Tatiana Ventôse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tatiana Ventôse
Vidéaste Web
Portrait de la vidéaste Tatiana Ventôse.
Informations
Genre Analyse politique
Nom de naissance Tatiana Jarzabek
Naissance (33 ans)
Nancy
Nationalité Française
Vidéos populaires Le Fil d'actu
Nombre d'abonnés 236 000 (Tatiana Ventôse, juillet 2021)
216 000 (Le Fil d’Actu, mai 2021)
Autres activités Essayiste
Chaîne(s) Tatiana Ventôse
Chaîne secondaire Le Fil d'actu

Tatiana Ventôse[n 1], de son vrai nom Tatiana Jarzabek, est une vidéaste web politique française, née le à Nancy. Elle est principalement connue en tant qu'animatrice du Fil d'actu ainsi que pour les analyses politiques qu'elle publie régulièrement sur sa propre chaîne YouTube.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Tatiana Ventôse naît à Nancy[2] le et grandit entre Villerupt et Longwy en Meurthe-et-Moselle, où elle est élevée en partie par sa grand-mère, immigrée espagnole ayant fui la dictature franquiste[3].

Après plusieurs années à l’étranger, comme étudiante Erasmus puis assistante de langue et enseignante de français en Angleterre, elle retourne en France et s'inscrit alors au CAPES d'anglais, qu'elle obtient. En 2014, elle commence à enseigner en tant que professeure d’anglais en région parisienne[2]. Elle finit par démissionner de l’Éducation nationale en 2016 à la suite d'une dépression liée notamment à sa nomination en « zone REP »[3],[4].

Après cela, elle décroche occasionnellement des contrats dans la traduction — elle traduit notamment en français le livre Podemos : Les leçons politiques de Game of Thrones de Pablo Iglesias[5],[6] —, et travaille aussi dans un magasin « bio » pendant un an[4].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

En 2012, elle rejoint le Parti de gauche. Le , elle rejoint sa direction grâce à son élection par le congrès de Villejuif en tant que secrétaire nationale aux médias, chargée des nouvelles formes de communication[3],[5]. À la suite de désaccords politiques, elle en démissionne peu après et quitte le Parti de Gauche en [7].

En 2016, elle participe également à lancer le mouvement « On vaut mieux que ça » pour lutter contre la loi El Khomri et participe au mouvement Nuit debout[2],[8].

Le , Tatiana Ventôse et Grégory Tabibian de la chaîne J'suis pas content, placé politiquement dans la fachosphère selon Arrêts sur images[9], annoncent leur intention de se présenter aux élections européennes et lancent le Mouvement V., dont le but est de « reconstruire la France » : « Alors que nous sommes des millions à faire tourner le pays au quotidien, la classe politique aux commandes ne cesse d'agir contre nos intérêts. Ensemble, nous allons lui reprendre la France. Et la reconstruire pour nous tous, et pour chacun de nous »[10]. Ils co-écrivent un livre intitulé Jusqu'ici tout va (très) mal, qui sort le chez Plon[11],[12],[13]. En , dans l'impossibilité d'ouvrir à temps un compte bancaire afin de collecter les dons nécessaires pour mener campagne, ils renoncent à se présenter[14].

Parcours de vidéaste[modifier | modifier le code]

En , Tatiana Ventôse fait partie d'une équipe d'une dizaine de jeunes — dont aucun n'est journaliste — qui créent Le Fil d'Actu, un JT diffusé sur YouTube qui tente de « proposer une lecture différente de l'actualité, loin du flux d'informations en continu des chaînes [télévisées] »[2],[8],[15], « l'anti-BFM TV[16],[17] ».

Le , Tatiana Ventôse lance sa chaîne personnelle sur YouTube.

En janvier 2017, Tatiana Ventôse reçoit le quatrième « Prix éthique » de l'association Anticor[18] :

« Cette année, Anticor a fait la part belle aux jeunes en récompensant « Osons causer » et « Le Fil d’Actu ». L’association reconnaît ainsi l’importance des nouveaux médias dans la lutte contre la corruption, la fraude fiscale et le gaspillage de l’argent public. »

En , la Commission européenne invite des « influenceurs », parmi lesquels Tatiana Ventôse, à un « voyage d'étude » à Bruxelles. « L'objectif affiché : les convaincre de « parler davantage d'Europe », et de porter un « récit positif » autour de l'Union européenne »[19],[20]. Le , le Fil d'Actu publie le reportage réalisé à l'occasion[21]. La vidéaste explique « [avoir eu] l'impression d'être dans 1984 ou en URSS sur la fin »[20].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Clivage gauche-droite[modifier | modifier le code]

