La Suze-sur-Sarthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Suze-sur-Sarthe
La Suze-sur-Sarthe
La Suze vue du chemin de halage.
Blason de La Suze-sur-Sarthe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton La Suze-sur-Sarthe
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Sarthe
Maire
Mandat
Emmanuel d'Aillières
2014-2020
Code postal 72210
Code commune 72346
Démographie
Gentilé Suzerain
Population
municipale
4 460 hab. (2015 en augmentation de 6,39 % par rapport à 2010)
Densité 208 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 26″ nord, 0° 01′ 34″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 76 m
Superficie 21,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Suze-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Suze-sur-Sarthe

La Suze-sur-Sarthe est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 4 460 habitants[1] (les Suzerains).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Suze-sur-Sarthe
Chemiré-le-Gaudin
Fercé-sur-Sarthe La Suze-sur-Sarthe Roézé-sur-Sarthe
Saint-Jean-du-Bois Mézeray Cérans-Foulletourte

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme latinisée Secusa en 1035 -1055. Probable archétype celtique *Segontia (ancien nom de Sigüenza, Espagne), formé des éléments sego-, force, victoire et du suffixe (o)nti- que l'on retrouve dans Besançon (Ves-onti-o), Lyons-la-forêt (*Lig-onti-o) ou Mayence (Mog-onti-acum).

Homonymie avec Sigonce (Segoncia 1206) et Suze (Secusia 1178)[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y eut sans doute sur les lieux une présence humaine préhistorique, au moins depuis le Néolithique, puis celtique et gallo-romaine. La Suze est connue depuis la première moitié du XIe siècle pour le pont sur la Sarthe, le premier après ceux du Mans. Cette fonction de communication, d'une importance stratégique et commerciale évidente, entraîna la construction d'un château pour contrôler le passage et en percevoir les droits[4],[5].

La première famille châtelaine et seigneuriale, apparue dans la première moitié du XIe siècle, s'éteignit vers 1100 dans la famille de Craon-Sablé, auxquels succédèrent en 1312 leurs lointains cousins de la branche aînée des Craon. D'eux, La Suze passa aux Montmorency-Laval barons de Retz/de Rais en 1432, puis à la famille de Champagne-Parcé aux alentours de 1501/1502/1503. Enfin, elle fut vendue aux Chamillart en 1718.

La Suze est une ancienne châtellenie, devenue comté au XVIe siècle (1566) en faveur de Nicolas de Champagne.

Sous l'Ancien Régime, La Suze faisait partie du pays d'élection de La Flèche.

Seigneurs[modifier | modifier le code]

Une première famille de châtelains ou de seigneurs prend alors le nom de La Suze : Dreux, puis ses fils Renaud (fl. vers 1050) et Herbert (vers 1078). Les de La Suze ont aussi Louplande. La fille d'Herbert et de sa femme Erembourg, Hersende dame de La Suze, † après 1110, apporte le fief à son mari Robert de Craon-Sablé, sans doute † vers 1100,

La fille de Robert IV et Clémence de Mayenne, Marguerite de Sablé (1175-1238), apporte Sablé, La Suze et Briollay à son mari épousé vers 1191, le sénéchal Guillaume des Roches (vers 1155/1160-1220),

La fille de ces derniers, Béatrice de Roucy (ca. 1285-1328), dame de La Suze (Béatrice II), se marie en 1312 à Amaury III de Craon (ca. 1280-1333 ; baron de Craon, Ingrandes et Chantocé, Sablé, Précigné/Pressigné, Briollé, Châteauneuf-sur-Sarthe il descendait de Jeanne des Roches, fille de Marguerite de Sablé et du sénéchal Guilllaume, sœur aînée de Clémence des Roches ci-dessus. Amaury III était veuf d'Isabelle de Ste-Maure, et de ce premier lit vient la suite des seigneurs de Craon.

