Mondoubleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mondoubleau
Mondoubleau
Le manoir des Rocheux.
Blason de Mondoubleau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Le Perche
Intercommunalité Collines du Perche
Maire
Mandat
Jean-Jacques Gardrat
2014-2020
Code postal 41170
Code commune 41143
Démographie
Gentilé Mondoublotiers
Population
municipale
1 403 hab. (2015 en diminution de 6,28 % par rapport à 2010)
Densité 290 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 55″ nord, 0° 54′ 00″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 166 m
Superficie 4,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Mondoubleau

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Mondoubleau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mondoubleau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mondoubleau
Liens
Site web mairie-mondoubleau.com

Mondoubleau est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants s'appellent les Mondoublotiers et Mondoublotières.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve dans la région naturelle du Perche. Elle est la capitale du Perche Vendômois, (Territoire se trouvant au nord de la rivière du Loir au sein de l'arrondissement de Vendôme).

Communes limitrophes de Mondoubleau
Choue
Baillou Mondoubleau
Cormenon

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Mons Dublelli au XIe siècle.
  • Montdoubleau en 1801[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a été l'ancien diocèse de Chartres. Mondoubleau est aussi une ancienne ville fortifiée, dont le château fut construit dans la première moitié du XIe siècle au point le plus haut par Hugues Doubleau (d'où le nom). Un monastère bénédictin dont elle était le siège fut détruit au XIIIe siècle. Elle possédait aussi une maladrerie dont la chapelle a été détruite en 1737.

- Hugues Ier Doubleau[2],[3],[4], fondateur du château de Mont-Doubleau vers 1010 (avec l'autorisation du comte Eudes II comte de Blois, Chartres, Châteaudun/Dunois,Tours, et de Champagne) et de la famille seigneuriale de ce nom, était parent des Fulchérides (famille Le Riche) vicomtes de Vendôme, au moins par son mariage avec Adèle Le Riche, fille de Foucher Ier et petite-fille du vicomte Fulcrade[5]. Les descendants d'Hugues Doubleau seront d'abord ses fils : < Hugues (II) archidiacre de Vendôme ; et Eudes/Odon (certains auteurs les disent issus d'un premier mariage d'Hugues Ier et non pas d'Adèle ?).

Eudes/Odon, † vers 1056/1057, épouse vers 1054/1055 Plaisante/Placentia dame de Montoire (veuve de Pierre de Montjean, † vers 1053, d'où la suite des sires de Montjean avec leur fils Albéric de Montoire), d'où < Hugues II ou III († 1065), puis sa sœur Helvise/Hodierne qui épouse 1° Nivelon Payen de Fréteval, et 2° Hamelin II de Langeais. Helvise (Hodierne) de Mondoubleau et Montoire, et Hamelin de Langeais, ont pour fils Pierre Ier de Langeais et Montoire, d'où : < Philippe < Pierre II, x Agnès fille du comte Bouchard IV de Vendôme et sœur héritière du comte Jean III († 1217). Les descendants d'Agnès de Vendôme et Pierre II de Montoire continuent les comtes de Vendôme (Maison dite « de Montoire », plus tard fondue dans une branche cadette de la Maison de Bourbon).

- Mais Mondoubleau se sépare de cette succession avant même l'accession des Langeais-Montoire au comté de Vendôme : en effet Hildebert/Hilbert de Fréteval, fils d'Helvise/Hodierne et de son premier mari Nivelon Payen de Fréteval, assure la suite de Mondoubleau, vers 1100. La propre fille d'Hildebert de Fréteval, Helvise II, le transmet à son mari Geoffroy III de Châteaudun († 1150) ; leur fils Hugues IV de Châteaudun acquerra St-Calais en épousant Marguerite de St-Calais, héritière de cette famille et de ce fief. Mondoubleau et St-Calais appartiennent désormais aux vicomtes de Châteaudun, fondus ensuite dans les Dreu-Beu par le mariage de Clémence de Châteaudun, puis dans les Clermont-Nesle seigneur de Nesle, les Flandre-Dampierre seigneurs de Termonde, et les d'Amboise.

Vers 1395, Saint-Calais est vendu aux Bueil de Sancerre (Jean IV et Jean V) par Olivier d'Ussé, mari de Marie d'Amboise dame de Saint-Calais. Puis Antoine de Bueil, fils de Jean V et gendre du roi Charles VII, le cède au comte François de Bourbon-Vendôme en 1491. St-Calais est alors réuni au domaine des comtes de Vendôme, dont font déjà partie Montoire, et aussi Mondoubleau comme on va le voir.

- En effet dès 1406, le comte Louis Ier de Bourbon-Vendôme, grand-père de François de Bourbon-Vendôme ci-dessus et ci-dessous, et lointain descendant des premiers seigneurs de Mondoubleau puis de Vendôme, Montoire et Langeais ci-dessus, acquiert Mondoubleau sur les d'Amboise et l'intègre à son comté de Vendôme. Un lointain descendant dans les mâles de Louis et François de Vendôme, Henri IV, duc de Vendôme puis roi en 1589, fait passer Vendôme, Mondoubleau et Saint-Calais à la Couronne de France.

