Marion Séclin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marion Séclin
Description de l'image Marion Seclin.jpg.
Surnom Mady
Naissance (32 ans)[1]
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Chroniqueuse
Vidéaste Web
Scénariste
Réalisatrice
Site internet marionseclin.com

Marion Séclin, également dite Mady, née le à Paris, est une actrice, vidéaste web, chroniqueuse, scénariste, réalisatrice et militante féministe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marion Séclin étudie l'art dramatique à l'école Claude Mathieu, à Paris[2]. En 2011, elle rencontre Jérôme Niel qui lui propose ensuite de travailler avec lui[2]. Elle rejoint ensuite le collectif Studio Bagel, pour lequel elle écrit et elle joue, ainsi que le webzine féminin madmoiZelle.com, pour lequel elle réalise des tutoriels humoristiques et des vidéos féministes pendant quatre ans[2],[3]. Avant 2018, elle ne dispose pas de sa propre chaîne YouTube, préférant s'associer à des projets en équipe qui disposent déjà de leur propre audience[4],[5]. Elle fait ainsi des apparitions comme comédienne ou autrice dans Martin, sexe faible, dans Parlons peu, mais parlons !, plusieurs vidéos du Studio Bagel, de la chaîne Unicon ou du site Madmoizelle.com[4].

Elle se revendique féministe[2],[3],[4] et, sur le site madmoiZelle, publie des vidéos engagées, comme T'es féministe mais... tu suces ?, puis publie T'as été harcelée mais... t'as vu comment t'étais habillée ?[6], portant sur le harcèlement de rue[2]. Cette dernière vidéo suscite la polémique[7],[8] et un vidéaste de la plateforme YouTube, Le Raptor dissident, publie une vidéo où il critique la « généralisation » de ses propos et lui reproche de comparer « l’approche désintéressée et la drague de rue au harcèlement de rue »[9],[10] à la suite du propos de Marion Séclin : « Ce n'est pas à toi de décider où et quand tu fais un compliment à une inconnue »[2],[6],[9],[10]. À la suite de cette vidéo critique, Marion Séclin subit une campagne de harcèlement en ligne[11],[12],[8] ou « raid » en [13]. Elle dit avoir reçu plus de « 40 000 messages » contenant des injures sexistes, des menaces de mort et de viol[14],[13].

À partir de la rentrée 2016, Marion Séclin présente une chronique sur l'actualité d'internet dans l'émission télévisée Actuality présentée par Thomas Thouroude sur France 2[2],[3]. Fin , elle interviewe en anglais Rian Johnson, le réalisateur de Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi, pour Madmoizelle, dans le cadre de la sortie du film[15]. La vidéo est publiée le sur YouTube[16].

La vidéaste lance sa chaîne YouTube en [5]. Elle apparaît dans le clip vidéo de la chanson Les Passantes de Georges Brassens, réalisé par Charlotte Abramow et diffusé le , le jour de la Journée internationale des droits des femmes[17].

Le 6 avril 2020, elle participe à la campagne numérique #EnsembleSurInternet de MALD agency[18] pour lutter contre toutes les discriminations et la haine sur Internet pendant le premier confinement national de la Covid-19 avec les associations UEJF, Urgence Homophobie, STOP Homophobie, SOS Racisme et Cool Kids Féministes et 16 autres personnalités[19],[20].

Le , la plate-forme de VOD Netflix annonce sur son compte Instagram que, le , Christmas Flow, la première série française liée à la période de Noël, sera diffusée. Réalisée par Nadège Loiseau, et Henri Debeurme, la série met en scène Marion Seclin, aux côtés de Shirine Boutella, Tayc, Camille Lou, Aloïse Sauvage et Walid Ben Mabrouk[21].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Actrice[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Mission 404 : Internet doit rester vivant
  • 2013 : Les points noirs, ces gros bâtards
  • 2014 : Je suis un écho de Alaeddine Serraoui de Lanzac : Marie
  • 2017 : La Boucherie éthique du collectif Les Parasites : elle-même

Web-séries[modifier | modifier le code]

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Le Dézapping du Before
  • 2013 : Mad Gyver (série)
  • 2014 : La Friendzone
  • 2014 : Le Sexe fort
  • 2015 : C'est un signe
  • 2016 : Scienceuses
  • 2019 : Psychiatri-e
  • 2021 : Diana Boss

Chroniqueuse[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Négatif de Tomdapi : la professeure

Web-vidéo[modifier | modifier le code]

Reprises musicales[modifier | modifier le code]

  • Blank Space : de la chanteuse américaine Taylor Swift
  • J'm'en fous : du chanteur français Vianney
  • Malaise et Ray Liotta : du rappeur français Lomepal
  • Mytho : du duo français Bigflo et Oli
  • Cheap Thrills : de la chanteuse australienne Sia
  • Reuf : du rappeur français Nekfeu

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marion Seclin : biographie, news, photos et videos - Télé-Loisirs », sur Télé-Loisirs (consulté le ).
  2. a b c d e f et g Fanny Marlier, « Du web à France 2, Marion Seclin ose le féminisme », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  3. a b et c Dorothée Werner, « Les 5 youtubeuses féministes incontournables », sur Elle, (consulté le ).
  4. a b et c Arièle Bonte, « Marion Seclin : « Sur Internet, je vulgarise des concepts pour parler aux jeunes » », sur RTL, (consulté le ).
  5. a et b Lucie Kosmala, « Marion Séclin lance sa chaîne YouTube ! », sur Madmoizelle.com, (consulté le ).
  6. a et b madmoiZelle, « #TasÉtéHarceléeMais... t'as vu comment t'étais habillée ? », (consulté le )
  7. « Billet d’humeur sur “Marion Seclin, Féminisme en Déclin“ du Raptor Dissident. », Passés Indélicats,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. a et b « Marion Seclin, la youtubeuse qu'on adore détester - Influenth », Influenth,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a et b ness4car, « marion seclin feminisme en declin explique moi cette merde 7 [raptor dissident] », (consulté le )
  10. a et b Le Raptor Dissident, « YouTube Supprime Mes Vidéos - Raptor Vs Wild », (consulté le )
  11. Perrine Signoret, « Sur YouTube, le Raptor Dissident (et autres trolls) ne sont plus tranquilles », sur L'Obs, (consulté le ).
  12. William Audureau, « « L'extrême droite essaie d'imiter le Canal+ des années 1980 » », sur Le Monde, .
  13. a et b Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, « En finir avec l'impunité des violences faites aux femmes en ligne : une urgence pour les victimes », .
  14. Caroline Hamelle, « Marion Seclin : portrait d'une cyberactiviste », sur Grazia, .
  15. « Le réalisateur des Derniers Jedi et Marion Séclin discutent représentation et personnages féminins », sur Madmoizelle.com, (consulté le ).
  16. Madmoizelle.com, « Marion Seclin cause persos féminins avec le réal du dernier Star Wars », (consulté le ).
  17. Ruben Levy, « Journée internationale des droits des femmes : elle ressuscite Les Passantes de Georges Brassens », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  18. « Campagne #EnsembleSurInternet by MALD agency », sur maldagency.com
  19. Ronan Tésorière, « «Ensemble sur Internet» : la campagne pour lutter contre les discriminations pendant le confinement », Le Parisien,
  20. Loïse Delacotte, « #Ensemblesurinternet, attention au cyberharcèlement pendant le confinement », Cosmopolitan,
  21. « Christmas Flow sur Netflix : la première série française de Noël a une date de sortie - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  22. a b et c http://www.dsd-doublage.com/Com%E9diens%20VF/Marion%20S%E9clin.html

Liens externes[modifier | modifier le code]