Meyrignac-l'Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meyrignac-l'Église
La mairie de Meyrignac-l'Église
La mairie de Meyrignac-l'Église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Canton Naves
Intercommunalité Communauté de communes des Monédières
Maire
Mandat
Jean-François Menuet
2014-2020
Code postal 19800
Code commune 19137
Démographie
Population
municipale
63 hab. (2014)
Densité 6,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 06″ nord, 1° 51′ 09″ est
Altitude Min. 430 m – Max. 813 m
Superficie 10,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meyrignac-l'Église

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meyrignac-l'Église

Meyrignac-l'Église (Mairinhac l'Egleisa en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune arrosée par les Rivières, nom de la branche mère de la Menaude.

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française, pour suivre un décret de la Convention, la commune change de nom pour Meyrignac-la-Montagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Meyrignac-l'Église Blason D'argent à un arbre de sinople sur une terrasse isolée de même, un lion de gueules passant devant le fût de l'arbre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1805 1813 Martial Breuil    
mars 1957 mars 1977 Henri Lafarge    
mars 1977 mars 2001 Jean-Claude Imbert    
mars 2001 en cours Jean-François Menuet   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 63 habitants, en augmentation de 26 % par rapport à 2009 (Corrèze : -0,83 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
333 273 258 312 312 318 317 344 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
316 286 305 297 277 27 280 270 278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
278 264 246 198 196 183 183 150 130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
115 95 81 59 40 46 54 50 63
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs films et séries ont été tournés dans la commune en particulier :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Anne de Meyrignac-l'Église.
  • L'église paroissila Sainte-Anne.
  • L'étang de Meyrignac (superficie : 17 ha).
  • Les différents hameaux : Agnoux, le Coustal, l'Étang, la Vialleneuve, le Cey-Neuf, la Pépinière, la Vialle, la Roubeyrotte, Miers, Salagnac, les Bories.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Georges Lafarge, médecin, conseiller général, maire de Meyrignac l'église, "physiocrate du XX° siècle", auteur de livres sur les progrès à faire dans les domaines de la santé, de l'agriculture ou des énergies, créateur de la première (micro)centrale hydroélectrique de Corrèze en 1920 (récemment remise en service) et développeur de l'électrification du département dans les années 20. Il prévoyait l'utilisation généralisée de la force électrique, dans les logements, l'artisanat, l'industrie ou même l'agriculture (tracteurs reliés à des câbles en bord de pré). Situé au Centre-Droit et bien que très populaire dans son canton, il échoua à être député contre la Gauche du Front Populaire. Développeur du tourisme (on lui doit la table d'orientation des Monédières), il est demeuré une figure iconique du "Grand Homme" local dans le souvenir des anciens corréziens jusqu'à aujourd'hui.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]