Béraud III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Béraud III
Blason famille fr Guichard II Dauphin Jaligny.svg
Armes de Béraud III
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Enfant

Béraud III de Clermont-Sancerre (1380 - 28 juillet 1426 à Ardres[1]), 9e dauphin d'Auvergne (1399-1426), comte de Sancerre (1419-1426) et seigneur de Sagonne (1419-1426),

Biographie[modifier | modifier le code]

Béraud III est le fils du dauphin Béraud II et de la comtesse Marguerite de Sancerre[2].

En 1423, Béraud III permet au roi Charles VII d'installer au château de Sagonne une garnison royale[3] ainsi qu'à Sancerre et Vailly. Dans les chroniques à la date du 31 mars 1423, sous ses ordres combat Jean de Brosse (1375-1433), futur maréchal de France, qui est à la tête de cent hommes d'armes[4]. Le 13 juillet 1425 il est nommé 16e Gouverneur du Dauphiné[5]. Il est tué en Conseil du roi, le 28 juillet 1426, sous les yeux de Charles VII[6].

En 1409, Béraud III épouse en premières noces Jeanne de La Tour d'Auvergne (morte avant 1416), fille de Bertrand IV, seigneur de La Tour d'Auvergne et de Marie, comtesse d'Auvergne[1]. De cette union, nait une fille unique, Jeanne Ire de Clermont-Sancerre (1412-1436), mariée à Louis Ier de Bourbon, comte de Montpensier.

Le 24 juillet 1426 « quatre jours avant sa mort » à Issoudun, il épouse en secondes noces Marguerite de Chauvigny, morte le 23 juillet 1473, fille de Guy II de Chauvigny, seigneur de Châteauroux, Déols, vicomte de Brosse et d'Antoinette Damas de Couzan[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Héraldique et généalogie, no 203, p. 179, 2012.
  2. Informations généalogiques relatives à Béraud III, [lire en ligne].
  3. Château de sagonne
  4. Site pour retrouver des personnages
  5. Jean Duquesne Dictionnaire des gouverneurs de provincs Éditions Christian Paris 2002 (ISBN 2864960990) p. 95.
  6. Lalanne, Dictionnaire historique de France, volume 1, p. 256.

Source[modifier | modifier le code]