La Suze est alors léguée, avec Coulans, Louplande et Chauffour, par le testament daté du 21 septembre 1498 d'Anne de Champagne ci-dessus († 1501, la grand-mère maternelle d'André de Chauvigny), à son cousin germain Brandelis (III) de Champagne-Parcé[6],[7],[8], † vers 1504, seigneur de Bazouges, Brouassin, La Motte-Achard, Villaines-la-Juhel et Villaines-sous-Malicorne (les Champagne-La Suze ont aussi cette dernière seigneurie[9], au moins Brandelis, son fils Baudouin (III) † 1560, son petit-fils Nicolas Ier comte de La Suze † 1567, et le fils cadet de ce dernier, Brandelis (IV) de Villaines † 1619, ci-dessous ; la descendance de Guy de Champagne, frère cadet de Brandelis (III) et oncle de Baudouin (III), y possède les fiefs de Bonnefontaine et La Roche-Simon : cf. la note 2 de l'article Parcé), mais pas Villaines en Louplande (qui était aux Gaignon, même si les Champagne-La Suze avaient la seigneurie de Louplande depuis Brandelis III qui l'avait héritée, comme on vient de le dire, de sa cousine Anne de Champagne). Brandelis était membre d'une grande famille féodale d'Anjou-Maine qui eut aussi Durtal et Mathefelon (on trouvera des précisions à ce dernier article). Brandelis était le neveu de Jean IV ci-dessus, et le fils de Pierre Ier de Champagne, sire de Parcé, Avoise et Pescheseul, et de Marie fille de Thibaud Ier de Montmorency-Laval-Loué : son père, Pierre de Champagne, est réputé † centenaire en 1485, mais en fait il serait né plus tard qu'en 1385, peut-être vers 1400 ? Grand-maréchal et vice-roi de Naples, prince de Montorio et d'Aquila au royaume de Naples, chevalier du Croissant ; le duc Louis III d'Anjou-Maine lui aurait donné Villaines-la-Juhel en 1420 ; frère de Jean IV de Champagne ci-dessus, le père d'Anne et le beau-père de René de Rais. Le frère aîné de Brandelis III de La Suze et de Guy de Bonnefontaine et La Roche-Simon (en Villaines-sous-Malicorne), René, fils aîné de Pierre Ier et de Marie de Laval-Loué, continue les barons de Champagne-Parcé, Avoise et Pescheseul. Brandelis (III) épouse en 1485 Renée, fille de Guillaume de Varye de L'Isle-Savary et Charlotte de Bar de Baugy, d'où :

  • Baudouin (III) de Champagne, † le 24 juin 1560 à La Suze ; x 1518 Jeanne, † 1558, fille d'Olivier de La Chapelle-Rainsouin et d'Aréthuse, fille du Grand-maître Charles de Melun — baron des Landes à Canappeville, seigneur de Normanville, Nantouillet, Lumigny, Champigny — et d'Anne-Philippe de La Rochefoucauld-Barbezieux ; parents de :
  • Nicolas de Champagne (1526-1567 ; huguenot, † à la bataille de St-Denis), premier comte de La Suze en février 1566 (enregistré en décembre 1566), seigneur de Louplande, marié en 1547 à Françoise, fille de Guy de Montmorency-Laval-Lezay et Claude de La Jaille de La Roche-Talbot, † après 1567 ; parents de :
  • Louis Ier, deuxième comte de La Suze, 1555-† octobre 1587 à la bataille de Coutras, x 1572 Madeleine de Melun de Normanville de Lumigny, petite-nièce d'Aréthuse de Melun ci-dessus, d'où Louis II ci-dessous ; le frère puîné de Louis Ier, Brandelis (IV) (1557-1619), baron — premier marquis en 1587 — de Villaines, est la tige des marquis de Villaines-la-Juhel ; la sœur de Louis Ier et Brandelis, Perronelle (vers 1551-ap. 1585), épouse en 1571 Jacques II de Montgomery de Lorges (1554-1609), fils de Gabriel : d'où Marguerite (1585-1606), x 1603 Jacques de Durfort de Duras (1547-1626), souche des ducs de Quintin, de Lorges et de Duras ; la fille de Louis Ier, sœur de Louis II ci-après, Catherine de Champagne (vers 1579-1649), épouse Amaury II Goyon de La Moussaye
  • Louis II, troisième comte de La Suze, gouverneur de Montbéliard, gouverneur puis comte de Belfort et de Ferrette (1636), lieutenant-général, † 1636/1637, x 1617 Charlotte (1602-1637), fille de Charles (II) de La Rochefoucauld de Roye comte de Roucy[10], d'où : Gaspard, qui suit ; ses frères François-Marie de Normanville et Louis de Lumigny, tués à la bataille de Lens en août 1648 ; leur sœur Ursule, x César de La Muce-Ponthus et Ligné, fl. 1668, arrière-petit-fils de François de La Noue par sa mère Anne de La Noue
  • Gaspard, quatrième comte de La Suze, comte de Belfort et de Ferrette (confirmé en 1640, mais déchu en 1654 au profit de Mazarin car il avait suivi le parti de Condé et de La Fronde), † 1694 à Brouassin, x 1° 1653 (annulé en 1661) Henriette (1618-1673) fille du maréchal Gaspard III de Coligny et d'Anne de Polignac, libertine, aimable et mondaine, poétesse précieuse convertie au catholicisme en 1653, alors que Gaspard était un protestant austère, revêche et jaloux[11], et x 2° 1662 Louise fille d'Henri de Clermont-Gallerande, † 1669, d'où du deuxième lit :
  • Thibault comte de La Suze, † mousquetaire du Roi à l'âge de 18 ans ; sa sœur Renée-Gabrielle (Nicole) de Champagne hérite de La Suze et épouse Jacques de Royer(s) de La Brizolière (La Brissaudière) : parents de Louise-Jacqueline de Royers de La Brizolière de La Suze ci-dessous ; leur sœur cadette Madeleine-Françoise de Champagne (vers 1667-1731) épouse en 1699 son cousin Hubert-Jérôme de Champagne de Villaines, fils cadet de Catherine Fouquet de La Varenne dame de Ste-Suzanne et du deuxième marquis de Villaines, Hubert de Champagne, lui-même fils du premier marquis Brandelis (IV) ci-dessus.

La Suze et Brouassin étaient passés, comme on vient de le voir, à Renée-Gabrielle de Champagne, fille de Gaspard et sœur de Thibaut ci-dessus, femme de Jacques de Royers de La Brizolière[12], et à leur fille Louise-Jacqueline de Royer(s) de La Brizolière. Les tuteurs de Louise-Jacqueline (ses deux parents étant disparus) vendent le 2 juillet 1718 ces deux seigneuries à l'ancien ministre de Louis XIV, Michel Chamillart[13],[14] (1652-1721), contre 120 000 livres (50 000 pour La Suze, 70 000 pour Brouassin) ; mais il revend Brouassin dès septembre 1718 ; il avait acquis Courcelles en octobre 1709, les Mésangères et les Grandes-Maisons à Mézeray en janvier-mai 1715, les Noës blanches en novembre 1718. Son petit-fils Louis-Michel Chamillart (1709-74), fils de Michel Chamillart de Cany (1689-1716) et grand-oncle de Talleyrand, est comte de La Suze ; Louis-Michel est père de Louis-François (1751-1833), comte puis premier marquis de La Suze en 1817, pair de France sous la Restauration, lui-même père d'Alphonse-Louis-Michel Chamillart deuxième marquis de La Suze (1776-1871).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Christian Coulombier PS[15]  
Jean-Luc Godefroy DVD  
en cours Emmanuel d'Aillières[16] DVD Agent d'assurances
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2015, la commune comptait 4 460 habitants[Note 1], en augmentation de 6,39 % par rapport à 2010 (Sarthe : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6411 4141 5951 8071 8952 0522 1332 2282 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2682 3682 3492 4682 6032 5302 5592 5982 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6442 6062 6172 4112 3982 2972 1912 2202 204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 4102 8073 6023 6853 6143 5973 9493 9994 379
2015 - - - - - - - -
4 460--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au lévrier passant d'argent colleté et bouclé de gueules, au chef d'or chargé de trois étoiles de sable[21].
Commentaires : Il s'agit des armes des Chamillart, marquis de La Suze[22].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Julien de Brioude, dit aussi Saint-Julien le Pauvre, date des XIe, XIIIe et XIXe siècles. Ancienne chapelle du château, elle renferme une statue du XVe siècle intitulée La Vierge à l'Enfant, classée monument historique au titre d'objet en 1907[23].
  • La chapelle Notre-Dame-des-Bois, datant du XIe siècle, d'architecture romane, au lieu-dit la Chapelle. Très ancien lieu de culte, dont l’autel reposerait sur la souche d’un vieux chêne, les pèlerins y viennent nombreux depuis fort longtemps, pour y implorer tout spécialement la Vierge en faveur des soldats. L'édifice renferme un groupe sculpté du XVIe siècle ou XVIIe siècle, intitulé L'éducation de la Vierge, classé monument historique au titre d'objet en 1979[24].
  • Construit sur une motte castrale, le « vieux château » (XIe – XVe siècles) est également surnommé « château de Barbe-Bleue » en raison d'une tradition relative à Gilles de Rais. Cet ancien compagnon d'armes de Jeanne d'Arc aurait séjourné dans le château et enfoui dans les latrines les restes de ses jeunes victimes. Cependant, il semble que cette légende procède d'une confusion - commise notamment par Jules Michelet[25] - entre le château de La Suze-sur-Sarthe et l'hôtel de La Suze autrefois sis dans la paroisse Notre-Dame à Nantes. Aujourd'hui disparu, cet hôtel nantais appartint à Jean de Craon, seigneur de La Suze, fils de Pierre et grand-père maternel de Gilles de Rais. Postérieurement au décès de Craon en 1432, la seigneurie de La Suze passa à René, frère cadet de Gilles de Rais, tandis que le nom de La Suze demeurait associé à l'hôtel nantais. Celui-ci devint propriété de Gilles, qui en fit le théâtre de certains de ses crimes, d'après les pièces de ses procès[26],[27].
  • Le château de la Fuye, datant du XVIIe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Bric-à-brac organisé le premier week-end de juillet.
  • Fête de l'été avec de nombreuses animations.
  • Spectacle des Amat'Cœurs tous les ans en février au profit des Restos du Cœur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[28].
