Laissez-les-vivre-SOS futures mères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laissez-les-vivre-SOS futures mères
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Organisation
Site web

Laissez-les-vivre – SOS futures mères est une association française du mouvement pro-vie qui aide les femmes enceintes qui vivent une grossesse difficile.

Création[modifier | modifier le code]

Cette association est la première spécifiquement anti-avortement en France[1], elle a été fondée en 1971[2] par Geneviève Poullot, le professeur Paul Chauchard (président), sous le nom de Laissez-les vivre. Le professeur Jérôme Lejeune en fut le conseiller scientifique jusqu’en 1985[3],[4].

Objet[modifier | modifier le code]

L'association aide les femmes enceintes qui vivent une grossesse difficile[5].

Elle se définit comme apolitique et aconfessionnelle[4], elle a pour objectif statutaire de « promouvoir la valeur spécifique de toute vie humaine qui doit être respectée dès la conception et jusqu'à la mort naturelle »[6].

Activité[modifier | modifier le code]

L'association connut une période de forte activité dans les années 1970 et 1980, notamment dans l'opposition à une série de lois et projets de loi libéralisant l'avortement : projet de loi Messmer-Taittinger-Poniatowski de 1973, loi Veil de 1975, loi Pelletier de 1979 et loi Roudy de 1982.

L'association est alors la principale organisatrice :

  • le , avec la Confédération nationale des associations familiales catholiques, d'une manifestation de Montparnasse à l'Assemblée nationale qui aurait rassemblé entre 40 000 et 50 000 personnes ;
  • le , d'une manifestation de la Bastille à la Concorde qui aurait rassemblé entre 30 000 et 40 000 participants[7].

En 1982, en réponse à la loi Roudy instituant le remboursement de l'IVG par la Sécurité sociale, Laissez-les-vivre donne naissance à l'Association pour l'objection de conscience à toute participation à l'avortement (AOCPA), présidée par Michel Raoult.

L'association publie un bulletin trimestriel ainsi que divers ouvrages[8] :

  • Mon bébé m'a sauvée du trou noir
  • "Culture de Vie" – Actes du Congrès XXVe anniversaire
  • Sa vie avant la naissance
  • Les partis écologistes, fourriers du malthusianisme mondialiste, 1993
  • Un million de chômeurs de moins avec cette politique familiale et démographique, 1995
  • L'affaire Rockefeller

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivia Benhamou, Avorter aujourd'hui : Trente ans après la loi Veil, Fayard/Mille et une nuits, 2005 [lire en ligne].
  2. Déclaration au Journal officiel, .
  3. Christiane Chombeau, « Laissez-les vivre soupçonne " une franc-maçonnerie internationale " d'être à l'origine de la loi sur l'avortement », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le ).
  4. a et b « Laissez-les vivre. « Il y a toujours une solution autre que l'avortement » », sur le site du quotidien Le Télégramme, (consulté le ).
  5. SOS Futures mères - Laissez-les vivre sur le site du magazine Famille chrétienne.
  6. Statuts, art.2 Qui sommes-nous ?, Art. 2
  7. Courrier de Laissez-les-vivre N°158, décembre 2008.
  8. Fiammetta Venner, L'Opposition à l'avortement : du lobby au commando, 1995 (ISBN 978-2-40205-748-6).