Monde arabo-musulman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le monde arabo-musulman est une expression polysémique, utilisée pour désigner soit une partie de la population du monde arabe, soit une aire culturelle, dont les frontières varient selon les auteurs.

L'adjectif arabo-musulman[modifier | modifier le code]

Sens du mot[modifier | modifier le code]

Le Dictionnaire de l'Académie française ne comporte pas d'entrée pour l'adjectif « arabo-musulman »[note 1]. Le terme n'est pas défini non plus dans le dictionnaire Le Robert[note 2], ni dans le Centre national de ressources textuelles et lexicales[note 3].

Histoire du mot[modifier | modifier le code]

Les différents usages de l'expression « monde arabo-musulman »[modifier | modifier le code]

Plusieurs auteurs parlent néanmoins de « monde arabo-musulman ».

Le monde arabo-musulman renvoie à la population musulmane du monde arabe[modifier | modifier le code]

Pour certains, l'expression renvoie au monde arabe envisagé dans sa composante musulmane, le monde arabe pouvant être défini comme un monde uni par la langue arabe[note 4] ou comme le monde politique de la ligue arabe. Les Arabo-musulmans se distingueraient ainsi, d'une part, des musulmans non arabes (Turcs, Iraniens, Afghans, Pakistanais, Malaisiens, Indonésiens, Somaliens etc.) et, d'autre part, des Arabes polythéistes, juifs et chrétiens. Sophie Bessis écrit par exemple : « Quand on parle du monde arabo-musulman (en ne faisant pas d’incursion dans le monde musulman non arabe) [...][2] ». Mark Tessler et Alex Levy qui veulent analyser dans un article les « Attitudes arabo-musulmanes à l'égard d'Israël et du conflit israélo-palestinien », parlent uniquement de « l'attitude des Arabes musulmans à l'égard d'Israël[3] ».

Le monde arabo-musulman renvoie au monde arabe et à une partie du monde musulman non arabe[modifier | modifier le code]

Pour d'autres, le monde arabo-musulman renvoie au monde arabe et à une partie du monde musulman non arabe. Cependant, les auteurs ne s'accordent pas sur ces pays non arabes à majorité musulmane qui entreraient dans le monde arabo-musulman.

Selon Marc Crapez, « quoique distincts à plus d’un titre, le monde arabe et le monde musulman se recoupent pour former un « monde arabo-musulman » qui s’étend de l’empire chérifien [le Maroc ] à l’Afghanistan. S’y ajoutent deux entités plus spécifiques, la Turquie et l’Iran, pour former les contours géographiques de l’« aire arabo-musulmane ». En dépit de ses imperfections, cette appellation commode délimite une zone politico-religieuse dominée par l’islam et séparée de l’islam du Sud-Est asiatique comme de celui de l’Afrique subsaharienne. »[4]. Cet auteur exclut donc du monde arabo-musulman les plus grands pays à majorité musulmane que sont la Malaisie et l'Indonésie ; il exclut également des pays à majorité musulmane en Afrique noire tels que la Somalie par exemple.

Françoise Micheau comme Marc Crapez exclut l'Afrique subsaharienne de sa définition du monde arabo-musulman[5]. Cependant à la différence de Marc Crapez, elle exclut également l'Anatolie, en Turquie[5].

À la différence de M. Crapez et de F. Micheau, Malek Chebel considère que l'Asie du Sud, incluant l'Inde, le Népal, le Pakistan, le Sri Lanka sont compris dans le monde arabo-musulman, de même qu'une partie de l'Afrique subsaharienne, plus précisément l'Afrique orientale : « Le monde arabo-musulman s'étend de l'Atlantique, à l'extrême ouest (al-Maghrîb al-Aksâ), jusqu'en Asie méridionale, à l'est, de là, coudoyant au sud et frôlant la zone méditerranéenne au nord, il atteint l'Afrique orientale, la côte swahilie et se jette, grâce à certains enjambements caractéristiques de l'histoire mouvementée de cette « nation », dans les territoires îliens du Pacifique[6] ».

La côte orientale du continent africain connaît une culture originale, la culture swahilie, arabo-musulmane[7]. La langue swahili est construite sur une structure bantoue mais possède « un lexique arabo-persan abondant, dès le Xe siècle[8]. » Cette particularité nait de l'arrivée d'émigrants arabes s'installant et se mélangeant avec la population locale[9].

Selon Frédéric Barbier, malgré les contacts avec le monde arabe, les espaces du Niger, de l'empire songhaï ou de villes comme Tombouctou sont considérés, au XIIIe siècle, comme « aux marges du monde arabo-musulman »[10]. L'Afrique subsaharienne septentrionale est islamisée, y compris par les Africains eux-mêmes (Haoussas, Peuls, Dioulas...), mais pas arabisée[réf. nécessaire].

Malek Chebel inclut "les Perses, les Turcs ou les Berbères" en raison de la diffusion de l'islam par la langue arabe[citation nécessaire]. L'auteur préfère le terme « arabo-islamique » à « arabo-musulman » pour évoquer l'aspect culturel de ce monde[11].

Le monde arabo-musulman comme période[modifier | modifier le code]

En raison de l'expansion de la langue arabe et de l'Islam à cette époque, le terme arabo-musulman est parfois utilisé pour qualifier l'époque abbasside (750-1258). Pour Robert Mantran, « Il faut y voir un sens restrictif, cherchant à distinguer, involontairement, Arabes et musulmans, alors qu'il n'y a plus en fait qu'une littérature d'expression arabe, même si elle a été parfois l'œuvre de non-Arabes ou de non-musulmans[12] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce dictionnaire définit en revanche une expression composée de manière similaire, l'adjectif « judéo-arabe »[1].
  2. Ce dictionnaire définit en revanche un mot composé assez proche, l'adjectif « arabo-andalou », relatif à l'Andalousie durant l'occupation arabe.
  3. Le CNRTL donne des exemples d'adjectifs composés comme "arabo-berbère", "arabo-juif", "arabo-persan", sans les définir ; cependant, il ne cite pas comme exemple l'adjectf "arabo-musulman", pas plus dans l'article "Arabe", http://www.cnrtl.fr/definition/arabe, que dans l'article "Musulman", http://www.cnrtl.fr/definition/musulman
  4. Selon ce critère, le monde arabe correspond globalement à vingt-trois États, de la république islamique de Mauritanie à l'ouest, au sultanat d'Oman à l'est pour qui l'arabe est langue officielle. La diffusion de la langue arabe est due en majeure partie à l'expansion de l'Islam à partir de l'Arabie au VIIe siècle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « judéo-arabe », sur Trésor de la langue française informatisé
  2. Alain Monchablon (propos recueillis par), « Le couple religion politique dans le monde arabo-musulman », Hommes et libertés, no 156,‎ (lire en ligne)
  3. Mark Tessler et Alex Levy, « Attitudes arabo-musulmanes à l'égard d'Israël et du conflit israélo-palestinien », dans A. Meddeb et B. Stora, Histoire des relations entre les juifs et les musulmans, Albin Michel, , p. 521-531. En revanche dans le même ouvrage, S. Latte-Abdallah et V. Pouzol « Citoyennetés, genre et féminismes dans les mondes arabo-musulmans et les mondes juifs contemporains », dans A. Meddeb et B. Stora, Histoire des relations entre les juifs et les musulmans, Albin Michel, , p. 1017-1026 incluent dans leurs analyses du monde arabo-musulman, outre le monde arabe, la Turquie et l'Iran, pays musulmans non arabes.
  4. Marc Crapez, « La démocratie dans l'aire arabo-musulmane », Politique étrangère, vol. Automne, no 3,‎ , p. 647–659 (ISSN 0032-342X, lire en ligne)
  5. a et b Françoise Micheau, Marianne Barrucand, Thierry Bianquis et Anne-Marie Eddé, « Le monde arabo-musulman au Moyen Âge », Actes de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, vol. 20, no 1,‎ , p. 363–379 (DOI 10.3406/shmes.1989.1516, lire en ligne)
  6. Malek Chabel, L'imaginaire arabo-musulman, Presses Universitaires de France, , p. 5
  7. Université du Burundi. Département d'histoire, Histoire sociale de l'Afrique de l'Est (XIXe – XXe siècle) : actes du colloque de Bujumbura, 17-24 octobre 1989, Karthala, (ISBN 9782865373154, lire en ligne), p. 105-106
  8. Odile Goerg (dir.) et Anna Pondopoulou (dir.), Islam et sociétés en Afrique subsaharienne à l'épreuve de l'histoire. Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, Karthala, , p. 51.
  9. Françoise Le Guennec-Coppens et Sophie Mery, « Les Swahili : une singularité anthropologique en Afrique de l'Est », Journal des africanistes, vol. 72, no 2,‎ , p. 55-70 (lire en ligne) — « une partie des populations côtières était déjà islamisée au 10e s. (p. 58). » - « Il apparaît ainsi que depuis des millénaires et jusqu'à des périodes récentes, des émigrants arabes sont venus s'installer sur la côte orientale d'Afrique. (p. 65) » - « [...] ces Arabes venaient généralement sans leur famille et, arrivés seuls, ils ne tardaient pas à prendre des épouses africaines ou déjà métissées dans leur pays d'accueil. Ce sont ces alliances [...] qui sont à l'origine de cette nouvelle population que l'on appelle swahili, c'est-à-dire une population mélangée, métissée physiquement mais aussi culturellement. (p. 65) ».
  10. Frédéric Barbier, « Émergence de la modernité (968-1439) », dans Histoire des bibliothèques, coll. « U / Histoire », (présentation en ligne), chap. 3, p. 75–104
  11. Malek Chebel et Dominque Baillet, « Civilisation islamique et stratégies identitaires », Confluences Méditerranée, no 41,‎ , p. 123–134 (ISSN 1148-2664, lire en ligne)
  12. Robert Mantran, « Les Abbassides : l'Empire musulman », Nouvelle Clio,‎ , p. 148–180 (ISSN 0768-2379, lire en ligne)