Giulia Foïs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Giulia Foïs
Giulia Foïs.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Giulia Foïs, née en , est une journaliste française, d'origine italienne, spécialiste des questions sociétales, animatrice de radio sur France Inter et essayiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et parcours[modifier | modifier le code]

Elle étudie les lettres avant d'effectuer un premier stage à France Info en 1998[1].

Après être passée par RFI[2], elle devient journaliste indépendante en 2004, elle rédige des piges pour la presse écrite, notamment Libération, Psychologies Magazine et Marianne[3].

Elle se fait véritablement connaître sur Le Mouv' en 2014 avec l'émission Point G comme Giulia où elle aborde toutes les sexualités[4]. L’émission étant déprogrammée, elle rejoint France Inter et devient le joker de Pascale Clark[5]. Puis à l'été 2017, elle anime la tranche matinale intitulée Dans quel monde on vit sur France Inter[6],[7].

Durant deux saisons, de 2017 à 2019, elle est aux commandes de Babel-sur-Seine, un programme de deux heures à la découverte d'un pays du monde et avec des interviews en direct de globe-trotters[3].

Engagée sur les questions féministes et en particulier la question des violences sexuelles contre les femmes, elle révèle, lors de la vague #MeToo sur les réseaux sociaux, avoir été agressée sexuellement par un rédacteur en chef d'une grande radio[8]. Depuis , elle anime chaque vendredi soir sur France Inter, l’émission Pas son genre, l’hebdo où elle décrypte la société post #MeToo[9],[10] ainsi que des chroniques féministes Un jour dans le monde.

En , elle publie Je suis une sur deux qui décrit le viol qu'elle a subi à 23 ans[11] et les années de procédure à l'encontre du violeur, père de famille « irréprochable »[12].

Depuis 2020, elle tient une chronique « Féministe, ta mère » dans le mensuel Marie-Claire[13] ainsi qu'une chronique sur France Inter[14].

Famille[modifier | modifier le code]

Née dans une famille de gauche d'origines russe, égyptienne, allemande et italienne (sarde), sa mère est psychologue et son père, chercheur en physique nucléaire, habitants d'Orsay en Essonne[15],[16],[17]. Elle possède la double nationalité : française et italienne.

Elle est la sœur de Marina Foïs[18]. Son frère Fabio (1967-1999), polytechnicien, est mort dans un accident d'avion en se rendant à une manifestation de voltige aérienne à laquelle il devait participer[3] et sa sœur, Elena Foïs (1980), est médecin hospitalier[19],[20].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Marina Foïs : qui est sa sœur Giulia Foïs ? », Télé Star, (consulté le ).
  2. « Qui est Giulia Foïs, l'atout estival de France Inter ? », sur Grazia, (consulté le ).
  3. a b et c « “Babel-sur-Seine”, au rendez-vous des globe-causeurs », sur Télérama (consulté le ).
  4. « Giulia Foïs, de France Inter : “J’ai un rapport très charnel à la radio : cet amour-là vient des tripes” », sur Télérama.fr (consulté le ).
  5. « Giulia Foïs », sur Orange Tendances (consulté le ).
  6. « Que prépare Giulia Foïs pour son émission de l'été sur France Inter ? », sur Les Inrocks (consulté le ).
  7. « Radio. Giulia Foïs, la subjectivité à l’heure du café », sur L'Humanité, (consulté le ).
  8. « Giulia Foïs, la journaliste et soeur de Marina : "Il m'a attrapée par la gorge…" », sur Pure People (consulté le ).
  9. « “Pas son genre”: Giulia Foïs aux commandes d’une nouvelle émission féministe sur France Inter », sur ChEEk Magazine (consulté le ).
  10. « Giulia Foïs, journaliste : “Oui, je fais des émissions engagées” », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Voir sur francetvinfo.fr.
  12. a et b Christine Rousseau, « Je suis une sur deux raconte le viol, ce “crime sans cadavre” », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « "Féministe ta mère", la chronique de Giulia Foïs : "Ce qui a bougé sur les violences sexuelles ? Notre seuil de tolérance" », sur Marie Claire (consulté le )
  14. « Unique en son genre - France Inter », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  15. « Zoom sur Marina Foïs », Gala.fr.
  16. Psychologie magazine, novembre 2010.
  17. Richard Gianorio, « Marina Foïs : "Le cinéma, c’est une addiction" », sur Madame Figaro, (consulté le ).
  18. « Marina Foïs à cœur ouvert sur la mort de son frère… », sur purepeople.com (consulté le ).
  19. « La Morinade », sur lemouv.com.
  20. « Point G comme Giulia », sur lemouv.fr.
  21. Virginie Jannière, Journée internationale des droits des femmes : 8 livres pour (continuer à) les défendre, cnews.fr, 7 mars 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]