Tatiana Ventôse rejette les « étiquettes » politiques traditionnelles et affirme l’impossibilité à penser le réel d’aujourd’hui en fonction des étiquettes gauche-droite actuelles[22],[23], et considère que les véritables extrémistes sont les partis qui prônent la mondialisation[24]. Dans son livre, publié en 2019, elle écrit :

« Les mots (...) servent-ils encore à autre chose qu’à l’entretien de divisions souvent artificielles ? C’est quoi la gauche ? Manuel Valls ? Staline ? Raphaël Glucksmann ? C’est quoi être de gauche ? Connaître par cœur tous les couplets de L'Internationale ? Être pour que tout le monde ils soient égaux, mais pas mettre de flics pour protéger les citoyens parce que les flics ils sont méchants, ils tapent sur les manifestants ? Et la droite c’est quoi ? Éric Zemmour ? Alain Soral ? La Manif pour Tous ? La droite est-elle pour la libre-concurrence, comme Marion Maréchal, ou contre, comme Nicolas Dupont-Aignan ? Et elle veut quoi ? Plus de République, plus d’Europe ? Et Macron, il est quoi ? Les droitards diront qu’il est de gauche, les gauchistes qu’il est de droite. Au final, peut-être que peu importe puisque, que tu te sentes de droite, de gauche ou ni l’un ni l’autre, tu auras l’impression (réelle) de te faire avoir »[25]

Gilets jaunes[modifier | modifier le code]

Fin novembre 2018, la vidéaste est présente aux côtés des Gilets jaunes et vlogue notamment la manifestation du 24 novembre à Paris. Selon elle, le mouvement « exprimait quelque chose qui était latent dans la société française : un manque de justice, une gestion catastrophique du pays par des dirigeants qui en demandent toujours plus aux gens ordinaires tout en les insultant quotidiennement ». Elle contribue par la suite à rendre publiques sur YouTube les revendications du mouvement[23],[26].

Conservation des biens nationaux[modifier | modifier le code]

En septembre 2019, Tatiana Ventôse appelle aux signatures pour l’organisation d’un référendum d'initiative partagée sur la privatisation d’Aéroports de Paris. Elle s’engage ainsi en faveur de la conservation et de la sauvegarde par la Nation des biens d’intérêt public. Pour la vidéaste, la démarche de vente et de privatisation du gouvernement est « inefficace en termes budgétaires, dans la mesure où les entreprises publiques étaient très bien gérées, que cela soit la SNCF ou les autoroutes, et rapportaient beaucoup à l’État ». À ses yeux, ces entreprises publiques permettaient « que les gens ne paient pas trop d’impôts tout en bénéficiant d’un service de qualité ». Elle dénonce l’aspect « idéologique » et non « pragmatique » de ces décisions[3],[27].

Critique de l'islam politique[modifier | modifier le code]

En février 2020, Tatiana Ventôse exprime son soutien à Mila, une internaute de 16 ans harcelée et menacée de mort pour avoir insulté Mahomet. Elle dénonce la complaisance de la classe politique, et en particulier de la gauche, dont l'athéisme traditionnel se serait transformé en une défense des islamistes[28]. Après l’assassinat du professeur d’histoire Samuel Paty par un terroriste islamiste, elle dénonce une « religion politique, incompatible avec la laïcité », et pointe du doigt les « hypocrites qui s’autocensurent par peur de passer pour intolérants ». Elle revendique une laïcité intransigeante et appelle à dissoudre les collectifs qui utilisent « la religion comme couverture pour faire passer leur agenda politique extrémiste », en invoquant la loi du 10 février 1934 sur la dissolution des ligues factieuses[29],[30]. Quelques semaines plus tard, elle publie une vidéo dénonçant la manipulation de l’opinion publique par les réseaux islamistes[31],[32].

Éducation nationale[modifier | modifier le code]

En , après le braquage filmé et posté sur les réseaux sociaux d’une enseignante par un élève, Tatiana Ventôse affirme son soutien aux enseignants et prend position pour la restauration de l’autorité de l’enseignant, ainsi que d’un cadre qui soit « le même pour tout le monde »[27],[33]. Plus tard, en octobre 2020, la vidéaste dénonce les mauvaises conditions de travail des enseignants, la délégitimation de leur autorité par l’institution elle-même, et « l’effondrement » de l’Éducation nationale. À ses yeux « la classe politique, relayée par des éditorialistes » aurait contribué à la déconsidération des professeurs en pointant du doigts leurs « privilèges » tout en « oubliant que ce sont leurs injonctions au silence et leur mépris répétés qui ont amené les profs à se taire [et] à se plier à tous les extrémistes »[29].

Écologie politique[modifier | modifier le code]

En , Tatiana Ventôse interroge dans une vidéo la sincérité du phénomène Greta Thunberg. Sans remettre en question la nécessité de mesures plus respectueuses de l’environnement, elle voit en elle un phénomène marketing fabriqué de manière à détourner l’attention des « problèmes environnementaux réels » et du « système qui les crée », et que Greta Thunberg ne remettrait pas en cause[34].

Influenceurs[modifier | modifier le code]

Tatiana Ventôse déplore la prolifération de contenus sponsorisés chez les influenceurs. En mars 2021, elle publie une vidéo analysant l’utilisation par le gouvernement des influenceurs, qui deviendraient des « propagandistes » du gouvernement, et accuse Mcfly et Carlito ainsi que d’autres influenceurs comme EnjoyPhoenix et Fabian de culpabiliser les Français sur la crise sanitaire[35].

Abstention[modifier | modifier le code]

L'abstention aux élections régionales françaises du et atteint des taux records. Dans le reportage « Génération abstention : la politique autrement » pour France 24, tourné quelques semaines auparavant et publié début , la vidéaste déclare :

« Je comprends l'abstention, je suis abstentionniste ou je vote blanc depuis quelques années maintenant. Et, j'ai envie de pouvoir voter pour quelque chose qui me tient à cœur, de voter pour un projet qui permet à tous de mener une vie décente. »[24]

Controverses[modifier | modifier le code]

En septembre 2018, dans une vidéo diffusée sur Twitter et vue par des dizaines de milliers de personnes, Tatiana Ventôse dit avoir été agressée dans un métro après avoir répondu à des provocations. Elle dénonce un « climat d'insécurité permanent » à Paris, « qui ressemble de plus en plus à une ville du Tiers-Monde », et interpelle directement le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, demandant « plus de moyens » pour la police[36],[37],[38].

Le , le chroniqueur vidéo Mediapart Usul, en état d’ébriété, injurie la youtubeuse, avec des attaques ad personam, sur la plateforme de diffusion en direct Twitch. Usul reconnaît qu’il « n’aurait pas dû » tenir de tels propos, et les met sur le compte « d’années de cyber-harcèlement » à son égard. Tatiana Ventôse répond dans un communiqué n'avoir « jamais confondu la critique des idées avec l'attaque gratuite », estimant n’avoir « rien de particulier à dire sur les propos d'Usul à [son] encontre ». Elle y précise qu'elle se réserve le droit de porter plainte contre lui pour « diffamation et injure publique »[39].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Autrice[modifier | modifier le code]

  • Collectif, #On vaut mieux que ça, Paris, Flammarion, 2016.
  • avec Greg Tabibian, Jusqu'ici, tout va (très) mal - Antidote au chaos politique, Plon, 2019, (ISBN 978-2259277181).

