Jan Žižka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Statue équestre de Jan Žižka au mémorial national de Vítkov.
Jan Žižka

Jan Žižka z Trocnova a Kalicha (prononcer: Yan Jijka z Trotsnova, soit Jean Žižka de Trocnov et Kalich) est le chef de guerre des Hussites (né en 1370 au château seigneurial de Trocnov et mort le 11 octobre 1424). Il met au point la tactique du wagenburg qui permet aux Hussites de tenir tête pendant dix-huit ans (1419-1436) aux armées impériales.

Issu d’une famille noble et allemande de Prague[1], il combat durant sa jeunesse au service de Venceslas IV de Bohême. Il perd un œil à la bataille de Tannenberg, ce qui lui vaut son surnom de « borgne » (žižka).

Le tacticien[modifier | modifier le code]

Il s’impose comme un innovateur au service des succès militaires hussites dans le cadre des croisades contre les Hussites. Il est l’un des quatre capitaines du peuple. Ses soldats étant essentiellement des paysans devant affronter les chevaliers, il adapte leurs outils pour en faire des armes de guerre.

Il met au point la tactique du wagenburg, pour contrer la cavalerie lourde. Le wagenburg utilise des chariots lourdement protégés, et comptant un équipage d’une vingtaine d’hommes : quatre à huit archers, deux arquebusiers, six à huit piquiers, deux cochers. Ces wagons forment le carré ou le cercle, qui abrite éventuellement la cavalerie.

Le wagenburg est une tactique défensive-offensive, utilisant l’obstacle mobile. Lorsque l’ennemi se présente, le cercle est fait. La cavalerie lourde se ruait en général sur l’obstacle ; dès qu’elle est au contact, les archers et les arquebusiers sortent de leur abri et foudroient l'assaillant. Au cas où il viendraient à manquer de munitions, des quartiers de roc sont stockés dans le chariot. Après avoir brisé la charge, et lorsque l’ennemi est démonté et démoralisé, les hommes armés de piques et d’épées sortent du retranchement et assaillent violemment les cavaliers. Éventuellement, la cavalerie restée à l’intérieur ou qui se dissimulait aux alentours, attaque également. L’ennemi est alors vaincu.

La tactique du wagenburg a été utilisée lors de la bataille de Sudoměř, de laquelle Jan Žižka sort victorieux. Elle sera utilisée également plus tard par les Allemands à la bataille de Tachov, sans succès, car sans entraînement suffisant.

Il a donné son nom au quartier praguois de Žižkov.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Béranger, Histoire de l'empire des Habsbourg Fayard 1990, rééd. Tallandier 2012, T.I p. 121

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George Sand lui consacre un roman Jean Zizka, écrit en 1843.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Église hussite
  • Croisades contre les hussites

Liens externes[modifier | modifier le code]