Leïla Chaibi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaibi.

Leïla Chaibi
Illustration.
Leïla Chaibi en 2017.
Fonctions
Députée européenne
En fonction depuis le
(2 mois et 20 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique GUE/NGL
Biographie
Date de naissance (36 ans)
Lieu de naissance Dijon
Nationalité française
Parti politique NPA (2009-2011)
PG (depuis de 2011)
FI (depuis 2016)
Diplômé de Institut d'études politiques de Toulouse

Leïla Chaibi est une femme politique française née à Dijon le . Aux élections européennes de 2019, elle est élue au Parlement européen sur la liste La France insoumise menée par Manon Aubry.

Elle était auparavant secrétaire nationale du Parti de gauche, chargée de l'abolition du précariat entre 2011 et 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Leïla Chaibi naît à Dijon le [1]. Elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Toulouse (promotion 2005)[2].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Pendant ses études, Leïla Chaibi milite au sein de SUD Étudiant. Elle participe notamment aux manifestations qui ont suivi le . Elle se rapproche ensuite de réseaux militants friands de modes d’actions symboliques à forte résonance médiatique, tels que Génération précaire ou Jeudi noir. Elle fait partie des fondateurs du collectif l'Appel et la Pioche, connu notamment pour les pique-niques « réappropriateurs » dans les grandes surfaces[3].

Longtemps à l’écart des organisations politiques classiques, c’est en 2009, à sa création, qu'elle intègre le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) aux côtés notamment d'Olivier Besancenot. Mais déçue par l’isolationnisme du NPA, qui refusait de s’allier aux autres composantes de la gauche, elle quitte ce parti en février 2011[4] pour rejoindre le Parti de gauche (PG) et devient secrétaire nationale du PG à l'abolition du précariat.

Parti de gauche et La France insoumise[modifier | modifier le code]

Membre du conseil national de campagne du Front de gauche pour l'élection présidentielle de 2012, elle anime l'Usine, le QG de la campagne de Jean-Luc Mélenchon[5]. Elle mène également dans le cadre de la campagne présidentielle des actions de terrain, comme la décontamination d'un Pôle emploi[6]. Elle accompagne notamment Jean-Luc Mélenchon pour l'occupation de l'agence de notation Moody's[7] ou devant l'Autorité des marchés financiers (AMF)[8].

Elle écrit pour le magazine Regards une chronique semi-mensuelle jusqu'en 2013[9].

Leïla Chaibi est candidate aux élections législatives de 2012 dans la dixième circonscription de Paris[10], face notamment à Denis Baupin et Chenva Tieu. Pour les élections municipales de 2014, elle conduit la liste du Front de Gauche « À Paris, place au peuple ! », soutenue par Danielle Simonnet et Jean-Luc Mélenchon, dans le 14e arrondissement de Paris.

En 2016, elle prend part à Nuit debout[11]. Elle est candidate aux élections législatives de 2017 dans la 10e circonscription de Paris pour la France insoumise. Elle est en ballotage au premier tour avec 14,62 % des voix, en 2e position et elle est battue au 2e tour avec 39,89 % des voix[12].

Elle travaille comme responsable de la vie associative à la mairie (PCF) de la ville de Stains[13].

Députée européenne[modifier | modifier le code]

Leïla Chaibi figure en troisième position parmi les candidats de La France insoumise pour les élections européennes de 2019[14], qui obtient six sièges (avec 6,31 % des voix) au Parlement européen parmi les 74 pourvus par la France[15]. Au Parlement européen, elle est élue vice-présidente de la Commission de l'emploi et des affaires sociales[16]. Elle est également membre de la délégation à l'Assemblée parlementaire euro-latino-américaine (Eurolat).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bédéï 2009.
  2. Annuaire des diplômés : Édition du cinquantenaire 2007-2009, Association des diplômés de l'Institut d'études politiques de Toulouse, 3e trimestre 2009, 488 p., p. 78
  3. Arnaud 2009.
  4. Alemagna 2011.
  5. Ava Djamshidi, « Mélenchon emménage à l’Usine », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. Flora Genoux, « L'occupation du Pôle Emploi et la solitude du chômeur », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. A.N, « Mélenchon : opération "Andouillette" chez Moody's », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  8. « Mélenchon vient au pied de l'AMF dénoncer les ravages de la finance », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « Leïla Chaibi », sur Regards
  10. « Le Front de gauche prépare déjà la bataille de Paris », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  11. Nathan 2016.
  12. « Élections législatives 2017 », sur Ministère de l'Intérieur
  13. Interview
  14. Manon Aubry, tête de liste France insoumise aux élections européennes, 8 décembre 2018
  15. « Résultats nationaux France | Résultats des élections 2019 | Résultats des élections européennes 2019 | Parlement européen », sur https://resultats-elections.eu/ (consulté le 27 mai 2019)
  16. Salomé Vincendon, « Union européenne: Manon Aubry devient la plus jeune présidente d'un groupe parlementaire », sur BFMTV, (consulté le 19 juillet 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]