Répartition géographique de l'allemand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Répartition géographique de l'allemand
Image illustrative de l’article Répartition géographique de l'allemand
  • L'allemand est la langue (co-)officielle (de jure ou de facto) et la langue maternelle de la majorité de la population
  • L'allemand est une langue co-officielle, mais n'est pas la langue maternelle de la majorité de la population
  • Carrés : l'allemand standard (ou une variété d'allemand) est reconnue légalement comme minorité linguistique ; aplats : langue nationale ou culturelle par la loi
  • Allemand standard (ou dialecte allemand) parlé par une minorité appréciable (>50 000), mais sans statut officiel
Image illustrative de l’article Répartition géographique de l'allemand
(cf. ci-dessus)
Membres

L’allemand, sous sa forme standard et dialectale, s'est diffusé dans de nombreux pays, avec des statuts différents.

Pays germanophones[modifier | modifier le code]

Pays où les germanophones sont majoritaires :

  • Allemagne
  • Autriche
  • Suisse
  • Liechtenstein

Pays où il existe une minorité germanophone[modifier | modifier le code]

Les germanophones sont minoritaires dans les pays suivants :

La communauté allemande européenne est souvent désignée sous le terme de Mittel-Europa (« Europe centrale »), qui désigne la communauté culturelle des germanophones vivant dans les pays qui descendent de l'ancien Empire allemand et de l'Empire d'Autriche-Hongrie

De même, subsistent des communautés ultra-minoritaires mais souvent soudées :

  • en Amérique :
  • en Europe de l'Est : il existait avant la Seconde Guerre mondiale de nombreuses communautés allemandes dans plusieurs pays de l'Est. Après la guerre, ces communautés ont souvent été expulsées ou ont émigré en Allemagne :
    • Roumanie : dans la Crișana, en Bucovine et surtout en Transylvanie (Siebenbürgen) où ils sont dénommés « Saxons de Transylvanie » (Siebenbürger Sachsen),
    • Pologne : en Silésie, en Prusse Orientale du sud (Varmie-Mazurie) et dans la région de Gdańsk (Dantzig), du fait de l'extension des terres prussiennes et du Reich allemand,
    • République tchèque : l'allemand est la langue de nombreux intellectuels et dans les Sudètes, région peuplée d'une population d'origine allemande expulsée à la fin de la Seconde Guerre mondiale,
    • Russie : particulièrement à Kaliningrad, ex-Königsberg, capitale de la Prusse-Orientale, ancien territoire allemand jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et par la communauté des Allemands de la Volga,
    • Lituanie : dans le Memelland (région de Klaipėda, en allemand « Memel »), qui faisait partie de l'ancienne province allemande de Prusse-Orientale,
    • Slovaquie : dans les Carpates.

En Océanie, dans l'ancienne colonie allemande de Nouvelle-Guinée qui a existé de 1884 à 1919, était parlée une forme de créole à base d'allemand appelé Unserdeutsch (« notre allemand ») mais qui n'est plus parlé aujourd'hui que par une poignée de personnes âgées.

Nombre de locuteurs par pays[modifier | modifier le code]

La hiérarchie des langues mondiales : l'allemand est une langue régionale en Europe, selon David Graddol (en)[1].
Selon de Swaan (nl) (2001)[réf. nécessaire], l'allemand est une langue supercentrale. Traduction de l'image : 1 langue hypercentrale (anglais) ; 13 langues supercentrales (arabe, mandarin, anglais, français, allemand, hindi, japonais, malais, portugais, russe, espagnol, swahili, turc) ; langues centrales (environ 100) ; langues périphériques (toutes les autres, 98 % des langues du monde).

On évalue en 2020 à environ 130 millions le nombre de germanophones dans le monde ayant l'allemand comme langue maternelle[2]. Leur répartition par ordre décroissant est la suivante[source insuffisante] :

  • Allemagne : 81 470 000
  • Autriche : 8 100 000
  • Suisse : 4 900 000
  • États-Unis : 1 100 000
  • France : 1 036 498 (en 1806)[3]
  • Brésil : 1 000 000
  • Russie : 890 000
  • Roumanie : 500 000
  • Italie : 500 000
  • Canada : 409 200
  • Argentine : 400 000
  • Kazakhstan : 350 000
  • Mexique : 280 000
  • Pologne : 170 000
  • Chili : 150 000
  • Australie : 150 000
  • Paraguay : 150 000
  • Belgique : 112 000
  • Kirghizistan : 101 000
  • Hongrie : 100 000
  • République tchèque : 100 000
  • Afrique du Sud : 100 000
  • Ouzbékistan : 40 000
  • Pérou : 30 000
  • Liechtenstein : 30 000
  • Namibie : 30 000
  • Uruguay : 28 000
  • Danemark : 23 000
  • Slovénie : 20 000
  • Slovaquie : 10 000
  • Luxembourg : 9 200
  • Moldavie : 7 000
  • Porto Rico : 1 400
  • Émirats arabes unis : 1 300

Statut de l’allemand par territoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Graddol (en), The Future of English? : A guide to forecasting the popularity of the English language in the 21st century, British Council, , 64 p. (ISBN 9780863554889, OCLC 837677634).
  2. « L’allemand dans le monde », sur deutschland.de, (consulté le ).
  3. Sébastien Bottin, Mélanges sur les langues, dialectes et patois, Paris, 1831.

Voir aussi[modifier | modifier le code]