Thomas Kyriell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas Kyriell (1396–1461) est un soldat anglais de la Guerre de Cent Ans et de l'ouverture de la Guerre des Deux-Roses. Il est exécuté après la seconde bataille de Saint-Albans[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Les familles "de Criol", "Kyriel" ou "Kyriell" acquirent une position importante dans le Kent, quand elles fortifièrent le château de Westenhanger (en), vers le milieu du XIVe siècle[2].

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Kyriell servit sous Henri V en Normandie, et en 1436 il tint la forteresse du Crotoy en Picardie[3]. Il servit sous les ordres de John Talbot dans les environs de Rouen, et fut fait banneret en 1443[1]. Il commande les forces anglaises en 1450 lors de la bataille de Formigny, qui fut une victoire française[4].

Libéré après avoir été capturé à Formigny, Kyriell fut membre du Parlement. Il se présenta comme Yorkiste, par opposition à Edmond Beaufort (3e duc de Somerset)[5]. Il fut ouvertement un commandant de la maison d'York en 1460, quand la bataille s'engagea dans le cadre de la Guerre des Deux-Roses[6]. Richard Neville (16e comte de Warwick) fit élire Kyriell à l'Ordre de la Jarretière le 8 février 1461, avec lui-même et deux autres partisans[7].

À la seconde bataille de Saint-Albans, neuf jours plus tard, Kyriell se trouva dans le camp des perdants et fut capturé alors qu'il gardait le roi, Henri VI, qui était prisonnier des Yorkistes. Marguerite d'Anjou fit prononcer à Édouard de Westminster, prince de Galles le sort de la garde yorkiste et il fut décapité avec William Bonville[8].

Famille[modifier | modifier le code]

Kyriel fut marié à Cicely, fille du Membre du Parlement John Stourton, et dont le premier mari avait été John Hill de Spaxton[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Anne Curry, « Kyriell, Sir Thomas (1396–1461) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  2. (en) Roy D. Ingleton, Fortress Kent, Casemate Publishers, (ISBN 978-1-84884-888-7, lire en ligne), p. 87
  3. (en) David Grummitt, The Calais Garrison: War and Military Service in England, 1436-1558, Boydell & Brewer Ltd, (ISBN 978-1-84383-398-7, lire en ligne), p. 68
  4. (en) Adrian R. Bell, Anne Curry, Andy King et David Simpkin, The Soldier in Later Medieval England, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-968082-5, lire en ligne), p. 82
  5. (en) David Nicolle, The Fall of English France 1449-53, Osprey Publishing, (ISBN 978-1-78096-035-7, lire en ligne), p. 21
  6. (en) Malcolm Mercer, The Medieval Gentry: Power, Leadership and Choice During the Wars of the Roses, A&C Black, (ISBN 978-1-4411-9064-2, lire en ligne), p. 41
  7. (en) Peter Burley, Michael Elliot et Harvey Watson, The Battles of St Albans, Pen and Sword, (ISBN 978-1-4738-1903-0, lire en ligne), p. 54
  8. (en) David Bret, The Yorkist Kings & The Wars of The Roses Part One: Edward IV, Lulu.com (ISBN 978-1-291-52917-3, lire en ligne), p. 85
  9. « Stourton, John I (d.1438), of Preston Plucknett, Som., History of Parliament Online » (consulté le 20 décembre 2014)