Canton de Nice-7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canton de Nice-7
Canton de Nice-7
Situation du canton de Nice-7 dans le département de Alpes-Maritimes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement(s) Nice
Bureau centralisateur Nice
Conseillers
départementaux
Honoré Colomas
Fatima Khaldi-Bououghroum
2015-2021
Code canton 06 21
Histoire de la division
Création 16 août 1973[1]
Modification 22 mars 2015[2]
Démographie
Population 38 908 hab. (2017)
Géographie
Subdivisions
Communes 2 + fraction Nice

Le canton Nice-7 est une division administrative française, située dans le département des Alpes-Maritimes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par décret du 24 février 2014, le nombre de cantons du département est divisé par deux, avec mise en application aux élections départementales de mars 2015. Le canton de Nice-7 est conservé et voit ses limites territoriales remaniées.

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation avant 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1973 1976 Roger Lœuillet
(1925-2012)
DVD  
1976 1982 Louis Broch PCF Maire de La Trinité (1983-2001)
Élu en 1982 dans le Canton de Nice-13
1982 1987
(décès)
René Pietruschi DVD puis RPR Adjoint au Maire de Nice
1988[Note 1] 1996
(démission)
Michel Falicon RPR Adjoint au maire de Nice
1996[Note 2] 2004 Jean Massena RPR puis UMP Adjoint au maire de Nice
2004 2005
(annulation)
Jean Hanot UMP Adjoint au maire de Nice
19 juin 2005[Note 3] 2011 Dominique Boy-Mottard PS puis
DVG puis
PRG
Maître de conférences à l'Université de Nice-Sophia Antipolis
2011 2015 Bernard Baudin UMP Adjoint au maire de Nice
puis Conseiller municipal délégué

Ancré à droite depuis la Libération, ce canton a élu une conseillère de gauche à la cantonale partielle de juin 2005. Ce vote est attribué à la très forte abstention qui a marqué ce scrutin (près de 70 %).

Conseillers départementaux depuis 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Honoré Colomas   LR Maire de Saint-André-de-la-Roche (1971-2020)
2015 en cours Fatima Khaldi-Bououghroum   DVD Adjointe au maire de Nice

À l'issue du premier tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballottage : Benoît Loeuillet et Lucette Ollier Deville (FN, 38,38 %) et Honoré Colomas et Fatima Khaldi-Bououghroum (Union de la Droite, 33,74 %). Le taux de participation est de 44,32 % (9 949 votants sur 22 446 inscrits)[3] contre 48,55 % au niveau départemental[4] et 50,17 % au niveau national[5].

Au second tour, Honoré Colomas et Fatima Khaldi-Bououghroum (Union de la Droite) sont élus avec 57,53 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 46,28 % (5 529 voix pour 10 389 votants et 22 447 inscrits)[6].

Composition[modifier | modifier le code]

Composition avant 2015[modifier | modifier le code]

Situation du canton de Nice-7 dans le département des Alpes-Maritimes avant 2015.

Le canton de Nice 7e Canton se composait d'une fraction de la commune de Nice.

Quartiers de Nice inclus dans le canton :

  • Valrose
  • Brancolar
  • Rimiez
  • Gairaut

Composition depuis 2015[modifier | modifier le code]

Le nouveau canton de Nice-7 est composé de deux communes entières et d'une fraction de la commune de Nice : la partie de la commune de Nice située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Saint-André-de-la-Roche, emprise du centre hospitalier Sainte-Marie (incluse), avenue Joseph-Raybaud, emprise de la blanchisserie interhospitalière du centre hospitalier universitaire de Nice (incluse), voie d'accès contournant les pavillons M, J, I du centre hospitalier universitaire, avenue de Valombrose, avenue de Flirey, avenue des Arènes-de-Cimiez, petite avenue du Prince-de-Galles, avenue des Roches-Choisies, chemin Saint-Yriel, corniche du Frère-Marc, montée Clément, boulevard Pasteur, rue du Docteur-Louis-Prat, avenue du Maréchal-Lyautey, pont René-Coty, cours du Paillon, ligne droite prolongeant la résidence Bon-Voyage, résidence Bon-Voyage (incluse), boulevard de l'Observatoire, ligne droite prolongeant le boulevard de l'Observatoire jusqu'au rond-point de la route de Turin, bretelle d'autoroute, autoroute A8, jusqu'à la limite territoriale de la commune de La Trinité.

Liste partielle des communes du canton de Nice-7 au
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Nice
(bureau centralisateur)
06088 Métropole Nice Côte d'Azur 71,92 Fraction : 23 433 (2017)
Commune : 341 032 (2018)
4 742 modifier les donnéesmodifier les données
La Trinité 06149 Métropole Nice Côte d'Azur 14,90 9 985 (2018) 670 modifier les donnéesmodifier les données
Saint-André-de-la-Roche 06114 Métropole Nice Côte d'Azur 2,86 5 577 (2018) 1 950 modifier les donnéesmodifier les données
Canton de Nice-7 0621 38 908 (2017) modifier les données

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie avant 2015[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
--21 97921 33721 63521 90921 625
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[7] puis population municipale à partir de 2006[8])
Histogramme de l'évolution démographique

Démographie depuis 2015[modifier | modifier le code]

En 2017, le canton comptait 38 908 habitants[Note 4].

Évolution de la population  [ modifier ]
2013 2014 2015 2016 2017
38 08538 80538 68439 07938 908
(Sources : Base Insee, population municipale à partir de 2013[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une élection cantonale partielle organisée à la suite du décès de René Pietruschi eut lieu en 1988 amenant à l'élection de Michel Falicon.
  2. Une élection cantonale partielle organisée à la suite de poursuites judiciaires menées contre Michel Falicon eut lieu en 1996 amenant à l'élection de Jean Massena.
  3. Une élection cantonale partielle organisée à la suite d'irrégularités lors de l'élection de Jean Hanot eut lieu en 2005 amenant à l'élection de Dominique Boy-Mottard.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]