Histoire des Juifs au Luxembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Histoire du judaïsme par pays

L’histoire des Juifs au Grand-Duché de Luxembourg remonte à 1276, date du premier document mentionnant des Juifs dans la ville de Luxembourg[1]. Une petite communauté juive s’y maintient et s’agrandit, atteignant environ 3 500 personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Seules 1 555 d'entre elles ont survécu à la Shoah[1]. Un nouveau consistoire a été établi après celle-ci.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette histoire est très liée à celle des Juifs dans les deux grands pays voisins, la France et l'Allemagne. Les Juifs ne commencent à s'installer durablement sur le territoire de l'actuel Luxembourg qu'à partir des années 1800. Ils viennent pour beaucoup du Nord-Est de l'Hexagone et d'Allemagne ; ce sont généralement des ruraux modestes qui travaillent dans le commerce. Les personnalités juives luxembourgeoises restent rares, même si on peut citer le physicien Gabriel Lippmann ou le peintre Guido Oppenheim (lt) ; on compte aussi très peu d'hommes politiques, si ce n'est le député Marcel Cahen (lt). La communauté juive est davantage présente dans l'industrie et le commerce, par exemple la famille Godchaux, propriétaire de la draperie de Schleifmuhl. Au XXe siècle, la hausse de l'immigration juive venant d'horizons géographiques variés rend cette communauté hétérogène, notamment quant aux rites religieux ou au rapport au sionisme. Le Grand-Duché étant une nation récente, les Juifs du pays calquent leur identité sociale en lien avec la dimension de carrefour culturel et linguistique du pays. L'arrivée successive de rabbins venant de France ou d'Allemagne l'illustre, le plus important étant sans doute le grand-rabbin Samuel Hirsch, qui marque l'histoire de la communauté juive luxembourgeoise[2].

Contrairement à ses voisins, le Luxembourg ne connaît pourtant pas la violence des manifestations antisémites que constituent l'affaire Dreyfus ou l'ascension d'Adolf Hitler. Pour le journaliste Laurent Moyse (lt), « le contact des autochtones avec les Israélites du Luxembourg fut davantage empreint de méfiance que de véritable haine ». Le pays est néanmoins mêlé aux soubresauts de l'Histoire provoqués par ces voisins, notamment les déportations durant la Seconde Guerre mondiale. Entre 1941 et 1943, la synagogue de Luxembourg est profanée et détruite[2].

Les ouvrages sur l'histoire des Juifs au Luxembourg sont rares, si ce n'est celui du grand-rabbin Charles Lehrmann, général, et celui de Paul Cerf centré sur la Seconde Guerre mondiale. En 1998, un colloque est organisé par le B'nai B'rith sur le sujet de l'histoire des Juifs au Luxembourg[2].

Au début du XIXe siècle, le Luxembourg accueille une quinzaine de familles juives. Leur proportion augmente vite mais reste réduite (335 Juifs en 1828, soit 1 % de la population), l'apogée étant atteinte en 1939 (3700), due à une immigration récente de réfugiés d'Europe de l'Est. La déportation et l'extermination de Juifs pendant la guerre en réduit le nombre, qui reste depuis constant en nombre absolu mais diminue en termes relatifs, du fait de l'augmentation de la population totale[2].


Patrimoine juif du Luxembourg[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Anciens Pays-Bas et Belgique[modifier | modifier le code]

  • J. Stengers, Les juifs dans les Pays-Bas au Moyen Age, Bruxelles, 1950, Académie royale de Belgique, Classe des lettres et des sciences morales et politiques. Mémoires, in-8°, t. XLV, fasc. 2.
  • J.-Ph. Schreiber, L'immigration juive en Belgique du Moyen Âge à la Première Guerre mondiale, Bruxelles, 1996, éditions de l'Université de Bruxelles, collection « Spiritualités et pensées libres ».

Luxembourg[modifier | modifier le code]

  • Ch. et G. Lehrmann, La communauté juive du Luxembourg dans le passé et dans le présent, Esch-sur-Alzette, 1953.
  • J.-M. Yante, « Les Juifs dans le Luxembourg au Moyen Âge », dans Bulletin trimestriel de l'Institut archéologique du Luxembourg, 62e année, 1986, p. 3-33.
  • J.-M. Yante, « Présence et activités des Juifs dans le Luxembourg médiéval », dans A. Reuter et D. Scuto, Itinéraires croisés. Luxembourgeois à l'étranger, étrangers au Luxembourg / Menschen in Bewegung. Luxemburger im Ausland, Fremde in Luxemburg, Esch-sur-Alzette, 1995, p. 42-45 et 223-224.
  • W. Reichert, Landesherrschaft zwischen Reich.
  • 50e anniversaire de la synagogue de Luxembourg, Comité d'organisation de la Journée européenne de la culture juive - Luxembourg, Consistoire israélite de Luxembourg, 2003, 22 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]