Malicorne-sur-Sarthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Sarthe
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Sarthe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malicorne.
Malicorne-sur-Sarthe
L'église Saint-Sylvestre, rive gauche de la Sarthe.
L'église Saint-Sylvestre, rive gauche de la Sarthe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton La Suze-sur-Sarthe
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Sarthe
Maire
Mandat
Carole Roger
2014-2020
Code postal 72270
Code commune 72179
Démographie
Gentilé Malicornais
Population
municipale
1 915 hab. (2014)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 52″ nord, 0° 05′ 01″ ouest
Altitude Min. 28 m – Max. 70 m
Superficie 15,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Malicorne-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Malicorne-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malicorne-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malicorne-sur-Sarthe
Liens
Site web www.ville-malicorne.fr

Malicorne-sur-Sarthe est une commune française, située dans la région Pays de la Loire, dans le département de la Sarthe et est le chef-lieu du canton de Malicorne-sur-Sarthe, peuplée de 1 915 habitants[Note 1] (les Malicornais).

Elle est particulièrement connue pour ses faïences et titulaire du label Ville et Métiers d'Art[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud-ouest du Haut-Maine, aux portes du Maine angevin, sur la rive sud de la Sarthe. Son bourg est à 16 km au nord de La Flèche, à 19 km à l'est de Sablé-sur-Sarthe et à 32 km au sud-ouest du Mans[2].

Communes limitrophes de Malicorne-sur-Sarthe[3]
Dureil Noyen-sur-Sarthe Saint-Jean-du-Bois (sur quelques mètres),
Mézeray
Parcé-sur-Sarthe Malicorne-sur-Sarthe[3] Mézeray
Arthezé Arthezé, Bousse Courcelles-la-Forêt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous les formes Malocornu vers 1050, Malecornant vers 1050, Malicorni en 1080-1081[4]. Il est issu d'une expression en ancien français, « mal y corne », qui était utilisée pour décrier une bâtisse (moulin, château…), pour signifier soit qu'elle était mal en point[4], soit qu'on n'y était mal reçu[5].

En 1933, Malicorne prend le nom de Malicorne-sur-Sarthe[6]. La rivière borde le territoire au nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un château, édifié au début du XIe siècle, au temps du comte d'Anjou Foulque Nerra, s'élevait au bord de la Sarthe, dont il surveillait la navigation. Cette forteresse servit d'abord pour protéger l'Anjou avant d'avoir pour rôle de garder les portes entre Anjou et Maine.

Malicorne faisait partie de la sénéchaussée angevine de La Flèche et de l'ancienne province d'Anjou. Sous l'Ancien Régime et jusqu'à la Révolution française, Malicorne dépendait du pays d'élection de La Flèche.

Au XVIIe siècle, la marquise de Sévigné y rendait visite à la marquise de Lavardin.

Au XVIIIe siècle, le château appartint notamment au duc de Choiseul.

Lors de la Révolution française, la commune fut, comme toutes celles de la sénéchaussée de La Flèche, rattachée au nouveau département de la Sarthe. En 1801, lors du Concordat, la paroisse fut détachée du diocèse d'Angers pour celui du Mans.

À partir de la fin du XVIIIe siècle, Malicorne développa une intense activité faïencière avec plusieurs manufactures renommées, dont la première est fondée en 1747[7]. Cet ensemble industriel composé à l'origine de 2 ou 3 bâtiments artisanaux, se manifeste, à cette époque et postérieurement à sa création, comme étant « le plus grand centre de céramique sarthois »[7]. Vers le milieu du XIXe siècle, en parallèle de la fabrication d'objets en faïence, le pôle manufacturier malicornais se diversifie et s'oriente dans un second secteur d'activité[7]. Il ouvre ainsi les portes de deux nouveaux ateliers, l'un situé au lieu-dit des « Sablons » l'autre sur celui de « Chardon », et destinés à la confection de poteries en grès[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Malicorne-sur-Sarthe

Les armes de la commune de Malicorne-sur-Sarthe se blasonnent ainsi :
De sable aux trois poissons d'argent l'un sur l'autre, mantelé du même chargé de cinq fasces de gueules[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2008 Alain Davaze DVG[9]  
2008 Xavier Lepec PS Cadre en préfecture
2008 2014 Xavier Mazerat SE Cadre commercial
2014 en cours Carole Roger[10] DVG Cadre administratif
Les données manquantes sont à compléter.

