Famille de Duras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Famille de Duras
Image illustrative de l’article Famille de Duras
Armes

Blasonnement Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne)[1],[2].
Lignées Branche aînée de la Maison de Durfort
Pays ou province d’origine Drapeau du Quercy Quercy
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Duché de Duras
Demeures Château de Duras
Château de Blanquefort
Château de Rauzan

La branche ducale de Duras appartient à la maison de Durfort, dont les possessions, dès le XIe siècle, s'étendaient de l'Agenois (Duras) et du Quercy, jusqu'à Narbonne. Foulques de Durfort, seigneur du château de Durfort, au diocèse de Narbonne, vivait vers l'an 1050.

Généralités[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Clermont et de Duras, marquis de Blanquefort, comtes de Rauzan, en 1625, puis de Montgommery, barons de Pujols, de Cypressac et de Laudrouet, créés, en 1609, marquis, puis, en , ducs de Duras, pairs de France[3], sont connus en Quercy par un grand nombre de chartes isolées dont la plus ancienne est de l'année 1063[4] ; mais leur filiation n'est établie d'une manière certaine qu'à partir de l'année 1305[4], époque à laquelle vivait Arnaud de Durfort, co-seigneur de Clermont, époux de Marquise, Marquèse ou Marquesie de Goth ou Gout, fille d'Arnaud-Garcie de Goth, vicomte de Lomagne et d'Auvillars, et nièce du pape Clément V. Ce fut par suite de ce mariage que la maison de Durfort hérita de Bertrand de Goth pour les terres de Duras, de Blanquefort, de Puyguilhem et de Monségur[4].

Cette branche, dont les auteurs figuraient parmi les hauts barons de la Guyenne, est intervenue dans toutes les affaires importantes de cette province, aussi bien du temps de la domination des Plantagnêts que par la suite, après son rattachement au domaine royal, et les seigneurs de Duras ont souvent figuré dans les traités conclus entre ces deux puissances[4].

De cette branche sont sortis[4] :

Membres notables de la famille[modifier | modifier le code]


Galerie de portraits[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique descendant[modifier | modifier le code]

Alliances notables[modifier | modifier le code]

Les Durfort de Duras se sont alliés aux[8] :

Titres[modifier | modifier le code]

Châteaux, seigneuries, terres[modifier | modifier le code]


Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Armoiries
Blason Maison Durfort de Duras (écartelé).svg

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne)[1],[9],[2].

Tenants
deux anges[1].
Coronet of a British Earl.svg
Blason Maison Durfort de Lorges.svg
Louis (de Durfort) de Duras (1641-1709), marquis de Blanquefort (Gironde), Baron Duras (en), 2e Comte de Feversham (en), chevalier de la Jarretière (1685, brevet no 496)

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne), au lambel de gueules en chef, brochant sur les deux premiers quartiers[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Rietstap 1884.
  2. a et b Popoff 1996, p. 104.
  3. Les lettres patentes de cette première érection, n'ayant point été enregistrées, n'eurent point d'effet. Une autre érection de Duras en duché simple eut lieu en 1689 ; l'enregistrement est du 1er mars de cette année. Ce duché fut érigé en pairie en 1755, et l'enregistrement et la première réception eurent lieu au parlement le .
  4. a b c d et e Courcelles 1827, p. 301.
  5. Roglo 2012.
  6. Blaise de Monluc, Commentaires, livre V, p. 417-442.
  7. Jean Henri II, 2e duc de Duras (fils de Jacques Henri et Marguerite de LÉVIS de LAUTREC) sur geneanet.org
  8. Courcelles 1827, p. 302.
  9. Bunel 1997-2011, p. Edouard IV.
  10. Bunel 1997-2011, p. Jacques II.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir
  • H. de Fourmont, L'Ouest aux croisades, V. Forest & E. Grimaud, Aug. Aubry, , 447 p. (lire en ligne), p. 110-117 ;
  • Jean Favre, Précis historique sur la famille de Durfort-Duras : dédié à Madame la comtesse de La Rochejaquelein, née de Durfort Duras, , 224 p. (lire en ligne) ;
  • Michel Ferrari, Les Durfort-Duras aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 419-442, Revue de l'Agenais, 1999, tome 126