Traductrice[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pseudonyme en référence aux lois de ventôse an II[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [vidéo] Tatiana Ventôse, La vraie fracture... et ma véritable allégeance sur YouTube, (consulté le )
  2. a b c et d Julie Mazuet, « Tatiana Jarzabek, la prof frondeuse du Fil d'Actu », sur Madame Figaro, (consulté le ).
  3. a b c et d Isabelle Jouanneau, « Tatiana Ventôse : « Nous souhaitons construire une sorte de nouveau contrat social » », sur Entreprendre, (consulté le ).
  4. a et b Tatiana Ventôse, « La #FAQ 1/4 - Mon parcours, mes études etc », sur YouTube, (consulté le ).
  5. a et b Tatiana Jarzabek, « Podemos et les leçons de Game of Thrones », sur L'Humanité, (consulté le ).
  6. Robin Andraca, « "Le Fil d'Actu" : le JT engagé, inspiré par Podemos et Occupy Wall Street - Aux origines de #OnVautMieuxQueCa : 6e volet », sur Arrêt sur images, (consulté le ).
  7. « Pourquoi j'ai quitté la Gauche », sur Youtube.com (consulté le ).
  8. a et b Matthieu Deprieck, « Nuit debout: on n’a pas de télés, mais on a notre JT », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  9. « Ulule accueille un jeu proche de la fachosphère - Par Paul Aveline | Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le )
  10. « Mouvement V », sur Mouvement V.fr (consulté le ).
  11. Rédaction de Sud Radio, « Tatiana Ventôse : "On en a marre des dirigeants qui ne prennent pas leurs responsabilités" », sur Sud Radio, (consulté le ).
  12. Sud Radio, « Tatiana Ventôse présente son livre - Bercoff dans tous ses états », sur YouTube, (consulté le ).
  13. Kévin Boucaud-Victoire, « Tatiana Ventôse : "Nos dirigeants ne parviennent plus à convaincre" », sur Marianne, (consulté le ).
  14. « V sur Twitter », sur Twitter, (consulté le ).
  15. « Entretien avec Tatiana Jarzabek, de la chaîne Youtube Le fil d'actu », sur Télérama, (consulté le ).
  16. « Médialogues : Donneuse de sens à l'info », sur RTS, (consulté le ).
  17. Erwan Desplanques, « Les YouTubeurs de gauche mènent la contre-attaque », sur Télérama, (consulté le ).
  18. « La cérémonie 2017 des Prix éthiques et des Casseroles », sur Anticor, (consulté le ).
  19. Tatiana Ventôse et Tommy Lasserre, « YouTubeurs, aimez-nous ! Quand l’Union Européenne veut "influencer les influenceurs" », sur Marianne, (consulté le ).
  20. a et b Rédaction de RT France, « «L'impression d'être dans 1984» : des youtubeurs parlent du «voyage d'étude» organisé par l'UE », sur RT France, (consulté le ).
  21. Le Fil d'Actu, « On a infiltré la commission européenne », sur YouTube, (consulté le ).
  22. « Tatiana Ventôse : « La gauche, c’est quoi : Valls ? Staline ? Raphaël Glucksmann ? » », sur http://www.regards.fr/, (consulté le ).
  23. a et b « Tatiana Ventôse : "Nos dirigeants ne parviennent plus à convaincre" », sur marianne.net, (consulté le ).
  24. a et b [vidéo] France 24, Reportage « Génération abstention : la politique autrement » par Clovis Casali sur YouTube, (consulté le )
  25. Tatiana Ventôse et Greg Tabibian, Jusqu’ici tout va (très) mal : Antidote au chaos politique, Plon, , 304 p. (ISBN 2259277187), p.197.
  26. Tatiana Ventôse et Greg Tabibian, Jusqu’ici tout va (très) mal : Antidote au chaos politique, Plon, , 304 p. (ISBN 2259277187).
  27. a et b « Interdit d'interdire - FDJ, ADP, pour ou contre la vente des «bijoux de famille» ? », sur francais.rt.com, (consulté le ).
  28. « Affaire Mila: Tatiana Ventose harcelée par les islamistes », sur blogs.mediapart.fr, (consulté le ).
  29. a et b « Tatiana Ventôse : "Marcher sur des œufs est devenu la principale activité des enseignants" », sur marianne.net, (consulté le ).
  30. « Monsieur Paty, les islamistes et la république », sur youtube.com, (consulté le ).
  31. « Comment les islamistes manipulent les honnêtes gens », sur youtube.com, (consulté le ).
  32. « Selon une célèbre Youtubeuse, les musulmans dénonçant les discriminations sont des « islamistes » », sur alnas.fr, (consulté le ).
  33. « Prof braquée par un élève - éducation, le grand malaise », sur youtube.com, (consulté le ).
  34. « Ce qui cloche avec Greta Thunberg », sur youtube.com, (consulté le ).
  35. « La Youtubeuse Tatiana Ventôse déplore la prolifération des contenus sponsorisé des influenceurs », sur stephanelarue.com, (consulté le ).
  36. « Tatiana Ventôse : "On vit dans une société violente et on a intérêt à ne pas être faible" », sur sudradio.fr, (consulté le ).
  37. « Tatiana Ventôse sur son agression : « Les gens vivent dans le déni » », sur https://lincorrect.org/, (consulté le ).
  38. « «Je viens de me faire agresser dans le métro» : le témoignage d'une Youtubeuse secoue le web (VIDEO) », sur francais.rt.com, (consulté le ).
  39. « «J'aurais pas dû» : Usul s'explique après avoir injurié la youtubeuse Tatiana Ventôse », sur francais.rt.com, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]