Rillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rillé
Rillé
La porte fortifiée de Rillé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais
Intercommunalité communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Christian Simonot
2014-2020
Code postal 37340
Code commune 37198
Démographie
Gentilé Rilléens
Population
municipale
311 hab. (2016 en augmentation de 1,3 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 03″ nord, 0° 14′ 57″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 119 m
Superficie 23,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Rillé

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Rillé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rillé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rillé
Liens
Site web www.rille.fr

Rillé est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Rillé est située sur l'axe routier Château-la-Vallière - Gizeux, près du département de Maine-et-Loire et dans le Haut-Anjou.

Altitude du bourg = 83 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Rillé.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 17,31 km, comprend deux cours d'eau notables, l'Authion (1,561 km), qui prend localement le nom de Changeon, et le Lathan (6,163 km), et sept petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

L'Authion, d'une longueur totale de 99,8 km, prend sa source à 86 m d'altitude près de Bourgueil, à Hommes, à la fontaine de la Favrie[3]. et se jette dans la Loire près d'Angers à Sainte-Gemmes-sur-Loire, à 15 m d'altitude[4], après avoir traversé 29 communes[5]. Sur le plan piscicole, l'Authion est classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[6].

Le Lathan, d'une longueur totale de 57,9 km, prend sa source dans la commune d'Hommes et conflue en rive droite de l'Authion à Beaufort-en-Anjou (Maine-et-Loire), après avoir traversé 16 communes[7]. Sur le plan piscicole, le Lathan est également classé en deuxième catégorie piscicole[6].

Deux zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « le lac de Rillé » et « la vallée du Château de Malcombe »[8],[9].

Le lac de Pincemaille, également nommé lac de Rillé, a été créé en 1977 afin de servir de réservoir d’eau à destination des agriculteurs situés en aval. D'une superficie de 250 ha, le lac de Rillé occupe une partie du territoire communal de Channay-sur-Lathan et Rillé en Indre-et-Loire, mais aussi de Breil en Maine-et-Loire. Il constitue une réserve ornithologique où plus de 250 espèces (hérons, grèbes huppés, chevaliers, canards) ont été recensées par la Ligue pour la protection des oiseaux de Touraine. Un centre de loisirs y a été aménagé permettant d'exercer diverses activités nautiques[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la ville eut le droit de devenir une ville close de l'Anjou.

Dans la première moitié du XIe siècle, la seigneurie est au prévôt Airard, fidèle du comte Geoffroi Martel, suivi de son gendre Geoffroy Papabos ou Papebœuf vers 1050/1060[11]. Le fils de Geoffroi, Robert Papebœuf, semble épouser vers 1115 Marguerite de St-Médard/Cinq-Mars, fille d'Hardouin Ier et sœur d'Hardouin II de St-Médard[12] ; se succèdent alors à Rillé leurs deux enfants : Ridel/Rideau puis sa sœur Adélaïde Papebœuf de Rillé. Les Maillé héritent des Papebœuf vers la moitié du XIIe siècle — Adélaïde/Adeline/Adèle Papebœuf épousant alors Jacquelin de Maillé : des trisaïeuls d'Hardouin V de Maillé ci-après — et conservent Rillé jusqu'au début du XVIe siècle (avec Champchevrier à partir du XIIIe siècle). Puis Rillé passe aux héritières Françoise de Maillé dame de Maillé, qui épouse vers 1500 Gilles Ier de Laval baron de Loué, Benais, Bressuire : parents de Gilles II de Laval-Loué ; et sa sœur cadette Françoise de Maillé la Jeune dame de Rillé, mariée en 1502 à François, fils d'Imbert de Bastarnay du Bouchage de Montrésor : beaux-parents de Jean II Daillon du Lude et de Champchevrier par leur fille Anne de Batarnay. Prêtent alors l'hommage pour Rillé : Gilles II de Laval en avril 1542, Anne de Batarnay en août 1575, et Jean de Daillon dès juillet 1530 et mars 1532[13].

Vers 1400, Marguerite-Dauphine d'Auvergne-Sancerre, femme de Jean IV de Bueil et mère de l'amiral Jean V comte de Sancerre, est aussi dite dame de Rillé[14] : s'agit-il d'une seigneurie secondaire, partielle, la grand-mère maternelle de Marguerite-Dauphine étant Marguerite de Marmande, femme de Jean III de Sancerre et petite-fille maternelle de Marie de Maillé fille d'Hardouin V ?

Les Daillon du Lude gardent Rillé au moins jusqu'à François de Daillon (1570-1619) et sa veuve Françoise de Schomberg[15], puis le cèdent au maréchal Antoine de Ruzé marquis d'Effiat (1581-1632) sire de Cinq-Mars et de Mesnil-Maulay/Mesnil-Rillé[16]. Vers 1709/1714, son petit-fils Antoine marquis d'Effiat (1639-1719 ; sans postérité) vend les domaines de Rillé, du Mesnil et de Savigné[17] à Gilles Lespagnol de La Plante, secrétaire du roi (en 1770, un Gilles Lespagnol de La Plante détenait le château de Frau à Thizay). Vente vers 1753 par les Lespagnol de La Plante au dernier baron de Rillé, sire de Mesnil-Rillé, Savigné et Lathan, aussi riche propriétaire à St-Domingue, Jacques-Marie Pays de Lathan : il émigre à la Révolution, ses biens étant vendus vers 1792/1793 nationalement (c'est-à-dire comme biens nationaux)[18].

Sous l'Ancien Régime, Rillé dépendait de Château-la-Vallière et faisait partie intégrante de l'Anjou et plus précisément de la sénéchaussée angevine de Baugé (dépendante de la sénéchaussée principale d'Angers) jusqu'à la Révolution française.

La commune est située aujourd'hui dans la Touraine angevine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Mauricette Labani    
mars 2008 mars 2014 Thierry Martin    
mars 2014 En cours Christian Simonot DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2016, la commune comptait 311 habitants[Note 2], en augmentation de 1,3 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500510434430517572629622636
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
642693732730708699734758728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
679646615552540505482493499
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
424479406395275272284307312
2016 - - - - - - - -
311--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rillé se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Saint-Cyr.

L'école élémentaire accueille les élèves de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le « petit train » de Rillé.

En 1213, Hardouin IV de Maillé donna les reliques de saint Urbain à l’église ; il les tenait du pape Innocent III, qui les lui avait remises comme récompense des services qu’il rendit à la chrétienté. D’où le pèlerinage et la confrérie fondée dès 1252 par le cardinal d’Estoutteville, évêque de Clermont et légat du pape.

La rivière du Lathan divise la ville en deux parties : quoique défendue par les murailles, les fossés et le cavalier très élevé, la partie Nord était la plus faible. Aussi, pour en assurer la défense, Hardouin IX de Maillé prit le parti de sacrifier l’église paroissiale et le presbytère qui se trouvaient rive droit, en exhaussant la chaussée existante, afin que les eaux de la rivière du Lathan puissent remplir les fossés de la place : ainsi fut formé vers 1445, le plus vaste étang d’Anjou, dit lac de Rillé.

Outre l'église et le presbytère, des maisons particulières et la chaussée primitive du port furent submergées. Les propriétaires furent indemnisés entre 1448 et 1474.

L'église paroissiale fut démolie et le culte transféré dans celle du prieuré, dépendant du château, situé tout près. L’actuelle église paroissiale est donc l’église du Prieuré.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Picard, astronome connu pour sa « Mesure de la Terre », a été prieur de Rillé, vers 1661-1675, d'après Delambre et d'autres travaux récents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Rillé », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  3. « Source de l'Authion » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2019).
  4. « Confluence de l'Authion dans la Loire » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2019).
  5. « Fiche Sandre - l'Authion », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  6. a et b « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  7. « Fiche Sandre - le Lathan », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  8. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019)
  9. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019)
  10. « Le lac de Rillé », sur http://www.rille.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  11. « L'origine des familles seigneuriales dans la région de la Loire moyenne, par Jacques Boussard, p. 305, note 16 », sur Cahiers de Civilisation médiévale, p. 303-322, 1962, mis en ligne par Persée
  12. « Ridel de Rillé », sur Geneanet, arbre de François Gautier
  13. « Rillé », sur site de toponymie de Denis Jeanson
  14. Recherches sur la Maison de Bueil, par R.C. Famiglietti, Picardy Press à Providence (Rhode Island, USA), 2018, p. 117
  15. « Pays de Lathan, baronnie de Rillé p.74 », sur Archives départementales d'Indre-et-Loire antérieures à 1790, inventaire par Charles Loizeau de Grandmaison, t. Ier, 1878
  16. « Le manoir du Mesnil à Channay-sur-Lathan », sur Forum Touraine insolite, par Mikerynos
  17. « Savigné-sur-Lathan », sur Marches GPS en Touraine
  18. « Les Pays de Lathan, par Natacha Bonnet », sur Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 2000, 107-4 pp. 43-70, mises en ligne par Persée
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.