  1. Population municipale 2015.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  3. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003.
  4. « Histoire du canton de La Suze-sur-Sarthe : aperçu sur le château et les seigneurs », sur Association pour l'étude du patrimoine sarthois, par Louis Le Meur et Philippe Gondard à partir d'ouvrages de Paul Cordonnier (1956), Bruno Lemesle (1999) et Roger Verdier (1974, 78, 84), avril 2008
  5. « Seigneurs et comtes de La Suze », sur Histoire et féodalité de La Suze-sur-Sarthe, par André Gobenceaux, octobre 2017
  6. « de Champagne, branche de La Suze, p. 384-396 », sur Nobiliaire universel de France, t. XIV, par Nicolas Viton de Saint-Allais, chez Valade à Paris, 1818
  7. « de Champagne, p. 181-203, notamment p. 191 sq. », sur Dictionnaire de la Noblesse, t. IV, par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois, chez la Veuve Duchesne à Paris, 1772
  8. « Brandelis de Champagne », sur Geneanet, généalogie de Guillaume de Wailly
  9. « Villaines-sous-Malicorne : Histoire/Personnalités », sur Cercle de Recherches généalogiques du Perche-Gouët
  10. Charles de La Rochefoucauld de Roye comte de Roucy descendait au moins deux fois des anciens maîtres de La Suze : par son père François III, il était issu de Guy VIII de La Rochefoucauld et de sa femme (x 1395) Marguerite de Craon, fille de Guillaume II de Craon, lui-même cousin germain de Jean de Craon († 1432) ci-dessus, le grand-père de Gilles et René de Laval-Rais. Par sa mère Charlotte de Roye comtesse de Roucy, il était issu du comte Jean IV de Roucy-Pierrepont († 1304) et de sa femme Jeanne (II) de Dreux comtesse de Braine et dame de La Suze, rencontrés plus haut. En fait, cette origine s'était déjà rencontrée chez les Champagne : car Jean IV — le père d'Anne de Champagne et le beau-père de René de Rais-La Suze - et son frère Pierre Ier de Champagne souche des Champagne-La Suze, étaient les fils de Jean III de Champagne et de sa femme Ambroisie de Crenon et Brouassin, fille de Marie de Bueil dont les parents étaient Jean IV de Bueil-Sancerre et Marguerite d'Auvergne, héritière de Sancerre, dont les propres arrière-grands-parents étaient Louis II de Sancerre et Béatrix de Roucy-Pierrepont, fille de Jean V et petite-fille de Jean IV de Roucy x Jeanne de Dreux-Braine-La Suze.
  11. « La comtesse de La Suze, Henriette de Coligny », sur Ces Dames du Marais, par Marguerite-Marie Thiollier, Atelier Alpha Bleue, 1988
  12. « Les Grands baillis du duché d'Alençon : Jacques de Royers de La Brizolière, notice 83 p. 308 », sur Revue historique, nobiliaire et biographique, VIII, t. VI, 1870-71
  13. « La fortune de Michel Chamillart : dans le Maine, p. 370-378 », sur Michel Chamillart ministre de Louis XIV, faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle, par Emmanuel Pénicaut, Ecole des Chartes, 2004
  14. « Chamillart », sur Geneanet, arbre d'Alain Garric
  15. Boulard en tête au Mans, ailleurs la droite surprend, sur ouest-france.fr (consulté le 16 août 2016) [1]
  16. « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le 30 mars 2014).
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. Source : www.labanquedublason2.com
  22. a et b Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  23. « Statue : La Vierge à l'Enfant », notice no PM72000988, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « Groupe sculpté : L'éducation de la Vierge », notice no PM72000989, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « On trouva dans la tour de Chantocé une pleine tonne d'ossements calcinés, des os d'enfants en tel nombre qu'on présuma qu'il pouvait y en avoir une quarantaine. On en trouva également dans les latrines du château de la Suze, dans d'autres lieux, partout où il avait passé. », (Jules Michelet, Histoire de France, t. 5, Paris, Librairie classique et élémentaire de Louis Hachette, (lire en ligne), p. 211).
  26. Maurice Termeau, Gilles de Raiz dit à tort Barbebleue et la Maison de Sillé (1404-1440), Laval, Imprimerie-librairie Goupil, , 77 p., p. 26-27, n. 3.
  27. « Barbe Bleue à La Suze », Histoire du canton de La Suze sur Sarthe, Association pour l'étude du patrimoine sarthois, [lire en ligne].
  28. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :