Châtiment divin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un châtiment divin est une punition surnaturelle d'une personne, d'un groupe d'individu ou de tout le monde par une divinité, en réponse à certains actes. De nombreuses cultures, religions et mythologies disposent de récits faisant état de punitions divines à l'encontre de populations ayant précédemment habité leurs terres et ayant causé leur perte.

Concept commun à plusieurs religions[modifier | modifier le code]

Par exemple, l'un des châtiments divins que l'on retrouve dans de nombreuses cultures est celui du déluge détruisant l'Humanité, mythe décrit dans l'Épopée de Gilgamesh en Mésopotamie, dans le Véda hindu en Asie du Sud ou encore dans le Livre de la Genèse (6:9-8:22), et qui fait à chaque fois état de la survivance d'un personnage, sauvé par la divinité. Dans l'Épopée de Gilgamesh c'est Utnapishti, et dans le Livre de la Genèse c'est Noé. Le Coran reprend ce mythe en faisant référence à un homme nommé Nuh, qui aurait été sommé par Dieu de construire une arche.

D'autres exemples existent dans la littérature religieuse juive comme la dispersion des créateurs de la tour de Babel (Livre de la Genèse, 11:1-9), la destruction de Sodome et Gomorrhe (Livre de la Genèse, 18:20-21 et 19:23-28, mais aussi dans le Coran, 7:80-84)[1], les dix plaies d'Égypte lors de la persécution des fils d'Israël (Livre de l'Exode, chapitre 7 à 12). De manière similaire dans la mythologie grecque, la déesse Héra était souvent furieuse quand son mari Zeus s'éprenait d'une femme mortelle et s'accouplait avec elle. Héra punissait alors systématiquement les enfants issus de ces unions éphémères. Dans l'une des variantes de ce mythe, Méduse aurait été transformée en monstre pour la punir de sa vanité; dans une autre, elle aurait été transformée pour la punir d'avoir été violée par Poséidon.

Dans la plupart des cas, la Bible ne fait mention que de châtiments divins retardés ou reportés à une date ultérieure[2].

Cas des religions rejetant ce concept[modifier | modifier le code]

Certaines religions n'ont toutefois pas ce concept de châtiment divin, ou de dieux capables de ressentir ou d'exprimer des sentiments humains comme la jalousie, la vengeance ou la colère. Par exemple dans le Déisme et la Pandéisme, le Créateur n'intervient nullement dans la monde humain. Dans le Panthéisme (à l'image du Pandéisme), Dieu est l'univers et tout ce qu'il contient, n'ayant donc aucun besoin de punir car d'une certaine manière ceci reviendrait à considérer qu'il se punirait lui-même. On retrouve cette position dans l'Hindouisme par exemple.

Dans le Bouddhisme, le concept de châtiment divin est formellement rejeté. Gautama Buddha n'a jamais fait état de croyance concernant une divinité créatrice[3],[4] du monde, refusant même de se positionner sur le sujet[5] et suggérant par la même que la cherche des réponses aux questions sur l'origine du monde était vaine[6],[7]. La non-adhésion[8] à la notion d'omnipotence d'un dieu créateur, ou encore au concept de Premier moteur est l'un des points de différenciation les plus nets entre le Bouddhisme et les autres religions.

Mais pour autant, les bouddhistes acceptent l'idée que des êtres puissent exister dans des royaumes supérieurs (concept défini dans la Cosmologie bouddhiste), connus sous le nom de dévas. Mais ils sont comme les humains soumis aux souffrances du Saṃsāra[9] et ne sont pas présentés comme automatiquement supérieurs aux hommes. Le Buddha est souvent décrit comme un enseignant pour les dieux[10], et supérieur à eux[11]. Mais cette infériorité vis-à-vis du Bouddha n'empêche pas qu'ils soient perçus comme des dévas éclairés[12]. Mais comme ils peuvent aussi être dévas ignorants, pouvant se livrer à des actes de châtiment mais s'ils le font, ils le font par leur propre ignorance d'une plus grande vérité.

Malgré le fait que le Bouddhisme ne reconnait pas de dieu en tant que tel et par là même le concept de châtiment divin, il accepte néanmoins le concept de karma qui renvoie au concept de punition, à travers la réincarnation dans le royaume des tourments, pour ses mauvaises actions. À l'inverse dans les religions abrahamiques, les conséquences des actes ne sont pas éternelles bien qu'elles puissent durer longtemps.

"La Colère de Dieu"[modifier | modifier le code]

"La Colère de Dieu", expression anthropomorphique pour désigner l'attitude supposée de Dieu face au péché[13], est mentionnée de nombreuses fois dans le Nouveau Testament, dont voici quelques exemples :

  • Jean 3:36 - "Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui."
  • Romains 1:18 - "La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive".
  • Romains 5:9 - "À plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère".
  • Romains 12:19 - "Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit : à moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur"
  • Ephésiens 5:6 - "Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion."
  • Actes des apôtres, 5:1-11 : Ananie et Saphire meurent foudroyés par la colère divine parce qu'ils n'ont pas fait don de tous leurs biens à la première Église chrétienne
  • Apocalypse 6:17 - "car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister?"
  • Apocalypse 14:19 - "Et l'ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu"
  • Apocalypse 15:1 - "Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable: sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s'accomplit la colère de Dieu."
  • Apocalypse 19:15 - "De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l'ardente colère du Dieu tout-puissant."

Le Nouveau Testament associe la colère de Dieu à l'imagerie du Jugement Dernier, décrit allégoriquement dans Romain 2:5 comme le "jour de la colère", mais aussi dans l'Apocalypse.

Le châtiment divin dans le Pentateuque[modifier | modifier le code]

Le châtiment divin est facilement identifiable dans le Pentateuque ou dans les cinq premiers livres de la Bible dont voici les principaux exemples :

Passages bibliques Incident Raison
Genèse 3:14-24 Malédiction d'Adam et Ève, et leur expulsion du Jardin d'Éden Désobéissance envers Dieu
Genèse 4:9-15 Malédiction de Cain après le meurtre de son frère Abel Tromperie, meurtre et mensonges
Genèse 6-7 Destruction par le Déluge Démon rampant et Nephilim
Genèse 11:1-9 La confusion des langues à la Tour de Babel Impiété générale
Genèse 19:23-29 Destruction de Sodome et Gomorrhe Gens sans valeur rédemptrice
Genèse 38:6-10 Meurtre de Er et Onan Rejet des valeurs de Dieu
Exode 7-14 Dix plaies d'Égypte Affirmer Son pouvoir supérieur à celui des dieux égyptiens

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Texte de la sourate 7 en français, d'après la traduction de Claude-Étienne Savary de 1783.
  2. Luc 3:7; Romains 2:5
  3. Nyanaponika Thera, « Buddhism and the God-idea », The Vision of the Dhamma, Kandy, Sri Lanka, Buddhist Publication Society : « In Buddhist literature, the belief in a creator god (issara-nimmana-vada) is frequently mentioned and rejected, along with other causes wrongly adduced to explain the origin of the world; as, for instance, world-soul, time, nature, etc. God-belief, however, is placed in the same category as those morally destructive wrong views which deny the kammic results of action, assume a fortuitous origin of man and nature, or teach absolute determinism. These views are said to be altogether pernicious, having definite bad results due to their effect on ethical conduct. »
  4. Approaching the Dhamma: Buddhist Texts and Practices in South and Southeast Asia by Anne M. Blackburn (editor), Jeffrey Samuels (editor). Pariyatti Publishing: 2003 (ISBN 1-928706-19-3) pg 129
  5. (en) Bhikku Bodhi, The All Embracing Net of Views: Brahmajala Sutta, Kandy, Sri Lanka, Buddhist Publication Society, (lire en ligne), « III.1, III.2, III.5 »
  6. (en) Thanissaro Bhikku, « Acintita Sutta: Unconjecturable », AN 4.77, Access To Insight,  : « Conjecture about [the origin, etc., of] the world is an unconjecturable that is not to be conjectured about, that would bring madness & vexation to anyone who conjectured about it. »
  7. (en) Thanissaro Bhikku, « Cula-Malunkyovada Sutta: The Shorter Instructions to Malunkya », Access To Insight,  : « It's just as if a man were wounded with an arrow thickly smeared with poison. His friends & companions, kinsmen & relatives would provide him with a surgeon, and the man would say, 'I won't have this arrow removed until I know whether the man who wounded me was a noble warrior, a priest, a merchant, or a worker.' He would say, 'I won't have this arrow removed until I know the given name & clan name of the man who wounded me... until I know whether he was tall, medium, or short... The man would die and those things would still remain unknown to him. In the same way, if anyone were to say, 'I won't live the holy life under the Blessed One as long as he does not declare to me that 'The cosmos is eternal,'... or that 'After death a Tathagata neither exists nor does not exist,' the man would die and those things would still remain undeclared by the Tathagata. »
  8. (en) Thanissaro Bhikku, Tittha Sutta: Sectarians, (lire en ligne) :

