le deuxième titre de champion a été remporté de la saison 1948-1949. Le Partizan a disputé ses matchs à domicile sur l'ancien stade l'OFK Belgrade jusqu'en 1949, date à laquelle son propre stade a été construit sur le même site et s'appelle le Stadion JNA (Stade de l'armée populaire yougoslave). En 1950, d’une section football de l’Armée de terre, le club est devenu un club indépendant sous l’égide du Partizan Belgrade. Le président du premier club est devenu Ratko Vujović. En 1953, les liens formels restants entre le club et l'armée ont cessé. Bien que, dans les années 1950, le Partizan soit une équipe très solide dirigée par des joueurs de l'équipe nationale tels que Bobek, Čajkovski, Miloš Milutinović, Marko Valok, Bruno Belin, Tomislav Kaloperović et Branko Zebec, le club connait une longue période sans gagner de titre, qvec seulement trois victoires lors des coupes 1952, 1954 et 1957. Malgré l’absence de titres en championnat, les excellentes performances du Partizan sur des tournois à travers l’Europe lui valent une renommée continentale importante. Le , le Partizan participe au tout premier match de la Coupe des Champions, à Lisbonne, contre le Sporting Clube de Portugal. Le résultat final est de 3–3, Miloš Milutinović devenant le premier buteur de la compétition.

Les bébés du Partizan - la première finale européenne (1958-1966)[modifier | modifier le code]

Homme en tenue de footballeur, maillot rayé vertivalement, accroupi.
Milan Galić, ici en 1966.

Un bilan de deux titres et quatre coupes au cours de ses quinze premières années d'existence n'est pas suffisant pour un club de la stature, de l'ambition et de la popularité du Partizan. En 1958, après treize ans disputés sous des couleurs bleu et rouge, le club adaport désormais un maillot avec des couleurs noir et blanc. Le changement d’image et d’aspect du club est suivi de changements radicaux dans l’équipe de jeu. Le nombre de jeunes joueurs issus du groupe de jeunes du Partizan, connu sous le nom de « Partizanove bebe » (« les bébés du Partizan »), est rapidement devenu l'une des meilleures générations jamais vue en Europe. La montée de la génération a commencé avec Milutin Šoškić, Fahrudin Jusufi, Jovan Miladinović, Velibor Vasović, Milan Galić, Ilija Mitić, Zvezdan Čebinac (en) et Vladica Kovačević. Très vite, Lazar Radović (en), Velimir Sombolac, Ljubomir Mihajlović et Mustafa Hasanagić, et enfin Ivan Ćurković, Josip Pirmajer, Branko Rašović et Radoslav Bečejac (en) se joignent à eux. Les directeurs Illés Spitz, Florijan Matekalo et Stjepan Bobek ont suivi et guidé leur développement. La décision de s’appuyer principalement sur des jeunes talents découverts dans tout le pays a rapidement donné des résultats - le Partizan a remporté trois titres de champion consécutifs, en 1961, en 1962 et en 1963. Ses performances efficaces et attrayantes lui ont valu son surnom populaire « Parni valjak » (« le rouleau compresseur »). En 1964-1965, l'équipe rajoute le quatrième titre en cinq ans, après la victoire de son rival de L’Étoile rouge lors de la saison 1963-1964. Dès les années 1960, une rivalité féroce et intense se développa entre le Partizan et L’Étoile Rouge.

La campagne de la Coupe d'Europe de 1965-1966 a été le couronnement de la carrière de cette génération. Après avoir éliminé l'équipe française du FC Nantes (2-0, 2–2) et le champion allemand du Werder Breme (3–0, 1–0) aux deux premiers tours, le Partizan est opposé au Sparta Prague en quarts de finale. Battu 4 à 1 lors du match aller, le Partizan obtient sa qualification en s'imposant 5 à 0 devant 50 000 spectateurs lors du match retour. En demi-finale, le Partizan est opposé au Manchester United, qui revient pour la première fois à Belgrade, départ du vol 609 British European Airways qui s'écrase le lors d'une escale à Munich, l'équipe anglaise perdant huit de ses huit « Busby Babes ». Manchester United compte dans ses rangs George Best et Bobby Charlton, ce dernier étant un rescapé du crash. Le Partizan remporte le match aller au stade JNA 2–0 puis résiste à la forte pression exercée par Old Trafford au retour, ne cédant qu’une fois, pour un score cumulé de 2-1. Le Partizan obtient alors le meilleur résultat de son histoire.

La finale contre le Real Madrid se déroule le au stade du Heysel, à Bruxelles. Jusqu'à la 70e minute, le Partizan mène 1-0 sur un but de Velibor Vasović, mais perd finalement la rencontre 2 à 1. Le Partizan, manque ainsi sa tentative de remporter une victoire importante, d'autant que l'équipe est rapidement privée de ses joueurs stars qui se rendent dans les clubs de l'Ouest pour continuer leur carrière. Néanmoins, le Partizan est devenu le premier club des Balkans et d’Europe de l’Est à disputer une finale de la Coupe d’Europe.

Crise (1966-1976)[modifier | modifier le code]

L’augmentation soudaine de la réputation de l’équipe du Partizan n’a pas été suivie d’une augmentation de la structure organisationnelle. Après la défaite en finale, l'administration du club n'a pas réussi à fonctionner à un niveau supérieur et le Partizan est entré dans une longue crise organisationnelle. Tous les principaux joueurs ont signé des contrats avec les plus grands clubs occidentaux et la génération prometteuse s'est dispersée. Milutin Šoškić est allé au FC Cologne, Milan Galić au Standard de Liège, Vladica Kovačević à Nantes, Fahrudin Jusufi à l'Eintracht Francfort et Velibor Vasović, qui avait marqué en finale, a été transféré à l'Ajax Amsterdam, club avec lequel il remporte la première coupe des clubs champions en tant que capitaine, lors de l'édition 1970-1971.

Cela entraîne une suite de résultats jugés médiocres pendant une décennie, le club ne parvenant pas à remporter le moindre trophée. Quelques joueurs tels que Milan Damjanović, Blagoje Paunović et Borivoje Đorđević sont restés au club. En peu de temps, de nouveaux gestionnaires arrivent à la direction. L'équipe compte sur arrivée des jeunes joueurs talentueux comme Momčilo Vukotić, issu des rangs jeunesse du Partizan, et Nenad Bjeković venu de Proleter Zrenjanin, pour retrouver des meilleurs résultats pour les Black & Whites.

Le bref retour - le premier trophée européen (1976-1982)[modifier | modifier le code]

Le , à Ljubljana, le Partizan dispute le dernier match de la saison contre l'Olimpija et avait besoin d’une victoire pour remporter le titre devant son rival Hajduk Split. Dans la dernière seconde avant le coup de sifflet final, Nenad Bjeković marque le but victorieux en faveur du Partizan qui s'impose 0 à 1. Ce septième titre en championnat est finalement remporté grâce à la nouvelle génération de joueurs, tels que Momčilo Vukotić, Bjeković, Rešad Kunovac (en), Ilija Zavišić (en), Refik Kozić (en), Ivan Golac (en), Radmilo Ivančević, Boško Đorđević (en), Nenad Stojković.

Le Partizan remporte ensuite son huitième titre en 1977-1978, avec Nikica Klinčarski (en), Petar Borota (en), Slobodan Santrač, Aleksandar Trifunović (en), Cevad Prekazi et Pavle Grubješić (en). La même année, le Partizan remporte son premier trophée européen, la Coupe Mitropa. Lors de cette édition, les Noirs et blancs terminent premiers du groupe A devant Perugia et Zbrojovka Brno et ont battu les Hongrois du Honvéd de Budapest lors de la finale sur le score de 1-0. Son directeur est alors Ante Mladinić. De façon inattendue, la saison 1978-1979 suivante s'est avèrée être la pire de l'histoire du Partizan : il termine à la 15e place du championnat, évitant de justesse la relégation avec une victoire de 4-2 sur Budućnost lors du dernier match. Cette nouvelle crise se confirme avec les résultats de la saison suivante, où le Partizan termine 13e.

Années mémorables (1982–1991)[modifier | modifier le code]

Une autre grande génération se forme Lorsque Momčilo Vukotić, Nenad Stojković et Nikica Klinčarski sont rejoints par Ljubomir Radanović, Zvonko Živković, Zoran Dimitrijević et Dragan Mance (en). Le Partizan est devenu champion pour la saison 1982-1983, en grande partie grâce aux performances du jeune Dragan Mance. Il contribue à la victoire du Partizan en marquant 15 buts. Il se met également en évidence lors du deuxième tour de la Coupe UEFA 1984-1985 contre les Queens Park Rangers. Après une victoire 6 à 2 du club anglais au match aller, le Partizan s'impose 4 à 0 au retour pour accéder au tour suivant. Lors de ce match considéré comme l'un des plus mémorables de son histoire du Partizan, classé 70e parmi les 100 plus grands matches de l'histoire du football lors d'un sondage organisé par Eurosport en , Mance marque un but considéré comme l'un des buts les plus remarquables de l'histoire du Partizan. Les supporters perdent celui-ci, devenu leur favori, le lorsqu'il décède dans un accident de voiture sur l'autoroute Novi Sad-Belgrade. Agé de 22 ans Mance est considéré comme la plus grande légende du club par les fans du Partizan. En son honneur, la rue adjacente au stade du club à Belgrade porte son nom depuis 2011.

En 1985–1986, le Partizan remporte le titre avec une victoire de 4–0 sur Željezničar grâce à une meilleure différence de buts que l'Étoile rouge. Cependant, Slavko Šajber, président de la Fédération de Yougoslavie de football, décide que toute la dernière série de matches doit être rejouée après des accusations selon lesquelles certains résultats auraient été truqués. Le Partizan ayant refusé de rejouer son match, la victoire est attribuée sur le score de 3-0 à Željezničar, et le titre est remporté par l’Étoile rouge. À cause de ces événements, douze clubs dont le Partizan entament le championnat 1986-1987 avec une déduction de six points. Vardar, qui ne fait pas partie de ces clubs, remporte le titre. Cependant, après une série d'appels et de poursuites qui ont finalement abouti devant la Cour constitutionnelle yougoslave, le tableau final initial de 1985-1986, avec le Partizan comme champion, est officiellement reconnu au milieu de 1987. De plus, le retrait de points de la saison 1986-1987 a est annulé et le titre est attribué au Partizan, qui comptait le plus de points sans ce retrait. Privée de Coupe d'Europe en raison de ces événements, la génération de Milko Đurovski, Fahrudin Omerović, Zvonko Varga, Vladimir Vermezović (en), Admir Smajić, Goran Stevanović (en), Nebojša Vučićević (en), Miloš Đelmaš (en), Srecko Katanec, Fadil Vokrri et Bajro Župić (en) n’a pas pu son potentiel en Europe.

Le Partizan passe les dernières années en Yougoslavie et a connu d'importants changements organisationnels. En 1989, l'ancien gardien de but Ivan Ćurković est devenu président du club, tandis que Mirko Marjanović est devenu président du conseil exécutif du Partizan. Les joueurs les plus importants du Partizan au cours de ces dernières années ont été Predrag Mijatović, Slaviša Jokanović, Predrag Spasić, Dragoljub et Branko Brnović, Budimir Vujačić, Vujadin Stanojković, Darko Milanič et Džoni Novak. Cependant, cette génération est éclipsée par celle de son concurrent de l'Étoile rouge, qui remporte plusieurs championnats et la Coupe des clubs champions 1990-1991. Le Partizan ne remporte que la coupe nationale en 1989, 32 ans après la dernière victoire de cette compétition. Le dernier trophée remporté avant la dissolution de la Yougoslavie est l'édition 1989 de la Supercoupe de Yougoslavie, première et la seule disputée.

Durant cette période, le Partizan recrute en 1987 les joueurs de l'équipe nationale chinoise Jia Xiuquan et Liu Haiguang et ils sont entrés dans l'histoire puisqu'ils ont été, avec Xie Yuxin et Gu Guangming, les premiers footballeurs chinois à avoir joué en Europe.

Décennie sombre et succès national (années 1990)[modifier | modifier le code]

Après la mort du président Josip Broz Tito en 1980, les tensions ethniques se sont intensifiées en Yougoslavie. Au début des années 1990, l'État yougoslave commence à s'effondrer et la guerre civile éclate. À la fin du mois de , le Conseil de sécurité des Nations Unies impose des sanctions au pays, notamment par la résolution 757 du Conseil de sécurité des Nations unies (en) qui prive le sport yougoslave de confrontations internationales.

Durant les guerres yougoslaves, le Partizan remporte deux titres de champion de Yougoslavie, en 1992-1993 puis en 1993-1994. Deuxième derrière l'Étoile rouge la saison suivante, le Partizan remporte les deux tires de 1995-1996 et 1996-1997, ce qui lui permet de renouer avec la scène européenne avec la levée des sanctions, en Coupe UEFA en 1996-1997, élimination au deuxième tour préliminaire par Bucarest, puis en Ligue des champions en 1997-1998, éliminé lors du tour préliminaire par les Croates du Dynamo Zagreb.

Pendant la Guerre du Kosovo, de à , le Partizan dispute le 112e derby l'opposant à l'Étoile rouge quatre jours avant le débuts du bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN dans le cadre de l'Opération Force alliée. le Partizan remporte cette année un nouveau titre de champion.

Durant ces années 1990, le club remporte également plusieurs coupes nationales, en 1992, 1994 et 1998. L'homme clé de ces trophées est Ljubiša Tumbaković, qui devint le manager le plus titré de l'histoire du Partizan. Le club est confronté à de nombreux changements, contraint de vendre les jeunes joueurs qu'il forme, tels que Predrag Mijatović, Slaviša Jokanović, Savo Milošević, Albert Nađ, Dragan Ćirić, Zoran Mirković, Saša Ćurčić (en), Branko Brnović, Goran Pandurović, Dražen Bolić, Niša Saveljić, Damir Čakar, Budimir Vujačić, Ivan Tomić, Georgi Hristov, Đorđe Tomić, Ivica Kralj, Mateja Kežman et beaucoup d'autres.

Le nouveau départ (2000-2010)[modifier | modifier le code]

Au cours des douze dernières années, le Partizan a remporté huit championnats nationaux, quatre coupes et a réussi à se qualifier à deux reprises pour la Ligue des champions de l'UEFA et à cinq reprises pour la Ligue Europa. Dirigé par Ljubiša Tumbaković, le club remporte deux titres de champion consécutifs, en 2001-2002 et en 2002-2003.

La direction du club prenait très au sérieux la saison 2003 en désignant comme nouvel entraîneur Lothar Matthäus, ancien joueur mondial de l'année, et en faisant venir des joueurs chevronnés et expérimentés tels que Taribo West du FC Kaiserslautern, Ljubinko Drulović du Benfica Lisbonne et Tomasz Rząsa de Feyenoord Rotterdam. Pour la première fois de son histoire, le club joue en phase finale de la Ligue des champions après avoir éliminé le Newcastle United de Bobby Robson. À Belgrade, le Partizan perd sur le score de 0 à 1, mais au match retour à St James' Park, le but d'Ivica Iliev lui permet de se qualifier après une séance de tirs au but. Le tirage au sort désigne comme adversaires le Real Madrid (demi-finaliste de la Ligue des champions de l’année précédente), le FC Porto (vainqueur de la Coupe UEFA 2002-2003 et futur vainqueur de la compétition) et l'Olympique de Marseille, futur finaliste de la Coupe UEFA 2003-2004. Le stade du Partizan s'avère un terrain difficile pour ses adversaires, obtenant trois matchs nuls, 0-0 contre les « Galactiques » du Real Madrid, 1 à 1 avec Porto, alors dirigé par l'entraîneur José Mourinho et sur le même score face à Marseille. Le Partizan s'incline lors de ses trois rencontres à l'extérieur, 0 à 1 à Madrid, 0 à 3 à Marseille et 1 à 3 à Porto.

La campagne européenne a des impacts sur le championnat où le Partizan perd le titre. Un nouvel entraîneur Vladimir Vermezović reconduit l'équipe au succès lors de la saison 2004-2005. Sur la scène européenne, l'équipe atteint les huitièmes de finale de la Coupe UEFA, éliminé par le CSKA Moscou, futur vainqueur de la compétition. Les mauvais résultats lors des compétitions nationales et internationales de 2006 incitent les dirigeants du club à rechercher un nouvel entraîneur principal. Jürgen Röber est d'abord nommé, puis Miodrag Ješić, mais aucun n’a réussi à remporter le titre national. Bien que le Partizan se qualifie pour la phase de groupes de la Coupe UEFA 2006-2007, cette saison est considérée comme un échec.

L'ancien joueur du Partizan, Slaviša Jokanović, est nommé entraîneur-chef du Partizan. Le club confie également un nouveau rôle de directeur sportif à Ivan Tomić. L'effectif est renforcé par l'arrivée de joueurs étrangers comme Juca, Almani Moreira et Lamine Diarra. En 2008-2009, le club défend avec succès son doublé coupe-championnat déjà réalisé en saison 2007-2008. Toutefois, le Partizan est confronté à l'exclusion de coupes européennes en 2007-2008 et condamné à une amende de 30 056  en raison de problèmes avec ses supporters lors du match aller disputé chez son adversaire du HŠK Zrinjski Mostar lors du match de qualification de la Coupe UEFA 2007-2008. Le match retour est disputé à Belgrade en raison de l'appel, celui-ci étant finalement rejeté. La saison suivante, le club renforce son équipe avec l'attaquant brésilien Cléo. En Europe, le club échoue au troisième tour préliminaire de la Ligue des champions avant d'échouer lors de la phase de groupes de la Coupe UEFA 2008-2009.

Dernières années (2010–)[modifier | modifier le code]

Vue légèrement de profil de deux équipes et des arbitres, alignés pour poser devant les phtographes.
Match contre Arsenal lors de la Ligue des champions 2010-2011.

Après Jokanović, puis un intérim de Goran Stevanović, le club choisit un jeune entraîneur et ancien joueur du Partizan, Aleksandar Stanojević, qui devient le plus jeune entraîneur-chef de l'histoire du Partizan Belgrade. Arrivé en cours de saison, il réussit à remporter le championnat en 2010. En 2011, le club réussit le doublé coupe-championnat. Dans les compétitions européennes, le Partizan est qualifié pour la Ligue des champions 2010-2011 se qualifie pour la phase de groupes après avoir éliminé Anderlecht aux tirs au but. Dans un groupe composé du Chakhtar Donetsk, d'Arsenal et du Sporting Braga, le Partizan s'incline 1 à 0 en Ukraine puis 1 à 3 à domicile face aux Anglais. Il s'incline deux fois lors de la double confrontation face à Braga, 2 à 0 au Portugal puis 0 à 1 à domicile. Cette campagne européenne se termine par deux nouvelles défaites, 0 à 3 face aux Ukrainiens et 3 à 1 face aux Anglais.

La saison suivante, le club est éliminé lors de la phase de qualification de la Ligue Europa et conserve son titre au championnat. Toutefois, Stanojević est libéré après la demi-saison, remplacé par l'ancien entraîneur de Chelsea, Avram Grant. Malgré le cinquième titre de champion consécutif, le Partizan concède trois défaites contre le rival de l'Étoile rouge et Grant démissionne. Il est remplacé par l'ancien directeur du Partizan, Vladimir Vermezović. Éliminé dès les tours préliminaires de la la Ligue des champions 2012-2013 par AEL Limassol, le club dispute la phase de poules de la Ligue Europa avec un bilan de trois nuls et trois défaites. Vermezović est limogé et remplacé par Vuk Rašović qui conduit son équipe à un nouveau titre grâce à une victoire lors de l'avant-dernière journée face au rival de l'Étoile rouge. En remportant un 25e titre le Partizan rejoint ce dernier au nombre de championnats remportés.

Le Partizan, éliminé de Ligue des champions 2013-2014 par Ludogorets Razgrad, est reversé en Ligue Europa où il s'incline lors du barrage face au FC Thoune. Le club est également battu sur la scène nationale, l'Étoile rouge rempotant le titre.

Lors de la Ligue des champions[2], le Partizan est éliminé par Ludogorets Razgrad. En Ligue Europa, il se qualifie pour la phase de groupes en éliminant Neftchi Bakou. Il termine quatrième de cette phase, éliminé par Beşiktaş, ne réussissant que deux nuls face à Tottenham Hotspur et Asteras Tripolis. Le club remporte également le championnat.

Éliminé de la Ligue des champions avant la phase de groupes par BATE Borisov, le Partizan est reversé en Ligue Europa 2015-2016 où il est placé dans le groupe L aux côtés de l'Athletic Bilbao, AZ Alkmaar et du FC Augsbourg. Le Partizan a remporté trois victoires en phase de groupes, les deux contre Alkmaar et la rencontre à l'extérieur contre Augsbourg), mais ne réussit pas à se qualifier pour les huitièmes de finale. En Serbie, Partizan termine deuxième derrière le club de l'Étoile Rouge Belgrade qui termine invaincu, remportant la Coupe de Serbie face au FK Javor Ivanjica.

Le Partizan connaît un mauvais début de saison 2016-2017 avec une élimination au deuxième de la Ligue Europa par Zagłębie Lubin et une mauvaise entame en championnat. En août, Marko Nikolić revient à la tête de l'équipe qu'il conduit à 37 matches consécutifs sans défaite, championnat et coupe confondus, dont trois victoires et un match nul contre l'Étoile Rouge. Lors de sixième doublé, le Partizan s'appuie sur le milieu de terrain brésilien Leonardo et le capitaine de l'équipe serbe des moins de 21 ans, Uroš Đurđević, qui marquent 24 buts chacun.

Quelques jours après ce doublé, Nikolić quitte le club et pour le club hongrois de Videoton. Il est remplacé par Miroslav Đukić qui a déjà occupé le poste en 2007. Lors de la phase des éliminatoires de la Ligue des champions, le Partizan élimine Budućnost Podgorica puis s'incline contre l'Olympiakos. En Ligue Europa, le club serbe élimine Videoton et se retrouve en phases de groupes avec le Dynamo Kiev, les BSC Young Boys et KF Skënderbeu Korçë. Malgré deux défaites contre les Ukrainiens, le Partizan termine deuxième de cette poule, remportant les deux matchs à domicile et faisant match nul à l'extérieur face aux deux autres adversaires. En huitièmes de finale, le Partizan s'incline face aux Polonais du FC Viktoria Plzeň, 1 à 1 à Belgrade puis 0 à 2 à l'extérieur.

Deuxième du championnat 2017-2018, Le Partizan dispute la Ligue Europa où il s'incline en barrage d'accession à la phase de groupes par le Beşiktaş. Après trois changements de direction, le Partizan nomme comme entraîneur principal Savo Milošević, le . Celui-ci parvient à conduire son équipe à remporter une quatrième Coupe de Serbie consécutive grâce à une victoire 1 à 0 face à son rival de l'Étoile rouge de Belgrade. Durant cette saison, l'international du Cap-Vert Ricardo Gomes (en) termine la saison avec 26 buts, soit le meilleur total réalisé par un étranger dans l'histoire du club.

Palmarès et résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le FK Partizan Belgrade participe à son premier championnat de Yougoslavie en 1946-1947 et le remporte devant le Dinamo Zagreb. Jusqu'à la séparation des championnats de Croatie, Macédoine et Slovénie au début des années 1990 et en 45 éditions du championnat yougoslave, le Partizan Belgrade s'adjuge le titre de champion à onze reprises en 1947, 1949, 1961, 1962, 1963, 1965, 1976, 1978, 1983, 1986 et 1987[3]. Depuis, le club remporte le titre national en 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2002, 2003, 2005, 2008, 2009, 2010, 2011[4],2012, 2013, 2015 et 2017, ce qui porte le total à 27 titres de champion national depuis 1945.

Le club de Belgrade remporte également quinze fois la coupe nationale et notamment neuf fois la Coupe de Yougoslavie en 1947, 1952, 1954, 1957, 1989[5], 1992, 1994, 1998, 2001, et six fois la Coupe de Serbie en 2008, 2009, 2011, 2016, 2017 et 2018[6]. À cela s'ajoutent des places de finaliste en 1948, 1959, 1960, 1979[5], 1993, 1996 et 1999[6].

Le doublé, c'est-à-dire une victoire en championnat et en coupe nationale lors d'une seule saison, est réalisé six fois en 1947, 1994, 2008, 2009 et 2011 et 2017. La Supercoupe de Yougoslavie est enfin remportée en 1989.

Au niveau international, le Partizan se distingue en atteignant la finale de la onzième édition de la Coupe des clubs champions européens en 1965-1966[7]. Les Yougoslaves s'inclinent en finale 2-1 contre le Real Madrid dont c'est alors le sixième titre dans la compétition. Quelques années plus tard, le club de Belgrade inscrit son nom au palmarès de la Coupe Mitropa 1977-1978[8], un tournoi qui n'a plus le grand prestige qu'il avait encore vingt ans auparavant.

Tableau[modifier | modifier le code]

Palmarès du FK Partizan Belgrade
Compétitions nationales Anciennes compétitions nationales Compétitions internationales

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Partizan Belgrade est invaincu pendant 45 matchs de championnat consécutifs à cheval sur les saisons 1995-1996 et 1996-1997[9]. Cette période record d'invincibilité démarre le 10 mars 1996 par une victoire à l'extérieur contre le rival de l'Étoile rouge de Belgrade lors de la 24e journée. Le Partizan ne perd plus jusqu'à la fin du championnat 1996 qu'il remporte[10]. La saison suivante commence par une victoire à domicile 2-1 contre l'Hajduk Kula. Le Partizan enchaîne ensuite 25 victoires et six matchs nuls pour s'assurer le titre de champion[11]. La série de 45 matchs sans défaite prend fin lors de la 33e et dernière journée du championnat 1996-1997 à l'occasion d'une défaite 1-0 sur le terrain du FK Rad Belgrade[9].

Le club de Belgrade observe ensuite à partir de mai 2009 une série de 39 matchs de championnat consécutifs sans défaite, qui comprend notamment une invincibilité complète sur les 30 matchs du championnat de Serbie 2009-2010[12].

Résultats en coupes d'Europe[modifier | modifier le code]

La première participation du Partizan Belgrade à une coupe d'Europe date de 1955. Le club prend part à la Coupe des clubs champions européens 1955-1956, qui est la première édition de la compétition inter-clubs phare en Europe. Le club est exempt du premier tour et élimine le Sporting Clube de Portugal au deuxième tour à la suite d'un match nul à l'extérieur 3-3 puis d'une victoire 5-2 au match retour. Le Partizan est éliminé au tour suivant, soit en quart de finale, par le futur vainqueur de la compétition le Real Madrid : les Espagnols s'imposent à domicile sur le score large 4-0 et préservent leur qualification malgré une défaite 3-0 sur le terrain du Partizan au match retour[13].

Bilan européen du Partizan Belgrade au 29 août 2019[14]
Compétition M V N D BP BC Diff.
Ligue des champions 105 41 24 40 161 133 +28
Coupe des coupes 12 4 1 7 19 21 -2
Ligue Europa 148 57 34 57 211 205 +6
Total 265 102 59 104 391 359 +32

