Histoire des Juifs en République tchèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce article retrace l'histoire des Juifs en République tchèque.

Les Juifs durant le Troisième Reich[modifier | modifier le code]

Quand la Wehrmacht envahit la Bohême-Moravie en mars 1939, celle-ci compte un peu moins de 120 000 Juifs dont à peu près 20 000 avaient auparavant fui le Reich ou les Sudètes annexées en septembre 1938[1]. La législation antisémite des nazis est tout de suite appliquée. Des personnalités de la communauté sont envoyées à Buchenwald. Dans le cadre du projet nazi de « réinstallation » des Juifs à l'Est, 1200 Juifs sont déportés à Nisko dans les premiers mois de la guerre[2]. Les déportations reprennent avec l'arrivée de Reinhard Heydrich comme protecteur adjoint de la Bohême-Moravie en octobre 1941. 4000 Juifs sont déportés dans le ghetto de Lodz entre le 16 octobre et le 3 novembre 1941, puis 1000 autres personnes dans le ghetto de Minsk, le 16 novembre de la même année.

75 000 Juifs de Bohême-Moravie sont ensuite déportés à Theresienstadt. 10% sont morts dans ce camp de concentration. 60 000 ont été ensuite envoyés dans les centres de mise à mort. Il n'y a que 14 000 Juifs de Bohême-Moravie qui ont survécu au processus de déportation. Si on tient compte de ceux qui ont pu émigrer avant 1941, un tiers seulement des Juifs de Bohême-Moravie a survécu[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Bensoussan (dir.), Jean-Marc Dreyfus (dir.), Édouard Husson (dir.) et al., Dictionnaire de la Shoah, Paris, Larousse, coll. « À présent », , 638 p. (ISBN 978-2-035-83781-3), p. 139
  2. Bensoussan, Dreyfus et Husson 2009, p. 140
  3. Bensoussan, Dreyfus et Husson 2009, p. 141

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]