Xavier Lepec fut déchu de ses fonctions de maire de Malicorne-sur-Sarthe à la suite d'un combat juridique avec le maire sortant et non réélu, Alain Davaze. En effet, après les élections municipales de 2008 et l'élection de Xavier Lepec, Alain Davaze a déposé un recours au motif que le nouveau maire ne pouvait pas prétendre à la fonction d'élu du fait de ses fonctions de chef de service à la préfecture. Le tribunal administratif de Nantes a statué en faveur du recours d'Alain Davaze. Les Malicornais ont dû revoter et Xavier Mazerat fut élu maire par le nouveau conseil municipal. Xavier Lepec n'était autre que le premier adjoint d'Alain Davaze pendant de longues années.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 915 habitants, en diminution de -2,4 % par rapport à 2009 (Sarthe : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 008 1 023 1 067 1 032 1 094 1 165 1 250 1 308 1 500
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 541 1 421 1 509 1 438 1 507 1 515 1 527 1 454 1 389
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 541 1 619 1 648 1 521 1 559 1 799 1 767 1 752 1 727
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 762 1 795 1 732 1 769 1 659 1 686 1 878 1 962 1 915
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Camping municipal de trois étoiles.
  • La Sarthe qui traverse la commune est propice au tourisme fluvial.
  • L'activité de la faïence et le musée Espace faïence développent également le tourisme dans la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est reconnue « ville et métiers d'art »[réf. nécessaire].

Sports[modifier | modifier le code]

Le Sporting club malicornais fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[20].

Autres sports
  • Association sportive de tennis.
  • Section cyclotourisme du SC malicornais.
  • Basket Club malicornais.
  • L'Union : boule de fort.
  • Pétanque Club du Canal.

Manifestations[modifier | modifier le code]

C'est dans l'imposant château du village que venaient loger les grands du royaume, dont Madame de Sévigné, pour s'échapper du tumulte parisien. À la même époque, le village, établi sur des carrières d'argile, décida de tirer profit de cette richesse et créa l'un des plus grands ateliers de production de faïences français. Les artisans ont d'ailleurs mis au point la technique particulière de l'ajouré qui consiste à découper avant cuisson des motifs dans la paroi. Un moulin du XVIIIe siècle servait même à broyer des pigments naturels pour fabriquer des émaux. Aujourd'hui, Malicorne prolonge son histoire artistique. À l'initiative de la municipalité et de l'association l'Atelier des Houlaies, la commune organise chaque mois d'octobre une manifestation qui donne l'occasion aux peintres et sculpteurs d'exposer chez des commerçants mais aussi dans divers lieux emblématiques du village. En 2011, pour sa troisième édition, le festival a accueilli 130 artistes. Un échange qui permet de créer du lien, mais qui est également une source d'inspiration pour les nouveaux faïenciers[21].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Le groupe français de musique folk Malicorne tient son nom de Malicorne-sur-Sarthe : c'est en se rendant en Bretagne pour donner un concert au festival de Kertalg au début des années 1970 que le couple fondateur Gabriel et Marie Yacoub (accompagné de Hughes de Courson, lui-même futur membre fondateur du groupe) a été amené à passer par hasard à Malicorne-sur-Sarthe. Hughes de Courson eut l'idée de retenir ce nom pour le groupe, encore en gestation[22].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les villes labellisées », sur Le site Ville et Métiers d'Art (consulté le 23 octobre 2014)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1129
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. a, b, c et d Gaëlle Caudal (dir.), « La transformation des ressources naturelles : L'argile », dans Gaëlle Caudal et al., État des lieux - Patrimoine industriel - Région Pays de la Loire : synthèse de l’histoire industrielle de la région, Région Pays de la Loire - Service Patrimoine (Pôle recherche et inventaire), , 144 p. (lire en ligne [PDF]), pages 8, 107 et 108.
  8. « GASO, la banque du blason - Malicorne-sur-Sarthe Sarthe » (consulté le 22 août 2011)
  9. « Ouest-france.fr - Alain Davaze se représente aux municipales » (consulté le 23 août 2010)
  10. « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre, (consulté le 29 mars 2014).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Église », notice no PA00109793, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Œuvres mobilières à Malicorne-sur-Sarthe », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « Château (également sur commune d'Artheze) », notice no PA00109792, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Croix encadrée : Christ en croix », notice no PM72001159, base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. « Site communal - Le patrimoine » (consulté le 23 août 2011)
  19. « La Chapelle Notre-Dame-de-Chiloup », sur L'Observatoire du Patrimoine Religieux (consulté le 19 janvier 2017)
  20. « Site officiel de la Ligue du Maine – SC Malicornais » (consulté le 13 octobre 2013)
  21. GEO No 397 de mars 2012 p. 123
  22. Article paru dans Trad Magazine no 144 (juillet/août 2012) p. 34-36 : interview de Gabriel Yacoub (propos recueillis par Gérard Viel)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :