Saint-Paterne-Racan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Paterne et Racan.
Saint-Paterne-Racan
Saint-Paterne-Racan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Château-Renault
Intercommunalité communauté de communes Gâtine et Choisilles - Pays de Racan
Maire
Mandat
Jean-Pierre Poupee
2014-2020
Code postal 37370
Code commune 37231
Démographie
Gentilé Saint-Paternois
Population
municipale
1 657 hab. (2015 en diminution de 1,13 % par rapport à 2010)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 10″ nord, 0° 28′ 59″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 134 m
Superficie 47,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paterne-Racan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paterne-Racan

Saint-Paterne-Racan est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans la Gâtine, la commune est située à 30 km au nord-ouest de Tours. Saint-Paterne est traversé par l'Escotais aussi appelé le Nais.

Toponymie et hydronymie[modifier | modifier le code]

Saint-Paterne a sans doute été une étape dans la translation des restes de saint Paterne, évêque d'Avranches, jusqu'à Artonne, en Auvergne, pour les soustraire aux pillages des Normands.

Honorat de Bueil, né en 1589 à Aubigné-Racan (Sarthe), seigneur de Racan, possédait le château de la Roche à Saint-Paterne. Il le vendit au comte Michel Roland des Escotais le 2 novembre 1745[1],[R 1].

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Saint-Paterne, porta provisoirement à partir du 14 pluviôse an II et pour deux ans à peine le nom de Les Bains, mais les raisons de ce choix sont inconnues[R 2].

C'est en 1936 que le nom de la commune fut changé en Saint-Paterne-Racan.

L'Escotais ne prend ce nom qu'à la fin de XVIIIe siècle. C'est celui du comte des Escotais, dont le cours d'eau arrose les terres[R 3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Paterne-Racan

Les armes de Saint-Paterne-Racan se blasonnent ainsi :

D'azur au croissant d'argent accompagné de six croisettes potencées au pied fiché d'or ordonnées 3 et 3[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[R 4]
Période Identité Étiquette Qualité
1er février 1790 8 mai 1791 Charles Jarossay   Notaire
20 novembre 1791 11 novembre 1795 Jean-Stanislas Bodin    
1795 1800 Charles Jarossay   Notaire
14 octobre 1800 30 novembre 1800 Pierre Brisset   Marchand étaminier
30 novembre 1800 2 avril 1807[Note 1] Pierre Clairet   Chirurgien
9 mai 1807 juin 1815 Laurent Bodin   Médecin
juin 1815 juillet 1815 Jean-François Fronteau   Marchand
juillet 1815 octobre 1815 Laurent Bodin   Médecin
5 avril 1816 15 novembre 1825 Nicolas-Françis Chevallier    
15 novembre 1828 3 novembre 1830 Pierre Rangeard   Marchand
3 novembre 1830 1841 Pierre-Jean Clairet   Chirurgien
1841 1847 Louis-François de Sarcé    
22 septembre 1847 1855 Emmanuel-Marie le Chat de Tessecourt    
5 octobre 1855 1862 Emmanuel-Marie le Chat de Tessecourt fils    
30 octobre 1862 1870 Louis de Sarcé fils    
13 novembre 1870 1873 Jean Burin   Cultivateur
14 septembre 1873 1878 Louis de Sarcé fils    
7 novembre 1878 1888 Antoine-Marie Veau   Notaire
31 mai 1888 1892 Emmanuel-Marie le Chat de Tessecourt fils    
15 mai 1892 1913 Constant Bazoge   Marchand tanneur
18 mai 1913 1929 Félix Beunet    
9 mai 1929 1944 Gaston Boyer   Négociant
novembre 1944 1945 Albert Lebatteux   Charpentier
16 mai 1945 1947 Aimé Bion   Négociant
1er novembre 1947 7 juillet 1953 Robert Barrier   Garagiste
27 novembre 1953 1965 Albert Bardet   Cultivateur
28 mars 1965 1970 Jean Gaboriau   Inspecteur des finances
29 novembre 1970 1983 Alexandre de La Bouillerie    
20 mars 1983 2014 Henri Zamarlik UDF puis AC-UDI Professeur d'université - conseiller général
2014 en cours au 15 mars 2018 Jean-Pierre Poupée UMP-LR Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 1 657 habitants[Note 2], en diminution de 1,13 % par rapport à 2010 (Indre-et-Loire : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 095 2 159 2 157 2 203 2 060 2 118 2 148 2 056 2 022
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 940 1 957 1 909 1 754 1 800 1 832 1 772 1 792 1 771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 800 1 848 1 853 1 688 1 703 1 668 1 606 1 724 1 639
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 693 1 617 1 718 1 508 1 449 1 511 1 637 1 655 1 637
2015 - - - - - - - -
1 657 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Clairet meurt en cours de mandat.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  • Saint-Paterne au Pays de Racan, CLD, 1993 :
  1. Robert 1993, p. 37.
  2. Robert 1993, p. 60.
  3. Robert 1993, p. 15.
  4. Robert 1993, p. 91.
  • Autres sources :
  1. a et b Louis Arnould, Racan - histoire anecdotique de sa vie et de ses oeuvres, Genève, Statkins reprints, (lire en ligne), p. 590
  2. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Table de la Gazette de France, Paris, (lire en ligne), p. 350

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Robert, Saint-Paterne au Pays de Racan, Chambray-lès-Tours, CLD, , 173 p. (ISBN 2-85443-267-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :