Amédée IX de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amédée de Savoie.
Amédée IX de Savoie
Amédée IX de Savoie,église Saint-Dominique, Turin.
Amédée IX de Savoie,
église Saint-Dominique, Turin.
Titre
Duc de Savoie

(7 ans, 2 mois et 1 jour)
Prédécesseur Louis Ier
Successeur Philibert Ier
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Date de naissance
Lieu de naissance Château de Thonon
Date de décès (à 37 ans)
Lieu de décès Verceil
Sépulture Cathédrale de Verceil
Père Louis Ier de Savoie
Mère Anne de Lusignan
Conjoint Yolande de France
Enfants Louis
Anne
Charles
Philibert Ier de Savoie
Marie
Louise
Bernard
Charles Ier de Savoie
Jacques Louis
Jean-Claude Galléas

Amédée IX de Savoie

Amédée IX de Savoie, dit le Bienheureux, né à Thonon le et mort à Verceil le , est le 3e duc de Savoie, prince de Piémont de 1465 à 1472. Il est béatifié en 1677 suite à une demande faite par François de Sales en 1612. Il est le fils du duc Louis Ier et d'Anne de Lusignan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amédée (Amadeus) est le fils de Louis Ier, duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne, et d'Anne de Lusignan, fille du roi Janus de Chypre[1]. Il naît au château de Thonon[2], le .

Épileptique[3], il est peu disposé à régner, et l'autorité est exercée par sa femme Yolande de France[3], mais aussi par son frère Philippe, comte de Bresse, qui intrigue régulièrement[3]. Amédée aurait préféré embrasser une carrière religieuse en intégrant un couvent[3]. Il avait, en 1471[4], pour secrétaire Claude de Prélian.

Il se marie en 1452 avec Yolande de France, fille du roi Charles VII[3].

Amédée IX meurt en 1472. Son corps est enterré dans la cathédrale Saint-Eusèbe de Verceil (Piémont)[5]. Il est ensuite « exhumé en 1518 et dispersé en reliques en 1677 »[5].

Il est considéré comme un modèle de piété et de bienfaisance. En 1612, le futur saint François de Sales écrivit une supplique au pape Paul V, en vue de sa béatification, ce qui fut fait en 1677[6]. Il est fêté les 30 mars et 27 avril[7].

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Amédée de Savoie épouse en 1452 Yolande de France (14341478), fille de Charles VII, roi de France, et de Marie d'Anjou, sœur de son beau-frère Louis XI[3], qui lui avait été destiné dès 1436. Yolande était son aînée de 12 mois et fut selon le contrat élevée avec son futur époux à la Cour de Savoie. Ensemble, ils ont entre dix et douze enfants[3], selon les sources, dont sept ont survécu :

  1. Louis (5 octobre et † 31 décembre 1453).
  2. Anne (1455 † 1480), mariée en 1478 à Frédéric Ier (14521504), roi de Naples[8].
  3. Charles (1456 † 1471), prince de Piémont.
  4. Louis (1458 † 1460).
  5. Jean (1459 † 1461).
  6. Marie (1461 † 1513) mariée en 1476 à Philippe de Bade Hochberg.
  7. Philibert Ier (14651482), duc de Savoie, comte d'Aoste et prince du Piémont.
  8. Louise (14621503), mariée en 1479 avec Hugues de Chalon, seigneur d'Orbe († 1490 ; fils de Louis II prince d'Orange) ; bienheureuse.
  9. Bernard (4 février † 3 septembre 1467). Son corps est inhumé dans l'ancienne église des Franciscains de la ville de Pignerol (Piémont)[5].
  10. Charles Ier (1468 † 1490), duc de Savoie, comte d'Aoste et prince du Piémont.
  11. Jacques Louis (1470 † 1485), marquis de Gex, époux de Louise de Savoie (sa cousine, fille de Janus de Savoie) ; mort sans postérité.
  12. Jean-Claude Galléas (août † 7 novembre 1472).

Aucun enfant illégitime connu[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. APG, p. Louis Ier.
  2. Dictionnaire du Duché de Savoie (1840, tome II), réédité par L'Histoire en Savoie, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, n°9, 2005, p.102 (lire en ligne).
  3. a, b, c, d, e, f et g APG, p. Amédée IX.
  4. Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 1907 (ISBN 9782843738135) p. 21.
  5. a, b et c Paolo Cozzo, « Stratégie dynastique chez les Savoie: une ambition royale, XVI-XVIII siècle », dans Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer, Gérard Sabatier, Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : Volume I : Le grand théâtre de la mort, Les Editions de la MSH, , 412 p. (ISBN 978-2-73511-686-7, lire en ligne), p. 228-230 (Carte).
  6. Laurent Ripart, « Les saints de la maison de Savoie au XVe siècle », dans Sylvie Aballéa et Frédéric Elsig, L’image des saints dans les Alpes Occidentales. Actes du colloque international tenu au Musée d'Art et d'Histoire de Genève (17-18 juin 2013),, Rome, (lire en ligne), p. 137-154.
  7. Bienheureux Amédée IX sur Nominis
  8. Le contrat fut signé le 1er septembre 1478 à la Lande, au diocèse de Chartres. Cependant, les célébrations auraient été effectuées à Montrichard après Pâques en 1479 ou 1480, car, selon deux lettres de Louis XI expédiées de Plessis-du-Parc-lèz-Tours les 22 et 24 mars (en mars 1478, il était en Oise), Anne de Savoie y passa Pâques avec la reine Charlotte de Savoie. Le roi avait constitué à sa nièce par ce contrat une dot de 12 000 livres tournois, hypothéquée sur les comtés de Roussillon et de Cerdagne à charge d'hommage. (Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome VIII, p. 163, note no 2, Librairie Renouard, Paris 1903
  9. Luisa Clotilde Gentile, « Les bâtards princiers piémontais et savoyards », Revue du Nord, no 31,‎ , p. 387-410 (lire en ligne) in Bousmar E., Marchandisse A., Masson Ch et Schnerb B. (dir.), La bâtardise et l'exercice du pouvoir en Europe du 13e au début du 16e siècle, Villeneuve d'Ascq, Revue du Nord, 2015 (Hors série, Collection Histoire, n°31).