    « Then in that case, a person is a killer of living beings because of a supreme being's act of creation... When one falls back on lack of cause and lack of condition as being essential, monks, there is no desire, no effort [at the thought], 'This should be done. This shouldn't be done.' When one can't pin down as a truth or reality what should & shouldn't be done, one dwells bewildered & unprotected. One cannot righteously refer to oneself as a contemplative. »

  9. John T Bullitt, « The Thirty-one planes of Existence », Access To Insight, (consulté le 26 mai 2010) : « The suttas describe thirty-one distinct "planes" or "realms" of existence into which beings can be reborn during this long wandering through samsara. These range from the extraordinarily dark, grim, and painful hell realms to the most sublime, refined, and exquisitely blissful heaven realms. Existence in every realm is impermanent; in Buddhist cosmology there is no eternal heaven or hell. Beings are born into a particular realm according to both their past kamma and their kamma at the moment of death. When the kammic force that propelled them to that realm is finally exhausted, they pass away, taking rebirth once again elsewhere according to their kamma. And so the wearisome cycle continues. »
  10. (en) Susan Elbaum Jootla, Teacher of the Devas, Kandy, Sri Lanka, Buddhist Publication Society, (lire en ligne), « II. The Buddha Teaches Deities » :

    « "Many people worship Maha Brahma as the supreme and eternal creator God, but for the Buddha he is merely a powerful deity still caught within the cycle of repeated existence. In point of fact, "Maha Brahma" is a role or office filled by different individuals at different periods." "His proof included the fact that "many thousands of deities have gone for refuge for life to the recluse Gotama" (MN 95.9). Devas, like humans, develop faith in the Buddha by practicing his teachings." "A second deva concerned with liberation spoke a verse which is partly praise of the Buddha and partly a request for teaching. Using various similes from the animal world, this god showed his admiration and reverence for the Exalted One.", "A discourse called Sakka's Questions (DN 21) took place after he had been a serious disciple of the Buddha for some time. The sutta records a long audience he had with the Blessed One which culminated in his attainment of stream-entry. Their conversation is an excellent example of the Buddha as "teacher of devas," and shows all beings how to work for Nibbana." »

  11. (en) Thanissaro Bhikku, Kevaddha Sutta, Access To Insight, (lire en ligne) :

    « When this was said, the Great Brahma said to the monk, 'I, monk, am Brahma, the Great Brahma, the Conqueror, the Unconquered, the All-Seeing, All-Powerful, the Sovereign Lord, the Maker, Creator, Chief, Appointer and Ruler, Father of All That Have Been and Shall Be... That is why I did not say in their presence that I, too, don't know where the four great elements... cease without remainder. So you have acted wrongly, acted incorrectly, in bypassing the Blessed One in search of an answer to this question elsewhere. Go right back to the Blessed One and, on arrival, ask him this question. However he answers it, you should take it to heart. »

  12. http://www.himalayanart.org/pages/Visual_Dharma/yidams.html
  13. Oxford Dictionary of the Christian Church (Oxford University Press 2005 (ISBN 978-0-19-280290-3)), article wrath of God, the