Les dimanches 5 et 19 août 1481, le roi Louis XI, beau-frère d'Antoine de Bueil sire de St-Calais et comte de Sancerre ci-dessus, visita Mondoubleau[6].
A la même époque, le châtelain de Mondoubleau pour le comte de Vendôme François (fils de Jean, lui-même fils de Louis Ier ci-dessus), était Jean de Courcillon, ancien procureur de La Ferté-Bernard. Celui-ci fut chargé de la direction du procès de Renée de Vendômois accusée de meurtre sur son mari. Ayant favorisé la coupable d'une manière scandaleuse il fut appréhendé et conduit dans les prisons de la Conciergerie à Paris.

- Henri IV, le 25 octobre 1593, vend contre 100.000 écus à François d'Escoubleau de Sourdis[7], † 1602, mari d'Isabeau Babou de La Bourdaisière (fille de Jean, sœur de Françoise, et tante de la célèbre maîtresse d'Henri IV, Gabrielle d'Estrées), marquis d'Alluyes au Perche-Gouët, comte de La Chapelle-Bellouin, seigneur d'Auneau et de Jouy, d'où : < le cardinal François de Sourdis archevêque de Bordeaux, † 1628 ; et son frère Charles d'Escoubleau, † 1666, x Jeanne de Monluc-Montesquiou de Foix-Carmain/Cramail, princesse de Chabanais et dame de St-Félix, arrière-petite-fille du maréchal Blaise < François d'Escoubleau, † 1707 < Angélique d'Escoubleau de Sourdis, † 1729.

Vers 1712-1729, Mondoubleau est saisi à cause des dettes héritées par Angélique d'Escoubleau ci-dessus (dettes venues de la famille de sa grand-mère paternelle, les Monluc-Montesquiou, alors qu'elle a pourtant refusé cette succession), et adjugé à M. de La Ferté, conseiller au Parlement, puis à son fils. En 1752, un arrêt du Parlement rend Mondoubleau à la Couronne, les La Ferté étant considérés comme engagistes[8].

Jusqu'au début du XIIIe siècle, Mondoubleau, par ailleurs baronnie, est le siège d'une prévôté, puis d'une sénéchaussée, et à la fin du XIVe siècle d'un bailliage, avant de devenir chef-lieu de district de 1790 à 1795 sous la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1791 Destouches père   Maire
1791 1800 Bureau   Maire
1800 1802 Beaussier   Maire
1802 1808 Leroy   Maire
1808 1815 Bardin-Quentin   Maire
1815 1815 Derest   Maire (Cent-Jours
1815 1823 Bardin-Quentin, derechef   Maire
1823 1830 Chalmet-Bézard   Maire
1830 1838 Desvaux-Louzier   Maire
1838 1849 Bureau   Maire
1849 1865 Bézard-Trécul   Maire
1865 1870 Charles-Félix Doré   Maire, tué par les Prussiens en 1870
1872 1877 Jonquet   Maire
1877 1896 Lhomme   Maire
1896 1898 Girard   Maire
1898   Bretheau   Maire
avant 1845   Marie Vincent Bureau    
avant 1852   François Hyacinthe Bezard    
avant 1868   Charles Félix Doré    
1965 1983 Maurice Pousset    
1983 mars 2001 Jacqueline Dumas DVD  
mars 2001 mars 2008 Jean Léger UDF Conseiller général
mars 2008 mars 2014 Jean Léger UDF Conseiller général
mars 2014 en cours Jean-Jacques Gardrat SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2015, la commune comptait 1 403 habitants[Note 1], en diminution de 6,28 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6481 9071 7831 9001 9171 8531 6711 6751 658
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7261 6211 5851 4551 5601 8861 6821 7141 806
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8131 7481 7251 5461 4861 4081 3771 3851 349
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 4511 4381 7251 6401 5571 6081 5091 4971 403
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (43 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,6 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,4 % d'hommes (0 à 14 ans = 14,4 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 15,3 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 39,3 %) ;
  • 53,6 % de femmes (0 à 14 ans = 12,6 %, 15 à 29 ans = 10,3 %, 30 à 44 ans = 12,8 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 46,3 %).
Pyramide des âges à Mondoubleau en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,6 
90  ans ou +
4,5 
17,3 
75 à 89 ans
20,9 
20,4 
60 à 74 ans
20,9 
19,6 
45 à 59 ans
18,0 
15,3 
30 à 44 ans
12,8 
11,4 
15 à 29 ans
10,3 
14,4 
0 à 14 ans
12,6 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Maison à pans de bois, place du Patis.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle de Guériteau

Au nord de Mondoubleau, sur la route qui va à Saint-Agil, il existe en contrebas de la route près de la voie de chemin de fer, la petite chapelle en ruines de Guériteau. Selon Beauvais de Saint-Paul, historien de Mondoubleau, elle aurait été construite par un seigneur qui avait malmené un ecclésiastique qu'il avait trouvé avec sa femme alors qu'il revenait des croisades. Pour se faire pardonner, il avait construit cette chapelle qui guérit tout, d'où le nom de Guériteau. De l'autre côté de la route existe une petite source d'eau potable aux vertus bienfaisantes, d'où peut être aussi le nom de Guériteau, guérit par l'eau.

Il existe d'autres monuments, inscrits ou classés au titre des monuments historiques :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

122 odonymes recensés à Mondoubleau
au 2 mars 2014
Allée Avenue Bld Carrefour Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Pont Promenade Route Rue Autres Total
11 3 [N 1] 1 [N 2] 1 [N 3] 6 [N 4] 3 [N 5] 7 0 0 5 [N 6] 1 [N 7] 1 [N 8] 6 [N 9] 55 [N 10] 22 [N 11] 122
Notes « N »
  1. Avenue de la Gare, Avenue Jules Lhomme et Avenue Louis Chaumet.
  2. Boulevard de l'Industrie.
  3. Carrefour de l'Ormeau.
  4. Chemin de la Corbonnière, Chemin rural dit « Planche Rognon », Chemin des Roses, Chemin du Moulin Neuf, Chemin du Pavillon, Chemin Vert.
  5. Clos de la Minauderie, Clos du Mail et Clos Renoir.
  6. Place du Mail, Place du Marché, Place du Patis, Place Paul Gauguin et Place Saint-Denis.
  7. Pont d'Avenel.
  8. Promenade du Prazel.
  9. Route de Baillou, Route de Cloyes, Route de la Chapelle, Route de la Minauderie, Route de Saint-Agil et Route de Souday.
  10. Dont Rue du Huit-Mai.
  11. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Mondoubleau (Loir-et-Cher).svg

Les armoiries de Mondoubleau se blasonnent ainsi :

De gueules au monde cintré et croisé d'argent.

A l'origine les armes de la ville étaient une tour sommée d'un dôme lui-même sommé d'une croix. Il est à noter qu'en 1876, la municipalité avait cru devoir supprimer la croix qui sommait le globe. Depuis, celle-ci a été rétablie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Hugues Ier Doubleau : (vers 950/970-1030/1040 ?). Son surnom pourrait signifier rusé, trompeur, qui double autrui ; ou qui est soumis à plusieurs liens de vassalité, puisqu'il dépendait des comtes de Chartres et Châteaudun, du Maine, de Vendôme ? Son origine n'est pas connue. On a utilisé l'onomastique (étude des prénoms de ses enfants) tout en regardant l'environnement féodal et géographique de Mondoubleau (comtés du Maine, du Perche = Mortagne et Nogent, de Vendôme, de Chartres et de Dunois, vicomté de Châteaudun), pour lancer des hypothèses : d'après Medieval Lands, il aurait eu huit enfants, deux Eudes/Odon, Hugues, Hervé, Geoffroy, Giselbert, Gérard, Emmeline (ce prénom vient des Fulchérides vicomtes de Chartres puis de Vendôme : famille de sa femme Adèle). On l'a assimilé à un fils d'Hugues III comte du Maine de la famille des Hugonides, frère d'Eveille-Chien, à tel point qu'on affuble aussi ce Hugues du sobriquet de Doubleau : mais ce serait une confusion, car il semble d'une génération plus jeune qu'Hugues Ier Doubleau, même s'il meurt jeune avant lui et avant son père le comte Hugues III, vers 1013 ? Mais les prénoms Geoffroy, Hugues, Hervé, évoquent effectivement l'alliance des deux anciennes familles rivales des comtes du Maine : les Rorgonides et les Hugonides, depuis le mariage du comte Hugues Ier ; et on les retrouve chez leurs descendants les comtes de Mortagne. On a aussi voulu en faire un parent (ou même un fils, mais les dates ne semblent pas fonctionner) de Bodon de Nevers comte de Vendôme, pour expliquer le prénom de son fils et successeur (Eudes/Odon assimilé à Bodon), les prénoms Hugues et Giselbert pouvant se trouver dans la famille maternelle de Bodon... Par ailleurs, rappelons qu'à cette époque, les comtes de Blois, de Chartres et de Dunois (Châteaudun) s'appellent Eudes Ier et II, et qu'on trouve les prénoms Hugues et Emma dans leur famille. A défaut de trancher, on dira simplement qu'Hugues Ier Doubleau était, avec des liens de parenté possibles, un fidèle et un vassal de son contemporain le comte Hugues III du Maine, aussi du comte de Blois, et aussi des comtes ou vicomtes de Vendôme (et de 1016 à 1056, le comte de Vendôme est, en partie ou totalement, le comte d'Anjou !).
  3. (en) « Maine et Vendôme. 10- seigneurs de Mondoubleau », sur Medieval Lands
  4. « Mondoubleau et le Perche vendômois », sur FranceBalade
  5. « Fulchérides du Vendômois », sur Racines&Histoire
  6. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome XI, p. 216, Librairie Renouard, Paris 1909
  7. « d'Escoubleau, p.8 », racines & histoire
  8. « Mondoubleau, p. 813-814 », sur Dictionnaire des Gaules et de la France, par l'abbé Jean-Joseph Expilly, tome IV, 1766
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « Évolution et structure de la population à Mondoubleau en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010)