Michel Habib-Deloncle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deloncle.

Michel Habib-Deloncle
Illustration.
Michel Habib-Deloncle (1965)
Fonctions
Secrétaire d'État à l'Éducation nationale
Gouvernement Pompidou III
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères
Gouvernement Pompidou II
Prédécesseur Georges Gorse
Successeur Jean de Broglie
Député de la 20e circonscription de Paris
Législature 3e et 4e (Ve République)
Groupe politique UD-Ve-UDR
Prédécesseur Odette Launay
Successeur Georges Mesmin
Législature 1re et 2e (Ve République)
Groupe politique UNR-UDR
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Odette Launay
sa suppléante
Biographie
Nom de naissance Louis-Michel Habib
Date de naissance
Lieu de naissance Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Paris
Parti politique UNR-UDR-RPR
Profession Avocat

Michel Habib-Deloncle, né le à Neuilly-sur-Seine et mort le à l'hôpital Georges-Pompidou de Paris, est un avocat et homme politique français. Il eut 5 fils et filles : Pierre Habib-Deloncle, Marie Hautefort, Claire Grama, Louis Habib-Deloncle, et François Habib-Deloncle, enfants qui lui ont donné 14 petits-enfants. Il fut marié à Colette Habib-Deloncle et fidèle du Général de Gaulle sous la présidence duquel il a été secrétaire d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis, Léon, Michel Habib-Deloncle, dit Michel Habib-Deloncle (Deloncle est le nom de sa mère rattaché au nom paternel par décret), né de père chrétien syrio-libanais et de mère française, est député gaulliste et secrétaire d'État dans les années 1960.

Élève au Cours Hattemer puis au lycée Condorcet, licencié en droit, licencié en lettres et major de l'École libre des sciences politiques, il est avocat à la Cour d'appel de Paris de 1955 à 1989.

Gaulliste dès 1940, il entre dans la Résistance et rejoint l'Organisation civile et militaire de la jeunesse (OCMJ) dirigée par le professeur Milliez. Il est également l'éditorialiste de Nouvelle Jeunesse. Il porte secours à la famille du colonel Rémy. Il est décoré de la croix de guerre. Parce qu'anglophone et que son chef de réseau était un ami du garde des Sceaux, Pierre-Henri Teitgen, il est membre de la délégation française au Procès de Nuremberg. Il a notamment servi de chauffeur à Edgar Faure[1].

Conseiller de l'Union française en 1954, il est membre du cabinet de Jacques Chaban-Delmas lorsque celui-ci sera nommé Ministre des Travaux Publics dans le gouvernement de Pierre Mendès France. Secrétaire du groupe RPF de l'Assemblée nationale de 1948 à 1954, député gaulliste (UNR, UD-Ve République, UDR) de la 20e circonscription de la Seine (16e arrondissement) de 1958 à 1963 et de 1967 à 1973, il est secrétaire d'État aux Affaires étrangères du 28 novembre 1962 au 8 janvier 1966, puis à l'Éducation nationale du 8 janvier 1966 au dans les gouvernements de Georges Pompidou II et III. Il est directeur politique de La Nation, organe de l'UDR. Il déploie ses talents marqués d'orateur au Palais Bourbon, et de polémiste dans son journal et dans de nombreuses émissions de radio.

Militant européen (mais opposé au Traité de Maastricht), il est vice-président international de l'Union Paneuropéenne (Pan-Europe) et membre du Parlement européen de 1967 à 1973. Il est président international du Centre européen de documentation et d'information (CEDI) de 1971 à 1972. Il préside la Chambre de commerce franco-arabe pendant 32 ans[2]. À ce titre, il a dirigé de nombreuses missions dans le monde méditerranéen et arabe et a pris l'initiative de créer la procédure d'arbitrage franco-arabe.

Après avoir perdu son siège de député en 1973, il reste militant actif à l'UDR puis au RPR. Il préside la section professionnelle RPR des avocats ainsi que la Fédération RPR du Calvados à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Il est nommé membre du Conseil supérieur de la Participation.

Il publié un ouvrage, en 1988, La Ve République, un chef-d'œuvre en péril[3], en vue de s'opposer à certaines interprétations de la Constitution (dont il était expert) et à sa révision. Ce sera en vain mais, fidèle à lui-même, il milite pour le Non au quinquennat.

Il est également membre du comité d'honneur du Mouvement initiative et liberté.

Il repose au cimetière de Lion-sur-Mer (Calvados).

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvel Observateur no 2140, 10 novembre 2005, http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2140_nuremberg/a286519.html
  2. Le Monde, 28 octobre, page 29.
  3. Michel Habib-Deloncle, La Ve République : un chef-d'œuvre en péril, Paris, Editions France-Empire, , 183 p. (ISBN 2704805857 et 978-2704805853)

Liens externes[modifier | modifier le code]