Neuvy-le-Roi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuvy.

Neuvy-le-Roi
Neuvy-le-Roi
La ferme de Platé en 1880.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Château-Renault
Intercommunalité communauté de communes Gâtine et Choisilles - Pays de Racan
Maire
Mandat
Patrick Cintrat
2014-2020
Code postal 37370
Code commune 37170
Démographie
Gentilé Noviciens
Population
municipale
1 087 hab. (2016 en diminution de 5,4 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 12″ nord, 0° 35′ 38″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 128 m
Superficie 47,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuvy-le-Roi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuvy-le-Roi
Liens
Site web neuvyleroi.fr/

Neuvy-le-Roi est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution Française, la commune prit provisoirement le nom de Neuvy-la-Loi[1]>

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Patrick Cintrat RPR puis DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 13 décembre 2012, la commune est jumelée avec[2] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 1 087 habitants[Note 1], en diminution de 5,4 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8111 7181 8171 7141 6281 5921 5941 6051 549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4911 4591 4461 3631 3871 3851 4581 5451 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4591 4791 4231 3011 4061 3651 3711 2591 216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2061 0961 0609921 0011 1071 1681 1561 077
2016 - - - - - - - -
1 087--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancien grenier à sel.
  • Ancienne église Saint-André (habitation) Xe/XIIe siècles : nef unique lambrissée XVe siècle, chœur à chevet plat.
  • Château de Beaulieu XIXe siècle.
  • Château de la Martinerie XVIe siècle, XIXe siècle.
  • Château de la Martinière XIXe siècle.
  • Église Saint-Vincent XIIe/XIIIe siècles, remaniée XVIe siècle : nef à voûtes angevines, collatéral à voûtes à caissons XVIe siècle, chapelle seigneuriale XVIe siècle, chœur à voûtes angevines (ancien carré d'un transept disparu), abside à trois pans, clocher charpenté, portail XIIe siècle provenant de l'ancienne église Saint-André ; Dieu de pitié XIVe siècle, statues XVIIe siècle (sainte Anne et saint Joachim).
  • Ferme modèle de Platé, de l'architecte Armand Moisant
  • Maisons à caves superposées.
  • Manoir de la Cave XVe/XVIe siècles, restauré.
  • Manoir de la Chapronnière XVIe siècle.
  • Manoir de la Thivinière XVIe siècle.
  • Manoir du Rouvre XVe, XVIe et XVIIe siècles (une façade remaniée au XVIIIe siècle). La partie principale date du début du XVIIe siècle.
  • Moulin de Pontlay.
  • Nombreux silex taillés.
  • Plusieurs maisons XVe/XVIe siècles, restaurées.
  • Traces de voie romaine.
  • Vestiges de la chapelle de la Chapronnière (ferme) XVIe siècle.
  • Vestiges du château de Beauvais : deux tours d'enceinte, ruines de la chapelle XVIe siècle.
  • Vestiges du château de la Mauvissière, actuellement ferme, XVIe siècle, XIXe siècle.
  • Vestiges du château fort du Bois XIVe siècle, XVIIIe siècle, XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Neuvy-le-Roi

Les armes de Neuvy-le-Roi se blasonnent ainsi :

D'azur à la bande d'or[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui
  2. Jumelages de la commune sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, consulté le 13 décembre 2012.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armand Moisant, De l'architecture métallique aux fermes modèles tourangelles de Madeleine Fargues.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :