Crannes-en-Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crannes-en-Champagne
Crannes-en-Champagne
Pont sur la Gée à Crannes-en-Champagne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Loué
Intercommunalité Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen
Maire
Mandat
Pierre Dalibard
2014-2020
Code postal 72540
Code commune 72107
Démographie
Population
municipale
352 hab. (2015 en diminution de 0,56 % par rapport à 2010)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 52″ nord, 0° 03′ 08″ ouest
Altitude Min. 52 m
Max. 117 m
Superficie 11,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crannes-en-Champagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crannes-en-Champagne

Crannes-en-Champagne est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 352 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Crannes-en-Champagne est situé au bord de la Gée, un affluent de la Sarthe, à 20 km à l'ouest du Mans.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Crannes-en-Champagne
Auvers-sous-Montfaucon Brains-sur-Gée
Tassillé Crannes-en-Champagne Souligné-Flacé
Vallon-sur-Gée Maigné Chemiré-le-Gaudin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes de Crannes-en-Champagne sont de Crennis 1197, de Crannis 1301, de Crennes vers 1330[2]; Crannes-en-Vallon, ou Crennes- en-Valon, 1749[3]-1789 ; Crannes 1757[4]; Crannes-en-Champagne vers 1833.

Probablement du pluriel de oïl crenne, cranne «crevasse dans un rocher» qui a dû avoir le même sens que creneure « enfoncement dans le terrain»[2].

Dans son dictionnaire topographique, Julien Rémy Pesche propose deux origines : Kranaos, Cranos (lieu stérile, escarpé) ou Crau en celtique (terrain de gravier), tout en privilégiant le premier sens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 2001) mars 2008 Hélène Izambert    
en cours Pierre Dalibard[5] SE Transporteur d'animaux vivants
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 352 habitants[Note 1], en diminution de 0,56 % par rapport à 2010 (Sarthe : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,44 %). En 1866, Crannes comptait 896 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
594628677744773879915868857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
836860896812757680665651606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
604602618515492482447494437
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
385372321251234283344349352
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Cyr des XIIe, XVIe et XVIIIe siècles. Église de style gothique, abondamment décorée de retables.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Pitié-Dieu.
  • Château du Mirail, et son jardin remarquable, créé et entretenu par Thibaut de Reimpré.
  • Le long pont à arcades qui enjambe la Gée.
  • Moulin à vent du début du XVIIIe siècle.
  • Ancienne auberge des XVe et XVIe siècles.
  • Ancienne école du XIXe siècle.
  • Lavoir du XIXe siècle.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Cours d'art plastique pour enfants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[10].
  1. Population municipale 2015.
  2. a et b NEGRE (Ernest) Toponymie de la France (1998), t. 3, p. 1135.
  3. BOCHAT (de Ch. -Guill. L.) Mémoires critiques pour servir d'éclaircissemens sur divers points ... (1749), t. 3, p. 235.
  4. Plan de Cassini, 1757.
  5. Réélection 2014 : « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le 13 avril 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :