Jean IV de Bueil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Bueil.
Armoiries de Jean IV de Bueil

Jean IV de Bueil (v. 1361 ? - † 25 octobre 1415 à la bataille d'Azincourt) (Jean IV dans la généalogie traditionnelle ; Jean (V) dans la généalogie des Bueil rénovée par R. C. Famiglietti), seigneur de Bueil et de la Marchière, de Courcelles (Courcillon) et de Château-Fromont (fiefs familiaux), de Montrésor, de Saint-Calais et de Pocé (fiefs acquis par son père), de St-Christophe (acquis vers 1408 de Jean II L'Archevêque sire de Parthenay), de St-Michel-sur-Loire et la Vauderne (acquis en 1410 sur le maréchal Jacques de Montbron de Maulévrier, qui les tenait de sa première femme Marguerite, comtesse de Sancerre et belle-mère de Jean IV de Bueil, voir ci-dessous), chambellan du roi et de Louis II duc d'Anjou, capitaine de Mirebeau (que son père avait eu en seigneurie viagère). A noter que la tradition faisait de lui un maître des Arbalétriers, mais il semble que ce soit plutôt son père qui ait exercé cette charge (4).

Il était le fils de Jean III (ou IV) de Bueil et vraisemblablement d'Isabeau de La Roche. Pendant la vie de son père, on le dénommait Jean de Bueil le Jeune, notamment quand il servait en armes en même temps que son père en 1386 et en 1387 ; il était qualifié alors de chevalier bachelier[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Jean III avait acheté la châtellenie de Saint-Calais (Saint-Karles, Saint-Kalès) et mourut au cours d'un procès qu'il avait contre les habitants de la châtellenie. Le 12 juin 1406, « Jehan de Bueil le Jeune, chevalier, filz et heritier dudit feu messire Jehan de Bueil », scella une lettre de procuration en vertu de laquelle « Jehan Galopin, chastellain et procureur de la chastellenie » de Saint-Calais « a reprins » le procès le 8 juillet[1]. Après la bataille d'Azincourt, son corps ne fut pas retrouvé. Le 10 février 1417 n.st., on disait que Marguerite Dauphine, sa femme, « n'entendoit plus paroles » de son mari malgré ses efforts pour apprendre ce qu'il était devenu[2].

Jean IV (ou V) épouse 1) une inconnue, dont il eut un fils homonyme, qui mourut, avant le 27 septembre 1412, assez âgé pour avoir son propre compte chez un drapier, auquel il devait de l'argent au moment de sa mort. Jean IV, héritier de son fils, fut condamné le 27 septembre 1412, « de son consentement », à verser 50 francs 2 sous parisis pour des draps qui avaient été livrés au défunt[3].

Jean IV épouse 2) en 1404 Marguerite d'Auvergne, alias Marguerite Dauphine, † 1436, dernière fille du dauphin Béraud II et de Marguerite comtesse de Sancerre (la comtesse Marguerite eut trois autres mariages, le dernier avec Jacques de Montbron ci-dessus), comtesse héritière de Sancerre, dame d'Aubijoux, Sagonne, Meillant, Charenton, Marmande, Faye-la-Vineuse, La Roche-Clermault, St-Michel-sur-Loire, Rillé, dernière sœur du dauphin Béraud III, mineure à l'époque de leur mariage.[4]. D'après une sentence relative à la succession de la mère de Marguerite, ils eurent 3 enfants[5] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Famiglietti 2018, p. 114.
  2. Famiglietti 2018, p. 117.
  3. Famiglietti 2018, p. 116.
  4. Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, , p. II, p. 391
  5. Baluze, II, p. 391 (sentence d'arbitres prononcée au Parlement en 1451).
  6. Famiglietti 2018, p. 118-119.
  7. Favre et Lecestre, Le Jouvencel par Jean de Bueil, , p. LIII
  8. Jacques Faugeras, Le Fléau des Anglais, Jean de Bueil, comte de Sancerre, p. 30.
  9. Famiglietti, 2018, p. 119-124
  10. « Chezelles (à St-Georges-sur-Cher, 41 : Loir-et-Cher) », sur site de toponymie de Denis Jeanson
  11. « Bonninière (la), p. 302 », sur Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de Touraine, par Jacques-Xavier Carré de Busserolle, t. Ier, chez Rouillé-Ladevèze à Tours, 1878
  12. « La Roche-Béhuart », sur site de toponymie de Denis Jeanson

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, Paris, 1708, 2 vol.
  • Richard C. Famiglietti, Recherches sur la maison de Bueil, Providence, Picardy Press, , 210 p. (ISBN 978-0-9633494-4-6).
  • Jean de Bueil, Le Jouvencel : suivi du commentaire de Guillaume Tringant, introduction biographique et littéraire par Camille Favre, texte établi et annoté par Léon Lecestre, t. Ier, Paris, Librairie Renouard, (lire en ligne).
  • Jean de Bueil, Le Jouvencel : suivi du commentaire de Guillaume Tringant, introduction biographique et littéraire par Camille Favre, texte établi et annoté par Léon Lecestre, t. II, Paris, Librairie Renouard, (lire en ligne).