Johannes Urzidil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Johannes Urzidil
Johannes Urzidil (1896-1970).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Hans ElmarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Domaine
Littérature pragoise de langue allemande (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Site web
Distinctions
Prix Charles Veillon de langue allemande ()
Grand prix d'État de littérature autrichien (d) ()
Prix Andreas-Gryphius ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Johannes Urzidil, né le à Prague et mort le à Rome, est un écrivain et poète de langue allemande. Contemporain de Franz Kafka, il écrivit beaucoup sur Prague et la Bohême. Il parlait couramment le tchèque et représentait à sa façon la Prague cosmopolite du début du XXe siècle.

L'astéroïde (70679) Urzidil a été nommé en son honneur.

Bibliographie (seulement livres en français)[modifier | modifier le code]

  • Le triptyque de Prague, traduit par Jacques Legrand, Paris, Desjonquères, 1988[1]
  • La Maison des neuf diables, traduit par Jacques Legrand, Paris, Desjonquères, 1989.
  • La bien-aimée perdue, traduit par Jacques Legrand, Paris, Desjonquères, 1990[2]
Prix Charles Veillon 1957
  • La Fuite de Kafka, traduit par Jacques Legrand, Paris, Desjonquières, 1991[3]
  • L'or de Caramablu, traduit par Isabelle Ruiz, Paris, Horay, 1998[4]
  • Isabelle Ruiz, Johannes Urzidil : le dernier conteur pragois de langue allemande entre l'engagement et la distance. Thèse de doctorat, Paris, 1997[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]