Canton de Saint-Symphorien-d'Ozon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canton de Saint-Symphorien-d'Ozon
Canton de Saint-Symphorien-d'Ozon
Situation du canton de Saint-Symphorien-d'Ozon dans le département de Rhône.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement(s) Lyon
Bureau centralisateur Saint-Symphorien-d'Ozon
Conseillers
départementaux
Jean-Jacques Brun
Mireille Simian
2015-2021
Code canton 69 09
Histoire de la division
Création 15 février 1790[1]
Modifications 1 : 15 brumaire an X[3],[4]
(4 novembre 1801)
2 : 13 juillet 1973[2]
3 : 20 janvier 1982[5]
4 : 22 janvier 1985[6]
5 : 2 avril 2015[7]
6 : 5 mars 2020[8]
Démographie
Population 39 474 hab. (2017)
Densité 321 hab./km2
Géographie
Superficie 123,08 km2
Subdivisions
Communes 11

Le canton de Saint-Symphorien-d'Ozon est un canton français situé dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement situé dans le département de l'Isère, le canton a connu plusieurs modifications depuis sa création.

Par la loi no 67-1205 du , le canton dans son ensemble est transféré au département du Rhône . Sont concernées les communes de : Chaponnay, Communay, Corbas, Feyzin, Marennes, Mions, Saint-Priest, Saint-Symphorien-d'Ozon, Sérézin-du-Rhône, Simandres, Solaize et Ternay.

Les communes de Saint-Pierre-de-Chandieu et de Toussieu, transférées dans les mêmes conditions mais qui relevaient dans le département de l'Isère du canton d'Heyrieux, sont alors rattachées au canton de Saint-Symphorien-d'Ozon.

En 1973, la commune de Saint-Fons, précédemment rattachée au canton de Bron, lui est adjointe[2].

En 1982, la commune de Saint-Priest est détachée pour constituer le nouveau canton de Saint-Priest[5].

En 1985, les communes de Corbas, Feyzin, Saint-Fons et Solaize sont détachées pour constituer le nouveau canton de Saint-Fons[6].

La réforme de l'administration territoriale de 2015 rattache la commune de Mions à la métropole de Lyon, celles de Toussieu et Saint-Pierre-de-Chandieu au nouveau canton de Genas, tandis que les communes de Chassagny, Millery, Montagny (précédemment rattachées au canton de Givors), Orliénas et Taluyers (précédemment rattachés au canton de Mornant) sont rattachées au canton de Saint-Symphorien-d'Ozon[7]. Le canton est rattaché à l’arrondissement de Villefranche-sur-Saône.

En février 2017, le canton est à nouveau rattaché à l’arrondissement de Lyon[9].

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation avant 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Pierre Bertrand
(1765-1848)
  Notaire à Chaponnay
1836 1848 Jean-Jacques-Louis
Lombard, Baron de Buffière
Majorité
ministérielle
Avocat, propriétaire à Saint-Symphorien-d'Ozon
Député (1834-1839, 1846-1849)
1848 1852 Christophe Bertholon Extrême Gauche Commerçant en soieries, propriétaire à Ternay
Représentant du peuple (1848-1851), député (1876-1885)
1852 1864 Jean-Pierre Bertrand
(fils de P.Bertrand)
  Notaire, maire de Chaponnay
1864 1865 M. Petit   Maire de Saint-Symphorien-d'Ozon
1865 1887
(décès)[10]
Étienne Buyat Union
des gauches
Avocat à Lyon- Député (1876-1887)
Président du Conseil général de l'Isère (1881-1887)
1887[11] 1898
(décès)[12]
François Reymond   Médecin
Maire de Saint-Priest (1870-1874, 1876-1888, 1892-1896)
1898[13] 1906
(démission)[14]
Nicolas Revouy Républicain Médecin, maire de Saint-Symphorien-d'Ozon
1906[15] 1913 Étienne Barrioz Républicain Maire de Corbas (1884-1911)
1913 1931 Marc Gaillard[16] Rad. Industriel, maire de Saint-Symphorien-d'Ozon (1908-1912)
1931 1933
(décès)
Gabriel Payet FR Maire de Saint-Priest (1919-1925)
1934 1937 Marc Gaillard Rad. Industriel, ancien maire de Saint-Symphorien-d'Ozon
1937 1940 Clément Payet-Burin PDP Maire de Saint-Priest (1941-1945)
1943 1945 Pierre-Marcel Moulin ? Maire de Feyzin (1932-1944)
Nommé conseiller départemental en 1943[17]
1945 1968
(démission)[Note 1]
Joseph Cinelli SFIO
puis Soc.ind.
Médecin
Maire de Saint-Symphorien-d'Ozon (1945-1968)
1968 1988 Joseph Sibuet CIR puis PS Maire de Mions (1968-1977)
Vice-président du Conseil général
1988 1994 Odette Pourcel PS  
1994 2015 Raymond Durand UDI Informaticien retraité
Maire de Chaponnay depuis 1989
Député (2008-2012)
Vice-président du Conseil général

Représentation à partir de 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Jean-Jacques Brun   LR Maire de Ternay depuis 2008
Président de la Communauté de communes
2015 en cours Mireille Simian   LR Adjointe au Maire de Saint-Symphorien-d'Ozon (2001-2008 et depuis 2014)

Composition[modifier | modifier le code]

Composition avant 1967[modifier | modifier le code]

Le canton, alors situé dans l'Isère, est composé de 12 communes :

Composition de 1967 à 1973[modifier | modifier le code]

Lors de son intégration dans le Rhône, le canton est agrandi et compte 14 communes :

Composition de 1973 à 1982[modifier | modifier le code]

Le canton compte 15 communes[2].

Composition de 1982 à 1985[modifier | modifier le code]

Le canton compte 14 communes[5].

Composition de 1985 à 2015[modifier | modifier le code]

Le canton ne compte plus que 10 communes[6].

Liste des communes du canton avant le redécoupage de 2014
Nom Code
Insee
Code
postal
Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Symphorien-d'Ozon
(chef-lieu)
69291 69360 13,37 5 443 (2012) 407


Chaponnay 69270 69970 18,89 3 805 (2012) 201
Communay 69272 69360 10,54 4 080 (2012) 387
Marennes 69281 69970 12,44 1 571 (2012) 126
Mions 69283 69780 11,57 12 233 (2012) 1 057
Saint-Pierre-de-Chandieu 69289 69780 29,28 4 651 (2012) 159
Sérézin-du-Rhône 69294 69360 3,97 2 584 (2012) 651
Simandres 69295 69360 10,45 1 692 (2012) 162
Ternay 69297 69360 8,06 5 365 (2012) 666
Toussieu 69298 69780 5,02 2 456 (2012) 489

Composition depuis 2015[modifier | modifier le code]

Le nouveau canton était composé de 12 communes à sa création[7].

À la suite de la création de la commune nouvelle de Beauvallon au , ainsi qu'au décret du la rattachant entièrement au canton de Mornant[8], le canton compte désormais 11 communes entières.

Liste partielle des communes du canton de Saint-Symphorien-d'Ozon au
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Saint-Symphorien-d'Ozon
(bureau centralisateur)
69291 CC du Pays de l'Ozon 13,37 5 735 (2017) 429 modifier les donnéesmodifier les données
Beauvallon 69179 CC du Pays mornantais 24,85 Fraction : 1 318 (2017)
Commune : 4 013 (2017)
161 modifier les donnéesmodifier les données
Chaponnay 69270 CC du Pays de l'Ozon 18,89 4 273 (2017) 226 modifier les donnéesmodifier les données
Communay 69272 CC du Pays de l'Ozon 10,54 4 197 (2017) 398 modifier les donnéesmodifier les données
Marennes 69281 CC du Pays de l'Ozon 12,44 1 688 (2017) 136 modifier les donnéesmodifier les données
Millery 69133 CC de la Vallée du Garon 9,22 4 331 (2017) 470 modifier les donnéesmodifier les données
Montagny 69136 CC de la Vallée du Garon 8,30 2 959 (2017) 357 modifier les donnéesmodifier les données
Orliénas 69148 CC du Pays mornantais 10,42 2 444 (2017) 235 modifier les donnéesmodifier les données
Sérézin-du-Rhône 69294 CC du Pays de l'Ozon 3,97 2 664 (2017) 671 modifier les donnéesmodifier les données
Simandres 69295 CC du Pays de l'Ozon 10,45 1 812 (2017) 173 modifier les donnéesmodifier les données
Taluyers 69241 CC du Pays mornantais 8,09 2 539 (2017) 314 modifier les donnéesmodifier les données
Ternay 69297 CC du Pays de l'Ozon 8,06 5 514 (2017) 684 modifier les donnéesmodifier les données
Canton de Saint-Symphorien-d'Ozon 6909 39 474 (2017) modifier les données

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie avant 2015[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
25 75437 60343 04141 93133 90838 44541 10643 23643 880
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[18] puis population municipale à partir de 2006[19])
Histogramme de l'évolution démographique

Démographie depuis 2015[modifier | modifier le code]

En 2017, le canton comptait 39 474 habitants[Note 2].

Évolution de la population  [ modifier ]
2013 2014 2015 2016 2017
37 38138 15838 68039 07839 474
(Sources : Base Insee, population municipale à partir de 2013[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J.Cinelli démissionna pour protester contre le changement de département de sa commune.Réf. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?page=recherche_avanc&typerech=simple&swishe_type=and&swishe_from[]=full&lang=fr&choix=2&swishe_exp=SIBUET&OK=OK
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Marie Prudhomme (1798), p. 248
  2. a b et c Décret no 73-671 du 13 juillet 1973 portant création de cantons dans le département du Rhône.
  3. Notice communale de Saint-Symphorien-d'Ozon sur le site de l'EHESS.
  4. Bernard Gaudillère (1995), p. 814.
  5. a b et c Décret no 82-66 du 20 janvier 1982 portant modification et création de cantons dans le département du Rhône.
  6. a b et c Décret no 85-75 du 22 janvier 1985 portant modification et création de cantons dans le département du Rhône.
  7. a b et c Décret no 2014-267 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Rhône.
  8. a et b Décret no 2020-213 du 5 mars 2020 modifiant le décret n° 2014-267 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Rhône.
  9. « Découpage des arrondissements au 1er février 2017 », sur Préfecture du Rhône.
  10. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  11. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  12. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  13. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  14. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  15. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  16. http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/leonore/LH193/PG/FRDAFAN84_O19800035v0775151.htm
  17. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020).
  18. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  19. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2011, 2012
  20. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne)
  • Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Librairie Droz SA, , 839 p. (ISBN 978-2-600-00065-9 et 2-600-00065-8, lire en ligne)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy et Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : les communes de la France, Paris, Ined, , 407 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne).