Leïla Chaibi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Leïla Chaibi
Illustration.
Leïla Chaibi en 2020.
Fonctions
Députée européenne
En fonction depuis le
(2 ans, 6 mois et 23 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique GUE/NGL
Biographie
Date de naissance (39 ans)
Lieu de naissance Dijon
Nationalité Française
Parti politique NPA (2009-2011)
PG (depuis de 2011)
FI (depuis 2016)
Diplômé de Institut d'études politiques de Toulouse
Site web leilachaibi.fr

Leïla Chaibi est une femme politique et activiste française née à Dijon le . Aux élections européennes de 2019, elle est élue au Parlement européen sur la liste La France insoumise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Leïla Chaibi naît à Dijon le [1]. Elle grandit dans un quartier résidentiel de Toulouse. Sa mère, vendéenne, est professeur d'économie sanitaire et sociale tandis que son père, ingénieur, vient d'un village du centre de la Tunisie.[2]

Elle étudie au lycée polyvalent Rive-Gauche Mirail avant d’intégrer l'Institut d'études politiques de Toulouse dont elle est diplômée en 2005[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Leïla Chaibi fut agent au Pôle ressources de la politique de la ville de Paris, coordinatrice actions citoyennes au service jeunesse de la ville de Gennevilliers, et responsable de la vie associative à Stains.[4]

Parcours militant[modifier | modifier le code]

Syndicalisme[modifier | modifier le code]

Pendant ses études, Leïla Chaibi milite au sein de SUD Étudiant. Elle participe notamment aux manifestations qui ont suivi le , ainsi qu’aux mobilisations altermondialistes du début des années 2000, notamment celle du contre-sommet du G8 d’Evian en 2003.

Génération précaire[modifier | modifier le code]

À son arrivée à Paris en 2005, elle rejoint Génération précaire, collectif dénonçant la condition des stagiaires via des actions médiatisées et des interventions dans les médias, auprès des décideurs politiques et des entreprises.

Jeudi noir[modifier | modifier le code]

En 2006, elle participe au collectif Jeudi noir[5], pour dénoncer la flambée des prix des loyers et “faire péter la bulle immobilière et obtenir une régulation des loyers”[6]. Elle mène différentes actions de terrain telles que des réquisitions citoyennes ou des crémaillères festives. L’action la plus célèbre est celle de l’occupation d’un immeuble sis rue de la Banque, dans le 2e arrondissement de Paris. C’est leur navire amiral, le cœur de toute cette galaxie militante, là où sera établi le « ministère de la crise du logement »[5].

l’Appel et la Pioche[modifier | modifier le code]

En 2008, elle fait partie du collectif l'Appel et la Pioche[2], connu notamment pour les pique-niques « réappropriateurs » dans les grandes surfaces[7]. Les derniers samedis de chaque mois, le collectif invitait les gens à pique-niquer sans payer afin de protester contre les marges des grandes surfaces et la baisse du pouvoir d’achat.

Fondation Copernic[modifier | modifier le code]

En 2010, Leïla Chaibi devient vice-présidente de la Fondation Copernic, cercle de réflexion qui se déclare critique à l'égard du libéralisme, et qui s'adresse « à toutes celles et ceux qui n'ont pas renoncé à changer le monde ».[8]

Nuit debout[modifier | modifier le code]

En février 2016, alors membre du Parti de gauche, Leïla Chaibi fait partie du “collectif de pilotage”[9], qui décide de monter un coup à l’occasion de la manifestation contre le loi El Khomri. Naît alors le mouvement Nuit Debout.

À travers tous ces engagements militants, Leïla Chaibi développe un leitmotiv, celui de «prendre son pied en militant»[6]. Elle a le goût des formules-chocs, qui seront reprises par les médias dont elle n'hésite pas à dire qu'elle les «squatte»[2]. Elle adopte comme stratégie politique le credo des militants : faire remonter le sujet dans l'agenda médiatique, «et donc dans l'agenda politique, puisque ce sont les mêmes agendas, quasiment.»

Parcours politique[modifier | modifier le code]

NPA[modifier | modifier le code]

Longtemps à l’écart des organisations politiques classiques, c’est en 2009, à sa création, qu'elle intègre le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) aux côtés notamment d'Olivier Besancenot[10]. Elle est élue au comité exécutif du parti la même année[11]. Cependant, déçue par l’isolationnisme du NPA et pour protester contre l'absence d'accord national avec le Front de gauche, elle quitte ce parti en février 2011. Son objectif est le rassemblement de la gauche alternative de transformation sociale.[12]

Parti de Gauche[modifier | modifier le code]

Secrétaire nationale du parti de gauche chargée de la précarité[13], Membre du conseil national de campagne du Front de gauche pour l'élection présidentielle de 2012, elle anime l'Usine, le QG de la campagne de Jean-Luc Mélenchon[14]. Elle mène également dans le cadre de la campagne présidentielle des actions de terrain, comme la décontamination d'un Pôle emploi[15]. Elle accompagne notamment Jean-Luc Mélenchon pour l'occupation de l'agence de notation Moody's[16] ou devant l'Autorité des marchés financiers (AMF)[17]. Toujours pour la campagne présidentielle, elle organise “les mélenchanteurs”, qui tractent en chanson en soutien au candidat[18].

Elle écrit pour le magazine Regards une chronique semi-mensuelle jusqu'en 2013[19].

Leïla Chaibi est candidate aux élections législatives de 2012 dans la dixième circonscription de Paris[20], face notamment à Denis Baupin et Chenva Tieu. Pour les élections municipales de 2014, elle conduit la liste du Front de Gauche «À Paris, place au peuple !», soutenue par Danielle Simonnet et Jean-Luc Mélenchon, dans le 14e arrondissement de Paris. Elle y fera une campagne remarquée, notamment pour sa baraque à frites[21].

La France insoumise[modifier | modifier le code]

Elle rejoint le mouvement citoyen de gauche radicale, La France insoumise dès sa création en février 2016. Elle est co-rédactrice du livret de la France insoumise “Propositions pour un logement universel et durable”[22] et co-animatrice du pôle auto-organisation, puis co-animatrice de l’espace auto-organisation et désobéissance populaire. Elle développe au sein du mouvement la culture du “community organizing” et organise des formations à la “méthode Alinsky” qui permet aux gens de s’auto-organiser collectivement, en marge de la politique, pour influer sur leurs conditions de vie.[23]

Elle est candidate aux élections législatives de 2017 dans la 10e circonscription de Paris pour La France insoumise. Elle est en ballotage au premier tour avec 14,62 % des voix, en deuxième position et elle est battue au deuxième tour avec 39,89 % des voix[24].

Députée européenne[modifier | modifier le code]

Leïla Chaibi figure en troisième position parmi les candidats de La France insoumise pour les élections européennes de 2019[25] emmenée par Manon Aubry, qui obtient six sièges (avec 6,31% des voix) au Parlement européen parmi les 74 pourvus par la France[26]. Avec la délégation France Insoumise au Parlement européen[27], elle défend le programme l’Avenir en commun au sein du Groupe de la Gauche au Parlement européen.

Au Parlement européen, elle est élue vice-présidente de la Commission de l'emploi et des affaires sociales[28]. Elle est membre titulaire de la commission affaires constitutionnelles ainsi que de la délégation à l’assemblée parlementaire euro-latino-américaine.

Elle est également membre suppléante de la commission du transport et du tourisme et de la délégation à la commission parlementaire mixte UE-Mexique. Elle a pris part à la mission internationale “Toxitour” qui s’est rendue au Mexique entre le 2 et 11 décembre 2019, pour évaluer la situation environnementale et sanitaire du pays et les effets du traité de libre-échange UE-Mexique.[29]

Combats politiques[modifier | modifier le code]

Protection des travailleurs de plateformes numériques[modifier | modifier le code]

En tant que parlementaire européenne, elle travaille et s'investit pour la reconnaissance des droits sociaux des travailleurs de plateforme.

En novembre 2020, elle remet au commissaire européen à l'Emploi, aux Affaires sociales et à l'Insertion, Nicolas Schmit, une proposition de directive européenne sur le sujet[30]. Cette proposition de directive est notamment le fruit d’échanges avec des collectifs de travailleurs et des spécialistes du droit du travail, lors d’un Forum transnational des alternatives à l’ubérisation[31] organisé par Leïla Chaibi, qui s’est tenu le 12 décembre 2019 au Parlement européen.[32]

En mars 2020, pendant le premier confinement lié au Covid-19, alors que les livraisons de repas sont considérées comme des “services essentiels”, la députée européenne dénonce l’utilisation des travailleurs ubérisés comme ‘chair à canon’[33].

Amazon et e-commerce[modifier | modifier le code]

Leïla Chaibi est engagée dans un combat contre le modèle Amazon[34], attaqué de toutes parts pour son art de l'esquive fiscale, sa mise en danger des petits commerces, ses velléités hégémoniques et sa politique sociale à la dure. Elle est engagée dans un “AmazonTour de la destruction des emplois et de la planète”.[35]

Elle a organisé en collaboration avec la députée européenne Maria Eugenia Rodriguez Palop, une audition européenne des travailleurs d’Amazon. Elle est également à l’origine d’une lettre ouverte cosignée par une trentaine d’élus européens sommant Jeff Bezos, patron d’Amazon, de se justifier quant aux accusations d’espionnage de ses salariés et de responsables politiques.[36]

Elle est à l’origine d’une étude indépendante sur l’impact du e-commerce sur l’emploi indiquant que “82 000 postes ont été détruits en France en dix ans à cause des plates-formes de vente en ligne”.[37]

Féminisme[modifier | modifier le code]

Au Parlement européen, Leïla Chaibi a décidé, avec plusieurs députées européennes, de briser le silence sur le harcèlement que subissent les femmes sur les réseaux sociaux, en revenant sur la vague d'insultes qu'elle a subie sur internet.[38]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription Premier tour Second tour
Voix % Rang Voix % Issue
2012 FG 10e de Paris 4 524 11,62[réf. nécessaire] 3e
2017 LFI 10e de Paris 5 447 14,62[24] 2e 12 063 39,89 Battue

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Parti Circonscription Premier tour Sièges
Voix % Rang CM CP
2014 PG 14e arrondissement de Paris 2489[39] 5,24 6e
0  /  17
0  /  10

Publications[modifier | modifier le code]

Gauche : ne plus tarder, collectif, éditions Arcane 17, 2014[40]

Désobéir à la précarité, collectif, éditions le passager clandestin, 2011[41]

Le Petit Livre noir du logement, collectif, éditions La Découverte, 2009[42]

Internet Marketing, collectif, Elenbi Editeur, 2007[43]

Sois stage et tais-toi ! : La scandaleuse exploitation des stagiaires, Collectif Génération Précaire, Fanny Castel, Leila Chaibi, éditions La Découverte, 2006[44]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Les Nouveaux Contestataires, documentaire de Delphine Vailly et Alexis Marrant (2008) qui suit les mobilisations de différents collectifs dont Génération-Précaire ou Jeudi Noir.[45]

Ainsi squattent-ils, documentaire de Marie Maffre (2013) qui suit le collectif Jeudi Noir à travers son combat pour le logement.[46]

Génération précaire, derrière les masques, documentaire de Ruxandra Medrea Annonier (2006), qui suit les militants de Génération Précaire.[47]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bédéï 2009.
  2. a b et c Didier Arnaud, « Sa loi du marché », sur Libération (consulté le )
  3. Annuaire des diplômés : Édition du cinquantenaire 2007-2009, Association des diplômés de l'Institut d'études politiques de Toulouse, 3e trimestre 2009, 488 p., p. 78
  4. HATVP, « déclaration d'intérêt Leïla Chaibi », sur https://www.hatvp.fr/,
  5. a et b « L’ancienne Génération précaire prend la lumière à gauche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Gaël Cogné, « Jeudi noir à la barre, avant de passer à la caisse? », sur Libération (consulté le )
  7. Arnaud 2009.
  8. « Fondation Copernic - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées », sur www.nonfiction.fr (consulté le )
  9. Hervé Nathan, « Leila Chaibi, militante de toujours réveillée par la Nuit Debout », sur www.marianne.net, 2016-04-11utc18:36:00+0200 (consulté le )
  10. Lilian Alemagna, «Le NPA n’est plus ce qui était marqué sur le carton d’invitation», sur Libération (consulté le )
  11. « NPA: "Il n'y aucune guerre entre nous" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  12. « Le NPA fête son anniversaire avec une gueule de bois », sur LExpress.fr, (consulté le )
  13. Jean-Laurent Cassely, « Jean-Luc Mélenchon: La voix du peuple? (et lequel?) », sur Slate.fr, (consulté le )
  14. Ava Djamshidi, « Mélenchon emménage à l’Usine », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  15. Flora Genoux, « L'occupation du Pôle Emploi et la solitude du chômeur », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  16. A.N, « Mélenchon : opération "Andouillette" chez Moody's », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  17. « Mélenchon vient au pied de l'AMF dénoncer les ravages de la finance », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  18. PlaceauPeuple, « Les "mélenchanteurs" vus par TF1 » (consulté le )
  19. « Leïla Chaibi », sur Regards
  20. « Le Front de gauche prépare déjà la bataille de Paris », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  21. « Leila Chaibi ou la "gauche ketchup" à Paris », sur France 3 Paris Ile-de-France (consulté le )
  22. « Contre la spéculation immobilière, comment lutter ? », sur Basta!, (consulté le )
  23. « Avec «la méthode Alinsky», LFI veut «aller chercher la colère des gens» », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  24. a et b « Élections législatives 2017 », sur Ministère de l'Intérieur
  25. Manon Aubry, tête de liste France insoumise aux élections européennes, 8 décembre 2018
  26. « Résultats nationaux France | Résultats des élections 2019 | Résultats des élections européennes 2019 | Parlement européen », sur https://resultats-elections.eu/ (consulté le )
  27. « La délégation France insoumise au Parlement européen », sur D-FI (consulté le )
  28. Salomé Vincendon, « Union européenne: Manon Aubry devient la plus jeune présidente d'un groupe parlementaire », sur BFMTV, (consulté le ).
  29. (en-US) « Looking in the Mexican Mirror », sur Longreads, (consulté le )
  30. « Les députés François Ruffin et Leïla Chaibi rencontrent les livreurs à vélo de Bordeaux », sur SudOuest.fr (consulté le )
  31. Stéphane Ortega, « Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe », sur Rapports de Force, (consulté le )
  32. (en) « Transnational forum of Alternatives to Uberisation », sur GUE/NGL (consulté le )
  33. « "Le sushi n'est pas essentiel à la nation, les travailleurs ubérisés ne sont pas de la chair à canon" », sur Le HuffPost, (consulté le )
  34. Frantz Durupt, « «Le scanner, c’est notre chef» : au cœur de la machine Amazon », sur Libération (consulté le )
  35. « Plusieurs milliers d'opposants à l'implantation d'Amazon manifestent à Montbert », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le )
  36. Le Point.fr, « Amazon espionne-t-il les politiciens ? Des eurodéputés interpellent Jeff Bezos », sur Le Point, (consulté le )
  37. « Emploi : l’e-commerce au banc des accusés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « VIDEO. Au Parlement européen, elles brisent le silence sur le harcèlement en ligne », sur Franceinfo, (consulté le )
  39. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  40. Collectif, Gauche : ne plus tarder, Arcane 17, , 96 p. (ISBN 978-2-918-72140-6)
  41. Les Désobéissants, Désobéir à la précarité, le passager clandestin, , 64 p. (ISBN 978-2-916952-37-6)
  42. Collectif jeudi noir, Le petit livre noir du logement, La découverte, , 166 p. (ISBN 2707158747)
  43. Leïla Chaibi, Internet Marketing, Elenbi Editeur, , 629 p. (ISBN 978-2-914901-12-3)
  44. Collectif génération précaire, Sois stage et tais-toi !, La découverte, , 228 p. (ISBN 978-2707148728)
  45. « Les nouveaux contestataires », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le )
  47. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]