Joueurs et personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

No. Nat. Position Nom du joueur
2 Drapeau du Monténégro D Periša Pešukić
3 Drapeau de la Serbie D Strahinja Pavlović
5 Drapeau du Monténégro D Igor Vujačić
6 Drapeau d’Israël M Bibras Natkho
7 Drapeau de la Serbie M Zoran Tošić
9 Drapeau du Nigeria A Umar Sadiq (en prêt de l'AS Roma)
10 Drapeau de la Serbie M Lazar Pavlović
11 Drapeau du Japon A Takuma Asano
12 Drapeau de la Serbie G Filip Kljajić
16 Drapeau de la Serbie M Saša Zdjelar
17 Drapeau de la Serbie D Zlatan Šehović
18 Drapeau de la Serbie A Đorđe Ivanović
19 Drapeau du Monténégro M Aleksandar Šćekić
20 Drapeau de la Guinée M Seydouba Soumah
23 Drapeau de la Serbie D Bojan Ostojić
27 Drapeau de la Serbie A Nikola Lakčević
No. Nat. Position Nom du joueur
30 Drapeau de la Serbie M Savo Rašković
31 Drapeau de la Serbie D Rajko Brežančić
33 Drapeau de la Serbie A Slobodan Stanojlović
40 Drapeau de la Serbie M Luka Đorđević
41 Drapeau de la Serbie G Aleksandar Popović
45 Drapeau de la Serbie A Petar Gigić
50 Drapeau de la Serbie A Lazar Marković
67 Drapeau de la Serbie D Dominik Dinga (en prêt de l'Oural Iekaterinbourg)
72 Drapeau de la Serbie D Slobodan Urošević
73 Drapeau de la Serbie D Nemanja Miletić
80 Drapeau de la Serbie M Filip Stevanović
85 Drapeau de la Serbie G Nemanja Stevanović
88 Drapeau de la Serbie G Vladimir Stojković (Capitaine)
90 Drapeau de la Serbie M Strahinja Jovanović
97 Drapeau de la Serbie D Aleksandar Lutovac
99 Drapeau de la Serbie M Milan Smiljanić

Présidents[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente la liste des présidents du club depuis 1950.

Rang Nom Période
1 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Ratko Vujović 1950
2 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Bogdan Vujošević 1952-1956
3 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Đuro Lončarević 1956-1958
4 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Martin Dasović 1958-1962
5 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Dimitrije Pisković 1962-1963
6 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Ilija Radaković 1963-1965
Rang Nom Période
7 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Vladimir Dujić 1965-1967
8 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Mića Lovrić 1967-1971
9 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Milosav Prelić 1971-1973
10 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Vesa Živković 1973-1974
11 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Predrag Gligorić 1974-1975
12 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Nikola Lekić 1975-1979
Rang Nom Période
13 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Vlada Kostić 1979-1981
14 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Miloš Ostojić 1981-1983
15 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Dragan Papović 1983-1987
16 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Zdravko Lončar 1987-1988
17 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Drapeau : République fédérale de Yougoslavie Drapeau : Serbie-et-Monténégro Ivan Ćurković 1989-2006
18 Drapeau : Serbie-et-Monténégro Nenad Popović 2006-2007
Rang Nom Période
19 Drapeau : Serbie Tomislav Karadžić 2007-2008
20 Drapeau : Serbie Dragan Đurić 2008-2014
21 Drapeau : Serbie Zoran Popović 2014-2015
22 Drapeau : Serbie Milorad Vucelić 2016-

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Le Partizan, bien que deuxième du championnat 2013-2014, dispute la Ligue des champions, l'Étoile rouge étant privé de compétition.
  3. (en) Karel Stokkermans, « Yugoslavia/Serbia (and Montenegro) - List of Champions - Yugoslavia (until 1991) », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  4. (en) Karel Stokkermans, « Yugoslavia/Serbia (and Montenegro) - List of Champions - Serbia (and Montenegro) since 1991 », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  5. a et b (en) Karel Stokkermans, « Yugoslavia/Serbia and Montenegro - Cup Finals - Yugoslavia (until 1991) », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  6. a et b (en) Karel Stokkermans, « Yugoslavia/Serbia and Montenegro - Cup Finals - Serbia (and Montenegro) since 1991 », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  7. (en) James M. Ross, « European Competitions 1965-66 - Champions' Cup 1965-66 », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  8. (en) Davide Rota, « Mitropa Cup 1977/78 », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  9. a et b (en) Karel Stokkermans, « Partizan's series of 45 matches unbeaten in the Yugoslav League », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  10. (en) RSSSF, « Yugoslavia 1995/96 », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  11. (en) RSSSF, « Yugoslavia 1996/97 », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  12. (en) Karel Stokkermans, « Partizan Beograd's series of 39 matches unbeaten in the Superliga », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  13. (en) Misha Miladinovich, « Yugoslav teams in Eurocups », sur rsssf.com, (consulté le 22 février 2011)
  14. « Partizan Belgrade - Histoire », sur footballdatabase.eu (consulté le 24 février 2019)